France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Sunday 14 April 2024
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  

Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs
Représentations du jeu d'échecs en littérature, au cinéma ou dans les Arts ...(2° suite) par Krusti le  [Aller à la fin] | Actualités |
Suite du fil précédent lui-même suite de...
Toujours dans la série culte The Americans, le jeu d’échecs réapparait saison 1 épisode 7. Paige et Henry sont en train de jouer une partie alors que leur père rentre. Cette séquence fait tout de suite baisser la tension régnant dans cet épisode. Paige et Henry dont les âges respectifs expliquent en partie qu'ils se chamaillent souvent donnent là l'impression d'un foyer apaisé, tranquille et réconcilié. De plus ils viennent de pactiser pour enterrer un secret.


Je ne sais pas, cher Krusti, si cela s'inscrit dans votre thème,mais il m'est apparu intéressant de vous parler de la déesse des echecs.

Le saviez-vous ?

Notre déesse CAÏSSA aurait peut-être pu -du- s'appeler "SHAKIDA" (non, pas SHAKIRA ).

D'abord, il est bon de rappeler qu'aucune des 9 Muses de la mythologie Grecque ne s'appelle CAÏSSA. Ce nom proviendrait d'un poème d'un étudiant d'OXFORD, Sir William JONES, poème écrit vers 1763 .

Pourtant, il y eut , bien plus tôt, un autre poème, dont le manuscrit parut à Rome en 1527. Il était l'oeuvre de l'abbé Marc-Jérôme VIDA, né à Crémone en 1480 , mort à Albe en 1566 .
Celui-ci fut surnommé « le Prince des poètes latins modernes » . Un de ses nombreux écrits , « SCACCHIA LUDUS » est en vers latins..
Il fut plusieurs fois traduit en français. L'une de ces traductions ,par le magistrat Frédéric ALLIEY, parut dans la revue d'échecs « LA REGENCE » de Kieséritzki ,en 1850 .



En voici un extrait, qui voit la fin de la partie entre les Dieux MERCURE et APOLLON .
Apparaît alors, la nymphe SHAKIDA :

« Par ce coup éclatant, terminant le combat.
Le palais aussitôt retentit de vivats,
Et les Dieux spectateurs applaudissent Mercure.
Cet orgeuilleux vainqueur aigrissant sa blessure,
Insulte à son rival et rit de son malheur.
Jupiter, à l'instant, pour prix de sa valeur ,
Lui remet dans les mains cette branche divine
Qui, du triste séjour où règne Proserpine,
Retire les esprits lavés de leur forfaits,
Qui dévoue à Pluton les coupables excès,
Qui, dans l'obscurité du ténébreux empire,
Disposant du sommeil, il le donne ou le retire,
Et ,sous l'autorité du célèbre MINOS,
Tient les yeux assoupis dans un profond repos.
Il a dicté depuis aux colons d'Ausonie
Les lois d'un jeu rempli de grâce et de génie.
A nos pères , voilà comment ce dieu l'apprit :
Errant sur le rivage , autrefois il surprit
La nymphe SHAKIDA, de ses sœurs la plus belle,
Conduisant un troupeau de cygnes blancs comme elle.
Il l'abuse, et pour prix de son fragile honneur,
Il renverse le buis peint à double couleur
Sur une table où l'or à l'argent le dispute,
Dans les carrés qu'entre eux leur nuance éxécute
Lui montre à se servir de cet amusement,
Et lui fait don du tout. C'est depuis ce moment
Que ce jeu qui vient d'elle, et comme elle se nomme
Est fameux justement dans notre grande Rome
Et dans tous les pays de ce vaste univers.
La Muse , qui m'inspire en ce moment ces vers,
De ces évènements a nourri ma jeunesse
Et de les publier, je lui fis la promesse.


De cette antériorité, et par droit de priorité , on peut tirer la logique conclusion ,que la seule et véritable Muse des Echecs devrait avoir pour nom :

 SHAKIDA 


Krusti, le
Représentation des échecs dans le domaine de la poésie. Pile dans la cible.
Je ne connaissais pas, c'est fameux !

...
Sur une table où l'or à l'argent le dispute,
Dans les carrés qu'entre eux leur nuance exécute
...



Chemtov, le
Je crois l'avoir lue dans les Cahiers des Échecs Français


Il est en effet possible que Legrain ou Le lionnais aient repris ce texte dans leurs Cahiers. Je vais vérifier ce soir .

Pour ma part, j'ai trouvé cet extrait du poème (on peut trouver l'intégrale dans le "Régence" de Kiezeritski de 1850) dans une petite revue de Février 1937 dont le titre mystérieux m'attira : "Le Trésor de SHAKIRA".

Son auteur, J.A Bertrand, a créé cette revue à Hammam-Lif, petite ville côtière de la Tunise, alors encore sous Protectorat Français. L'auteur se présente à Gaston Legrain dans sa dédicace comme le « vétéran des Echecs Tunisiens »

A noter que la traduction, remarquable, est l'oeuvre de Frédéric ALLIEY, qui a traduit de nombreux poêmes latins , anglais et allemands. Il fut aussi l'un des plus grands collectionneurs de l'époque. Il fit don de ses livres rares (+ de 700 !) à la Bibliothèque de GRENOBLE .


Krusti, le
La saison 2 de la série The Americans connait dans son épisode 1 un drame terrible, toute une famille d'illégaux, des amis d'Elisabeth and Philip, est sauvagement abattue et de sang froid par ces traitres à la classe ouvrière que sont les agents de la CIA. A moins qu'il ne s'agisse à ce stade de ceux du FBI. Dans l'émotion je ne me suis pas arrêté à ce niveau de détail.
Mais là n'est pas la question. Revenons aux échecs.
En entrant dans la chambre d'hôtel pour récupérer un document, philip découvre avec effroi le massacre mais le réalisateur a pensé à placer un jeu d'échecs. Cliché N°1 et N°2.
Dans l'épisode suivant, le deuxième, toujours dans la saison 2 donc, Philipp fouille l'appartement d'un camarade soupçonné éventuellement d'un moment de faiblesse et pouvant être soupçonné d'être à l'origine, par négligence ou pour des raisons encore moins nobles du massacre évoqué ci-avant.
Un premier jeu d'échecs apparait puis un zoom permet de le distinguer encore mieux et de lui donner toute sa saveur symbolique sur laquelle je reviendrai plus tard.
Cliché N°1 et N°2.
(Lecteur atteint du syndrome de la case blanche prend garde !)


Chemtov, le
@supergogol : Vous l'avez trouvé dans les Cahiers ? Pas moi (pas dans ceux que j'ai à la maison, mais peut-être cela se trouvait dans ceux du club). En revanche, il y a plein d'autres textes littéraires (dont d'autres poesies). C'est très intéressant.

J'ai découvert aussi les ''Mémoires d'Echecs'' d'Alphonse Goetz (Strasbourgeois, Champion de France 1914, dans ce qui était ''l'ancêtre'' du championnat). Il y a des détails extrêmement intéressants pour nous (strasbourgeois), noms, dates, lieux, etc.... Notre club parait encore plus ancien que ce que nous pensions !

Bon... retour au sujet... (représentation du jeu, au cinéma notamment) : ma femme m'a raconté un film norvégien, chinaman, où le personnage principal, après avoir tout quitté, n'a emporté qu'un seul objet de son ancienne vie avec lui : un jeu d'échecs
https://www.imdb.com/title/tt0414195/mediaviewer/rm1962013953/?ref_=tt_md_3


@Chemtov : Non, je n'ai pas trouvé ce texte dans les pages des Cahiers de l'Echiquier Français.

Je n'ai cherché que dans les sommaires dont les titres peuvent être trompeurs, mais je doute qu'il y soit.( Par contre on peut trouver la référence au poeme de Sir JONES sur CAISSA , écrit en 1763)
Peut-être en réponse à cette référence, la revue "Le trésor de SHAKIDA" fut adressée directement à G. Legrain en 1937. ( les Cahiers se terminent en 1936.)

Concernant le Cercle de Strasbourg, il me semble avoir un bulletin qui pourrait vous intéresser. Il ne me reste plus qu'à le retrouver ! Je vous tiens informé ( si cà vaut le coup ) .


Chemtov, le
Oui, oui, cela m'intéresse. Merci d'avance ! Là, les descriptions de Goetz sont déjà vraiment surprenantes (matchs, ambiance, etc...). Et comme son nationalisme le pousse à tout franciser ( l'Alsace était quand même allemande de 1870 à 1918, dialectophone et assez germanophile ), cela permet de voir le club cité clairement comme ''Cercle d'Echecs de Strasbourg'', alors que les archives locales mentionnent seulement une éventuelle Straßburge Schach Gesellschaft (société).
Pour notre centenaire (puisque nous avons au moins des sources fiables sur le ''Cercle d'Echecs de Strasbourg 1924''), ce sera intéressant de recueillir le maximum d'informations historiques.


Dans son article "Foetus, mort-nés et éphémères" (L'Echiquier de Paris, n°49, janv-fév 1954), Louis Mandy parle du numéro 1 du Trésor de Shakida - Muséeum des Amateurs d'Echecs, publication mensuelle qui n'eut... qu'un seul n°. A réception (février 1937), il avait contacté le rédacteur, J.A.Bertrand pour lui demander les conditions de l'abonnement. Bertrand n'y avait pas encore réfléchi alors.


Quant aux Cahiers de l'Echiquier Français, repris par le Lionnais, c'est en 1937 que la publication s'est arrêtée (dernier numéro en janvier-février).


En effet Ulysse62, le 57è Cahier est bien du début 37.

@Chemtov, pour information, le n°1 Mai-Déc. 1921 (p7) et le n°2 de Janv-Mars 1922 (p.14) des Bulletins de la FFE font mention de "L'échiquier Strasbourgeois" dans les "Sociétés et Réunions" en activité, et pour signaler le changement d'adresse du siège social, du Café de l'Univers au Café Broglie, place Broglie .

Pour le bulletin, je n'ai retrouvé qu'un numéro de la Ligue d'Alsace de 1976, avec quelques résultats d'équipes (entre autres de Strasbourg.)


Krusti, le
Idéalement l’ouverture sur le forum d’un article intitulé « Archives diverses (club, ligue, fédération etc) » ou bien « A la recherche du temps perdu » ou bien encore « souvenirs et autres documentations »….
Revenons au sujet.
Chinaman (2005) film à la double origine (Danemark, Chine) dont le réalisateur est le danois Henrik Ruben Genz. Merci d’avoir attiré mon attention sur ce film.
[Spoiler Alert]

Le synopsis que l’on trouve sur le site senscritique nous indique : « Keld, un plombier danois obèse, déprimé par le départ de sa femme, retrouve le goût de la vie en se liant d'amitié avec Feng, le patron d'un restaurant chinois. Ce dernier lui propose une somme d'argent afin d'épouser sa jeune sœur Ling pour qu'elle puisse obtenir des papiers... »
Les amateurs du cinéma (des séries également…) scandinave reconnaitront immédiatement cette patine si particulière, ce sens du décalage.
Film sans prétention mais tout à fait intéressant à plus d’un titre.
La présence du jeu d’échecs ?
Commençons par le début.
Plaqué soudainement par sa femme, Keld décide de vider l’appartement pour tout vendre. Il n’est pas clairement dit pourquoi il ne conserve que son jeu d’échecs. On imagine toutefois que c’est en raison de son passé de prodige du jeu.
Plus tard, au moment où il s’enfonce dans le spleen et recevant la visite de son fils (un peu salaud et totalement du côté de sa mère) il lui proposera de jouer une partie d’échecs (comme au bon vieux temps). Le fils éludera marquant par là sa distance.
Plus tard encore c’est le fils cette fois, tentant de se racheter une conduite, qui proposera à son père d’en jouer une. C’est dans cette symétrie que l’on voit le rôle du jeu, symbole d’une paix familiale appartenant au passé et dont le père espère le retour.
Le scénariste poussera le bouchon jusqu’à nommer une séquence par une formulation qui nous est bien connue.
Évidemment rien ne va se passer comme prévu.


Chemtov, le
@supergogol : Je fais une dernière incursion en catamini, sur la pointe des pieds, pendant que Krusti ne regarde pas, avant de clore (de mon côté) notre (hors-)sujet historique.

