France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Sunday 02 October 2022
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


De la répétition dans un programme d'exercices tatctiques par philippe1934 le  [Aller à la fin] | Actualités |
Bonjour tous,

Même si ce post s'adresse plus particulièrement aux animateurs, qui enseignent à des débutants et des enfants dans les clubs et les écoles.

Je suis en train de finaliser ce qui sera probablement l'oeuvre de ma vie - ne rigolez pas - bien on peut faire un travail très sérieux et garder le sens de l'humour...

Je travaille actuellement sur une nouvelle édition de ce qu'étaient les Entraînement à la Tactique, mieux pensée et mieux organisée.

Au début du programme d'exercices une série de mats en 1, une série de mats en 2 et une série de ce que j'appelle des gains matériels, et dans cette série on trouve les combinaisons élémentaires suivantes, mais en fait ce ne sont pas des combinaisons, mais il n'existe pas réellement de terme français équivalent au terme anglais "tactical blow" qui me semble plus adapté :

- double attaque
- attaque à la découverte
- enfilade
- coup intermédiaire
- pièce piégée
- attaque d'une pièce clouée
- utilisation du fait que le défenseur est cloué
- déviation
- élimination de la défense
- interception

Mon problème est d'arriver à déterminer la quantité optimale d'exercices, pour que les élèves assimilent ces mécanismes. Je prends un exemple concret, une attaque à la découverte avec un cavalier dont voici 3 exemples de difficulté croissante :

Exemple 1 : Navara - Rausis, 2013

Exemple 2 : Smyslov - Ribli, 1983

Exemple 3 : Vajda - Timoschenko, 2011

Dans cette série de gains matériels toutes ces combinaisons élémentaires sont mélangées, sans indication, le problème que j'ai est de savoir combien de fois exactement l'élève va rencontrer ce mécanisme tactique élémentaire, une attaque à la découverte avec un cavalier.

Le sujet est important car il n'y a pas lieu de faire répéter des choses qui sont assimilées, mais d'un autre coté il faut un certain nombre de répétitions avant que les choses soient assimilées.


Reyes, le
« Mais, ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord, d'accord...

Quelque chose vient de tomber
Sur les lames de ton plancher
C'est toujours le même film qui passe
T'es tout seul au fond de l'espace
T'as personne devant, personne... »


Krusti, le
« Mais c'est le jeu mon pauvre Reyes... »


Reyes, le
👍


Reyes, le
Mat en 2 coups – Gyula Breyer (1910)
Selon le livre de Jimmy Adam, c'est la première composition de Breyer à avoir été publiée.




Il y a un truc qui s'appelle l'intelligence collective Reyes... je ne sais pas si tu peux saisir le concept, mais on va essayer de garder un peu d'humour... en tout cas tu a bien pourri le sujet.

Je te rappelle que j'ai un mémoire DAFFE 2 évalué à 30 sur 30, évaluation confirmée par un 27 sur 30, donc peut-être que tu considères que les gens qui évaluent les mémoires à la FFE sont des imbéciles finis ?


Julo62, le
Pour rester sur le côté humoristique, et parceque Reyes m'a rappelé les excellentes parodies musicales de l'excellent groupe Chanson Plus Bifluorée, je ne résiste pas à l'envie de vous partager leur version de ce morceau de F.Cabrel : Au volant de l'espace 😁

https://youtu.be/jg9BbwzOMfw


Domi77, le
Je croyais que toutes les pièces/pions devaient être indispensables dans une étude.
Or je ne comprends pas l'utilité du pion d6 dans cette composition de Breyer.
Sauf à éviter un mat en un mais je ne vois pas ou...


Sans le pion d6, il y a 2 solutions et le problème (car ce n'est pas une étude) est alors incorrect.


Domi77, le
Merci Ulysse !


C'est un problème de notre société, grave, car on va en crever, que nous n'arrivions pas à faire fonctionner l'intelligence collective.

Ici sur ce forum cela n'a pas tellement de conséquence. Mais globalement, quand on pense aux problèmes environnementaux, nous n'arrivons pas à fonctionner en tant que collectif pour résoudre les problèmes environnementaux, et une chose dont on peut-être certain, c'est que si on ne les résoud pas, on va en crever.

Puisque les joueurs d'échecs ont plutôt l'esprit scientifique et rationnel, je les invite à regarder la conférence d'Etienne Klein, "De quoi l'energie est-elle le nom ?"

Si on a réellement compris cette conférence, on aura compris qu'il va y avoir des morts, à cause de la connerie humaine, ici, et ailleurs.


atha, le
Pour revenir au sujet, il y a assimiler et assimiler.
Par exemple pour les thèmes tactiques, si l’élève ne comprends (comprendre = est capable de résoudre rapidement un exercice ayant connaissance du thème) pas le thème après 4 exemples alors ça ne sert à rien d’en ajouter. Au contraire ça serait contre productif. Il vaut mieux que l’élève se concentre sur les 4 exemples et les comprennent bien.
Si par contre on veut enrichir sa connaissance de ces thèmes pour améliorer son intuition et les trouver plus facilement dans la partie, alors là je ne pense pas qu’il faille définir de limite (et là le format livre est limitant).


Domi77, le
@philippe
Si tu regardes l'histoire de l'humanité dans son ensemble il y a de quoi déprimer.
L'environnement ? Même si par extraordinaire l'humanité s'accordait sur le sujet tu crois que ça enlèverait la merde que les gens ont dans le cerveau ?
Il y a plus de 2000 ans des philosophes grecs avaient développé une intelligence extraordinaire.
Certains avaient même pressenti l'atome.
Et après quoi ?
Des guerres à n'en plus finir.


Reyes, le
J. Campbell. Facile. Les Blancs jouent et font mat en deux coups.




facile , facile, vous avez dit facile ? comme c'est facile !
j'ai trouvé un mat en 3 coups...


Reyes, le
Dans ce cas tu es parti dans la mauvaise direction 😎


analyse du mat en 3 coups :
1 Df3+ Rh4
2 Dg3+ Rh5
3 Dh3 ++

ou bien
1 Df3+ Rh4
2 Ff5 g4
3 Dxg4 ++


je ne trouve pas le mat en deux coups en regardant la position...je vais donc sortir mon échiquier et mes pièces en bois pour chercher " à la main" !!


Reyes, le
Tu es dans la mauvaise direction 😎


j'ai trouvé deux mats en deux coups !
mais à la condition que les noirs jouent mal ! rires.

1. Dc3 Rf4
2. Dg3 ++
ou bien :
1. Dc3 Rh5
2. Dh3 ++
hélas si le Roi noir va en h4...
1. Dc3 Rh4
2. Dg3+ Rh5
3. Dh3 ++ je suis encore sur un mat en 3 coups et pas en deux coups !

je craque !! je ne serais pas le futur surdoué vétéran des échecs catalans !


Reyes, le
C'est tout l'intérêt de ces problèmes avec des mats en seulement deux coups. Il faut visualiser les cases de fuite du Roi adverse.
Ici, comme dans celui donné plus haut, des coups en « arrière » qui semblent donner encore plus de cases de fuite, mais en fait non.
Aux échecs, généralement, on va de l'avant, et ces problèmes montrent que la marche arrière aussi peut être puissante.
Vasyl Ivanchuk a dit un jour que les menaces les plus difficiles à voir étaient celles découvertes par un repli de Cavalier.


Dcax, le
faudrait envoyer thierrycatalan "au coin" pour ne pas chercher les meilleures réponses noires!

ça lui donnerait peut être des idées ...


J'ai trouvé !! un peu grâce à Dcax ...

ma réflexion initiale était basée sur le fait de mater sur cases blanches à l'aide du couple Dame et fou, mon Roi s'occupant de contrôler les cases noires de fuite... le mat devant forcement se faire sur la colonne h

je me suis dit ensuite , que la solution devait passer par un contrôle des cases blanches par le fou , et le contrôle des cases noires par la dame , pour enfermer le roi adverse.

J'avais bien vu auparavant le contrôle des cases de fuite g4 et g6 par le fou placé en f5 ...mais je n'avais pas poursuivi l'idée car je ne pensais que la dame blanche ne devait jamais abandonner la colonne f , car sinon le roi s'enfuirait par la case noire f4.....
et tout d'un coup j'ai trouvé la case clef d4 pour la dame !!

c'est une très belle position d'étude, mais pas si facile que cela je trouve ...
Après je dois avouer que lorsque je jouais "sérieusement", si je voyais un mat forcé en 3 coups sur l'échiquier , je ne cherchais jamais un autre mat en 2 coups...je n'y aurais même jamais songé ! Car s'il me faut plus de 30 minutes pour trouver un mat en deux coups , je perdrais toutes mes parties à la pendule !!

.


Dcax, le
Bah en partie si on voit un mat en 5 on va pas chercher un mat en 2 ou 3... on joue le mat qu'on a vu :)


atha, le
Ca doit être sympa de voir son topic pollué par un modo à chaque fois…


Krusti, le
"Si quelqu'un a pollué ton topic, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi en face de ton clavier et bientôt tu verras passer le sourire du modérateur."
Cette pensée profonde qu'on ne sait à qui attribuer ne tient à l'évidence pas compte de la situation hors-norme où le modérateur est le pollueur.
Cela dit lorsque l'on est dans le placement de produit la pollution tient presque lieu de buzz...


ref Atha : "Ca doit être sympa de voir son topic pollué par un modo à chaque fois…"

Il peut aussi arriver que la pollution soit plus intéressante que l'objet qui a été pollué ...
Exemple Ce matin je vais m'intéresser à une biscotte polluée par une couche de Nutella....


atha, le
Plus intéressant pour vous. Et rien ne vous empêche de créer un topic dédié à la résolution d’exercice tactique (pourquoi mettre une biscotte avec votre Nutella?)
Si celui-ci ne vous paraît pas intéressant, très bien, passez votre chemin. Rien ne vous oblige à participer à ce topic.


@ atha

J'ai une approche différente parce que toutes les combinaisons ne rentrent pas dans des thèmes clairs. Pour résoudre ce problème je préfère laisser l'élève découvrir les mécanismes à partir de positions très simples, avec très peu de pièces.

Selon la Théorie de la Charge Cognitive, comprendre c'est faire une connexion, un lien entre des connaissances en mémoire à long terme. Mon approche consiste donc à proposer au départ des positions très simples à résoudre, sans parler du thème, quand l'élève résout le problème il y a mémorisation implicite, et à partir de plusieurs cas sur le même mécanisme son cerveau "va construire la règle" sans que tu interviennes verbalement.

@ domi77

Ayant pris conscience de cela, tu fais quoi ? Parce que si les gens conscients et responsables ne font rien on va tous crever. Si vous voulez vous en persuader aller regarder les conférences d'Arthur Keller ou Jean-Marc Jancovici.

Quel rapport avec le jeu d'échecs ? Et bien ils forment les ingénieurs de demain. Or le jeu d'échecs pourrait aider grandement à renforcer la culture scientifique et technique, je dis pourrais parce que ce n'est pas du tout le cas.

@ Reyes

Tu es de la vieille génération qui pense que c'est parce que l'on présente des difficultés aux élèves qu'ils vont progresser plus vite. La première chose à faire pour qu'un élève apprenne, c'est de faire en sorte qu'il s'implique dans les apprentissages, et donc il faut lui donner des exercices simples pour le faire réussir.

Deux effets, l'enfant est content, il travaille, est attentif, etc... ensuite même si ce sont des exercices très simples que certains pourraient trouver trop simples et donc peut utiles, il faut voir après, après il commencera à résoudre des choses plus compliquée, mais pour "lancer" les élèves dans l'apprentissage du jeu d'échecs, il faut réellement commencer avec des exercices très très simples.


Domi77, le
@philippe
"Ayant pris conscience de cela, tu fais quoi ? Parce que si les gens conscients et responsables ne font rien on va tous crever."
En voilà une question intéressante.
Mais à quoi bon y répondre si tu penses que résoudre le problème climatique va tous nous sauver ?
Moi je pense que l'urgence c'est de sauver l'humanité de sa folie et que, par voie de conséquence, les autres problèmes se résoudront de façon éclairée et raisonnable.
Et la tu vas me dire "Ah bon ! Mais tu fais quoi hein ! Tu fais quoi !!!" ;o)

Blague à part c'est pas ici en quelques lignes que je vais apporter une solution à consommer vite fait bien fait.


Et Alors il n'y a que moi (plus vieux que Kasparov ! rires) qui trouve que le mat en deux coups proposé par Reyes n'est pas si facile que cela à résoudre ?


Reyes, le
Non, ThierryCatalan, l'exercice n'est pas si simple. Les Blancs ont de nombreux coups possibles et les Noirs 4 coups de Roi. Surtout que le premier coup « s'éloigne » de l'objectif alors que nous avons tendance à penser que pour attaquer il faut aller de l'avant. Cependant, je préfère passer 5 minutes sur ce diagramme à calculer plusieurs variantes plutôt que répéter 3 fois la même combinaison, comme Navara - Rausis, 2013, Smyslov - Ribli, 1983 et Vajda - Timoschenko, 2011, où un Cavalier donne échec en découvrant l'attaque d'une pièce qui prendra une pièce adverse non défendue au prochain coup.

Je sais que ce n'est pas cool de ma part de venir polluer l'article de Philippe1934, mais il rabâche toujours la même chose. C'est saoulant à force.

Habituellement il habille son discours de quelques références scientifiques pour lui donner plus de poids, mais ce sera sans doute pour plus tard.


Orouet, le
TC: non, il n'y a pas que toi !
Orouët (+ vieux que Thierry et Gary )

le mot "Facile" dans l'énoncé m'avait induit en erreur ...
il n'empêche, je le propose au club dès demain !


Julo62, le
@Domi et Philippe
Puisque ça pollue sec, ici, si vous avez un peu de temps, cette intervention, il y a quelques jours, d'Aurélien Barrau, devant une salle de shifters, et sans doute Jancovici. (Mais qui n'intervient pas !)

Il propose une solution, mais certains craignent l'oisiveté ;o)

https://youtu.be/VajcUf7xRTQ


Domi77, le
Je peux pas le voir en peinture Aurélien Barrau.
Je trouve qu'il enfonce des portes ouvertes et il m'énerve avec ses leçons de morale.
Par exemple "Tant que nous appelons croissance, le fait de raser un espace saturé de vie pour le remplacer par un parking de supermarché..."(15.50').
C'est tellement convenu !! Mais je comprends que ça marche. C'est fait pour ça.
Pour revenir sur l'oisiveté Sandrine Rousseau fait beaucoup parler d'elle en ce moment en parlant du "droit à la paresse" et tout le monde lui tombe dessus (faut dire qu'elle a tellement dérapé...).
Mais autant le revenu universel m'inquiète autant je comprends tout à fait son point de vue.
Simplement il faut que cette "paresse" soit occasionnelle.Une façon de se liberer du système (hors vacances).


Julo62, le
Il enfonce des portes, ok, de là à prétendre qu'elles sont ouvertes :-)

C'est plus la confrontation des courants qui est intéressante ici, ama.


Reyes, le
Portes ouvertes c'est vite dit.
J'ai quand-même commencé à comprendre quelque chose de La relativité générale d'Albert Einstein https://www.youtube.com/watch?v=_pWo3DokQ1c Et j'ai apprécié aussi sa vidéo sur Qu'y avait-il avant le Big Bang ? Même si lorsque je l'ai vu la première fois, il y a quelques années, j'ai cru être revenu dans les années 70.


Renan, le
Je prends la discussion en cours, effectivement le mat en 2 n’est pas simple, on peut noter que les N ne peuvent jouer que le roi qui a 3 cases possibles puis 1 supplémentaire si la Dame B joue : merci Dcax, tu donnes la solution presque avec ton œil dans les coins.


Reyes, le
Les Blancs jouent et font mat en 2 coups. Facile !

Trouvé sur le compte Twitter de Brian Gosling https://twitter.com/brigosling auteur du livre : « John Brown: The Forgotten Chess Composer »




Dcax, le
un peu beaucoup trop de solutions pour ce mat en 2?! ou alors j'ai raté un truc :O


Chemtov, le
Très joli. Oui, Dcax, vous avez dû rater un truc (ou plusieurs).

@Reyes : Facile, facile, vite dit...


Dcax, le
y a 2 variantes ou alors j'ai encore faux :D

j'avais raté la fuite en f4 la première fois, d'où un grand nombre de solutions fausses ^^


@ Julio62

J'ai vu plusieurs conférences d'Aurélien Barrau, mais pas celle-ci.

Il a en général un discours radical, personnellement je suis plutôt adepte de la tempérence et du compromis tout en regardant la réalité en face, je dis cela parce que il y a probablement derrière un monde politique trop tempéré et la mollesse des réactions face à la situation environnementale, le fait de ne pas vouloir la voir la réalité en face, ou de ne pouvoir voir la réalité en face, ou d'avoir peur de voir la réalité en face.

Je dis cela parce que dans sa conférence sur l'énergie "De quoi l'énergie est-elle le nom ?", Etienne Klein relate que dans des discussions qu'il avait eu avec des politiques, il leur avait expliqué que l'on ne pouvait pas changer les lois de la physique !!! Parce qu'évidemment ce qu'il explique porte un sérieux discrédit sur les espoirs qu'avaient de nombreux politiques dans des projets de croissance verte ou du genre.

Je pense que le monde politique n'est pas apte à faire face à la situation. Le sujet de la catastrophe environnementale je crois n'a quasiment pas été abordé lors des dernières présidentielles. On est pas capable de faire face donc on aborde pas le sujet. Dans le même genre de comportement, le problème de la montée de l'islamisme, dénoncé par George Benssoussan dans "Les territoires perdus de la République" et ici encore le monde politique n'a pas envie de voir cette réalité car il n'a pas de solution, cet historien a été attaqué en justice.

Je suis assez d'accord avec des gens comme Aurélien Barrau et Dominique Bourg, pas de solutions si l'on ne passe pas par un changement de civilisation, si nos manières de penser ne changent pas, être plus respectueux vis à vis de la nature et de la vie animale, etc...

Cedric Villani, qui était président de la Commission scientifique à l'Assemblée Nationale, commission dont une des fonction est de produire des documentations scientifiques à l'intention des députés, pour qu'ils puissent décider en étant correctement informé, nous dit que seuls les députés écologistes lisent ces documentations scientifiques sur la crise environnementale ???!!!

Ce sujet n'est pas si loin du jeu d'échecs que l'on pourrait le penser. Kasparov, voyait dans une éducation où le jeu d'échecs aurait une bonne place, un moyen de former les futures élites à la prise de décision dans un monde complexe et turbulent, parce que le jeu d'échecs amène à avoir ce genre de mentalité, une sorte de capacité à faire face à des situations de crise, complexes, à l'issue incertaine, aussi à voir dans le long terme, être pragmatique, passer à l'action, toutes qualités psychologiques que devraient posséder la classe politique aujourd'hui et qu'ils ne possèdent pas parce qu'ils ne jouent pas assez aux échecs et ne prennent pas assez ce jeu au sérieux pour ce qui concerne l'utilité qu'il pourrait avoir dans l'éducation de la jeunesse.

@ Reyes

Tu es sans doute un très bon entraîneur, je veux dire par là qu'il n'y a pas réellement de conflit entre nous, nous n'avons pas le même public.


Probablement il y aurait une étude sociologique très intéressante à faire chez des adultes, sur une corrélation entre la pratique du jeu d'échecs et la culture scientifique.

Il faudrait un questionnaire permettant d'évaluer la culture scientifique, en posant des questions qui ne nécessitent pas d'être un expert, juste d'avoir une culture scientifique basique et surtout un esprit rationnel.

Répondent à ce questionnaire un groupe d'adultes pratiquant le jeu d'échecs sérieusement, et un autre groupe d'adultes qui n'ont jamais joué aux échecs, et je suis certain que l'on verrait une différence notable en faveur du groupe de joueurs d'échecs.


certainement mais il risque d'y avoir un biais: ceux qui aiment les sciences, sont plus attirés par le jeu d'échecs ( ils aiment chercher) d'où leur plus grande représentativité.


La notion de pédagogie toute puissante et triomphante me semble quelquefois une imposture intellectuelle, car elle s'attribue en cas de succès et de réussite, des mérites, des éloges, qui ne sont pas dû à la "pédagogie", mais bel et bien au talent inné de l'élève...

Pour donner un exemple :

Le pédagogue qui a appris à un élève à écrire une gamme Do Re Mi Fa sur une feuille de papier, ne peut en aucun cas dire qu'il est responsable en partie du génie de Mozart...

De même le "pédagogue" qui a appris les tables de multiplication à Einstein ...

ou bien le "pédagogue" qui a appris à écrire à Victor Hugo...

De même le "pédagogue" qui a appris le déplacement des pièces d'échecs à Fischer...


Chemtov, le
Pour revenir à : ''ce post (qui) s'adresse plus particulièrement aux animateurs, qui enseignent à des débutants et des enfants dans les clubs et les écoles.''

@philippe1934 : Est-ce que vous avez déjà seulement essayé ? Est-ce que vous avez déjà appliqué votre programme de mats en deux à vos écoliers ? Avez-vous réussi à les convaincre de faire cela ? Ont-ils été coopératifs ? Avez-vous eu des résultats ? Des années après, avez-vous retrouvé ces jeunes dans les clubs et les compétitions ?


je ne sais pas s'il réussit, mais les miens en tout cas ont des difficultés à se concentrer longtemps... ( 7-10 ans). La seule chose qui les intéresse: jouer même si c'est n'importequoi


Pour ce qui est de la place du pédagogue, je serais un peu plus mesuré que thierrycatalan. Les explications, plans de formation etc. ont quand même de l'importance. Celui qui part sur de bonnes bases a quand même plus de chances d'aller plus loin.
Par contre les prédispositions naturelles existent aussi...
et à ce sujet, je trouve qu'il est bien compliqué de savoir comment penser une progression pour un enfant aux échecs. C'est terriblement vaste et compliqué.
En ce moment je commence par exemple à parler un peu de répertoire d'ouverture. Faut il par exemple partir sur un répertoire restreint? Au contraire voir des choses totalement différentes? jusqu'où pousser? Pas évident
pour info, je suis parti sur une bonne variété sans pousser très loin. C'est à mon avis mieux pour le long terme (apprendre à jouer des choses différentes)


Chemtov, le
@waterprof : Ben oui... Les gamins, après une journée de classe, parviennent à la rigueur à suivre encore 10 minutes à un échiquier mural pour voir quelques grands principes à respecter ( ou règles à revoir ). Et après c'est du jeu. Et le début de la séance de 40 minutes de sport/fitness pour le prof qui saute d'un échiquier à l'autre pour corriger les coups illégaux, séparer les batailleurs, sécher les yeux des pleurnichards, moucher les nez dégoulinants ( bonjour les virus ), rejouer les trois derniers coups pour comprendre d'où viennent les deux fous de cases blanches, replacer le roi qui a été mangé, etc...

Pour les niveaux plus avancés, ils veulent apprendre des ouvertures, structurer leurs pensées, avoir des idées concrètes, crédibles, réalistes. Ils aiment quand c'est clair et imagé. Il faut leur raconter des histoires sur des parties miniatures. Il faut que ce soit ludique et amusant.

Ceux-là non plus, je ne les vois pas plancher sur des positions sorties de nulle part, juste pour être mes cobayes. A la rigueur, une fois sur cinq séances, pendant 15 minutes. Mais ce n'est pas des mats en deux que je propose.


@ Waterprof

Je suis complêtement d'accord, mais cette étude serait néanmoins intéressante. Je pense que la théorie des intelligences multiples de Gardner n'est pas assez connue. Le jeu d'échecs permet de développer ce qu'il appelle l'intelligence logico-mathématique, et donc on pourrait même faire un petit test avec les forumeux.

Normalement si on a un esprit rationnel et logique, et un tout petit peu de connaissances en physique, on doit comprendre après la conférence d'Etienne Klein sur l'énergie que ces histoires de croissante verte c'est bidon.

Il a fait une démonstration éclatante, il a bien expliqué ce qu'était l'énergie, et normalement si on a compris le cours qu'il a donné, on doit réaliser que l'on nous raconte des histoires avec cette croissance verte, donc les forumeux peuvent aller voir cette conférence, et je suis sur que parce qu'ils sont joueurs d'échecs et que leur rationnalité est béseder (en ordre en hébreu) il arriveront à la triste conclusion à laquelle je suis arrivé.

En bref ce qu'explique Etienne Klein, c'est que toutes les transformations réalisées par la société humaine nécessitent de l'énergie, lors de ces transformations l'énergie se dégrade (voir la conférence pour les détails) avec pour conséquence un dégagement de chaleur. Pendant longtemps les activités humaines étaient réduites, et la chaleur dégagée résultant de ces activités pouvaient être absorbée par le système Terre, aussi il n'y avait pas les gaz à effet de serre, donc une partie s'échappait dans l'espace, on était dans une situation d'équilibre.

19eme et 20eme siècle, le pétrole devient la source d'énergie principale avec la conséquence que l'on connait, la formation des gaz à effet de serre, ou si pour utiliser une image rigolote et parlante, le couverle sur la cocotte-minute.

Alors pour ceux qui espèrent que quand il n'y aura plus de pétrole, bientôt, les gazs à effet de serre il vont partir, que néni !!! Il vont rester là pour des milliers d'année.

Ensuite l'autre mauvaise nouvelle, c'est que la source de l'énergie soit éolienne, nucléaire, hydraulique, elles réchauffent tout autant la planère que les énérgies fossiles, juste il n'y a pas d'émission de gaz à effet de serre, mais cela ne change rien, ils sont déjà làet empêche l'énergie de se dégager. Donc c'est réellement la grosse merde si on regarde les choses en face.

Et on continue d'importer des pamplemmousses d'Afrique du Sud et des Kiwis de Nouvelle Zélande... no comment )-:


@ thierrycatalan

Je pense que tout prof est nécessairement pédagogue, dans le où son enseignement découle de conceptions sur les buts de l'éducation et de comment l'enfant apprend.

Pour ce qui me concerne j'ai commencé à enseigner avec la méthode transmissive, sans me poser de question, j'ai tout simplement commencer à enseigner comme j'avais été enseigné à l'école, j'ai constaté que les résultats étaient médiocres, et j'ai considéré que c'était ma méthode qui avait un défaut plutôt que mes élèves qui étaient médiocres.

A part cela ma marque de fabrique c'est la Théorie de la Charge Cognitive, je rappelle encore ici que j'applique la formation que j'ai reçu de la FFE.

@ Chemtov

Cher collègue je vous invite à lire John Dewey, il parle de vous dans ses livres, non sans une touche d'humour.

@ waterproof

Pédagogie active, problèmes faciles.