Donc, merci pour les recherches, mais j'ai déjà lu pas mal de choses sur ''l'Echiquier Strasbourgeois''
On trouve des références de ce club, Place Broglie, dans pas mal d'endroits. Par exemple François Le Lionnais ( ami de la famille, auteur, notamment, du Dictionnaire des Echecs et des premiers ''Que sais-je'' sur les Echecs, avant ceux de mon père ) écrit dans ''Tempête sur l'Echiquier'' :
''Ceux (les conseils) que je vous livre, et qui sont les fruits de mon expérience personnelle, ont mûri en plus de six décennies, depuis le lycée_ où je jouais en cachette avec des camarades pendant la classe de dessin_ puis à la Faculté des Sciences_dont je séchais les cours pour venir écouter, place Broglie, le sympathique champion de Strasbourg, puits de science échiquéenne et de culture générale, Alphonse Goetz''.
(tiens... c'est marrant, l'évolution, mes frères et moi, nous, nous jouions sans nous cacher, directement, avec notre prof de dessin!)

Mais cet ''Echiquier'' strasbourgeois me semble être différent du ''Cercle d'Echecs de Strasbourg'' que Fraenkel et Goetz nomment clairement ainsi. Tout cela, donc bien avant guerre (39-45).

Quant à la période de l'après-guerre et surtout à partir des années 70, j'ai beaucoup de matériel personnel (des centaines de pages, d'articles, trois pressbooks, carnets de parties etc...)

Voilà... rendons maintenant à César, son sujet...

Au fait, Krusti, ce Mr Keld n'est pas du tout obèse. Où ont-ils vu ça, dans le senscritique ? ( piètre tentative, j'avoue, pour recoller au sujet sino-scandinave ).


Désolé Krusti pour le hors-sujet .

Pour revenir dans le thème, je citerai un livre de Nabokov.
Tout le monde connaît déjà l'incontournable "La défense Loujine", mais peut-être moins "Poèmes et Problèmes", où l'auteur, avec une quarantaine de poèmes en Russe et en Anglais, nous présente 18 Problèmes d'échecs de sa création.


Krusti, le
En ce moment au Louvre " Splendeurs des oasis d’Ouzbékistan" (23 novembre 2022 – 6 mars 2023) avec des pièces d'un jeu d'échecs (du côté de Samarcande sans doute de l'an 800 .


Krusti, le
Le 11 février sur le fil précédent j'évoquais déjà la présence du jeu dans différents épisodes de la saison 1 de la magnifique série mythique (j'en rajoute à dessein) The Americans.
Le jeu réapparait furtivement (cliché 1) dans la saison 4 épisode 4.
Oleg Burov se balade dans un parc à Moscou avec son père ministre des transports... je ne vous fais pas un dessin. (cliché 2 on distingue les joueurs au second plan).


https://www.cairn.info/revue-ligeia-2019-1.htm
J'attends le compte-rendu du Krusti. Mais peut-être en a-t-il déjà parlé ?


Orouet, le
Krusti défile (sur la colonne H...)
contre la retraite des tours en 1ère rangée
contre l'hégémonie des rois en certaines finales
...
nous l'attendons !


Message du Krusti : "Loin du côté d'Orouët, je suis sur la colonne I, droit dans mes bottes. Je relis d'un coup d'un seul tout Descartes, Kant (c'est si bon de demeurer sur son Kant-à-soi), en fait tout depuis les Présocratiques et promis, je reviens sur F-E taper l'inkruste. Cordialement à tous sur le forum" (note du biographe : cette dernière phrase fait naître le soupçon d'un apocryphe).


Orouet, le
merci Ulysse !
j'avoue avoir fait partie des + 1500 présocratitiens, apocryphtiques, inkrurstiers, kantasoiolistes challandais ce matin ;-)


Krusti, le
Même s’il est majoritairement destiné aux enfants, le cinéma d’animation a toute sa place ici dés lors qu’il offre une fenêtre, même petite, même juste symbolique, au jeu d’échecs.
C’est au retour de ma récente retraite normande (où l’électricité était fort rare, l’eau peu courante et le réseau un vieux souvenir) en passant par Rouen et plus précisément au cinéma d’art et essai « Omnia » que je me suis retrouvé à regarder la BA (13° seconde) du film Valentina (Goya 2022 du meilleur film d’animation excusez du peu).
Rouen est aussi connu bien sûr pour abriter la plus ancienne taverne française(1345) toujours en activité. Elle est située à quelques mètres du terrible lieu: « Le 30 mai 1431, le restaurateur de l’époque, un certain Raoul Baudry, peut voir depuis les fenêtres de la taverne, place du Vieux-Marché, le supplice de Jeanne d’Arc » (Merci au président du club d'échecs d’Issy-les-Moulineaux pour cette précision). Aujourd’hui c’est un délicieux restaurant gastronomique (La couronne) et que trouve-t-on dans le couloir de l’entrée ?
Et la boucle est bouclée.


Krusti , et les autres : est-ce que quelqu’un a fini le livre « le pion « de Cerda ? Si oui, qu’est-ce que vous en avez pensé ?


Krusti, le
@DocteurPipo concernant le Cerda j'en suis pour ma part page 180 (sur 360 en gros).
Sinon je viens de terminer "Le coup du fou" d'Alessandro Barbaglia (sorti fin 2022) et je rédige bientôt quelque-chose à son propos ...


C'est drôle ce livre parce que comme toi je l'ai lu en vo sur plusieurs mois. Je le conseillerai mais pour le qualifier, j'hésite entre juste"intéressant", profond ou formidable, hâte d'avoir ton avis.


Krusti, le
Je reconnais que j'ai peut-être eu la main lourde. Bref "ma critique" du roman d'Allessandro Barbaglia "Le coup du fou".


Krusti, le
@Percpocz, le 07/03/2023 09:02
Merci beaucoup pour avoir attiré mon attention sur cet ouvrage que je ne connais pas...


Krusti, le
Très paradoxalement, l'immense série "The Americans" fait une place bien plus belle, même s'il ne s'agit que d'un élément de décor, au scrabble.
En effet quasiment chaque fois que Philip Jennings vient au RV avec son superviseur, ils jouent une partie.
Qu'en est-il avec la série allemande "Deutschland 83" qui date de 2015 ?
Pour ma part j'en saurai plus dans quelques jours mais déjà un jeu traine dans le teaser...


Krusti, le
Dans l'immense film "Le Lauréat" ("The Graduate" film américain réalisé par Mike Nichols-1967 avec Katharine Ross, Anne Bancroft et Dustin Hoffman) on croise très subrepticement un échiquier qui n'a apparemment aucune portée symbolique et qui par conséquent n'ajoute rien mais ne retranche rien non plus à cette œuvre.


Krusti, le
Comme annoncé le 25/03/2023 19:50 la série Deutschland 83 laisse une place au jeu d'échecs au moins dans le premier épisode de sa première saison. En fait le recrutement d'un jeune militaire de RDA devant (contre son gré) se rendre en RFA pour un espionnage urgent se fait autour d'un jeu. Savoir jouer aux échecs était d'ailleurs un pré-requis pour cette mission.
4 clichés.

un

deux

trois

quatre.


Krusti, le
Épisode 3 de la saison 1, on comprend mieux pourquoi il importait de recruter un agent initié au Roi des jeux. En effet le haut-gradé en ligne de mire est lui-même joueur. On l'apprend lors d'un déplacement en voiture, le général Edel (le chien capitaliste de l'Ouest) conduit par le camarade Moritz Stamm annonce soudainement... ce qui nous permet de comprendre qu'ils tuent le temps en jouant une partie à l'aveugle. S'ensuivent les échanges ... suivants qui ne laissent plus de place au doute


Chemtov, le
''le chien capitaliste de l'Ouest''...
Cela me rappelle des soirées budapestoises (derrière le ''rideau de fer'', à l'époque) où le jeu consistait à citer le plus grand nombre de mots utilisés (ou imaginés être utilisés) par les occidentaux pour qualifier alors leurs ennemis de l'Est (''rouges'', ''bolcheviques'', ''staliniens'', etc...).
Et bien sûr, mes amis hongrois avaient aussi beaucoup d'humour et d'imagination pour trouver des noms pour les occidentaux.
Ah... le bon vieux temps...


Kosmo, le
Vu dans le cadre du festival OFFSCREEN il y a peu:
HARDWARE (Richard Stanley, 1990) contient une brève séquence dans le tout dernier quart du film, avec deux agents de sécurité autour d'un échiquier de type bricolé (vis et boulons), où l'on n'apercoit que briévement la position; par contre le dialogue est amusant citant: le premier joue un coupo, et son adversaire répond par un inévitable échec et mat et cite "a Sicilian attack" et le fait que les ordinateurs ne comprennent pas les sacrifices (!)


Krusti, le
Excellent !


Krusti, le
Saison 1 épisode 6 réapparition du jeu sur le bureau du camarade chargé du recrutement de l'officier espion juste à côté du globe.
Dans l'un des épisodes précédents un jeu apparaissait également au domicile d'un des personnages. A noter qu'hors le général de l'ouest à solde des US corrompus le jeu n'apparait qu'en lien direct avec le paradis des travailleurs ce qui est tout sauf neutre.
Contrairement à la série The Americans (mais la comparaison s'arrêtera là pour l'instant) le scénariste assumerait une identification forte "échecs=union soviétique + satellites".


Chemtov, le
En fait, on voit là le piège tendu. L'espion soviétique (forcément bon joueur d'échecs) ne pourra supporter la vue d'un pion en h4 (voir image) et se trahira en le replaçant machinalement en h2. Alors que l'inculte espion US ne réagira pas.


Krusti, le
AVERTISSEMENT: Merci d'éloigner les enfants.

Dans L'idéal, film de Frederic Beigbeder, une séquence réunissant des potentielles "top model" (à moins qu'il ne s'agisse de l'entassement d'esclaves modernes) originaires d’Europe centrale et orientale essentiellement.
Une image vaut mieux qu'un long commentaire. (A noter qu'elle s'exprime en anglais et utilise bien le mot horse).


Krusti, le
Je place cette information ici ce qui est discutable puisqu'à la limite du hors-sujet, pour autant il s'agit d'une anecdote dans un cadre culturel... nous restons donc globalement dans la cible.
En polonais, aux échecs, la dame se nomme "Hetman". Ce que j'ignorais c'est que le mot Hetman a deux sens dans la langue de Chopin (et de Duda).
Je lisais l'extraordinaire ouvrage de Pierre Buhler, Histoire de la Pologne communiste, et je tombe page 59 sur:
Si on avait vêtu Sosnkowski d'une pelisse et d'une cape, il aurait eu l'air d'un hetman sorti d'une gravure ancienne.
Après quelques rapides recherches je découvre qu'un Hetman est un chef militaire...


Chemtov, le
Ah...Là, vous m'étonnez. Je ne connais que dix mots de polonais et (malheureusement) je connais celui là. Mais il est lié à l'histoire des pogroms.


Krusti, le
Apparemment ce terme serait assez nettement antérieur aux progroms et surtout sans rapport direct avec ceux-ci si j'en crois diverses étymologies comme celle-ci par exemple.
Ou bien celle-là.
Mais bon là n'est pas du tout la question...


Chemtov, le
Antérieur aux pogroms ? Peut-être... il y en a eu en pas mal d'époques et lieux. Il est surtout lié aux histoires personnelle de certaines familles. Le ''Hetman'' apparait aussi dans les romans et nouvelles d'Isaac Bashewis Singer.


Krusti, le
Le terme Hetman semble avant tout lié à l'armée (polonaise ou cosaque principalement)... Partout où on le retrouve il évoquerait un (ou le) chef.
Cerise sur le gateau, si j'ose dire, il se décline, je cite:
Le grand-hetman était souvent secondé par un hetman du champ (de bataille) qui lui commandait les troupes uniquement au cours des campagnes, seul ou sous l'autorité du grand-hetman. Ces postes disparaitront avec la fin de la république des Deux Nations.
Je viens de fouiner dans ma bibliothèque. En effet ce terme apparait chez l'immense Isaac Bashevis Singer dont la lecture m'avait à l'époque fasciné (et pour tout dire souvent bouleversé). Notamment dans "Satan à Goray". Mais l'émotion avait sans doute effacé le souvenir de ce terme...


Chemtov, le
Tout à fait. Dont certains ont tenu à faire connaître leur existence de manière un peu excessive. Lire notamment : ''Satan à Goray''.


Krusti, le
Croisement amusant. Enfin amusant...


Chemtov, le
Bon... c'est de l'histoire ancienne (Chmielnicki, c'était vers 1650). Quoique... certains ''vieux'' arrivent encore à en parler comme s'ils l'avaient vécue.


Krusti, le
Si dans sa saison 2 (Deutschland 86) le jeu n'apparait pas il refait surface dans la 3° et dernière saison (Deutschland 89) au moins pour l'instant dans l'épisode 1.
Nous sommes à quelques heures de la chute du mur et la tension est à son comble. Le jeu d'échecs apparait dans une scène se déroulant dans un bar de Berlin-Est. Cliché 1 et Cliché 2.