Chemtov, le
Vous ne répondez pas, philippe1934.

Est-ce que vous avez déjà seulement essayé ? Est-ce que vous avez déjà appliqué votre programme de mats en deux à vos écoliers ? Avez-vous réussi à les convaincre de faire cela ? Ont-ils été coopératifs ? Avez-vous eu des résultats ? Des années après, avez-vous retrouvé ces jeunes dans les clubs et les compétitions ?


Chemtov, le
Non + non + non + non + non + non ?


Mais oui Chemtov, tout réside dans l'application de la Théorie de la Charge Cognitive au programme d'exercicesn qui comprend autre chose que des mats en 2.

Si vous mettez des mats en 2 en vrac, sans construire une progressivité, l'élève va échouer et se décourager.

Dans le programme d'exercices après les mats en 1, je passe au mats en 2. A ce moment là pour un élève novice il est très important d'appliquer la théorie de la charge cognitive, les premiers mats qu'il va résoudre doivent avoir une charge cognitive intrinsèque minimum et une charge coginitve extrinsèque minimum, en tout cas il faut essayer de se rapprocher de cela.

Voir le diagramme, la charge cognitive intrinsèque est minimum, le schéma tactique est simple, la charge cognitive extrinsèque est minimum, il y a très peu de pièces. Si l'enfant a fait suffisament de mats en 1 auparavant, il va trouver tout seul ce mat, et petit à petit on complexifie.




Krusti, le
Le cavalier c6 ressemble trait pour trait à un référentiel bondissant.
JdcJdr


Chemtov, le
Oui ? Vous avez appliqué ce programme à l'école ? Pouvez-vous décrire votre séance de cours ? Votre lieu et horaire (péri-scolaire, extra-scolaire, midi à deux, 16h30 ?) le nombre d'élèves, les âges, comment cela se passe ? Des anecdotes, du vécu. C'est ça qui est motivant, intéressant à transmettre, pas la théorie et la proposition, mais le vrai contexte et les résultats. Pour comprendre et adopter un exemple, il faut le connaître en détails et être convaincu qu'il y a un résultat au final.


Reyes, le
Les Blancs jouent et font mat en 1 coup. Très facile ! 😎




Chemtov, le
Mouais... bon... Moi je préfère leur faire découvrir la célèbre partie complète où on pouvait mater avec les deux roques !


@ Reyes

Très bon exemple, merci !

Le programme d'exercice commence avec des mats en 1, si on leur donne le diagramme que tu a présenté ils vont échouer.

Du point de vue de la Théorie de la Charge Cognitive, la charge intrinsèque est assez élevée à cause du double échec.

Le diagramme ci-dessous (trait aux noirs) montre un des premiers exercices du programme, alors certains pourront se demander si ce genre d'exercices est réellement utile, parce que la solution est réellement facile à trouver.

Pour un enfant qui débute et qui viens juste d'apprendre les rêgles, trouver ce mat présente certaines difficultés, il va le trouver mais pas tout de suite.

Ces exercices très faciles au début sont réellement utiles, il faut voir qu'ils ne sont pas une fin en soi. L'enfant va résoudre un certain nombre d'exercices, et après il va pouvoir résoudre sans trop de difficultés le mat présenté par Reyes.

Ensuite on peut imaginer que le passage des mats en 1 aux mats en 2 va se faire en douceur, qu'un enfant qui va trouver le mat en 1 difficile de Reyes trouvera facilement le mat en 2 facile avec le cavalier qui pousse le roi dans le couloir.




A noter que l'on peut modifier les positions ainsi, pour diminuer la charge extrinsèque.

Je le recommendererais pour des élèves de CP. De mon expérience j'ai constaté qu'à cet âge la charge extrinsèque peut réellement handicaper l'apprentissage.




Chemtov, le
D'accord :
_ des mats en un avant des mats en deux
_ pour les plus petits élèves ( moins expérimentés ) avant les plus grands
_ avec d'abord des positions simples sans matériel superflu.

Et après : Là en octobre, 25 séances de 1h00 sont prévues (1h30, mais avec les déplacements, rangements, etc... cela fera 1h00) dans l'année scolaire. Quelles sont vos préconisations ? Combien de temps par séance sur ces mats ( Je suppose qu'on en fait toute l'année ).


Domi77, le
J'ai 22 ans d'experiences en tant que formateur et tout ce verbiage "pédagogique" est à l'enseignement ce que le communisme est à la société idéale.
En théorie c'est très bien. Mais impossible à mettre en pratique.

Comment être un bon enseignant ?
Première élement : La posture.
Si vous êtes interessé par ce que vous amenez et que ça se voit vous avez fait la moitié du chemin.
C'est pour ça que je n'ai jamais fait 2 fois le exactement même cours. Refaites le même cours plusieurs fois et vous serez lassé.
Vous attirez les regards : Soyez enthousiastes !
Deuxième élément : La préparation.
Attention, pas seulement la préparation du cours mais l'anticipation du déroulé et de la façon dont ça va être écouté.
C'est pour cela que j'évite de faire cours plus d'une heure.
Au bout d'une heure qui est capable de se rappeler des 10 premières minutes ?
Troisième élément : Le jeu
Le jeu dédramatise la situation de "l'apprenant" ;o) . En jouant on apprends vite et sans douleur.
Quatrième élément :
Prendre à part en sous groupe ceux qui n'ont pas bien compris et les autoriser à poser toutes les questions idiotes qu'ils n'ont pas oser poser avec le groupe.
Normalement avec des enfants ce point est moins pertinent. Les enfants se posent moins de questions que les adultes quand ils apprenent.Ce sont des éponges.
Les adultes n'arretent pas de supposer : "Et si on ..." alors même qu'ils n'ont pas bien compris les fondamentaux ce qui entraine de la confusion.

Voila quelques reflexions en vrac.

(concernant les échecs quand je dois les apprendre à un débutant on joue tout de suite au loup avec les agneaux)


@ Domi77

Non mais je suis désolé, il n'y a aucun verbiage pédagogique.

Je présente deux positions, et comment se fait la transition d'un type d'exercices à un autre.

Pour ce qui concerne la Théorie de la Charge Cognitive, c'est une Théorie très solide en psychologie des apprentissages qui repose au départ sur les études faites sur l'expertise des joueurs d'échecs.

Dans ses articles, John Sweller mentionne régulièrement les études de De Groot, Chase et Simon, dont les résultats ont été confirmées dans d'autres domaines de savoir. L'expertise dans un domaine repose sur les connaissances en mémoire à long terme, au minimum, je ne dis pas qu'il ne faut pas des qualités, des capacités, mais les connaissances en mémoire à long terme sont indispensables, c'est le minimum.

La conséquence, je ne fais que répéter ce qu'écrit John Sweller, est que l'objectif principal de l'enseignement doit être, au minimum, de construire des connaissances en mémoire à long terme.

Dans l'acquisition de ces connaissances nous sommes limités par la capacité de notre mémoire de travail pour traiter les informations. Je parle français et que tu ne me dises pas que c'est du verbiage.

Pourquoi les élèves échouent dans la résolution de problèmes d'échecs et se découragent, parce qu'ils sont en surcharge cognitive, là je ne fait que rappeler ma formation DAFFE 2, donc que doit faire l'enseignant, REDUIRE LA CHARGE COGNITIVE.

C'est logique, si il y a une surcharge, on réduit, après peut-être certains pensent qu'à force de faire des efforts inutiles, l'élève va apprendre, possible, mais si il n'y a aucune modification de la mémoire à long terme, il n'y a aucun apprentissage, donc les efforts inutiles à passer du temps à résoudre des exercices trop difficiles, SONT RELLEMENT INUTILES !


ArKheiN, le
Quel est le but ultime de vos cours, philippe1934, que vôtre élève finisse avec succès votre programme et reçoive vôtre diplôme? Où les rendre plus forts que vous? Ou en faire des bons joueurs voire des maîtres?


ArKheiN, le
Vous le mesurez comment, avec un test final qui reprend tout? Et si c'est réussi, ils quittent votre formation?


Reyes, le
Ramachandran Ramesh (aussi appelé R. B. Ramesh), grand maître indien né le 20 avril 1976 à Chennai (Inde), ancien champion de Grande-Bretagne et du Commonwealth, a depuis 2008 cessé la compétition pour se consacrer à l'enseignement des échecs. Voici son point de vue concernant la résolution d'exercices/études pour améliorer le calcul des variantes.

— Trouvez la solution à tout prix avant de passer à la position suivante, indépendamment du temps, de l'énergie et des efforts nécessaires.
— La lutte pour trouver la solution, la quantité d'énergie dépensée, le temps précieux investi, les frustrations surmontées, s'envoleront une fois que vous aurez trouvé.
— N'abandonnez jamais ! C'est dans ce processus de lutte et de dépassement des obstacles que nous nous renforçons.
— Vous devez apprendre à surmonter notre tendance naturelle à abandonner facilement, à être paresseux, pour embrasser de tout cœur la joie de travailler aux échecs !


@ ArkheiN

Je ne fais pas d'enseignement transmissif. Je distribue aux élèves des fiches de diagrammes (6 sur une page) ensuite je leur demande de mettre la position sur l'échiquier et de chercher la solution.

Quand ils pensent avoir trouvé, ils m'appellent, ils doivent avoir remit la position du diagramme sur l'échiquier, et ils jouent la combinaison devant moi.

Ainsi, après une période de plusieurs mois, je sais exactement de quoi sont capables chacun de mes élèves, ce qui n'est pas possible avec le modèle transmissif, je le concède.

@ Reyes

Cher ami, nous n'avons pas le même public...


Pour commenter mon post sur les activités où l'on n'apprend rien !!! Il faut bien dire que ce sont souvent les directives qui nous sont données les écoles.

Faites jouer les enfants !

Oui mais ils sont nuls, ils font n'importe quoi !

C'est pas grave, faites les jouer quand même...

Et donc derrière ce discours il y a bien l'idée que l'enfant par sa propre activité va pouvoir apprendre par miracle on ne sait trop comment, à force de déplacer des pièces sur l'échiquier, à jouer aux échecs. Je suis certains qu'il y a de nombreux imbéciles qui pensent cela.

Et effectivement ils apprennent très bien dans ses ateliers à l'école à déplacer des pièces sur l'échiquier. Mais ils ne jouent pas aux échecs.

Evidemment on ira pas vérifier ce que je dis, parce que je dis la vérité.

Et donc qu'est ce qui se passe ?

On a laissé l'enfant en proie à ses intérêts et ses pulsions immédiates qui sont de jouer, sans les utiliser pour construire les apprentissages.

Comme l'explique Dewey, dans ce magnifique texte L'intérêt de l'enfant téléchargeable ici :
https://www.meirieu.com/PATRIMOINE/deweyinteret.pdf

il faut utiliser ces pulsions de l'enfant, cet intérêt immature pour une activité pour construire les apprentissages et l'amener à un intérêt mature. Ce que l'on arrive pas à faire, puisque seuls 2% des enfants des ateliers à l'école s'inscrivent en clubs.


DDTM, le
Toujours surpris de voir des forumiens essayer de discuter avec philippe1934 posts après posts identiques .... c'est aussi cela la répétition ;)


DDTM tu fais bien d'arriver, le représentant du modèle instructioniste qui grave les concepts au burin dans le cerveau des élèves.

Je t'invite à lire le texte de Dewey, les enfants ne pensent pas comme les adultes et ne sont pas prêt à recevoir les concepts de l'adulte. Vygotski a aussi écrit sur le sujet.

Et c'est bien là le drame, ce dont est victime l'enseignement du jeu d'échecs dans les écoles, je parle dans les écoles, parce que cela ne marche pas, seulement 2% des jeunes vont en clubs, alors on invoque de nombreuses raisons pour expliquer le fait, genre ils ont d'autres activités, mais alors pourquoi ils vont vers les autres activités et pas vers les échecs ???

Il y sans doute de nombreuses raisons valables pour expliquer ce chiffre catastrophique si on veut voir la réalité en face, évidement je ne vais pas me faire des amis en disant cela, mais 2% c'est catastrophique relativement à l'objectif qui était fixé il y a plusieurs années, de faire une politique de masse en s'implantant dans les écoles.

L'enseignement du jeu d'échecs dans les écoles, je parle juste pour les écoles, est pris entre Charybe et Scylla, d'un coté une forme scolaire, le modèle instructioniste, l'élève écoute passif le professeur qui fait des cours très savants mais qui pour beaucoup seront innacessibles (lire l'Intérêt de l'enfant de Dewey) et qui l'ennuient, et d'autre part les pédagogistes, qui pensent que l'enfant va apprendre à jouer par miracle, à force de déplacer des pièces n'importe comment sur un échiquier.

Suis-je caricatural dans cette critique ? Malheureusement probablement pas, et les chiffres le confirme, 2% des élèves qui participent à des ateliers vont en clubs... non mais c'était pas le but, on ne veut pas en faire des champions, le but est éducatif... bien oui, mais nous sommes derniers en maths en Europe, donc là aussi c'est catastrophique!

Et si on considère que parmi ces 2%, 100% ont appris dans la famille, avec papa ou le grand-frêre ou l'oncle, c'est donc 0% des enfants à l'école qui particpent à des ateliers qui vont en clubs.


Chemtov, le
C'est bien de nous expliquer comment vous imaginez des ateliers de tests d'échecs, pour apprendre aux enfants à résoudre des tests. Mais par pitié, ne nous expliquez pas comment enseigner aux enfants le jeu d'échecs.

Vous, vous n'y arrivez peut-être pas, mais avec d'autres animateurs du club, nous avons déjà déplacé, un dimanche, 146 scolaires vers des championnats où ils se sont fort bien défendus (chaque année, avant covid, deux des trois places qualificatives d'équipes de 8, pour la finale régionale, étaient des enfants de nos cours). Et leurs ateliers sont comme des clubs (pas la peine ''d'aller en club'', c'est le club qui va chez eux).

Donc gardez aussi pour vous l'expression ''cher collègue''. Comme vous l'avez écrit à Reyes, nous ne faisons pas du tout la même chose. Nous n'avons pas le même public d'enfants, car si vous en avez vraiment un, ( ce dont je doute, puisque vous ne pouvez décrire vos ateliers, à part des feuilles et des tests ) vous le maintenez seulement dans un état de solutionnistes de problème, ce qui est honorable mais reste bien éloigné de la Partie d'Echecs.


Renan, le
Ce que je ne comprends pas et avec ma modeste expérience, pourquoi un gamin de 6/7 ans est capable de rester concentré 45min/1h et un autre de 10 ans non, celui ci gesticulant et s’en allant courir comme un dératé au bout de 30 min.


Chemtov, le
Vaste question, sujet de nombreuses discussions avec les parents. Mais ce n'est pas le thème du post de Philippe1934. Qui ne cherche pas à faire de bons joueurs. Je cite :

''De la répétition dans un programme d'exercices tactiques''

et

''Je ne fais pas d'enseignement transmissif. Je distribue aux élèves des fiches de diagrammes (6 sur une page) ensuite je leur demande de mettre la position sur l'échiquier et de chercher la solution.

Quand ils pensent avoir trouvé, ils m'appellent, ils doivent avoir remit la position du diagramme sur l'échiquier, et ils jouent la combinaison devant moi.''


Renan, le
Bonjour chemtov,

"Je ne fais pas d'enseignement transmissif. Je distribue aux élèves des fiches de diagrammes (6 sur une page) ensuite je leur demande de mettre la position sur l'échiquier et de chercher la solution.

Quand ils pensent avoir trouvé, ils m'appellent, ils doivent avoir remit la position du diagramme sur l'échiquier, et ils jouent la combinaison devant moi."

Ces phrases m’avaient échappé ; qu’est ce qui ne va pas la dedans?


Chemtov, le
Tout va bien. C'est un choix. Mais son enseignement (?) (est-ce qu'on peut appeler ça comme ça ?) se limite à distribuer des diagrammes et à les corriger. Sans intention de voir ses élèves progresser dans d'autres domaines et sans essayer de leur faire découvrir les championnats. Est-ce de l'animation ? Perso, comme éducateur FFE, je mettrais un 0 à un candidat qui présenterait un projet aussi limité.


vampyr, le
Il n'y a que moi que ça choque que @philippe1934 parle d'entrainement, surtout pour des enfants, il n'évoque pas la notion de plaisir, de comment transmettre une passion ?


Chemtov, le
Oui, bien sûr. Un peu plus haut, j'avais émis cet avis et cité ces expériences : ''Ils aiment quand c'est clair et imagé. Il faut leur raconter des histoires sur des parties miniatures. Il faut que ce soit ludique et amusant.'' Dans un cours, il nous est arrivé d'oublier l'heure. Le personnel de nettoyage nous a mis dehors à 18h10 ( alors que les parents attendaient en bas). Et les enfants n'avaient même pas joué !


Reyes, le
C'est bien là le problème, Vampyr. Philippe1934 est dans la « théorie ». Il nie le « verbiage pédagogique » alors qu'il n'y a que ça : « la Charge Cognitive, John Sweller, De Groot, Chase et Simon, » qu'il cite n'ont rien à voir avec le jeu d'échecs.

Et surtout, il n'offre aucun résultat de sa méthode. Affirmer « dans les écoles cela ne marche pas, seulement 2% des jeunes vont en clubs » même si ce n'est évidemment pas beaucoup (sans même se demander d'où sort ce chiffre), cela reste toujours mieux que que son zéro pour cent.

Je l'ai déjà dit il y quelque temps, raconter une histoire avec la fameuse Partie de l'opéra » entre Paul Morphy face au duc de Brunswick et le comte Isoard de Vauvenargues, seulement 17 coups, avec tout ! Ouverture, imprécision, faute, avance de développement, sacrifice de qualité et sacrifice de Dame pour mater, donne envie de jouer.

Cependant, Philippe1934 est dans la recherche théorique pas dans la pratique. Quand on donne à un gosse des pages entières de mat en 1 coup, il n’a qu’une envie : fuir au plus vite ! Non pas à cause de la Charge Cognitive mais parce que ça le saoule !


Ref Philippe
Je peux dire que je ne connais absolument rien aux théories avancées par de grands pédagogues car Je ne connais aucun des auteurs cités par vous comme faisant référence dans le petit microcosme de la pédagogie ...

Mais l'une des choses que j'ai apprises au cours de mes études, c'est que toute théorie qui s'oppose à la vérité de resultats expérimentaux dans la réalité est une théorie fausse, une construction intellectuelle à rejeter comme mensonge.

J'ai eu beaucoup de chance d'avoir connu dans ma scolarité des professeurs très compétents dans leur discipline respectives, très exigeants avec moi, qui m 'ont appris le bonheur de la curiosité intellectuelle, la beauté de la compréhension des choses au delà des apparences, le goût des efforts, du travail, de la persévérance qui permettent de découvrir des choses magnifiques.

Alors certes ils ne connaissaient rien aux méthodes modernes de pédagogie.... mais ils et elles ( sourire pour les wokistes ) aimaient leur métier d'enseignant et aimaient les enfants...j'ai eu beaucoup de chance.

Grâce à eux je savais lire écrire compter à 8 ans, j'apprenais l'allemand et le latin à 11 ans, je découvrais la musique classique, je découvrais la poésie à 15 ans, la philosophie à 16 ans, la physique, la biologie, la chimie, la peinture...etc ...grâce à eux (profs du primaire collège lycée) j'ai pu faire des études universitaires en biochimie en mathématiques en physique en chimie jusqu'à obtenir un doctorat en chimie des matériaux...
Grâce à eux je suis devenu un adulte complet, un "honnête homme bienveillant" comme on disait au 17 eme et je n'étais qu'un parmi la multitude formé par l'éducation nationale d'alors qui ne parlait pas de "pédagogie" .

Ce n'est hélas pas le même résultat aujourd'hui ...les méthodes pédagogiques modernes que vous vantez n'étant que des outils pervers au service de la "fabrique" de consommateurs crétins superficiels.

Quand je vois aujourd'hui le niveau scolaire général médiocre des enfants au primaire au collège et au lycée, je me dis que les méthodes pédagogiques actuellement utilisées dans l'éducation nationale ont été proposées par des charlatans pompeux , des escrocs incompétents, des nuisibles voulant nuire aux enfants. les résultats ne conduisent qu'à la destruction de la pensée pour les victimes de cette pédagogie.

j'ai donc beaucoup de méfiance et même de défiance envers les verbiages pédagogiques prétentieux et sentencieux appliqués aux échecs et je crains que les résultats en soient funestes.


vampyr, le
@reyes:
2% c'est déjà pas mal si on réfléchit bien.
Combien continuent à jouer de la musique après la 3e, combien vont faire de l'athlétisme, ... ?

Non parce que si on gagnait vraiment 2% de jeunes en club chaque année, on ne serait pas à 50-60 000 licenciés.
Donc il faut mettre le plaisir de jouer en premier et ensuite inculquer le plaisir d'apprendre. Seulement alors il sera possible de "Tester des méthodes d'entrainement".


Je rajouterais que j'aurais bien aimé avoir Chemtov comme enseignant pour m'apprendre à jouer aux échecs lorsque j'étais enfant...
Il me semble évident que tous les enfants qu'il côtoie ont beaucoup de chance.
Mais Il aurait alors fallu que je sois alsacien..ou qu'il soit catalan...rires.


les pédagogos ont fait beaucoup de dégat. Je confirme


Chemtov, le
Chut, thierrycatalan, quelques uns ici font une chemtov-ite aigüe (voir autre post). Par ailleurs, je ne cite pas les mauvaises expériences de cours qui surviennent parfois aussi. Forcément.


Franxis, le
J'ai connu un enseignant qui faisait des miracles avec les 5-8 ans ( un 2100 un 2400 quelques années plus tard ) Il y avait une ambiance festive pour les enfants , goûter systématique , remise de petite médailles , récompenses , minitournois. Les enfants apprenaient très vite ; Il ne calculait pas la charge cognitive. Et ensuite il les confiait à des professeurs adaptés.


Renan, le
@Thierry catalan (19h41)...
Moi tout pareil, mais comme j'étais super fort en sport (tous les sports!),j'ai laissé tomber l’allemand et le latin ...
Pour apprendre les échecs aux enfants il faut donc de la variété...


DDTM, le
Enseignant theoriquement le meilleur cherche cobayes pour leur coller une charge cognitive parfaitement adaptée et souhaite partage l'expérience d'autres animateurs (enfin pas leurs expériences réussies avec des charges démesurément non conventionnelles au regard de ses lectures toujours incomplètes (sans parler d'une quelconque compréhension de la pensée de ces pédagogues) .....
désolé de la répétition par rapport aux précédents posts du même triste sire dont le masochisme est évident à répeter ses mêmes insanités et incompréhension de théories qui le dépassent
... enfin réjouissons nous que son incapacité devant des jeunes intéressés par les échecs ne fasse pas de dégâts dans nos clubs


Krusti, le
Une pensée pour tous les réalisateurs dont la charge cognitive est toute entière tournée vers la production intellectuelle sans succès. Et oui il n'y a pas que les apprentis joueurs d'échecs qui en souffrent.
Woman on the Beach
Hong Sang-soo (aka le Feydeau de Séoul)
2006


Mais je voudrais rappeler simplement que j'applique la formation que j'ai reçue de la FFE.

@ vampire

Tu es dans l'erreur. Une erreur gravissime témoignant d'une profonde incompréhension.

Il n'y a pas à transmettre une passion, ou disons ce n'est pas ainsi qu'il faut formuler le problème.

Parce que soit il existe déjà un germe chez l'enfant, et alors il ne faut pas penser en terme de transmission, soit il n'existe pas de germe et alors il n'y a rien à faire.


Krusti, le
Ah la question du germe de la connaissance.
Quelque-chose d'intéressant depuis le puissant Ménon de Platon ? Pas certain.
Pour les plus pressés.


"Le sujet est important car il n'y a pas lieu de faire répéter des choses qui sont assimilées, mais d'un autre coté il faut un certain nombre de répétitions avant que les choses soient assimilées."

C'est à ce genre d'aphorisme que l'on comprend à quels abysses de nullité les sciences de l'éducation sont rendues.

"Je te rappelle que j'ai un mémoire DAFFE 2 évalué à 30 sur 30, évaluation confirmée par un 27 sur 30, donc peut-être que tu considères que les gens qui évaluent les mémoires à la FFE sont des imbéciles finis ?"

Des imbéciles, peut-être, en tous cas, des cyniques et des médiocres qui, dans leur coin, doivent trembler que tu les nommes. Je m'étonne quand même que tu n'aies pas fait carton plein : 27 seulement sur 30. Pour quelqu'un qui manie l'argument d'autorité, c'est fâcheux : où sont passés ces fichus trois points ?


Krusti, le
L'enquête progresse...


Oimsi, le
Thierry Catalan, même si (C'est de notoriété publique), je n'apprécie pas du tout Chemtov, je dois admettre que je suis d'accord avec toi sur le fait qu'être un élève de lui, quand on est jeune, c'est une chance. Il y a probablement trop peu de cas comme ça pour nos jeunes. (Si je n'aime pas l'homme, je respecte le joueur d'échecs qu'il est)


Oimsi, le
Philippe1934, donner des exercices simples pour que l'élève réussisse, et s'implique c'est valable sur un très court terme, il faut rapidement passer aux choses plus sérieuses. Parce que sinon tu vas te retrouver à avoir quelque chose d'équivalent au BAC, un taux de réussite de 95%, alors que seuls 60% méritent de l'avoir en réalité. (Je suis généreux en disant 60%...)


D'une langue à l'autre la description de certains phénomènes n'a pas le même impact.
La semaine dernière je suis tombé sur l'expression allemande "Türrahmen Effekt" (traduction littérale: effet de l'encadrement de porte). En Anglais on dit "doorway effect" ou aussi "boundary effect".
Je trouve que dans ces langues, c'est plus imagé que la traduction française effet porte, effet frontière. D'ailleurs les scientifiques français ont tendance à utiliser l'expression anglaise.

Est ce que kognitive Belastung traduit bien charge charge cognitive ?
A mon sens oui, car Belastung peut se traduire par surcharge, contrainte, et surtout détriment.

Vivement 200


Merci pour la solidarité entre joueurs d'échecs.

Je vois que l'on s'est vendu.

Je voudrais quand même rappeler qu'en plus de "cassage en règle" sur ce forum, ce sont aussi mes parties d'échecs de compétition que l'on est venu déranger.

Action en justice bientôt en cours...


Reyes, le
La table
S’endormit.
La conversation
L’ennuyait.