Krusti, le
Et nous voilà aux premières minutes suite à la chute du mur qui apparait sur l'écran de la télé, toujours dans le même bar évoqué ci-dessus, l'échiquier est replié, les pièces rangées, la partie est terminée.
Jolie symbolique.


Chemtov, le
Ach... schoene alte Zeiten... Le frisson de passer de l'Ouest à l'Est, par Checkpoint Charlie...


Krusti, le
Le jeu d'échecs refait une ultime apparition et c'est dans la saison 3 (Deutschland 89) 3° épisode et il s'agit du souvenir de la première séquence (du premier épisode de la première saison, voir plus haut).
S3E3 Martin Rauch est complétement défoncé aux champignons (il est tombé dans un piège et ne les a pas ingurgité sciemment) et arrive une séquence psychédélique durant laquelle des images de son passé remontent. Notamment celle-ci.
On y remarque l'échiquier avec une partie en cours (mode de prise de décision pacifique) mais aussi une main qui tord les doigts d'une autre main (mode de prise de décision par la contrainte physique). C'est à mon avis tout l'enjeu symbolique de la présence, fugace, du jeu d'échecs dans cette série.


Krusti, le
Mais quelle mouche a piqué Aurélien Bellanger (La Théorie de l'information (2012) était par ailleurs un excellent livre) dans cette émission (tout à fait intéressante ) épisode 4 du podcast "Le périph, c'est comme la Révolution. Il faut le prendre d'un bloc" ?
C'est au tout début 4'30.
Sinon j'ai reçu ce matin "Le sacrifice du Roi"... mais faut déjà que je termine Le Pion et la magnifique correspondance entre Simone de Beauvoir, Elisabeth Lacoin et Merleau-Ponty..."Lettres d'amitié 1920-1959"


Domi77, le
Carlsen fait le point sur sa carrière, sa motivation et le futur des échecs
Sur chess.com


Krusti, le
J'ai du mal à faire le lien avec une Représentations du jeu d'échecs en littérature, au cinéma ou dans les Arts ... qui reste le sujet de cet article.


Domi77, le
J'avais mis ça sur dans la case "Littérature" vu que c'est un article.Ça évitait de créer un nouveau sujet.
Mais je comprends ta remarque ;o)


Krusti, le
Il ne faut à mon sens surtout pas éviter de créer un nouveau sujet si l'ensemble gagne en harmonie et si cela permet aux articles en place de ne pas se transformer en café du commerce (c'est très bien le café du commerce à condition que ce soit le bon endroit évidemment).
Pour le rapport entre "littérature" et "article" je reste sans voix.
Bref.
Pour revenir dans le sujet je livre ici l'exergue du dernier livre sortie ces jours-ci, clairement en lien avec le jeu d'échecs, et qui a fait l'objet d'une "propagande" notamment sur FB assez "lourde" je veux parler de... "Le Sacrifice du Roi".
De Livie Hoemmel (un pseudo qui renifle l'anagramme)
« Le génie et les ténèbres sont faits pour s'affronter. Tu avais raison, David Bronstein. »


Tant qu'à vouloir démêler torchons et serviettes, on peut aussi s'interroger sur l'emploi d'article (sur un forum) à la place de post (et inutile de réagir par : "anglicisme" - d'accord, sujet paraît convenir).


Chemtov, le
Ah ben... moi... cela me soulagerait que nous ayons un vocabulaire français plus clair car parfois je m'y perds entre post et post, sujet global et texte interne à l'article, pardon, au sujet, ou au sujet du sujet du sujet ( thème ? intervention ? message ? ). Existe-t-il un dictionnaire de l'internet ?


En tout cas, la confusion a pour effet de dévaloriser les vrais articles (de presse). "Sujet" ayant quand même pour inconvénient d'être contaminé par un emploi dans le vocabulaire politique ("C'est un sujet").


Orouet, le
chez nous , le sujet précédait le verbe, voire le complément ...
(c'était y'a longtemps ;-)


En vrai ?


Krusti, le
Je vous propose, concernant les 5 item ci-dessus, de vous retrouver à La buvette, l'endroit idéal pour ces échanges.
Pendant ce temps-là je rédige un billet concernant un film vu hier qui, à ma grande surprise, laisse une belle place à la symbolique du jeu d'échecs.


Krusti, le
Grand fan de Jim Jarmusch je ne me suis retrouvé qu’hier face à « Paterson » (2016).
Rappelons que ce film était en sélection officielle à Cannes et qu’il en est reparti presque bredouille ( « presque » puisqu’il a rapporté tout de même la "palme dogue", décernée au meilleur clébard (Marvin dans le film) de la compétition).
Extrait de Slate « Marvin va même devenir un pilier important du film puisqu’il prend part à de petites intrigues berçant le quotidien de Paterson. Sans spoiler, on peut dire que plusieurs éléments d’histoires parallèles dépendent du chien. Pour ne citer qu’un exemple, c’est lui qui va aider son maître à discuter avec un homme qu’il écoutait raper dans une laverie automatique, ou encore à prendre telle direction lors de leurs habituelles promenades quotidiennes. »
Jim Jarmusch n’a pas manqué de saluer non sans malice le talent de l’interprète de Marvin lors de la conférence de presse. «La chienne était super pour l’improvisation. C’est une femelle, qui joue un transgenre appelé Marvin, elle était extraordinaire, elle écrivait son propre dialogue. C’était très facile.»
Le synopsis de Télérama est le suivant : « Paterson vit dans une ville qui porte le même nom que lui, dans l'Etat du New Jersey. La cité, qui a hébergé plusieurs écrivains, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, inspire également le jeune homme. Chauffeur de bus, Paterson est aussi un poète minimaliste, qui consigne tous ses textes dans un petit carnet. En dehors de cette activité, la vie de Paterson, qui boit tous les jours une bière dans le même bar avant de rentrer chez lui, est parfaitement réglée. Celle de son épouse, l'enthousiaste Laura, artiste particulièrement inventive, s'articule autour du noir et du blanc, qu'elle décline dans toutes ses créations... »
L’écoute du masque et la plume sur ce film est un régal.
Un régal de mauvaise foi. On se croirait sur fr...
Non rien.
...
Eric Neuhoff « Pour un film de Jim Jarmusch, qui est quand même le cinéaste le plus ramolli du monde, avec peut être Wim Wenders, c'est une très très bonne surprise ! »
Xavier Le Herpeur « un monument d’ennui et d’autosuffisance »
Sophie Avon : «très savoureux, très délicat»
Et pour l’immense Alain Rioux : «d’une grande originalité»

Inutile de préciser que je me retrouve dans les deux derniers jugements avec en plus, une possibilité que je peux partager ici à savoir le clin d’œil plus qu’appuyé avec notre jeu.
Comme indiqué dans le synopsis le Noir-Blanc est omniprésent dans les activités de la femme de Paterson interprétée par l’immense comédienne Golshifteh Farahani. Même sa guitare sera ornée de cases noires et blanches. La gémellité est également un thème récurrent. Avec le noir et le blanc et le chiffre deux le scénario était en place pour inviter le jeu d’échecs en contrepoint. Il arrive le premier soir. Paterson (interprété de manière magique par Adam Driver).
On remarque qu’Adam Driver est conducteur de bus et qu’il se nomme Paterson dans la ville de … Paterson. Jarmusch s’est fait plaisir.
Le jeu d’échecs fait donc son apparition dans le premier ¼ d’heure puis très régulièrement ensuite.

Paterson arrive au bar ... C’est un endroit qui dispose d’un billard mais aussi d’un jeu d’échecs sur le comptoir. Le sympathique patron du troquet, féru du jeu, joue contre lui-même. On verra plus tard qu’il évoque un tournoi (le tournoi d’échecs de Camdem) le "we prochain" et nous verrons également que dans son bar il est possible de jouer une partie avec une pendule mécanique (deux clients en situation sont dans une séquence du film).
Les images dans le bar où l’on distingue le jeu pourtant nettement sont très sombres. J’ai trouvé ce site qui en donne quelques exemples tout de même


Krusti, le
Deux choses me poussaient à sacrifier 90 minutes de mon temps précieux à regarder ce « film » pour U-12 (à propos quelle horreur de classifier nos jeunes ainsi qui dit tout de ce nouveau sacrifice à l’esprit du temps qui n’a plus rien d’un esprit mais tout d’une offensive Excel qui ferait rire d’un rire jaune Gunter Anders et Jacques Ellul mais passons) pardon… pour pré-adolescents.
Tous les films pour enfants ne sont pas des purges, heureusement, et on peut parfois les regarder avec une complicité d’adulte nostalgique et quelque-chose de bienveillant mais là…
Bref deux choses tout de même… la première le synopsis « Une fillette rejetée par ses camarades et bouleversée par la mort de sa grand-mère reçoit des leçons de vie au contact d'un vieux champion d'échecs irascible. ». C’est pas catastrophique.
La seconde. L’immense comédien F. Murray Abraham vu dans Scarface (1976), inoubliable Salieri dans Amadeus de Forman (1984), irrésistible Bernard Gui dans Le Nom de la rose (1986). Plus récemment excellent dans deux belles séries « Homeland » et « The White Lotus ». Bref un calibre.
En bonne place sur l’affiche qui plus est….
Oui mais voilà. C’est niais d’une niaiserie confondante.
A réserver pour voir comment ils réagissent aux Mini-Poussins, Poussins, Pupilles et Benjamins.
"La reine des jeux", 2014 réalisé par Evan Oppenheimer. Titre anglais "A little game".


Renan, le
@krusti, savez vous d’ou vient les classifications d’âge des jeunes comme U-12,U-8,U-18 etc...?Classifications qui sont valables dans tous les sports!
Vous avez au moins 10 ou 15 ans de retard!


Chemtov, le
@Renan : Voir un film est un sport ?


Renan, le
Bonjour chemtov,
Non ce n’est pas un sport ( quoique!), c'est juste son commentaire entre parenthèses après le titre du film "U12"...cela fait un moment qu'on ne dit plus Cadet,junior etc...c'est moche mais c’est ainsi!


Chemtov, le
Ah bon ? Dans mon club nous avons toujours des petits poussins, poussins, pupilles, benjamins, minimes, cadets et juniors.
Ce sont les ''seniors plus'' qui m'amusent plutôt.


Renan, le
Chemtov,
Vous étiez aux championnats de France jeunes?
Voici le lien pour le palmarès où c'est bien indiqué U20 etc...

https://agen2023.ffechecs.org/palmares-2023/


Chemtov, le
Oui, j'y étais (hélas), encore une fois (Agen, Agen, Agen, Agen, Agen, etc...
Oui, je sais. Pour les U10 etc... Mais rien ne vous y oblige. Mais ça... vous n'avez pas besoin de prêcher un convaincu au sujet du niveau de nos dirigeants qui croient qu'on joue au foot (regardez les systèmes d'équipe, les nulles qui ne sont pas mentionnées et plein d'autres choses qui font rire nos voisins) .


Renan, le
Dans le film "la taupe" tiré du livre de J.Le Carré, les pièces du jeu sont utilisées pour mettre une petite photo de la taupe recherchée...

Oui je sais Chemtov,j’ai eu des échos!


Germaine Richier, expo à Beaubourg jusqu'au juin:l'échiquier


Orouet, le
ce soir sur Arte, "L'affaire Thomas Crown" ...
(que j'aurais aimé jouer "avec"(contre) Faye Dunaway ! ;-)


Krusti, le
Encore Stendhal... (Cf Lucien Leuwen cité dans ces topics lors du Tournoi International de Malakoff 2022 si je me souviens bien).
Cette fois-ci, à la faveur de l'écoute d'un podcast pas si dégueu (même si rien ne vaudra jamais le livre aucun doute là-dessus, mais écouter un podcast peut joindre l'utile et l'agréable lorsque l'on pratique le footing) concernant le Rouge et le Noir.
Ma lecture de cette œuvre majeure au Lycée ne m'avait pas laissé ce souvenir précis à savoir que le jeu d’échecs avait une occurrence dans le texte.
Nous sommes chapitre IX "Le bal"

Extrait.
– Notez que la révolution à la tête de laquelle je me suis trouvé, continua
le comte Altamira, n’a pas réussi, uniquement parce que je n’ai pas voulu
faire tomber trois têtes et distribuer à nos partisans sept à huit millions qui se
trouvaient dans une caisse dont j’avais la clef. Mon roi, qui aujourd’hui brûle
de me faire pendre, et qui, avant la révolte me tutoyait, m’eût donné le grand
cordon de son ordre si j’avais fait tomber ces trois têtes et distribuer l’argent
de ces caisses, car j’aurais obtenu au moins un demi-succès, et mon pays eût
eu une charte telle quelle… Ainsi va le monde, c’est une partie d’échecs.
– Alors, reprit Julien l’œil en feu, vous ne saviez pas le jeu ; maintenant…
– Je ferais tomber des têtes, voulez-vous dire, et je ne serais pas un
Girondin comme vous me le faisiez entendre l’autre jour ?… Je vous
répondrai, dit Altamira d’un air triste, quand vous aurez tué un homme
en duel, ce qui encore est bien moins laid que de le faire exécuter par un
bourreau.