Malcolm de Chazal (1902-1981)

Descriptif d'une méthode pédagogique pour ateliers périscolaire par philippe1934 le 25/12/2019
https://www.france-echecs.com/article.php?art=20191225132607150
Déroulement d'un atelier de jeu d'échecs dans une école par philippe1934 le 07/01/2020
https://www.france-echecs.com/article.php?art=20200107005711424
Des connaissances et des habiletés aux échecs par philippe1934 le 31/07/2020
https://www.france-echecs.com/article.php?art=20200731123725984


Donc voilà tu es un vendu Reyes, avant de faire partie de la FFE, tu es au service des ...... qui sont venu pourrir mes parties de compétition.

Cela va passer en justice.


Reyes, le
Ou tu changes de vocabulaire ou tu vires Philippe1934.


Oimsi, le
Quoi encore Philippe1934 ? De quelle solidarité et de quel vendu tu parles ?

Et si tu pouvais ne pas trop trainer pour le passage en justice, j'ai trois semaines de vacances là, je voudrais suivre chaque étape de ce qui s'annonce comme une grande victoire pour toi. Déjà que tu perds sur l'échiquier (Certes à cause des autres), qu'on puisse au moins, ici assister à une victoire. Je compte sur toi.


Oimsi, le
Sur ma base de donnée, j'ai trouvé 6 parties de toi, aucune victoire, 5 défaites ! Effectivement je constate que de 2009 à 2011 il y a une conspiration. Tes défaites clairement ne viennent pas de tes mauvais coups dans les parties. Par exemple cette partie contre un 1650, ou dès le 14eme coup tu as joué des coups que même ma grand mère aveugle n'aurait pas osé faire. Si tu t'es fait exploser, c'était forcément la faute à quelqu'un d'autre ? Tu confirmes ?

Il faudra aussi me dire comment faire pour que je puisse, moi aussi, récupérer tous les points élo perdus dans les tournois (Au bas mot 800 ) et me dire qui je dois accuser stp... Merci pour la solidarité entre joueurs, vu que tu n'es pas un vendu, je sais que tu feras cela pour moi.


Oimsi, depuis le mémoire, alors évidement j'ai fais la bourde, trop naïf et trop con, d'envoyer cela à des politiques, mes parties d'échecs de compétitions sont pourries.

J'ai informé la FFE, mais comme c'est très compliqué à prouver... il y a pas de suite. Un type qui vient se pointer à coté de ton échiquier et qui reste fixement immobile, tu veux prouver quoi, par contre cela déconcentre.

Ces gens sont sans pitié, ils n'ont jamais pensé que je ne m'étais pas attribué cette note de 30 sur 30 et que je pourrais avoir une vie tranquille comme tout le monde.

Non il ont décidés de me démolir, 10 ans de galère pour ce mémoire, j'aurais mieux fais de rester médiocre.


Tu aurais mieux fait de rester humble


"Est-ce que vous avez déjà appliqué votre programme de mats en deux à vos écoliers ? [...] Des années après, avez-vous retrouvé ces jeunes dans les clubs et les compétitions ?"

Il semble que Philippe en a retrouvé une fraction : "des ...... qui sont venu pourrir mes parties de compétition".

Sinon, ce fil a quand même quelques mérites, outre qu'il est divertissant, il est instructif. Ramesh, je ne connaissais pas mais sans connaître, j'ai fait du Ramesh l'an dernier et, non seulement, c'est efficace mais c'est intègre. Il faut arrêter avec l'indolence des pédagos qui fabriquent des lavettes.
J'en profite pour noter que la quasi-totalité des références de l'ami Philippe sont anglo-saxonnes. Et qu'en matière éducative, si l'on considère les moyens colossaux dont ils disposent, ils ne sont pas loin de produire de la grosse ..... (Trump, le Brexit, le goût pour le kitsch).

Les seuls spectateurs qui m'aient jamais gênés, ce sont deux joueurs de l'équipe de France de basket à l'hôtel Mercure de Caen en 1993. Je jouais contre une jolie adversaire : ils se sont approchés. Le pivot, celui-là même qui avait gagné la Coupe d'Europe avec Limoges, a dit : "fais-lui un mat du berger". J'ai regardé Frédéric Forte qui l'accompagnait comme s'ils étaient demeurés. Forte a dit à son pote (Franck Butter) de la fermer. Ils sont restés quelques minutes puis se sont barrés pour voir d'autres échiquiers où ça bougeait.
Sinon, il y a le jeune Carlsen qui osait suivre une partie de Kramnik aux Candidats debout derrière l'idole, une main négligemment dans la poche de son futal faisant rebiquer sa veste.


Oimsi, le
Un gars qui reste immobile à regarder une partie, oui ça doit être ingérable, il y a de quoi perdre ses moyens. (C'est la que ma grand mère a un avantage, elle ne le voit pas le gars immobile) Moi aussi je préfère quand ils bougent


Domi77, le
Trump , qui le connait vraiment en France ? Je veux dire à part ce qu'en disent les medias mainstream ?
Le Brexit ? C'est leur choix.
Le kitsch ? C'est ton opinion.
Duc tu as produis de la grosse ..... (cela dit contrairement aux anglo-saxons c'est uniquement avec tes petits moyens)


Dcax, le
Merci Oimsi!

En regardant les parties qu'il a jouées, on peut voir la belle progression de Steve D! 1900 en 2011!

ça fait plaisir qu'il a continué à jouer et progressé!


Domi77, le gars à qui on la fait pas & qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Tes potes anglo-saxons commencent leur carrière avec une dette colossale, celle de leurs années d'études qu'ils sont peu à pouvoir rembourser. Le Brexit et Trump, c'étaient d'abord les choix de Poutine & de la presse de caniveaux. Mais comme les électeurs sont lobotomisés par les merveilleuses sciences de l'éduc., c'est passé crème.


Domi77, le
Hi hi facile de croire que les Amerloques sont mes "potes". Ai-je vraiment besoin de dire qu'il n'en est pas question ? Cela dit j'adore l'humour anglo-saxon, surtout dans la SF. Lis en un peu ça te changera des san antonio.
Poutine a fait élire Trump ?!? : C'est du très très lourd. Arrête BFM ça te fait du mal.
Tu arrives à jouer aux échecs avec la bouillie que tu as dans le ciboulot ?


@ fouduroi

Mais je suis très humble, on ne réussit jamais tout seul, et à qui je dois ce mémoire, bien déjà le formateur qui a fait la formation DAFFE 2, mon père qui m'a appris à jouer aux échecs et à réfléchir, et aussi... au système social français, qui permet de te maintenir à flot quand tu n'a plus de boulot, d'avoir un toit, de vivre dignement, et donc j'ai pu étudier et faire ce mémoire, chose qui n'aurait pas été possible si j'avais été à la rue.

Donc je suis très humble...


ArKheiN, le
Ce mémoire est votre plus grande fierté, est-ce si prestigieux? Au point d'avoir des ennemis qui complotent contre vous jusque dans les championnats?? Du coup, quelle est votre travail à temps plein (juste pour être sûr de bien comprendre avant de donner mon point de vue).


ArKheiN, le
Et un DAFFE 3 est en route? PS je vois que les conditions pour l'obtention du DAFFE 3 ont changé entre 2010 et 2014 (les 2 premières pages sur google). Depuis 2014 il faut entre autres avoir eu 1700 en lente, ce qui pourrait être soit un frein soit une motivation pour Philippe.


Pour aborder un point périphérique au sujet central de cette discussion, je voudrais aborder ici le niveau minimal de connaissances d'échecs que devrait avoir un éducateur ou enseignant spécialisé officiellement dans le jeu d'échecs.

Lorsque j'étais enfant, il y avait un bénévole qui venait faire une animation une fois par semaine, pour tous les élèves de mon collège (toutes les classes de la 6 eme à la 3eme), le collège prêtait une salle de classe, après les cours, nous étions une petite dizaine d'élèves présents.
Je savais alors déjà déplacer les pièces (par mon grand-père), mais par exemple je ne savais pas ce qu'était le roque, ni la prise en passant...
Le bénévole était un homme d'un certain âge, qui était classé FFE environ 1400 elo, et n'avait jamais vraiment préparé de cours structuré....
Grâce à lui j'ai vu pour la première fois un échiquier cartonné avec des cases de 50 mm, et une pendule d'échecs !
Pendant deux ans, ce bénévole à 1400 elo, qui nous a appris tout ce que nous savions sur le jeu d'échecs, a été le plus fort joueur que moi et mes camarades ayons jamais affronté...
Il est évident que moi-même et tous ses élèves avions de grosses lacunes dans tous les domaines : ouvertures, milieu de jeu, finales, tactiques, stratégie, car l'enseignant lui-même avait ces mêmes lacunes...
Mais c'est grâce à lui que j'ai connu mon premier club d'échecs (dont il était le président), et connu des joueurs autres que ceux de mon collège, qui habitaient la ville (il existait aussi un autre club à Perpignan), et qui m'ont fait progresser en jouant contre eux.

Il me semble donc très normal que la FFE impose un niveau de jeu minimal pour délivrer un diplôme "officiel" de formateur au jeu d'échecs.
et le niveau minimal de 1700 elo, me semble tout à fait raisonnable pour apprendre le jeu de manière correcte à de complets néophytes.

Je rajouterais que contrairement à l'époque de mon enfance, il existe aujourd'hui de très nombreux livres d'échecs en français d'apprentissage du jeu d'échecs, sur lesquels les éducateurs du jeu peuvent s'appuyer pour structurer leurs cours aux enfants.


@Domi77

"Qui le connait vraiment en France ? Je veux dire à part ce qu'en disent les medias mainstream ?" ; "Arrête BFM ça te fait du mal. Tu arrives à jouer aux échecs avec la bouillie que tu as dans le ciboulot ?"

C'est bizarre, Domi, discuter avec toi me rappelle cette conversation avec un joueur russe (1800/1900) qui s'était prolongé après notre partie. C'était le 4 avril dernier :

"events in Bucha staged and provocation by Ukraine. the corpses are scattered and one of them moves by hand. Learn to think and discard false information, dude!" ; "you play chess, learn to think critically, do not perceive any information as true!"

C'est le même argumentaire (médias, cerveau, etc.) : vous pourriez être potes.


Domi77, le
@Duco
Maintenant c'est plus les américains qui sont mes potes ce sont les Russes.
...
Quand tu auras finis de distribuer les bons points, de chasser en meute et de mettre les gens dans des cases on pourra peut-être "discuter" comme tu dis.


@ArkheiN ou une autre personne qui peut répondre :

C'est juste pour ma culture générale.

Le DAFFE 1 c'est Animateur ?
Le DAFFE 2 c'est Educateur ?
Le DAFFE 3 c'est Professeur ?

Il y a encore des sessions pour obtenir ces diplômes ? On ne voit quasiment plus que des stages pour devenir Initiateurs

Au fait le titre de "Initiateur" ça correspond à quoi c'est DIFFE ou autre chose ?

Merci pour vos éclairages


Dcax, le
hey on manque de formateur et d'entraîneurs...

y a des stages de formations? - pas trop

vous faites ça aussi en visio? - ben non c'est fini le covid

et faut se déplacer à perpète plusieurs jours? - oui

ah ben dit donc si on est pas à côté ben c'est rip


@ Arkhein

Après le Bac, j'avais passé le Bac C avec mention, j'aurais m'orienter vers des études scientifiques, physique, chimie, ce genre de choses, mais l'aspect trop cartésien et trop direct de la logique me faisait peur, parce que j'avais déjà un esprit très logique, et j'avais peur de renforcer ce trait, on va dire un peu froid.

J'ai arrêté mes études et je me suis lancé dans la musique mais je n'ai pas réussis à atteindre mes objectifs. Je suis devenu animateur de jeu d'échecs un peu fortuitement comme nombreux je pense, et ce travail m'a plus, d'un certain point de vue enseigner le jeu d'échecs à des enfants c'est le plus beau métier du monde, mais il existe aussi d'autres métiers qui peuvent prétendre être le plus beau métier du monde, j'entendais récemment Philippe Descola dire qu'anthropologie était le plus beau métier du monde, sans aucun doute du point de vue d'un anthropologue.

Quand j'ai passé le DAFFE 2, j'ai commencé à étudier les Sciences de l'éducation, et ce sont des sciences comme la physiques ou la chimie... mais moins dures... qui comme toutes les sciences demandent de la logique, mais une logique moins dure, moins directe, qui demande beaucoup d'observations, de l'intuition, une approche interdisciplinaire, et là dedans je me suis retrouvé, cela correspond vraiment à la façon dont j'aime réfléchir, penser, bien oui le fait d'avoir obtenu une reconnaissance est agréable, mais en fin de compte ce qui a été important c'est que cela m'a permit de continuer à étudier et surtout m'en a donné envie.

@ Thierry catalan

Pour être animateur il faut avant tout des connaissances en psychologie, en développement de l'enfant, en pédagogie, les connaissances dans loe jeu d'échecs sont réellement secondaires.

Puisque certains ont soulevé le sujet... vraiment les formations de la FFE sont short, trop courte, comment est-ce que tu peux être formé en une semaine ? Il faudrait au minimum des formations de 3 semaines. Au minimum, pour un professeur des écoles, c'est plusieurs années, or ce n'est pas moins compliqué d'enseigner le jeu d'échecs, que le français ou les maths.


ref Philippe :
je veux bien croire que des connaissances dans les disciplines de transmission du savoir soient nécessaires à un animateur ou un enseignant, mais il me semble tout aussi important d'être compétent dans la discipline que l'on est censé enseigner !

Dans mes messages précédents, j'ai parlé de tout ce qu'ont apporté dans ma vie d'adulte, les enseignants que j'ai eu du primaire au lycée.
j'ai oublié de préciser que parmi eux, nombreux étaient les enseignants surdiplômés dans leur discipline respectives (école normale, agrégation lettres classiques, agrégation Mathématiques, grandes écoles etc).

l'animateur qui m'a appris les échecs lorsque j'étais en 4eme et en 3eme, était classé à moins de 1400 elo. je lui suis reconnaissant de m'avoir fait découvrir le jeu, et transmis l'amour de ce jeu, mais je peux dire aussi avec le recul , qu'il n'avait pas les compétences échiquéennes pour m'apprendre correctement le jeu d'échecs .
(Chemtov aurait -il pu faire de moi un bon joueur ? certainement! rires)
Moi-même ayant été classé à 1830 FFE à mon meilleur niveau, je sais très bien que je ne suis qu'un amateur ignorant de nombreuses choses élémentaires aux échecs, et que je serais donc incapable de transmettre à des élèves !
Pour preuve Les petits livres d'initiation de Marc Quenehen en stratégie et en tactique m'ont appris plein de choses que j'ignorais !! et je ne parle même pas de ma nullité crasse en finale ).

Je considère donc vraiment qu'un niveau elo de 1600- 1700 est vraiment un strict minimum pour pouvoir enseigner correctement le jeu d'échecs, même à des débutants.


@ thierrycatalan

Quand j'ai commencé à faire de la compétition je faisais des peformances entre 1700 et 1900 au Championnat de Paris.

Depuis 2013 mon elo est en chute libre à cause des types que l'on m'envoie et qui se postent fixement devant mon échiquier, surtout en fin de partie, et toujours quand j'ai bien démarré un tournoi.

Les connaissances en psychologie, développement de l'enfant,en sciences de l'éducation plus généralement sont plus importantes que les connaissances dans le jeu d'échecs.

Inversement quand l'on est entraineur, et c'est la première chose que l'on vous enseigne au stage de formation DAFFE 1. Ne pas se prendre pour un entraineur.


Puisque j'ai commencé à parler de ma vie, le problème, et je pense que le problème est réellement là, c'est qu'entre ma vie de musicien et ma vie de professeur de jeu d'échecs, j'ai travaillé dans le Prépresse et la Photogravure Numérique, et je connais de A à Z le processus de fabrication d'un livre.

Et donc, 30 sur 30 + Théorie de la Charge Cognitive + possibilité de faire des manuels en tout indépendance ---> il y a des gens qui veulent absolument me choper et me sortir du jeu d'échecs... j'ai déjà eu des menaces de mort... quand on vous dis...VOUS Y ETES DEJA... la suite de la phrase... c'est DANS LA TOMBE, tout le problème est que je ne peux pas le prouver.

Pour "ces gens" je fais partie des types qui dérangent... comme Nicolas Hulot, qui a été victime de diffamations, parce qu'il tenait un discours trop juste et trop vrai sur les problèmes actuels.

Comme Léo Batesti, une forte personnalité avec un projet de développement de masse du jeu d'échecs, une personnalité que l'on aurait pas pu controler, on s'est arrangé pour fausser l'élection.


Salut Philippe1934 , as-tu remarqué si les gars qu'on t'envoyait pour te déstabiliser, ou te menacer, avaient leur petit doigt relevé lorsqu'ils te scrutaient ?

Si c'est le cas, il est possible que le cauchemar a recommencé et on n'est pas sorti du sable...


Oui je sais, on te pourris la vie et il faut dire merci.


DDTM, le
"mon elo est en chute libre à cause des types que l'on m'envoie et qui se postent fixement devant mon échiquier, surtout en fin de partie, et toujours quand j'ai bien démarré un tournoi."

"il y a des gens qui veulent absolument me choper et me sortir du jeu d'échecs... j'ai déjà eu des menaces de mort... "

Ne faut-il pas un certificat médical pour prendre sa licence ?
Le besoin est là ...


Domi77, le
@supergogol
Lui aussi tu crois ? 🤣


Je pense qu'il faut arrêter de tirer sur l'ambulance. @philippe1934, il faut probablement aller consulter quelqu'un.


Hulot, il tirait tout ce qui bougeait (PPDA idem) et son bilan carbone (ainsi que celui de ses sponsors) était rédhibitoire pour qu'il soit simplement crédible. Battesti, il n'avait rien trouvé de mieux que d'en référer au racisme anticorse pour défendre Mondolini : ça lui a (peut-être) coûté son élection à la fédération malgré un travail remarquable mené régionalement. Bref, ils se sont sabordés, seuls, comme des grands.

Te concernant, Philippe, on s'en tape. Tu publies ce que tu veux et j'espère que les spectateurs de tes parties se feront plus discrets : je souhaite juste que ton obsession des mats en deux ne dégoûte pas trop d'aspirants au jeu d'échecs, ce qui en soi ne serait pas si grave tant il y a d'autres domaines aussi passionnants que ces 64 foutues cases...
Par contre, quand tu dis que "pour être animateur il faut avant tout des connaissances en psychologie, en développement de l'enfant, en pédagogie, les connaissances dans le jeu d'échecs sont réellement secondaires", tu te leurres mais il n'y a pas de raison que l'on s'en prenne spécifiquement à toi. C'est la croyance d'une époque, notamment dans les rouages du Ministère de l'Education, où ce genre de délires (cyniques, parce qu'eux n'y croient pas : ils foutent leur progéniture à l'Ecole Alsacienne) transforme, lors de jobs dating d'un quart d'heure de simples étudiants en licence en enseignants telle la citrouille en carrosse.


Mais il faut cesser de caricaturer et de déformer mes propos.

Les séries de mats en 1, puis en 2, c'est seulement au début de l'apprentissage. C'est ce que l'on appelle "le guidage" en éducation.

C'est à dire des exercices dont les degrés de liberté sont limités pour faciliter la tâche des novices.

D'autre part tant qu'un enfant n'arrive pas à résoudre facilement un mat en 1, cela ne sert à rien de passer à d'autres types d'exercices et pareil pour les mats en 2, tant que le principe de ce type de combinaisons n'est pas parfaitament assimilé, il ne sert à rien de faire autre chose. Ensuite ils ne sont pas du tout dégouté, au contraire, l'important est d'avoir une progression en difficulté qui leur permette de réussir. Si ils réussissent ils sont pas du tout dégoutés.

Cez qui dégoute les enfants, ce n'est pas de faire des séries de mats, c'est de faire des exercices et d'échouer, c'est cela qui dégoute les enfants et rien d'autre.

Parce que la logique des mats en 1 puis celle des mats en 2 est la plus simple. Tous les enseignements vont du simple au complexe, je ne fais qu'appliquer ce principe universel et millénaire.

Aussi!!! Tu pourras revenir au premier post de ce thread, qui a justement rapport avec un autre type de combinaison que les mats en 2 !

Je pense qu'il y a beaucoups d'erreurs qui faites dans l'enseignement du jeu d'échecs chez les enfants qui débutent, et je précise bien chez les enfants qui débutent, je porte ce jugement sur ce point précis, les deux principales est que l'on passe par un enseignement transmissif alors qu'il faire de la pédagogie active, l'autre erreur, comme en témoigne tes propos, est que l'on surestime les capacités des enfants, je répète tous n'ont pas le cerveau de MLV, il faut se mettre à leur niveau et être patient, et vraiment penser à construire des bases solides, pour la suite. Les bases solides c'est les mats en 1 puis les mats en 2. Il faut en faire beaucoup, c'est la méthode Polgar, peut-être qu'il a exagéré avec plus de 3000 mats, mais il faut en faire une certaine quantité, et après tout est plus facile, seulement après on peut faire autre chose.


Chemtov, le
La méthode Polgar... là aussi il faudrait un peu arrêter avec cette référence.


ArKheiN, le
@Chemtov, vôtre avis m'intéresse sur "la méthode Polgar. Est-elle bien documentée? Avez-vous des infos non connues du grand public? Des choses à démonter? Vous en pensez quoi?


Polgar a vraiment réfléchit aux premiers apprentissages du jeu d'échecs, et il s'est trouvé confronté à des problèmes qu'il a essayé de résoudre.

Sa recherche pédagogique se manifeste dans son livre 5334 Combinations and Games, dans la série de mats en 1.

Il a composé des mats en 1 avec juste des pièces blanches, et en fait sans le savoir il a appliqué la Théorie de la Charge Cognitive, en débarassant les positions des éléments extrinsèques.

Je travaille avec des séries de mats en 1, que je sélectionne attentivement et qui viennent de parties.

Mais je travaille aussi avec la série de mats en 1 du Polgar et elle a toujours du succès auprès des enfants.

Récemment j'ai repris sont idée, je prends une position et je vire des pièces, pour ne laisser ce qui est significatif pour le réseau et visuellement, et cela marche assez bien, on attire par là l'attention des enfants sur ce qui est essentiel, et de mon expérience je peux dire qu'ils aiment bien travailler avec ces positions épurées.


ArKheiN, le
https://www.newinchess.com/cognitive-chess?utm_source=newsletter&utm_medium=email&goal=0_ca50167f55-c651b30039-236014485&mc_cid=c651b30039&mc_eid=6529b0a1f3

Un nouveau livre, avec le mot cognitive dedans. Peut-être un pont entre les théories de Philippe et celles des entraîneurs d'échecs "normaux".


Chemtov, le
Non, ArKheiN, je ne possède pas des ''infos'' non connues ( même si je venais à la maison quand Zsuzsa avait 10 ans, Zsofi 4 ans et demi et Judit pas encore 3 ) ( ou alors des ''infos'' privées qui irriteraient certains ici ).
Mais sur la ''méthode Polgar'', je crois qu'on mélange deux choses.

D'une part, la cartothèque originelle de Laszlo Polgar ( qui ressemblait à un buffet de cuisine avec plein de tiroir ), qu'il a publiée vingt ans plus tard, complétée par des parties de ses filles ( ici : https://ausee.files.wordpress.com/2016/06/23.pdf ) et que nous pouvons utiliser encore aujourd'hui aussi avec les enfants ( ou les adultes !) .

et

d'autre part, tous les éléments de la progression des trois soeurs Polgar, tout ce qui a fait leur carrière ( cette cartothèque n'ayant servi que dans une très courte période de la vie de chacune, associée à beaucoup d'autres choses ).

A 10 ans, Zsuzsa n'était pas une petite fille ordinaire de CM1 ou CM2 qui travaillait juste sur des mats pendant une heure par semaine de périscolaire.


C'est un peu idiot comme question mais il était bon aux échecs, László ? Parce que comme pédagogue, il n'y a pas trop de doutes même si à certains moments, ça devait être sportif.


Chemtov, le
Non. Il ne jouait pas à ma connaissance ( en tournoi ). A ne pas confondre avec Polgar, Istvan qui jouait à l'époque.


@ Arkhein

Ah oui ! Enfin une chose intelligente énnoncée ! Je revendique complêtement que je ne suis pas normal !

Pour faire le travail que je fais, jamais un type normal pourrais le faire.

Je peux mettre en téléchargement mes bases de combinaisons. Qui se lance à faire un programme d'exercices à partir de ces milliers de combinaisons, cohérent, équilibré, progressif, et qui soit pas du remplissage ! Allez qui se lance ?

Tout personne normale fuira en courrant...


Chemtov, le
Et oui. Mais le père Polgar ne se considérait pas normal non plus... Autre chose, rien à voir, anecdote qui pourrait vous plaire ( et aux fanas ''de ma vie, mon oeuvre'' ) : avant d'aller chez les Polgar, on m'avait prévenu que le papa Polgar voulait m'emmener étudier à la ''schule''. Et comme l'allemand était ma principale langue pour communiquer, à Budapest, fin des années 70, j'ai pensé qu'on irait visiter une école ! Je l'ai déçu en lui expliquant que je ne tenais pas à étudier à la ''shul''.

Même histoire chez mon feu veil ami Gabor ! Qui, ne l'oublions pas, fut par ailleurs l'un des premiers soutiens de la famille Polgar ( comme ''avocat'' auprès de la fédération et comme entraîneur ). Lire ici la partie de l'article sur les Polgar, où l'on voit les risques pris par le père Polgar :

https://en.chessbase.com/post/gabor-kallai-portrait-of-a-dedicated-che-worker/28

''The Polgar father was also invited, but he already did not see eye to eye with the Federation’s president and sent Kallai as the family’s representative. At the meeting, the real agenda was presented: the Polgar father should be sent to a psychiatric hospital and the girls should be placed in the custody of the state.''

Mais pour en revenir au sujet, la méthode Polgar ce n'était pas seulement des batteries de mat bien classées. Il y eut aussi une nuée de maîtres et grands maîtres qui tournait autour de la famille. Et le club MTK-VM où l'on pouvait *baiser la main* du légendaire Szabo n'y était pas pour rien non plus ( * expression précise puisque c'est ainsi qu'on se présente, en hongrois, aussi bien devant une dame que devant une personne âgée que l'on respecte ) ( même et surtout au temps du communisme, par réaction ).


DDTM, le
Pour revenir à : ''ce post (qui) s'adresse plus particulièrement aux animateurs, qui enseignent à des débutants et des enfants dans les clubs et les écoles.''