Krusti, le
Le pion, roman de Paco Cerdà.
Mon sentiment, mitigé, par ici...


Je ne me souvenais pas non plus du jeu d'échecs dans le célebre " le rouge et le noir " !
D'une manière plus générale, je pense que tous les auteurs et textes découverts à l'adolescence ( college ou lycée ) , par exemple ceux des célèbres " Laguarde et Michard" méritent largement d'être relus à l'age adulte mûr car ils sont souvent bien plus beaux et instructifs que dans nos souvenirs de jeunesse et on les apprecie souvent bien differemment à 50 ans qu'à 16 ans...
Merci Krusti pour toutes ces pépites litteraires que vous partagez sur le forum !


Chemtov, le
Ce serait intéressant de creuser et de savoir ce qu'il entendait vraiment par cela ( ''Ainsi va le monde, c’est une partie d’échecs'').
Cela me rappelle une vieille blague, entendue dans ma jeunesse (dont voici une variante, un peu différente, retrouvée sur le net ) :

''- Tu sais, Rabbi, pendant ces vingt années de réflexion solitaire au sommet de ma montagne, seul dans la froidure de l'hiver, seul dans la chaleur de l'été, au cours de ces vingt années de réflexion, j'ai découvert que la vie, Rabbi, la vie, c'est comme un grand jet d'eau.
- Ah, oui, Jacob mon fils ? La vie est comme un grand jet d'eau ?... Intéressant... Très intéressant. Mais... tu es bien certain que la vie c'est comme...
- Hum... Hé bien... A bien y réfléchir, Rabbi, peut-être que finalement, la vie n'est pas comme un jet d'eau.''

Pareil... Je me demande... finalement... le monde... peut-être ne va-t-il pas du tout comme une partie d'échecs (enfin... cela dépend qui joue...).


Krusti, le
Le sacrifice du Roi, Plon 2023.
Mon sentiment sur ce livre par ici.
Bonne lecture.


Krusti, le
Le post initial incluant les musées je place ici, suite à sa disparition, mon humble hommage à la mémoire de l'immense "Isabelle (Sztrauch) Choko, championne de France 1956" moment douloureux pour lequel ce post est ouvert.
Pourquoi ici ? Parce qu'en 2021, à l'automne, j'étais à Varsovie et je me suis rendu au relativement récent (première pierre en 2007) "Musée de l'Histoire des Juifs polonais" construit sur le site symbolique du ghetto de Varsovie.
On y croise le jeu d'échecs à au moins deux reprises, séquences tout à fait bouleversantes.


Chemtov, le
Dommage que ce site de ce musée n'ait pas une version en yiddish (au moins en alphabet latin, donc relativement compréhensible pour les germanophones). Mais il y a une version en anglais (https://www.polin.pl/en)


Kosmo, le
Je signale une très brève apparition de ce qui ressemblait à un jeu d'échecs (pas mis en valeur, juste un accessoire dans un décor un peu chargé) dans Oppenheimer (Ch. Nolan, 2023) sorti la semaine passée.
Une scène au début du film où le savant rend visite à un de ses confrères dans une université.
Sous réserve toutefois, il me faudra une confirmation, ce fût si court à l'écran...

@Krusti: cela sera plus simple de vérifier via un DVD du film l'an prochain pour faire un arrêt sur image.

Un film extraordinaire! Le voir en salle constitue une expérience immersive de cinéma tant la musique et le design sonore sont des composantes importantes dans ce film.


Krusti, le
C'est bien noté @Kosmo, récemment j'ai croisé sur mon chemin la cristallerie Daum au sortir de la place Vendôme à Paris. Un régal pour les yeux, une interrogation pour le portefeuille, un espoir pour le commerce extérieur.
Bonne visite (du site au moins).


Krusti, le
Je regardais du côté des informations de l’Ambassade de France en Pologne quand soudain.
(exposition en Pologne d’œuvres de Camille Claudel 🇫🇷 et de ses contemporaines, sculptrices polonaises 🇵🇱 au Musée national de Varsovie)


Chemtov, le
Bizarre... Normalement, cela devait être ''trait aux noirs'' (1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 d6 4.d4 Fd7 5.Cc3. Ligne théorique de la Steinitz de l'Espagnole) mais le coup h3, d'ailleurs inutile, est en trop.
Ou alors, c'était une partie plus ''amateur'', genre 1.e4 e5 2.Cf3 d6 3.Cc3 Fg4 4.Fb5+ Cc6 5.h3 Fd7 6.d4.


Krusti, le
Sortie dans les jours prochains d'un livre, l'échiquier, de l'immense écrivain Jean-Philippe Toussaint (dont je conseille entre autre la lecture de "L'urgence et la patience").

« Je voulais, écrit Jean-Philippe Toussaint, que ce livre traite autant des ouvertures que des fins de partie, je voulais que ce livre me raconte, m’invente, me recrée, m’établisse et me prolonge. Je voulais dire ma jeunesse et mon adolescence dans ce livre, je voulais débobiner, depuis ses origines, mes relations avec le jeu d’échecs, je voulais faire du jeu d’échecs le fil d’Ariane de ce livre et remonter ce fil jusqu’aux temps les plus reculés de mon enfance, je voulais qu’il y ait soixante-quatre chapitres dans ce livre, comme les soixante-quatre cases d’un échiquier. »

L’ayant reçu par la poste ce matin début de la lecture… maintenant !


Provoquer le contact : Des scientifiques veulent inviter des extraterrestres à jouer aux échecs
20 août 2023 Source site internet Astro Univers

Comment entrer en contact avec des extraterrestres ? Cette question est restée sans réponse pendant des décennies, mais des chercheurs proposent aujourd’hui une méthode fascinante et incroyable : jouer aux échecs.

Les échecs pourraient-ils vraiment être la clé de la communication avec les « petits hommes verts » d’autres parties de la galaxie ?

Une équipe de scientifiques et d’ingénieurs travaillant sur les projets SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) a mis au point un plan audacieux pour établir un premier contact avec les extraterrestres.

Ils ont préparé un message à transmettre dans l’espace dans l’espoir d’obtenir une réponse. Et quelle meilleure façon d’entamer une conversation que d’offrir une invitation à jouer aux échecs ?

Jonathan Jiang, co-auteur du nouveau message « Beacon in the Galaxy » du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, explique : « Nous connaissons maintenant l’existence de milliers d’exoplanètes, dont beaucoup pourraient potentiellement abriter une vie technologique ».

Il estime que, par rapport aux tentatives précédentes de contact avec des civilisations extraterrestres, les scientifiques disposent aujourd’hui d’informations plus précises et plus détaillées, ce qui pourrait faciliter l’établissement d’une connexion plus profonde.

Philip Rosen, ingénieur en énergie à la retraite et coauteur de l’article, souligne que les échecs peuvent constituer un outil puissant pour comprendre les processus logiques et les stratégies des civilisations extraterrestres. « L’établissement d’un terrain d’entente par le biais du jeu favoriserait une communication plus profonde et plus détaillée », suggère Rosen.

Toutefois, ce mode de communication soulève également des inquiétudes. Les scientifiques discutent des difficultés techniques potentielles et des aspects éthiques associés à ce type de contact.

Anders Sandberg, de l’Université d’Oxford, met en garde : « Un signal fort envoyé dans l’espace peut avoir des conséquences inattendues ». Il met en garde contre le risque d’attirer l’attention, voire l’hostilité, de civilisations extraterrestres.

Sandberg souligne également l’importance pour l’humanité d’apprendre à prendre des décisions collectives avant de tenter d’établir un contact avec une vie extraterrestre. Il souligne la nécessité de prendre en compte les diverses interprétations des messages, car ce qui peut nous sembler universel peut être totalement différent pour d’autres civilisations.

Douglas Vakoch, de METI (Messaging Extraterrestrial Intelligence), suggère d’envoyer une multitude de messages utilisant différents concepts. Cette approche permettrait aux scientifiques de mieux comprendre quelles méthodes sont les plus efficaces et trouvent un écho auprès des espèces extraterrestres.

En définitive, l’idée d’utiliser les échecs comme moyen de communication avec les civilisations extraterrestres est intrigante. Les scientifiques restent optimistes alors qu’ils explorent diverses voies pour établir un contact avec des intelligences extraterrestres inconnues.


Krusti, le
Pour intéressante qu'elle soit la communication ci-dessus n'a rien à voir avec le sujet du fil.
C'est dommage.
Sinon dans l'immense film "Le chemin des écoliers" à la distribution redoutable: Françoise Arnoul, Bourvil, Lino Ventura, Alain Delon, Jean-Claude Brialy, Pierre Mondy, Paulette Dubost on trouve clairement un échiquier derrière le bar.


Krusti, le
Coup de tonnerre dans cette rentrée littéraire 2023.
Mon approche ici...


kieran, le
En effet cela donne envie de le lire. (Au passage, une petite coquille dans le texte, "dés lors" au lieu de "dès lors", sauf si c'est voulu avec le "décor" précédent ;-))


Krusti, le
Merci cé corrigeais.


Krusti, le
Précision, dans le dernier livre de Jean-Philippe Toussaint, L’ÉCHIQUIER (modeste recension ici), le docteur que l'auteur croise dans le centre d'Ophtalmologie se nomme Praggnanandhaa et aucune raison que cela soit un fake... quand on voit la manière dont il évoque sa relation avec Youssoupov et Andruet.


Krusti, le
J'invite nos amis lorrains à se rendre à l'Opéra de Nancy le Jeudi 07 septembre 2023 à 19h00 assister à l'enregistrement d'un masque et la plume consacré aux livres.
Cette émission sera diffusée bien sûr sur France Inter le dimanche suivant le 10 Septembre.
Le rapport avec les échecs ?
Et bien le livre que j'ai tant aimé et vanté sur mon blog, « L’échiquier » de Jean-Philippe Toussaint (Minuit), est au programme et quelque-chose me dit qu'Arnaud Viviant et Jérôme Garcin pour ne citer qu'eux, l'ont vraiment apprécié.


Krusti, le
Présence toute symbolique du jeu d'échecs dans le célèbre film français "Préparez vos mouchoirs", 1978, de Bertrand Blier avec Gérard Depardieu, Carole Laure, Patrick Dewaere, Michel Serrault.
On remarquera donc le jeune Riton Liebman qui interprète le rôle d'un enfant dont le père est un industriel du Nord. Il dispose d'un QI de 158, en est conscient et sait qu'il dirigera un jour. Probablement la boite de son père.
Il est envoyé en colo pour se frotter au monde des ouvriers, via leurs enfants. A partir de ce moment le film bascule mais c'est une autre histoire. En attendant ici, pour illustrer classiquement le frelaté lien intelligence/QI/échecs (les 2 premiers termes sont dans le film) le gamin apparait à l'écran et à plusieurs reprises avec un jeu d'échecs (là aux alentours de la 55° minute)


Krusti, le
Le podcast du jour:

Aujourd'hui, Le Book Club reçoit l'écrivain et traducteur Jean-Philippe Toussaint, à l’occasion de la parution de son livre "L’échiquier" ainsi que de sa nouvelle traduction du "Joueur d’échecs" de Stefan Zweig aux éditions de Minuit.
Avec Jean-Philippe Toussaint Écrivain et réalisateur belge de langue française.

Jean-Philippe Toussaint avance case après case sur l'échiquier de sa mémoire, tout en traduisant Stefan Zweig. Ces deux livres parus aux éditions de Minuit, sont liés par un fil d’Ariane.

Dans L'échiquier, Jean-Philippe Toussaint brasse une dense matière biographique en débobinant son enfance et adolescence tout en s’adonnant à sa relation affective au jeu d’échecs : soixante-quatre chapitres pour composer ce livre, comme les soixante-quatre cases d’un échiquier.

En miroir, Echecs est la nouvelle traduction de Schachnovelle, texte de Stefan Zweig publié de manière posthume en 1943 et plus connu sous le titre Le joueur d'échecs. Nouvelle que Stefan Zweig écrit entre 1938 et 1941 durant son exil à Rio de Janeiro au Brésil en s'inspirant de sa propre vie de solitude qu'il comble en rejouant des parties d'échecs.

Traduction et écriture sont au programme du jour.
Comment échapper à la tentation autobiographique ?

Je voulais qu’on ait l’impression d’un livre en train de s’écrire, que le lecteur soit pris à témoin, mais en réalité, c’est le fruit d’un très long travail. J’ai écrit pendant quatre mois, mais j’ai travaillé pendant deux ans pour l’organiser. Mon livre n’est pas écrit au fil de la plume, c’est toute une réflexion sur la création. J’ai toujours privilégié une littérature de recherches, et quand je commence un livre, je me pose des questions assez conceptuelles. Pour un livre comme celui-là, où j’ai bien senti qu’il y avait une tentation autobiographique, or, l’autobiographie ç’est presque un gros mot par rapport à la littérature de recherches. Donc, ce qui m’a occupé, c’est de trouver le moyen d’écrire quelque chose qui s’apparente à l’autobiographie. En fait, l’échiquier, c’est un livre qui tourne autour de la tentation autobiographique sans y succomber. Jean-Philippe Toussaint


Kosmo, le
Pour compléter cette série d'infos sur Jean-Philippe Toussaint et son livre "L'Echiquier", je signale qu'il a aussi été invité dans une émission culturelle atypique sur la radio belge " la Première", la semaine passée:
"Dans quel monde on vit" : disponible en podcast sur auvio.rtbf.be durant 1 an; l'inscription sur le site est nécessaire et gratuite. MAIS, je pense qu'il faut être localisé au niveau adresse IP en Belgique pour y accéder...

Dans quel monde on vit?
(dans la 2e partie de l'émission, à partir de 29min)


Chemtov, le
Avec notamment quelques minutes sur Gilles Andruet, ami de jeunesse de J.Ph.Toussaint... Présentation un peu bizarre... D'abord un extrait d'interview d'Andruet en 1989 (sur le coup de poing de Seret), ensuite un bond de six ans en avant (en relatant l'assassinat de 1995), et puis retour aux années de jeunesse, quand ils avaient tous les deux 20/21 ans (donc vers 1977/78).
Et ensuite J.Ph.Toussaint nous dit, en fait, qu'ils s'étaient perdus de vue depuis ces années.

Je me demande bien ce qu'il peut avoir écrit sur Andruet, qui était un obscur joueur à vingt ans, à la fin des années 70 (quand ils se sont connus). Ne connaissant pas (ou plus) le Gilles Andruet, MI, champion d'échecs, puis flambeur des années suivantes.


Gilles andruet a été champion de France dans les années 80 ...tout comme Jean Luc Seret plusieurs fois d'ailleurs.
Au début des années 80 , il y avait en France très peu de joueurs français d'échecs titrés internationaux GM ou MI .

Nicolas Giffard, François Chevaldonnet, Michel Benoît, Aldo Haïk, Louis Roos, Francis Meinsohn , Richard Goldenberg , etc étaient pourtant de véritables vedettes , connus et admirés de tous les amateurs d'échecs en France.


Chemtov, le
Gilles est devenu champion de France dix ans après sa rencontre avec l'écrivain. Sa vie était très différente en 1978 et en 1988. Je me rappelle de lui à Strasbourg en 1980, à Manchester en 1981 (encore non classé FIDE!), etc...

https://www.saund.co.uk/britbase/pgn/198109benedictine-viewer.html

En 1980, il n'y avait que trois MI en France, Todorcevic (Yougoslave), Haïk et Giffard (et un ancien inactif : Muffang). Les MI suivants ont été D.Roos, L.Roos, Seret et Andruet (1982). Et un an plus tard Cheval et Sellos.


Chemtov, le
Je me rappelle de voyages épiques avec lui, notamment, seuls tous les deux, en 1983, dans l'émirat de Bahrein ! C'était tendu dans le coin...(guerre Iran-Irak, entre autres...)


Ah oui ! j'avais totalement oublié Didier Sellos ...qui avait fait la une de couverture du magazine EUROPE-ECHECS en août 1983....( je viens de me replonger dans ma collection EE!! )


Je me rends compte à quel point un joueur d'échecs reste dans la mémoire collective sans doute moins pour ses résultats sportifs (vainqueur de tournois ou bien titres Fide) que pour les livres et ouvrages qu'ils écrivent et sont dans nos bibliothèques....
Nicolas Giffard est à mon sens l'un des joueurs français qui a le plus œuvré pour le développement des échecs en France grâce à ses livres extraordinaires et remarquables, au meme titre que André Cheron ( livres de références sur les finales) , Alekhine (recueil de ses parties commentées)...


Merci Krusti, j'ai lu et bien apprécié "l'échiquier",un livre très bien écrit - sorte de notes autobiographiques (même si ce n'est pas mon type habituel de lecture, un peu trop littéraire pour moi peut-être).
Les pages sur Andruet sont effectivement émouvantes et crédibles, il était bien tel que le décrit l'auteur et les pages sur la Bolée restituent l'atmosphère de l'époque, chez Renée.
Je le recommande également !


Krusti, le
Un retour d'un lecteur. Quel régal.
Bien content en + que cela t'ait plu @DocteurPipo.
J’ajoute à mon premier billet que dans la manière qu’a Toussaint de relater à la fois l’importance, pour ne pas dire plus, de l’amitié qu’il a eu pour Gilles Andruet, et, dans le même pas de temps, celle d’évoquer la discontinuité de leur fréquentation, il y avait sinon du génie du moins un gros savoir-faire littéraire.
Avec une économie de mots on devine comment et en un sens pourquoi les destins se séparent… des retrouvailles brèves d'ailleurs n’y feront rien.
En quelques-mots on voit comment Andruet s’échappe de cette histoire pour finalement s’échapper tout court pris par « le démon du jeu ».
C’est magistral, c'est très élégant.
Il sont nombreux ceux qui, voyant leur pote dériver vers l’interdit, l’innommable, l’ineffable, l'incompréhensible, le mystère, se contentent d’évoquer un passé sympathique puis un avenir qui ne les concerne plus. Pas de ça chez Toussaint.
A côte de cela, qui n’est tout de même pas l’alpha et l’oméga de sa vie (car oui c’est une auto-biographie en 64 chapitres) il y a aussi l’hilarante séquence du désormais célèbre film "Berlin, 10h46" avec le malchanceux et grincheux Youssoupov.
Et plein d'autres choses...


Krusti, le
En replay possibilité de réécoute du Masque et la plume (le dernier de Jérôme Garcin) dont un passage est consacré à l’Échiquier de Jean-Philippe Toussaint (possible Goncourt en tous cas sur la première liste si j'ai bien écouté).
Un livre très bien reçu par la critique et, àmha, très convenablement commenté.


Chemtov, le
Je précise, pour Gilles Andruet, que si ''Sa vie était très différente en 1978 et en 1988'', il avait quand même, déjà, de sérieux problèmes avec ''l'interdit'' dès 1981 (peut-être avant aussi, mais ça, je n'en sais rien).

Yusupov comédien, dans un rôle de composition de ''malchanceux et grincheux'', ça doit être intéressant ! Bizarre que sur la page du lien suivant : https://www.senscritique.com/film/berlin_10h46/471621/details#casting-section, on n'ait pas pu mettre une photo du célébrissime Artur.


Krusti, le
Article intéressant dans le Monde rédigé par Tiphaine Samoyault dont le point de vie critique est souvent très riche, sur l'Echiquier de Jean-Philippe Toussaint.
Réservé aux abonnés voici le début...

(Je place momentanément ce post ici, ce qui n'est pas un "gros" HS, espérant par là me mettre à l'abri des subtiles et brillantes interventions à base de "torchon")


Meteore, le
Globalement le masque et la plume à adoré.
....


Krusti, le
Une série Tchèque (suffisamment rare pour le noter) en ce moment sur ARTE "Un espion très recherché" en 6 épisodes.
On y trouve une fugace apparition d'un jeu d'échecs c'est dans l'introduction du premier épisode. Un peu court pour en faire des caisses mais à noter pour un inventaire exhaustif.
(En même temps je n'ai pas terminé le visionnage de la série)


Krusti, le
Dans l'épisode 4/6 de la série évoquée supra le jeu d’échecs apparait.
Nous sommes dans un HP et deux joueuses jouent une partie sous le regard de l'héroïne.
Nos avons même droit à un "échec" sur l'échiquier.
Cliché 1 et 2.


Orouet, le
Je ne sais pas si cette citation du marquis de Bièvre a déjà été proposée :
"Hannibal, le jour de la bataille de Zama, n'avait pu gagner une seule partie d'échecs parce qu'il avait toujours eu Scipion devant lui."


Je ne sais pas si ce livre a déjà été mentionné, mais dans "Sauver Mozart", de Raphaël Jerusalmy, le personnage principal, critique musical atteint de tuberculose, joue parfois aux échecs avec certains malades qu'il côtoie au sanatorium. Les parties sont parfois seulement mentionnées, d'autres fois brièvement décrites.

"Partie d'échecs avec Günter. Il a gagné. Mais pas en finesse. Il a massé tous ses pions à droite de l'échiquier, me forçant à jouer sur la défensive, pour le bloquer. J'aurais dû lancer mon fou vers la gauche, en franc-tireur. Faire diversion. Son roi était mal gardé. J'aurais dû chercher la faille."

Echec et mat en seize coups ! J'ai sacrifié tous mes soldats et puis j'ai foncé dans le tas, droit sur le roi. Günter était surpris. Il s'est écroulé de fatigue sur son lit.


Krusti, le
Belle trouvaille @monalisa, conseillerais-tu la lecture de ce livre qui semble (comme d'autres du même auteur) avoir reçu un assez bon accueil critique ?
J'en profite pour glisser 3 liens, en direction d'un sitcom qui a connu son heure de gloire (malgré les rires enregistrés) en son temps.

Lien 1.
Lien 2.
Lien 3.


@Krusti : oui, absolument (mais pas spécialement pour les échecs, ce n'est pas le sujet) !
Je n'étais pas emballée après les premières pages : c'est un journal et le style est un peu abrupt, souvent télégraphique. Mais je me suis laissée emporter par l'histoire et j'ai finalement beaucoup aimé.


Bonjour
Qui parmi vous a lu "La partie Italienne " d'Antoine Choplin paru en livre de poche.
Krusti je suppose...
Vos avis ?


Krusti, le
@gbertola oui en effet, lu l'an dernier. J'en ai fait un bref retour ici.

Sinon Jean-Philippe Toussaint a eu la gentillesse de laisser un commentaire sur mon blog, sur l'article traitant de son dernier ouvrage. Il y laisse une information qui va nous intéresser...


Merci c'est toujours un plaisir de vous lire!
Sinon JP Toussaint est à Lausanne ce samedi pour une séance de dédicace (Librairie Payot). J'hésite à relire sa traduction de la nouvelle de Zweig qu'il vient de publier.


Krusti, le
Merci ça me touche beaucoup.
Pour ce qui concerne la dernière traduction du Joueur d'échecs de Zweig par JP Toussaint, j'hésitais également... et puis je l'ai commandé.
Il sera demain entre mes mains.
Je reste sur une bonne impression du livre en GF sous la direction de Diane Meur mais plus sans doute grâce à son appareil critique.
Je l'avais du reste furieusement annoté.
J'attends avec impatience de savoir comment Toussaint va traiter la question du « Stümper » que Diane Meur avait traduit maladroitement à mon sens par gâcheur.
Sur ce livre ainsi que sur deux BDs d'aprés le roman j'ai proposé mes lectures ici et là....


Krusti, le
Dans la comptine
"Pic nic douille
C'est toi qui sera l'andouille
Mais comme le roi ne l'veut pas
Tu n'le seras pas"
que j'ai comme beaucoup fredonné et entendu enfant, je m'aperçois que j'ignorais totalement comment orthographier convenablement nic douille.

Il m'aura fallu attendre Jean-Philippe Toussaint pour m'intéresser à cette douloureuse question.

C'est en effet par "niquedouille" que notre célèbre auteur traduit « Stümper ». Nous sommes page 24 aux éditions de minuit concernant sa dernière traduction toute récente du joueur d'échecs de Stephan Zweig qu'il intitule "Échecs" du même nom d'ailleurs que son premier roman non édité mais accessible déjà évoqué ici-même il y a un moment.
N'importe quel enfant peut apprendre les rudiments, n'importe quel niquedouille peut s'y essayer...