@philippe1934 : Est-ce que vous avez déjà seulement essayé ? Est-ce que vous avez déjà appliqué votre programme de mats en deux à vos écoliers ? Avez-vous réussi à les convaincre de faire cela ? Ont-ils été coopératifs ? Avez-vous eu des résultats ? Des années après, avez-vous retrouvé ces jeunes dans les clubs et les compétitions ?


Chemtov, le
Bon... vous avez raison. C'est le sujet. Faire des diagrammes savamment ordonnés, c'est très, très bien. Mais comment faire pour insérer cela dans une heure de cours maximum, dans un programme quelconque ( 25 séances par an, par exemple ).
Si le gamin fait des échecs trois heures par jour, OK. Mais autrement ?


@ DDTM et Chemtov

Je pense qu'il y aune incompréhension à l'endroit de mes propos.

Les enfants doivent acquérir une logique, la logique qui sous tends le monde des combinaisons.

Je pense qu'il faut être patient, de mon avis tant qu'un enfant n'arrive pas à résoudre assez facilement des mats en 1 puis des mats en 2, c'est problématiqe de passer à d'autres type de combinaisons de nature moins forcée.

Mon avis est que dans un premier temps il leur faut assimiler cette nature forcée des combinaisons, et ils le font avec des mats en 2. Les exercices de mats en 2 sont les plus adaptés pour leur faire assimiler la nature forcée des combinaisons.

Une fois qu'ils ont assimilé cette nature forcée, il faut évidement passer à d'autres types de combinaisons.


Chemtov, le
Non, non, il n'y a pas d'incompréhension dans mon sens. Inversement, je crois que vous, vous sous-estimez les enfants.

Il y a huit heures, j'étais encore dans un tournoi, avec 32 jeunes des écoles du club ( 32 sur les 76 participants du 28ème Tournoi de l'Avenir à Bischwiller ). C'était pour beaucoup leur tout premier tournoi.

Et bien, j'ai vu plein de mats du berger, de fourchettes de cavalier, de fourchettes de pions, d'enfilades, de mats du couloir, de prises et menaces en un coup, d'idées de toutes sortes, souvent intéressantes, amusantes et originales.

Et ces enfants ( certains de 6 ans ) n'avaient jamais fait d'exercices sur diagramme.


DDTM, le
"Je pense qu'il y aune incompréhension à l'endroit de mes propos."
C'est bien d'enfin s'en rendre compte .. ce qui conduira dans le futur à éviter les sempiternels mêmes posts ...


Derrière cet argument théorique sur l’apprentissage il s’agit avant tout de démarchage pour essayer de vendre des livres, non ? S’il y avait une martingale pour l’apprentissage, ça se saurait. Faudrait arrêter maintenant.


"Et bien, j'ai vu plein de mats du berger, de fourchettes de cavalier, de fourchettes de pions, d'enfilades, de mats du couloir"

Ah ! Enfin des vrais échecs !


Chemtov, le
Tout à fait ! Rien ne vaut ces expériences vécues sur l'échiquier, avec les émotions qu'elles génèrent, pour fixer la mémoire des combinaisons !
('' faire assimiler la nature forcée des combinaisons.'' comme dirait l'ami Philippe ). Surtout si le gamin a créé lui-même le motif.

Par exemple, j'ai vu une petite de 7 ans qui a joué Fg4, avec les noirs, après h3. D'abord, je me suis dit que j'allais l'étrangler après la partie. Mais ensuite, j'ai remarqué qu'elle avait très bien vu que son fou était en prise ! En fait, après h3xFg4, elle voulait jouer Cf6xg4 pour ramener la dame en h2 avec mat ! Finalement, je l'ai plutôt félicitée pour son idée et son audace ( avec quelques réserves évidemment... ).
J'ai ainsi pas mal changé ma façon de voir et de commenter leurs coups.


Les enfants qui débutent ont besoin d'assimiler ce concept de variante forcée par des exercices pratiques, ce n'est pas quelque chose qu'ils peuvent comprendre spontanément, comme je l'ai déjà expliqué tous les enfants n'ont pas le cerveau de MLV.

L'exercice le plus simple pour qu'ils assimilent cette notion est le mat en 2.


Chemtov, le
Moi, je préfère les envoyer au tournoi. Ils en prennent plein la vue parfois, Mais parfois c'est eux qui matent en deux s'ils ont bien appris à développer leurs pièces.
En sachant doubler les tours par exemple ( Mes gamins connaissent le mat du couloir avant la marche du cavalier !) Mais ils n'auront des positions offrant des possibilités de mat que lorsqu'ils auront déjà appris ces principes de base du jeu.
Dans une heure de cours, il y a des priorités. Mais j'essaierai de faire quatre diagrammes hors sol comme les vôtres, par séance, cette année. Promis. En complément. Mais je voudrais avoir 120 gamins prêts à jouer les championnats scolaires en janvier ( comme avant le covid ). Donc, il faudra bien calculer le timing dans la séance d'échecs pour avoir des enfants à la fois prêts à jouer et à être aussi des spécialistes, mode Philippe, du mat en deux surgissant de nulle part. Je vais essayer.


Je vois mieux quelle est votre approche, vous considérez que les mats c'est un peu du baba, dans le sens où ce n'est pas une technique si difficile à assimiler, et qu'il vaut mieux leur enseigner des principes généraux pour mener une partie.

C'est une approche qui a sa cohérence. Mais je me dis que si vous être maître c'est que vous avez don, et que les mats vous semble à cause de ce don des exercices faciles, et voir peut-être inutiles.

De mon coté, personne ne m'a jamais enseigné quoi que ce soit aux échecs, sauf mon père, qui me disait que le centre était très important, mais il n'a jamais été capable de m'expliquer pourquoi, et d'ailleurs on pourrait ouvrir un sujet, de savoir pourquoi le centre est important, il n'y aura pas foule d'interventions, je le parie, et parce qu'expliquer pourquoi c'est important est pas si simple.

J'ai acquis intuitivement par la pratique sans aucun enseignement un certain nombre de principes stratégiques, par contre j'étais vraiment peu doué en tactique, et je ne dis pas que cela n'oriente pas mon enseignement, je l'oriente où j'étais faible, néanmoins, les principes, la connaissance des principes est évidement fondamentale, mais je place avant la perception de l'échiquier, qui se cultive avec des exercices tactiques.

Bien, dans tous les cas je voudrais rassurer tous ceux qui pensent que j'assomme mes élèves avec des milliers de mats, je viens de finir de mettre au point, 5 mois de travail, une série "gagner une pièce" où l'on trouve toutes les tactiques élémentaires, enfilade, attaque à la découverte, déviation... et j'ai parié sur le potentiel de l'enfant... j'ai rédui cette série à 216 positions, au départ j'en avais bien le double, et je suis d'accord avec les foromueux qui me critiquent, assommer les élèves avec des milliers d'exercices est une stratégie d'enseignement douteuse.


Avec tout le respect que je lui dois, je ne pense pas que Chemtov ait été MI parce qu'il avait un don pour les mats ou pour la prévision de la météo à sept jours. Par contre, je pense qu'il a "bossé" et même bien bossé.

Les mats en deux, je me souviens de l'un d'eux rencontré dans L'école des échecs de Koblentz que j'avais particulièrement détesté (le mat en deux, pas Koblentz quoique...).




Mais bien sur que Chemtov a bossé, mais c'est pour cela que je prends continuellement comme exemple MLV, nous n'avons pas tous les mêmes facilités. Je colle un extrait de "Premiers apprentissage du jeu d'échecs" téléchargeable dans mon profil.

"On peut conceptualiser l'intérêt des enfants pour le jeu d'échecs avec la théorie d'Howard Gardner. Du point de vue de la théorie d'Howard Gardner, nous ne sommes pas tous égaux face aux différents domaines de la culture. On constate que certains individus ont une meilleure capacité à traiter certains types d'informations.

Mozart lors d'un voyage en Italie avait été à un concert et il n'existait pas de partition pour la musique qui y avait été jouée, après le concert Mozart a écrit toute la partition de cette musique.

En 1925, Alekhine dispute une simultanée à l'aveugle sur 28 échiquiers, le lendemain, il reconstitue précisément les 28 parties disputées.

Je donnerais l'exemple de ma fille qui n'a jamais eu le moindre attrait pour le jeu d'échecs, mais qui très jeune réalisait des aquarelles d'une maturité exceptionnelle pour son âge, ou celui d'un ami doué en musique, mais très médiocre aux échecs.

Ce qui apparaît chez l'adulte existe déjà en germe chez l'enfant.

Pour John Dewey, l'éducateur doit partir de ce germe, de cet intérêt encore immature pour une activité. C'est la seule chose dont-il puisse partir pour éduquer. En conséquence, cela demande une réflexion ontologique pour saisir ce qui est à la source de l'attrait de certains individus pour le jeu d'échecs.

Central et indispensable dans la motivation est la réussite des élèves dans la résolution des positions tactiques. Il est donc fondamental de faciliter la résolution des positions tactiques et pour cela d'appliquer la Théorie de la Charge Cognitive. Quand ils réussissent et sont en confiance, ils sont demandeurs et motivés pour résoudre des exercices plus difficiles."

Très bon exemple de ce qu'il ne faut pas faire, le mat en 2 de Koblentz, qui a première vue à l'air un peu prise de tête. Très bon exemple aussi pour montrer qu'appliquer la Théorie de la Charge Cognitive ce n'est pas seulement enlever des pièces de l'échiquier.

Mon père avait d'ailleurs acheté les deux volumes de Ecole des échecs... qui pour moi étaient trop difficiles... mais j'ai quand même étudié ces livres... et c'est peut-être à cause de ces deux volumes de l'Ecole des échecs, qui si l'on est pas doué comme MLV et que l'on est débutant sont assez difficiles, que j'ai décidé de construire une méthode très progressive, pour que les premiers apprentissages ne soit pas ardus.

Voilà le type de mats en 2 avec lesquels il faut commencer. Traits aux blancs.




Laisse tomber, Philippe, je n'entrerai pas dans ta secte. Mes adversaires, quand ils me font la politesse de perdre, abandonnent avant.

"Très bon exemple de ce qu'il ne faut pas faire, le mat en 2 de Koblentz, qui a première vue à l'air un peu prise de tête."

Koblentz s'est planté : il le présente comme un mat en deux (1.Dg4 Rxe8 2.De7#) alors qu'il faut trois coups. Le plus curieux, c'est que le traducteur n'ait rien vu ni surtout l'éditeur lors des différentes rééditions (Hatier, 1976 ou ici Payot, 1994).

Les autres mats en deux (il en propose six, pas 8000) se résolvent assez vite (Koblentz demande que ça soit le plus rapide possible, cinq minutes max par exercice) et basta cosi, y'a tellement d'autres choses à bosser.




Et comment situes-tu celui-ci ? Intéressant, trop de pièces ? Conformes à la théorie de la charge cognitive ? Qu'en dirait Howard Gardner ? Trait aux noirs.




Pourquoi ces attaques Ducouloir ?

John Sweller, David Geary et Howard Gardner sont des scientifiques reconnus internationnalement.

Mais il est intéressant de discuter autour du problème de Koblentz que tu a posté, et je me rappelle bien avoir travaillé enfant sur ces problèmes qui étaient trop hardus pour moi.

Geary résout de nombreux problèmes en éducation avec cette nouvelle catégorisation des connaissances, d'une part les connaissances biologiques primaires, d'autre part les connaissances biologiques secondaires.

Pour faire le lien avec le jeu d'échecs, les connaissances biologiques secondaires ce sont les "chunks" de la Théorie du Chunking.

Pour faire le lien avec le problème de mats en 2 ou 3 de Koblentz, les connaissances biologiques primaires, c'est l'aptitude à résoudre le problème.

Le problème de Koblentz mais l'emphase sur le développement de connaissances biologiques primaires.

Le problème que j'ai posté met l'emphase sur la construction en mémoire à long terme de connaissances biologiques secondaires. Il n'y a qu'un seul coup candidat, Dxh7, et on ne peut pas dire que l'on va développer fortement la capacité à résoudre des problèmes avec cet exercice.

Mais on va mettre l'enfant en confiance, lui faire découvrir la force des sacrifices, et il va va commencer à faire un premier pas, modeste certes, mais sur, dans la logique du jeu d'échecs, et aussi il va être content et souvent, il s'émmerveillent devant cette combinaison très simple.


Renan, le
Je suppose bien sûr que pour apprendre les échecs aux enfants/ado il ne faut pas que leur faire résoudre des mat en 2,3 ou 4 ou de la tactique Philippe !
Que fais tu d’autres dans ton cours?


DDTM, le
" je me rappelle bien avoir travaillé enfant sur ces problèmes qui étaient trop hardus pour moi."
Enfin un témoignage flagrant qu'il vaut mieux éviter les problèmes pour ne pas terminer comme Philippe1954 et tous les parents auront bien compris qu'il ne faut pas confier leurs enfants à un tel personnage pour s'initier aux échecs


Je suis en train de lire Célestin Freinet, Oeuvres Pédagogiques Volume 2, un gros pavé.

Freinet aime bien les expressions populaires pleines de bon sens, du genre "NE PAS METTRE LA CHARUE AVANT LES BOEUFS", tout à fait pertinente dans le domaine de la pédagogie.


Quitte à ne pas mettre la charrue avant les boeufs, autant commencer par le volume 1.


Il n'y avait que le Volume 2 disponible à la bibliothèque de Paris.

Sinon tu a tout à fait raison de parler de secte.

Je les appelle "La secte des dingos".

Quand on veut supprimer quelqu'un pour des controverses pédagogiques, on fait réellement partie des "dingos".