Bonjour Krusti
J'ai fait la connaissance de JP Toussaint. Débat conférence très instructif. Un récit "autobiographique" mais essentiellement orienté sur le plan de la forme et de la littérature. Un article lui sera consacré dans E-E de novembre.


Krusti, le
Nous sommes donc chanceux.
Hâte d'être en Novembre !


Krusti, le
Le dernier Woody Allen "Coup de chance" fait une petite place au jeu d'échecs dans une séquence aussi brève qu'importante, celle de "la fouille qu'entreprend la belle-mère" (Valérie Lemercier).
Une interprétation basique, augmentée du fait qu'il s'agit manifestement d'un jeu design, laisse penser qu'il s'agit de montrer par un élément de décor supplémentaire (comme s'il en manquait) l'appartenance du mari (Melvil Poupeau) et de la femme (Lou de Laâge) à la haute bourgeoisie parisienne.
Lou de Laâge, rappelons-le ici, est bien connue de la planète échecs, la planète française au moins, puisqu'elle tient l'un des principaux rôles du film d'Elodie Namer Le tournoi (2015) dans lequel le GM Fabien Libiszewski joue un second rôle, pendant que MVL et Yosha Iglésias apparaissent comme figurants.


Meteore, le
c'est un très bon livre où s'entremêlent les images du temps présent, de l'enfance de l'adolescence, du jeune âge adulte le tout teinté d'une grande nostalgie liée au temps qui passe. Le jeu d'échecs y est très présent, mais n'est absolument pas le sujet du livre, il s'agit plus d'une réflexion sur la littérature, sur la difficulté de trouver les mots et sur les souvenirs d'une vie, qui avancent en zig-zag à travers le temps, comme le ferait un cavalier.

Le passage sur Gilles Andruet arrive tout à la fin et évoque avec beaucoup de tristesse la malheureuse disparition d'une personnalité attachante et fantasque.

On peut conclure de ce livre, que parmi les écrivains de haut niveau JP Toussaint est sans doute celui qui joue le mieux aux échecs....


Krusti, le
Jean-Philippe Toussaint n'avait pas menti (confère son intervention sur mon blog il y a peu).
Il dialogue en effet dans Philosophie magazine d'Octobre avec MVL et ça vaut le détour. Ils ont même joué une partie et nous pouvons "savourer" deux diagrammes, l'un est le moment de la vraie faute de l'outsider l'autre est le moment de l'abandon. Mais ne surjouons pas le syndrome de la case banche, l'essentiel est vraiment ailleurs et je me suis régalé surtout vers la fin.
Une formulation a retenu mon attention particulièrement c'est celle d'MVL ici, ce n'était pas le souvenir que pour ma part j'en avais.
Voilà qui pourrait faire un beau sujet de buvette. Quoi de mieux que la buvette pour se remémorer le temps passé ?


Chemtov, le
Oui. MVL n'a pas bien compris. C'est vrai que, même surdoué, à l'âge de 3 ans c'était dur à comprendre (La PCA, la FIDE, le modèle championnat/tournoi, etc...).


La série documentaire sur la vie quotidienne des geeks évoquée plus haut nous a aussi laissé cette autre défaite de Leonard sur un échiquier qui vaut son pesant de bosons.


Krusti, le
Excellent @framboise, il manquait en effet ce petit bijou.
Finalement il est bien possible que The BBT soit l'une des séries (sinon la série) qui contienne le plus grand nombre de clin d’œils (et assez long à chaque fois en +) en direction du jeu d'échecs... A vérifier...


Meteore, le
Sur la question du temps passé (voire perdu) j'ai commencé la lecture d'un très intelligent livre (selon moi) "Proust, roman familial" de Laure Murat.

Elle descend en ligne directe de Joachim (lui même fils d'aubergiste dans le Lot) (pas Mouhamad bien sûr).

Un chapitre intitulé "les voix impénétrables du passé" (pas de faute d'orthographe) évoque l'enchevêtrement parfois surprenant des temps passés et des temps présents. Elle évoque ainsi un souvenir qu'elle a de sa jeunesse (1981) Où elle entend un ami âgé de son père lire un texte de Baudelaire en imitant ce dernier. Cet ami avait lui même connu dans sa jeunesse un homme âgé ayant réellement connu et écouté Baudelaire; où comment le 19ème siècle peut ressurgir en plein 20/21 ème siècle.

A ce propos une référence nette aux échecs qui est un écho très amusant du livre de JP Toussaint. Aucune concertation n'est possible entre les deux écrivains étant donné la simultanéité des publications. C'est une coïncidence.

" ils me font penser à la marche du cavalier sur l'échiquier, la plus énigmatique, dont une version possible est : un pas de côté,deux en arrière"

Laure Murat , à propos des sinuosités du temps


Krusti, le
Très intéressant @Meteore, à noter que le masque a réservé le meilleur accueil (et unanime ce qui est rare) à ce livre de Laure Murat.


Krusti, le
Dans le film récent Aftersun d'un accès peut-être un peu difficile si l'on est pas bien concentré, on trouve deux séquences où le jeu d'échecs est présent.
La première au titre d'un souvenir (d'où l'absence de netteté) l'autre qui arrive plus tard dans le film étant la source de ce souvenir (l'histoire étant la remémoration du passé d'une jeune fille qui se souvient de son enfance notamment les vacances avec son père, et, à cette occasion elle cherche à vraiment le découvrir. Ouf. Et oui elle jouait aux échecs avec lui).


Orouet, le
Lu dans la version BD du "Nom de la Rose" de Milo Manara parue récemment :
"De l'utilisation des miroirs dans le jeu des échecs"
il ne m'en souvient pas dans la traduction française du roman d'Umberto Eco,
il n'empêche , Manara doit être + proche du texte original,
il faut que je bosse ;-)


Krusti, le
Intéressant.
On a une idée de l'endroit de l'apparition de cette formule "De l'utilisation des miroirs dans le jeu des échecs" dans le roman ?
Je demanderais bien à un de mes contacts d'origine italienne de jeter un œil dans le texte original.


Chemtov, le
Tout au début. Avant même le prologue. Dans un commentaire, intitulé '' Un manuscit naturellement'' où Umberto Eco raconte (invente) sa découverte (fictive) du texte manuscrit d'Adso de Melk.

'' Si rien de nouveau ne s’était produit, j’en serais encore à me demander d’où peut bien venir l’histoire d’Adso de Melk ; seulement en 1970, à Buenos Aires, comme je fouinais sur les étagères d’un petit libraire antiquaire dans la Corrientes, pas très loin du plus fameux Patio du Tango de cette grande rue, voici que me tomba entre les mains la version castillane d’un opuscule de Milo Temesvar, ''De l’utilisation des miroirs dans le jeu des échecs'', que j’avais déjà eu l’occasion de citer (de seconde main) dans mon ''Apocalyptiques et intégrés'', en rendant compte de son plus récent ''les Marchands d’Apocalypses''. Il s’agissait de la traduction introuvable de l’original en langue géorgienne (Tbilissi, 1934), et dans ces pages, à ma grande surprise, je lus de copieuses citations du manuscrit d’Adso, sauf que la source n’était ni Vallet ni Mabillon, mais bien le père Athanasius Kircher (quel ouvrage au juste ?). Un savant _ que ne juge pas opportun de nommer – m’a assuré par la suite que (et il citait les index de mémoire) le grand jésuite n’a jamais parlé d’Adso de Melk. Mais les pages de Temesvar se trouvaient sous mes yeux et les épisodes auxquels il se référait étaient absolument analogues à ceux du manuscrit traduit par Vallet (en particulier, la description du labyrinthe ne laissait place à aucun doute). Quoi qu’en ait écrit ensuite Benianino Placido {3}, l’abbé Vallet avait existé et de même certainement Adso de Melk.''


Athos, le
Je ne sais pas si vos inventaires ont inclus la première version de Blade Runner, celle de Ridley Scott. Dans une des scènes finales, le Réplicant en chef (Rugter Hauer) trouve un stratagème pour s'introduire chez son "Créateur". L'assistant de ce dernier joue aux Echecs avec lui, par visioconférence (on voit à peine l'échiquier et les pièces). Donc le Réplicant propose un coup détonnant, un sacrifice de dame sur cavalier, et le "Créateur" est tellement surpris qu'il fait venir son assistant (et son destin) chez lui.
Avant de s'éteindre, en lâchant une colombe blanche, ce Réplicant aura cette belle réplique : "Tous ces souvenirs se perdent, comme les larmes dans la pluie ..."


Orouet, le
Merci Chemtov,
cet "opuscule" ne semble avoir existé que dans l'imagination du romancier ...
dommage , l'idée est excellente !


Krusti, le
L'échiquier de Jean-Philippe Toussaint n'aura pas le Goncourt... il n'est pas dans la short-list finale.


Le livre de JP Toussaint connaît un certain succès popklaire ....il est en vente sur les présentoirs livres des supermarchés.

A propos de Blade Runner ...la scène finale du film est inoubliable ..un Grand moment ( avec un grand G) de cinéma ! Acteurs formidables , texte remarquable tout à la fois poétique philosophique et émouvant...et dnfin une prise de vue ( cadrage éclairage) digne des meilleurs cinéastes du 7eme art...


En ce moment sur Amazon Prime un film est présenté ( rubrique drame)

Échec et mat . 113 min 2020 .

Titre original : critical thinking

L'histoire vraie de l'équipe d'échecs du Miami Jackson High school qui a été la première équipe du centre ville à remporter le championnat national d'échecs des USA


Athos, le
@thierrycatalan : en effet, des androïdes, soit des machines, qu'on a exploités comme des esclaves, et qui donnent des leçons d'humanité aux humains, c'est une superbe leçon de philosophie.
Le Blade runner doit la vie à la pitié qu'il inspire au Réplicant, ou à sa lassitude d'en avoir trop vu. Et lui-même agira par amour ...
La BO du film, si nostalgique, accompagne parfaitement ce film-culte.

Pour l'anecdote, la nuit et la pluie qui accompagnent tout le film sont un choix délibéré de Ridley Scott, et il a pris un des meilleurs chefs opérateurs d'Hollywood pour filmer les scènes. Dans une des versions finales du film, on ne voit le jour que quand le Blade runner s'enfuit avec celle qu'il veut sauver à la fin (encore un symbole ...). Le making off du film a été diffusé sur Arte récemment.
Ce film a plus de 40 ans et reste définitivement moderne, c'est la marque des chefs-d'oeuvre (comme les parties de Morphy !)


Reyes, le
« J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire... Des navires de guerre en feu surgissant de l'épaule d'Orion. J'ai vu des rayons "C" briller dans l'ombre de la Porte de Tannhaüser. Tous ces moments se perdront dans l'oubli... comme des larmes sous la pluie... Il est temps, de mourir... » Rutger Hauer « Blade Runner (1982) »


Athos, le
@Reyes : merci pour la citation exacte, je ne l'avais que de mémoire pour la fin.


atms, le
Arturo Pérez-Reverte : "Cadix, ou la diagonale du fou" (2010)
(un titre un peu racoleur puisque l'original est "El asedio", le siège)

L'action se passe en 1811, lors du siège de la ville de Cadix par les troupes napoléoniennes.
C'est un roman policier bien dans le style de son prolifique auteur.

(Une bombe est tombée sur la ville)
"– Ma tour est menacée par ce fou et ce pion… Ce n’est pas le moment de perdre mon temps avec des bombes."

"Tizón achève de ranger les pièces noires et blanches dans leur boîte, comme des cadavres dans une fosse commune attendant la pelletée de chaux vive. L'échiquier reste vide, désert comme le sable d'une plage à marée basse."

"– Je vais vous mettre en charpie, commissaire, rit Barrull, heureux. Sans miséricorde.
Sa tactique a été celle de toujours : attendre patiemment, comme une araignée au centre de sa toile, l'erreur de l'adversaire et se lancer alors avec délectation, tous crocs dehors et la gueule dégoulinante de sang."

"La partie est terminée depuis un quart d'heure, mais les pièces sont toujours sur les dernières cases qu'elles ont occupées : un roi blanc acculé par une tour et un cavalier noir, et un pion blanc isolé à l'autre bout du champ de bataille, un coup seulement avant d'aller à dame.
De temps en temps, Rogelio Tizón jette un regard sur l'échiquier. Il lui arrive parfois de se sentir dans la même situation : acculé parmi des cases désertes où se déplacent des pièces invisibles."

C'est quand même autre chose que les platitudes du genre "ainsi va le monde, c'est une partie d'échecs", n'est-ce pas ?


atms, le
Dans un autre registre, les cinéphiles ne rateront pas "3 jours max" (sorti cette semaine). 😉
En mission dans un hôtel d'Abu Dhabi, le héros est pris pour un champion d'échecs et doit jouer une simultanée.
Il se prend un mat qui ressemble à quelque chose comme ça : Th8 mat




Krusti, le
Sur mon fil FB est apparu cette pub. Je ne connais pas cette série (elle a pour elle à mes yeux d'être anglaise mais à part ça...) et il n'est pas fait état du jeu dans sa fiche Wikipédia...
Si quelqu'un en sait +...


Athos, le
@atms : La Diagonale du fou est aussi le titre d'un film de Richard Dembo, 1984, dont peut-être il a déjà été parlé dans les fils.
Voici le "pitch" (Wikipédia) : "Pavius Fromm est un jeune génie des échecs, impétueux et provocateur. Lituanien, il a fui son pays et la mainmise soviétique, et réside en Occident. Pour la finale du championnat du monde d'échecs en Suisse, il doit affronter un compatriote bien plus âgé, Liebskind, qui a, lui, le soutien du régime."

Le film est un peu caricatural (comme souvent avec les Echecs), mais est bien interprété par Alexander Arbatt (le "jeune génie") et par l'immense Michel Piccoli (le "suppôt du régime").

Dans un autre registre, R. Dembo a aussi réalisé "L'instinct de l'ange", avec Lambert Wilson et François Cluzet, qui narre la brève et fulgurante carrière d'un pilote d'avion durant la première guerre mondiale, ressemblant fort à Guynemer, et qui disparaît dans des conditions bien étranges ...


Chemtov, le
''La Diagonale du fou''.... ''dont peut-être il a déjà été parlé dans les fils.''

Oui. Si vous tapez ''Piccoli''dans le moteur de recherche (''Rechercher sur le site'') vous trouverez pas mal de commentaires.

Nicolas Giffard, qui avait été le conseiller technique pour les échecs, nous avait raconté comme cela n'avait pas été simple d'expliquer aux acteurs que les joueurs d'échecs ne gesticulent pas et ne font pas de mimiques pendant les parties (mais ça, c'était avant les images de Kasparov et Carlsen!)


Chemtov, le
Digression : Nicolas qui joue en ce moment, en Sicile, le championnat du monde des vétérans (65+), en compagnie des autres Français, mes frangins Jean-Luc et Louis, Nikolay (Legky), Sacha (Ladisic), etc... (et quelques autres que je connais moins).


"Difficile d'expliquer aux acteurs que les joueurs d'échecs ne gesticulent pas et ne font pas de mimiques pendant les parties...."

Judicieuse remarque !!!

Je viens de regarder hier soir le film "critical thinking " ( échecs et mat en français) diffusé actuellement sur Amazon Prime ...

J'ai trouvé que c'était un vrai navet...
avec une brochette de jeunes acteurs qui ont dû trop regarder les grimaces de Jim Carrey " The mask " plutôt que de regarder de vrais joueurs d'échecs en tournoi...
Seul l'acteur jouant le professeur initiant les lycéens aux échecs s'en sort honorablement.


Meteore, le
@Krusti : Laure Murat non plus,n'aura pas le prix Goncourt, contrairement à son héros...
Sinon j'ai bien envie de lire humus que j'ai acheté mais il faut que je termine 2 livres en cours


Meteore, le
Adams et Nunn sont les deux têtes de série du championnat 50+ et 65+ , très forts ces anglais


Chemtov, le
Pas trop étonnant. Ils sont très forts (ex top 10 mondiaux) et... riches aussi ! Quand il faut tout payer, c'est difficile pour les retraités des échecs.
Et ils ne peuvent guère compter sur les fédés pour aider (surtout quand elle ne reconnait pas ses propres joueurs!) (heureusement Legky est invité, comme 2ème exaequo-3ème de l'an dernier).


Athos, le
@Chemtov : le scénario de la Diagonale a sûrement été inspiré par les affrontements Karpov-Korchnoï (avec inversement des âges). Si l'on cherche des correspondances à partir du film, on aurait bien vu le jeune Kasparov (à le supposer dissident) affrontant Botvinnik, l'officiel du régime.
Les Echecs ne sont pas (du tout) télégéniques ou "cinégéniques", ce qui doit nettement embarrasser les réalisateurs, d'autant plus que le grand public ne comprend rien à ce jeu, d'où tous les fantasmes qui l'entourent.
Et s'ils montraient la réalité des tournois et des joueurs, du moins certains, les productions perdraient beaucoup d'argent ...


Chemtov, le
''à le supposer dissident''.

Effectivement, Kasparov n'était pas un dissident. Il était fortement soutenu par le clan du vice-premier ministre de l'URSS, Heydar Aliyev, membre du politburo, ex-premier secrétaire du Comité central du parti communiste d'Azerbaïdjan et ex-président du KGB d'Azerbaïdjan.


Krusti, le
Un retour sur cette BD parue en Août de cette année ?
Je viens d'en faire l'acquisition mais je n'aurai pas l'occasion de la lire avant la semaine prl'ochaine...


Krusti, le
Il était passé discrètement sous mon radar... mais il était présent dans ma Bàl ce soir.
Le Jeu d'échecs comme représentation
Univers clos ou reflet du monde ?

Un ouvrage des "Éditions Rue d'Ulm" (presses de l'école normale supérieure)

Sommaire

Avant-propos, par Amandine MUSSOU et Sarah TROCHE
Introduction, par Jacques BERCHTOLD

Première partie. L’échiquier comme modèle politique
La cité idéale selon Jacques de Cessoles : les échecs, instrument d’une propagande royale, par Amandine MUSSOU

Jeu d’échecs et totalitarisme : Orwell, Zweig, Séry, par Luc RASSON

Deuxième partie. Poétiques de l’échiquier
Permanences échiquéennes ou le sens d’une métaphore trans-séculaire,
par Michèle GALLY

L’échiquier de La Vie mode d’emploi : Georges Perec et le « cavalier polygraphe »,
par Benoît BERTHOU

Marcel Duchamp et les échecs : « tous les joueurs d’échecs sont des artistes »,
par Sarah TROCHE

Troisième partie. Le réel et la grille de l’échiquier
Le motif de l’échiquier dans l’oeuvre de Kandinsky : quelle abstraction ?
par Hélène TRESPEUCH

Des figurines de chair et de sang (sur l’échiquier de la passion). D’après une mise en scène de Daniel Mesguich : La Seconde Surprise de l’amour de Marivaux,
par Sébastien LENGLET

La compétition d’échecs comme espace autonome : la sujétion de la vie ordinaire par le monde de la sociabilité ludique, par Jacques BERNARD


Athos, le
Colombo, Saison 2, Episode 7, "The most dangerous match " (1973) :
"Emmett Clayton est un jeune champion américain d'échecs tenant du titre national américain. Tomlin Dudek est un vétéran et champion soviétique. Un tournoi international se prépare à Los Angeles entre les deux hommes. À l'insu de leurs accompagnateurs respectifs qu'ils ont laissé à l'hôtel, les deux joueurs parviennent à se rencontrer de manière non officielle dans un restaurant de la ville, pour dîner de plats d'escargot dont le Russe est friand. Ils sont à la veille de la confrontation officielle et jouent une partie ensemble. Or, au grand désespoir de l'Américain, c'est le Soviétique qui remporte aisément la partie.

L'Américain ne veut pas perdre la face en public lors de leur prochaine confrontation du lendemain, comprenant qu'il perdra à coup sûr face à un tel adversaire..." (Wikipédia)

Avec 5 ans d'avance, cela ressemble un peu au scénario du match de Baguio, Karpov-Korchnoï, les escargots, le crime et Colombo en moins !


Krusti, le
L'un des articles du site "petitnationiste" fait le choix dans sa mise en page d'un tableau représentant une partie d'échecs.


Orouet, le
aujourd'hui
Ouest France dernière page


Krusti, le
Sorti en 1989 (ouf) avec au casting rien moins que Gérard Lanvin, Christian Clavier, Jean-Pierre Bacri, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Anne Chazel et j'en passe, " Mes Meilleurs copains" fait une part au jeu d'échecs comme élément de décor, ici (52') quand l'un des personnages (metteur en scène) téléphone à son "actrice" et là (1h22') quand un autre personnage (gay) tente de séduire une rencontre de passage. Le jeu apparait à d'autres moments du film qui se déroule principalement dans une maison et cela parce qu'il trône sur une table basse dans l'une des pièces.


@ Athos. La partie jouée sur une nappe de restaurant aux carreaux rouges, avec salières et poivrières, restera l'un des grands moments de Columbo.

Je n'avais jamais fait attention à ce détail mais Jeunesse (1983) de Patrick Modiano s'ouvre ainsi : "Les enfants jouent dans le jardin et ce sera bientôt l'heure de la partie d'échecs quotidienne."

Comme je ne l'ai pas relu depuis vingt ans, qu'il m'a laissé un très bon souvenir, j'y retourne.


Chemtov, le
De mon côté, je suis dans le ''King's Gambit'' de Paul Hoffman (voir ici : https://en.chessbase.com/post/king-s-gambit-and-the-story-teller-paul-hoffman) que j'ai découvert dans la bibliothèque du club (à côté d'une vieille édition du ''Queen's Gambit'' de Walter Tevis !).
Quel danger, cette bibliothèque ! Je pourrais m'y enfermer pour le reste de mes jours...


Krusti, le
Je repère la présence du jeu d'échecs à l'instant dans une chanson de geste à la faveur des interclubs. En effet comme indiqué dans le post dédié, nous (Maisons Alfort) rencontrons Bongy sur Meuse en Interclubs dimanche et je m'aperçois que le club qui nous reçoit a pour nom "Les 4 Fils Aymon Bogny sur Meuse".
Le reste est sur la fiche Wiki... dont j'extrais la partie qui justifie mon post "Le récit raconte le conflit qui oppose les fils Aymon, vassaux de l'empereur Charlemagne, à ce dernier. Renaud tue Bertolai, neveu favori de Charlemagne, lors d'une partie d'échecs. L'empereur fait raser en représailles la forteresse des fils Aymon, Montessor, dans les Ardennes."


"Renaud tue Bertolai, neveu favori de Charlemagne, lors d'une partie d'échecs"

Cela reste assez rare de nos jours...


kaktus, le
Astrid et Raphaëlle, saison 4 épisode 5 : le sacrifice du fou.

Disponible sur la plateforme de France Télévision.


Athos, le
@Ducouloir : en effet l'addition est "salée" pour le perdant (belle série culte en tout cas, encore diffusée sur la 8 ou la 10 le samedi soir). Je suis sûr que Colombo aurait fait un excellent joueur d'Echecs, dans le style Petrosian (l'adversaire le prend de haut, veut le tactifier, et tout d'un coup il s'aperçoit qu'il a perdu ...)


Chemtov, le
Sur Peter Falk et les échecs :
https://www.chesshistory.com/winter/extra/television.html


Athos, le
@Chemtov : excellent lien, E. Winter est (était ?) un chroniqueur très informé à propos du jeu et de son univers.
Si on l'en croit, la position vue dans l'épisode serait donc tirée d'une partie jouée à Maastricht en 1946, une Nimzo.

Visiblement Falk s'est passionné pour le jeu. La photo avec Korchnoï est amusante. Viktor a dû lui demander comment assassiner Karpov ;-).


Krusti, le
Le livre qui a fait sortir Jean-Philippe Toussaint de l'anonymat est sans nul doute "La salle de bain" (1985).
Déjà page 24:
Assis dans la cuisine sur sa chaise de la veille, il raconta qu'il avait passé la nuit à jouer aux échecs dans l'arrière-salle d'un café avant de faire la connaissance de son voisin de table, un jeune type qui, à la fermeture du bar, l'avait entraîné aux Halles où ils avaient acheté un cageot de poulpes qu'ils s'étaient partagés au petit matin, dans le métro, à la station Invalides.


Krusti, le
Durant cette émission provenant du podcast "Les Nuits de France Culture" Les vivants et les dieux: Symboles et religions (L'esprit du Talmud (1ère diffusion : 15/09/2001)) Marc-Alain Ouaknin tente une analogie entre la lecture du Talmud et le jeu d'échecs.
Amusant... C'est vers 6'50 mais démarrer à 6'22 c'est mieux...


Krusti, le
Jérôme Garcin dont c'était l'avant-dernier masque, évoque Garry Kasparov (en fait son QI) lors de la présentation du dernier livre d'Olivier Liron ("La Stratégie de la sardine"). Aux alentours de la 14° minute pour les plus pressés.


Chemtov, le
Oui. Ou comment, à force de répéter inlassablement des informations non-vérifiées (sur les QI), elles finissent par être admises comme des vérités.


Krusti, le
Intrigué j'ai fouiné un peu sur le web et je tombe sur cet article (sans bien savoir ce qu'il vaut) mais le 190 de GK est encore à l'honneur apparemment. Répétition de l'imprécision ?
Ici on parle d'une estimation...


Chemtov, le
''Le Spiegel relativise, dans un article de 1987 : selon le test anglais, le QI de Kasparov serait de 135.''
Voir ici aussi : https://hal.science/hal-04293165/document


Krusti, le
On sait, au moins depuis Nietzsche, que les anglais sont de grands pervers... ;-)


Chemtov, le
Bon... enfin... un gars qui croit à la Nouvelle Chronologie et aux thèses de Fomenko... et qui ose en parler devant des institutions européennes...
QI de combien ?

(''Starting in 1998, the development of the new chronology was aided by a number of specialists from a variety of unrelated fields and adhering to different cognitive paradigms. The author is grateful to the world chess champion G. K. Kasparov for the materials and the valuable discussion that he provided, to the prominent writer, prominent logician and sociologist, A. A.Zinoviev, for our fruitful and important debates''.
https://archive.org/stream/AnatolyFomenkoBooks/History-FictionOrScienceByAnatolyFomenkoVol.1_djvu.txt)


Pas d'échiquier dans le 4ème épisode du Décalogue mais une pendule, juste derrière le visage de Michal. L'objet, rapporté à l'épisode, est on ne peut mieux choisi.


Krusti, le
En léger différé de (quasiment) mon musée préféré, le Musée du Compagnonnage de Tours qui vient en + de se réorganiser.

Une batterie d'allégresse pour le sympathique et brillant compagnon du devoir "Solognot le consciencieux"

Cliché 1

Cliché 2

Cliché 3


Krusti, le
Dans le dernier film de Yórgos Lánthimos Poor things ("Pauvres créatures" en français), Lion d'or à la la Mostra de Venise (2023). Une scène et un dialogue ramènent au jeu d'échecs. D'abord deux joueurs en train de jouer dans un bar en sous-sol à Lisbonne et un évènement raconté par Bella Baxter (Emma Stone) qui la met aux prises avec un séducteur lui proposant d'apprendre les règles du jeu.


Renan, le
Pour les amoureux de Billy Wilder, demain à 20h55 Arte diffuse "stalag 17" où un jeu d’échecs joue un rôle important!


Krusti, le
Et pour ceux qui souhaiteraient un teaser ou bien une madeleine....


Krusti, le
Klaus Shulze, Ash Ra Tempel, Manuel Göttsching, e2-e4, les années 70/80, c'était le bon temps !!!


Krusti, le
Actuellement un seul en scène au Théâtre Darius Milhaud 80 allée Darius Milhaud 75019 Paris.
Le Joueur d'échecs



Kosmo, le
Cinéma Laika (2023) : documentaire de Veljko Vidak produit en France; un sujet intéressant pour les passionnés de cinéma, à savoir le projet de création d'un cinéma dans une petite ville finlandaise de 9000 habitants, où vit Aki Kaurismaki, et d'autres habitants très colorés dont un collectionneur d'anciennes voitures américaines (Cadillac, etc.)




Kosmo, le
[suite du post précédent qui a été publié un peu vite]
Ici la fiche du film
il contient une séquence de partie d'échecs entre deux personnes habitant la ville : filmé presque à l'horizontale, mais on peut voir que l'échiquier est bien placé; il y a plusieurs plans, à chaque fois vue d'ensemble des deux adversaires et de l'échiquier; un plan montre le joueur jouer 1.e4 , puis un plan avec la réponse 1...c5, puis un plan avec 2.Cc3, et un dernier plan sur un milieu de partie de Sicilienne.
J'ai pu discuter ensuite au bar avec le réalisateur, et j'ai appris des détails intéressants sur cette scène: le joueur est un artisan qui a fabriqué l'échiquier lui-même. J'ai reçu une photo de l'échiquier par la suite: un objet baroque, où l'artisan a intégré de véritables pièces de monnaie de 2 euros dans chaque case de l'échiquier! Difficile à distinguer durant la vision de la scène en raison de l'angle de prise de vue et du contre-jour.
@Krusti : si intéressé, je peux fournir l'extrait du film pour votre site web (contactez-moi par MP)


Krusti, le
Intéressant tout ça... je vais même aller jusqu'à tout faire pour visionner ce "film" dont la bande-annonce prépare au meilleur (et nous verrons alors si nos extraits sont raccords 😀).


Un échiquier au milieu du cadre dans La double vie de Véronique de Kieslowski. A voir si l'on retrouve le motif échiquéen dans chacune des vies représentées, la polonaise & la française.
Avec également la musique de Van den Budenmayer et le retour discret de quelques personnages du Décalogue.

J'avais pu voir Irène Jacob à la Roque d'Anthéron (2002, 2003 ?). Elle officiait comme lectrice et Piotr Anderszewski s'occupait du piano.


Krusti, le
De retour de la salle Darius Milhaud (et suite à mon post du 07/02/2024 19:08).
Une pièce d'1h05 dans la salle 2 (35 places) très bien interprétée par un comédien qui respecte étonnamment et de fort belle manière le texte de Stefan Zweig retravaillé par Eric-Emmanuel Schmitt.
Le bouche à oreille fonctionne... c'était comble et les prochaines réservations sont pour mars (Février blindé).
Je recommande chaudement.

Pour mémoire:
Le Joueur d'échecs - Un texte de Eric-Emmanuel Schmitt
D'après la nouvelle de Stefan Zweig
Metteur en scène : Véra Ermakova
Avec : Antony Fons
Compositeur : Jean-Pascal Lamand


Krusti, le
Quelques mots sur un incontournable.
C'est par ici...


Krusti, le
Grand Fan de Hong Sangsoo je regardais la BA de Walk Up qui vient de sortir pour m'apercevoir de la présence au mur d'un....
A voir maintenant si celui-ci comporte ou apporte un sens particulier à la démarche de l'artiste.


Krusti, le
Je sors du cinéma.
Pris dans la presse:

En lice pour l’Oscar du meilleur film étranger, le long-métrage d’Ilker Çatak interroge la bien-pensance dans un établissement scolaire.

« La Salle des profs » : un haletant thriller tourné en huis clos dans un collège allemand dit « progressiste »

Un film pas mal du tout qui ne donne ni envie d'être enseignant ni envie d'être allemand.
Bref dans les dernières séquences le collège, dans lequel tout le film est tourné, est balayé par une caméra en surplomb. Résultat une magnifique scène au centre de laquelle on voit clairement un échiquier géant au sol (comme il en existe souvent dans les aires de jeux pour enfants).


Athos, le
Episode 9 du Prisonnier, "Checkmate", série-culte des sixties, de et avec l'excellent Patrick Mac Goohan (la vraie, pas les copies) : le n° 6 est convié à une partie d'échecs sur échiquier vivant, où il tient le rôle d'un pion. La Reine lui propose de s'enfuir, attention aux pièges ...

" - Où suis-je ?
- Au village
- Que voulez-vous ?
- Des renseignements
- Qui êtes vous ?
- Je suis le nouveau numéro 2 ..."

Un bon site pour les fans (et ils sont nombreux dans le monde) : http://www.leprisonnier.net/


Chemtov, le
Ce n'est pas un univers pour Carlsen. Où le n°1 reste dans l'ombre.
Je me demande aussi si un joueur d'échecs, aussi élégamment vêtu que n°6, avec blazer et baskets assorties, serait sanctionné pour non respect du dresscode (chaussures de sport).


Krusti, le
On apprend dans l'ouvrage de Jean-Michel Philibert (le pape de Six of one France) qu'à la base l'épisode devait s'appelait "The Queen's pawn".
La chute de cet épisode est fameuse puisque que N°6, en raison de son comportement autoritaire vis à vis de ses compagnons d'infortune cherchant à se libérer va passer finalement pour un "gardien" à leurs yeux. Le comble du comble.
Dans mon souvenir ce n'est pas le meilleur épisode de cette série que personnellement je place au dessus de toutes les autres. Peut-être faut-il le réévaluer ? Mais c'est une autre histoire.


Athos, le
@ Chemtov : il arbore je crois des tennis bleues à l'ancienne, assez classiques, loin des baskets rutilantes des "fashionettas" et fashionettos" (pardon mais ça finira sûrement dans le dictionnaire) que l'on voit dans les tournois (et ailleurs), et dont certain(e)s jouent comme un pied.

Vous savez, le vrai n° 1 n'est pas Carlsen mais Alpha zéro. Mais qui est Alpha zéro ? Cela renvoie vers la réflexion philosophique qu'engendre l'IA et son futur, loin des débats caricaturaux (comme ceux que crée R. Enthoven, en disant qu'il est plus fort que Chat GPT en philo, nananèreuh).

@ Krusti : de mémoire en effet il incarnait le pion d, puisque la Reine lui parle presque à l'oreille (c'est un pion qui survit rarement dans les ouvertures). Cette série fut un OVNI dans le paysage des séries d'alors. Mac Goohan ne voulut jamais admettre que le n° 6 aurait été en fait John Drake, héros d'une autre série-culte précédente, Destination danger (Danger man). Drake, cet espion tout terrain écumant le monde et finissant par douter parfois du bien-fondé de ses missions et du MI 5. Un Drake finissant au Village, piégé lui-même dans un univers de paranoïa, de trahison et de manipulation ...

C'est une série digne d'Orwell, chaque épisode contient des sens cachés (ou pas) sur les pratiques et finalités des sociétés, et sur les rapports humains (conformisme, lâcheté), les scènes d'action et le suspens habillant élégamment la portée métaphysique. Et quand on veut s'échapper, la grande boule blanche vous rattrape et vous asphyxie ...
Je partage votre avis quant à la place sur le podium des séries. Sa finesse dépasse de très loin la caricature et le vide que l'on découvre dans bien d'autres. Ce Village est un univers charmant, policé et fleuri, façade derrière laquelle les "monstres" opèrent (brrrr).

Pour les épisodes excellents, je citerai, parmi d'autres, le 5 (Double personnalité : n° 6 affronte un double parfait), le 7 (Le retour : n° 6 parvient à s'échapper et une énorme surprise l'attend), ou le 8 (Danse de mort : on marginalise le n° 6 pour le faire craquer).
La série sera finalement interrompue après 17 épisodes, car les producteurs commençaient à avoir peur, on se demande pourquoi ;-). Peu importe, tout avait été dit ou presque. On reverra Mc Goohan dans 2 ou 3 épisodes de Colombo.

En conclusion de mon pensum, je dirai que cette série, comme tous les chefs d'oeuvre, ne vieillira jamais, même si elle n'est pas dans l'air du temps (scénarios creux, gros plans, surenchères, images rapides, etc.). Elle distrait et fait réfléchir (ceux qui peuvent), le tout avec qualité (on a rarement les deux ensemble).
On la trouve en coffret pour des prix raisonnables sur les sites bien connus. A vos claviers !


Krusti, le
Pris d'un doute j'ai tout de même été vérifier. C'est bien dans l'épisode 1 que le jeu d'échecs fait sa première apparition. A l’hospice du Village précisément. A la 17° minute.


Renan, le
Bonjour Athos,
Vraiment très intéressant, j'étais fan de cette série quand j’étais jeune (18-20 ans), j’avais réussi à acheter la série en cassette vhs...
C’était l’époque où les séries et les films avaient un vrai scénario.
Cette série est une métaphore de la société (même actuelle) qui montre par exemple ce que peut faire un dirigeant (chef etc...) contre ou pour sa population (rapprochement avec Orwell et/ou Huxley...)...bien évidemment aucun rapport avec ce qui s’est passé il y a quelques années!


L'intégrale en DVD du Prisonnier vaut le détour...et pas seulement pour les épisodes à regarder dans l'ordre ( il y a une progression dans la trame et l'évolution des personnages au fil des épisodes).
Mais l'integrale DVD est remarquable à cause des nombreux "bonus " relatifs à l'histoire de la série: son scénario, la construction des décors, les truquages, les voitures, les interviews des acteurs etc...
Il y a de nombreuses explications qui raviront les fans de la série....on apprend par exemple que Patrick mac Goham ne savait pas comment conclure le scénario de la série.....et la parabole de la partie d'échecs ( présente dans plusieurs épisodes ) est largement commentée par mac Goham.


Krusti, le
C'est dans la renaissance Lochoise et cela concerne une exposition à Descartes. Gloire au 37 en somme !




© 2024 - France Echecs  | Utilisation des cookies  | Politique de confidentialité