Il y a réellement des menaces de mort qui pèsent sur moi à cause de ce 30 sur 30. Je raconte pas d'histoire. D'un certain point de vue je suis assez fier de faire mieux que Célestin Freinet qui n'avait réussit qu'à se faire de l'Education Nationale.


Jusqu'ici j'étais agacé, parce que mettre ainsi en avant une approche behavioriste en se prétendant sachant en pédagogie, tout ça pour vendre des séries de diagrammes édités à compte d'auteur, il faut quand même oser.

À présent, devant l'insistance du propos, je trouve cela franchement inquiétant, car cette posture de l'inventeur méconnu (ou la figure voisine du génie incompris) relève clairement du délire.


Pour ma part, j'en arrive à me demander au fil des multiples messages à visée pédagogiques si Philippe ne nous fait pas tous marcher sur le forum...
dans un exercice de travaux pratiques destiné à la prochaine publication d'un ouvrage universitaire intitulé :
"étude socio-anthropologique sur l'approche du non-dit et de l'informulé pédagogique des joueurs d'échecs " (Tome 1).
et préfacé par Hans Niemann.


Les évaluateurs du mémoire ne se sont pas trompés, mon travail de mémoire vaut réellement pas 30 sur 30, mais une excellente note.

Différentes idées dans ce travail de mémoire dérangent certains. Comme je le disais plus haut, Etienne Klein avec sa conférence sur l'énergie émet des idées qui dérangent certains, ceux qui nous vendent la "croissance verte". Il n'y a pas de "croissance verte", on nous vends des chimères et je renvoie à la conférence d'Etienne Klein qui en fait l'éclatante démonstartion et pour cette raison il a des ennuis.

Aussi Nicolas Hulot, tenait un discours très vrai et très raisonnable, il s'est fait calomnier parce qu'il diffusait des idées que certains n'avaient pas envie d'entendre.

L'historien Georges Benssousan qui a écrit "Les territoires perdus de la République" s'est fait attaqué en justice, car il parlait d'une réalité que l'on ne voulait pas voir, et une réalité qui est la conséquence de politiques éducatives qui ont complêtement échoué dans l'intégration. Mais ceux qui décident de ces politiques éducatives ne vivent pas dans ces quartiers perdus de la République, islamisés, je ne suis pas un fan de Zemmour, mais son succès temporaire témoigne d'un réel problème.

Et parlons du jeu d'échecs à l'école, la France est dernière en mathématiques en Europe... alors que le jeu d'échecs devait au départ aider à l'enseignement des mathématiques... il serait temps d'ouvrir les yeux...


"la conséquence de politiques éducatives qui ont complètement échoué dans l'intégration."

D'accord, mais cet échec est l'oeuvre des pédagos qui ont noyauté le Ministère dès années 60 et mis en place leurs délires dans les années 70 (réforme de l'enseignement des maths). Ces mêmes pédagos ne font plus, depuis des décennies - il faut te mettre à jour - de l'intégration et de la diffusion des savoirs des objectifs puisque tout ça, c'est occidental. Il faut maintenant se contenter de bienveillance, de compétences et de vivre-ensemble. On voit pour quel résultat.


Je suis d'accord, sur le sujet j'aurais une réponse de plusieurs centaines de lignes, et tout le monde sera heureux que je m'occupe de jeu d'échecs, et que je n'écrive pas ces centaines de lignes, énergie perdue dans un but futile puisque de toute façon on va tous crever à cause des problèmes environnemtaux que nous ne serons pas capable de résoudre collectivement.

Et surtout que l'on ne me range pas parmis ces pédagos, comme l'explique Meirieu, les débats pédagogiques au sein de l'Education Nouvelle étaient vifs, et il existe des conceptions très différentes.


D'une façon générale un des problèmes du 21ème siècle comme j'essaye depuis longtemps de le faire comprendre est que l'on est pas sorti de ce que j'appelle l'idéologisme du 20ème siècle.

Qu'est-ce que l'idéologisme, c'est vouloir appliquer des idées sur le réel, en dépis du pragmatisme, de la raison et du bon sens.

Et cela se retrouve partout, et comme je suis en train de l'analyser dans l'Education Nouvelle, qui en très bref veut des pratiques pédagogiques fondées sur l'intérêt de l'enfant et l'activité de l'enfant.

Parfait, très bien, facile de faire cela avec le jeu d'échecs.

Après si on parle de l'éducation en général, pour vivre dans la société il faut acquérir un minimum de connaissances, je dirais pour être un citoyen responsable, en mathématiques, en français, en histoire, en littérature, dans les sciences, et toutes ces savoirs permettent d'être un citoyen responsable.

Donc il faut être instruit, et c'est là le problème fondamental de l'Education Nouvelle, ce n'est pas possible de faire en sorte même avec les meilleurs professeurs du monde, que tous les enfants qui vont à l'école soient intéressés par toutes les disciplines que l'on enseigne à l'école. Donc il faut un modèle instructioniste, tu veux être un citoyen responsable, apprends tes devoirs !

Donc en fait la solution du problème éducatif elle est très simple, si on cesse d'idéologiser et de politiser l'éducation, c'est à dire d'appliquer un modèle uniforme sur tout.

Pour les activités facultatives où les enfants s'engagent parce qu'ils sont intéressés, faire de l'Education Nouvelle, pour les enseignements obligatoires, appliquer le modèle instructioniste.

On va encore me faire passer pour un fantaisiste, mais je rappelle qu'un des problèmes du jeu d'échecs à l'école, est qu'il est plus enseigné dans le cadre d'un modèle instructioniste que dans celui de l'Education Nouvelle.


Reyes, le
J. Berger. Les Blancs jouent et font mat en deux coups. Hyper-facile !




Non c'est pas hyper-facile, c'est un silent-move.

D'ailleurs j'ai fais une série d'exercices où il n'y a que des silent-moves.

Si certains animateurs veulent "dézinguer et foutre en l'air le cerveau de leurs élèves", ils peuvent appliquer ma méthode et me commander mes cahiers d'exercices, 7 euros 288 positions. J'ai repris un peu le design de la méthode par étapes, mais j'ai mis les solutions !!! Pourquoi ils ont pas mit les solutions dans la méthode par étapes ??? M'envoyer un email et j'envoie les cahiers par la poste.

Pour revenir aux pédagogistes, disons que le problème, je vais pas me faire des amis en disant cela, c'est que bon, il semble qu'il existe un courrant en éducation, centré sur l'enfant, et donc l'idée, en très bref, c'est de développer des compétences par des activités, pourquoi pas...

Mais si on étudie sérieusement le développement de l'enfant, on réalisera et on comprendra qu'il n'y a développement que parce que l'on acquiert des savoirs, ou une maitrise dans une discipline artistique ou sportive, ce sont ces objectifs qui vont entrainer le développement.

Dire que l'on va développer des compétences, à partir d'activités, sans fixer l'acquisition de savoirs, ou d'une maitrise dans un art ou un sport, ne peut être à l'origine d'un réel développement de compétences, en tout cas pas plus que si on laissait l'individu dans la nature.

Dans les écoles le jeu d'échecs souffre de ces fausses conceptions pédagogiques. On nous dit laisser jouer les enfants, pensant qu'à force de jouer les enfants vont apprendre le jeu d'échecs, le niveau très faible dans les ateliers périscolaires montre que ce n'est pas le cas, les enfants ne peuvent pas apprendre en jouant entre eux.

Pour ce qui me concerne, j'ai appris en jouant, avec mon père, j'ai donc appris avec un expert, il y avait comme le dit Stanilas Dehaene, une correction des erreurs. Ce qui n'est pas le cas et ce qui n'est pas possible quand des débutants jouent entre eux.

Dans le même temps les promotteurs de l'apprentissage par le jeu, sont en toute contradiction des adeptes du modèle instructioniste, parce que si l'on donne ces directives dans le monde périscolaire, c'est que l'on pense que l'animateur va faire un cours, expliquer les rêgles, et que les enfants vont les assimiler sagement assis, on sait que ce n'est pas le cas, les enfants quand ils jouent laissent leur roi en échec, tous les animateurs le savent et savent aussi que répéter qu'il ne faut pas laisser son roi en échecs a peu d'effet.


Et donc pour revenir à mes problèmes, je pense que la source c'est que j'applique la Théorie de la Charge Cognitive dans le jeu d'échecs. Ou que je fais de la pédagogie Freinet mais que j'appuie la pratique sur une base scientifique. On sait les problèmes qu'à eu Célestin Freinet.

La Théorie de la Charge Cognitive dézingue complêtement l'approche par compétence, et donc les politiques mises en place par ces fameux "pédagogistes". La conséquence aujourd'hui, une catastrophe en éducation.

J'invite les formateurs à lire l'introduction du livre de Sweller, accessible sur Amazon, on verra que l'on a une réelle base scientifique pour réfléchir à des pratiques enseignantes.

https://www.amazon.fr/Cognitive-Load-Theory-John-Sweller-ebook/dp/B008AQL3Z2/ref=sr_1_4?qid=1664364698&refinements=p_27%3AJohn+Sweller&s=books&sr=1-4

Je pense actuellement à mener une action en justice, sérieusement, et quand je raconte que l'on est venu pourrir mes parties d'échecs, je dis que l'on a réellement à faire à des "dingos", pourrir des parties d'échecs pour des histoires de controverses pédagogiques, on a à faire à des "dingos".


Julo62, le
Vous vous faites du mal, je crois, à exposer ces choses ici, comme ça.


J'ai tout à fait raison de dire la vérité et de dire qu'au dessus de nous il y a une belle ribambelle de dingos.


ArKheiN, le
Pour ceux qui veulent votre mort (carrément), je me demande quel est le motif? La pédagogie ça me semble bien léger...


Reyes, le
C'est un type, après avoir écouté 3 heures de verbiage pseudo-scientifique, quand Philippe1934 a demandé : « Pourquoi le centre est important ? » l'autre en face voulait l'étrangler 🤣


Julo62, le
Je ne fais pas d'ironie, Philippe, vous dîtes bien ce que vous voulez.
Mais, s'il y a besoin d'exprimer un malaise, je crois que l'auditoire est, si ce n'est hostile, au moins imperméable, et s'il s'agit de mener un combat, je crois le lieu inapproprié.
Dans les deux cas, la démarche me semble inefficace voir nuisible pour vous.
Cependant vous faîtes, évidemment, ce que vous voulez.
Bien à vous.


Lire l'expression "Silent-moves " m'a fait avaler de travers ma gorgée de café !!

Est-ce que pour un pédagogue de haut niveau, s'exprimer aux petits enfants en Latin plutôt qu'en anglais (ou en américain wokiste ?) ne le rendrait pas bien plus "savant" et bien plus "crédible" vis à vis des parents français parlant la langue de Molière ?
(Ah les précieuses ridicules et les femmes savantes ... c'est intemporel !)


ArKheiN, le
J'ai retrouvé certains ennemis de Philippe, il n'a pas menti...

https://m.youtube.com/watch?v=qznbecUX3Fc


Julo62, le
Très générationnel comme référence 😂


Pour revenir à l'origine de mes problèmes, c'est parce que j'ai envoyé mon mémoire dans le monde politique, chose que je déconseille absolument.

J'ai fais un mémoire sur la base de mon travail dans les écoles, et en particulier d'une école du 13e avec 100% d'enfants issus de l'immigration, et l'enseignement de type transmissif ne marchait pas du tout. Je suis donc passé à la pédagogie active, et j'ai donc cherché une méthode qui fasse réussir mes élèves, et donc c'était une méthode permettant de faire réussir tous les élèves, une méthode de réussite éducative.

Pour cette raison comme j'habite dans le 20ème et que j'ai eu la stupide idée de prendre ma carte au Parti Socialiste, quand Mme George Pau-Langevin a été nommée ministre de la Réussite Educative, je lui ai envoyé mon travail de mémoire.

Là mes ennuis ont commencé...


Renan, le
Avec votre intelligence,vous auriez dû comprendre qu'il y avait une arnaque!...mais pour vous rassurer, vous n’êtes pas le seul à vous êtes fait avoir!


Stranger Education-Related Things…


Bonjour Renan,

Vous touchez un des points du problème, parmi d'autres. Le résultat de ce 30 sur 30, c'est qu'aujourd'hui parmi nos élites politiques certains veulent absolument me sortir de mon boulot d'animateur. Ce qui est curieux, la méthode que je pratique si c'est elle qui pose problème je l'avais mise en application bien avant d'avoir eu cette note de 30 sur 30, j'étais un animateur anonyme qui vivait une vie paisible. C'est une histoire de fous que la conséquence de ce 30 sur 30 est que des personnes veulent me faire lacher ma profession d'animateur, et donc c'est ce qui explique les types plantés immobiles devant ma table quand je joue des matches de compétitions, et donc j'ai arrêté les compétitions, je ne sais pas si on se rend compte, c'était réellement un plaisir pour moi de faire des échecs de compétition, après avoir été longtemps amateur, et le résultat de mon travail de mémoire, c'est que parmi nos élites politiques, il y en a des gens qui envoie des types pourrir mes parties. Récemment j'ai signalé les faits, mais je n'ai toujours pas entamé de procédure sérieuse.

Mon travail de mémoire qui est un travail réellement authentique, un vrai travail de recherche pédagogique, où j'ai pris une direction claire, qui a été de placer cette recherche pédagogique dans la vie. Une partie du travail de mémoire a consisté à écrire et décrire ce que j'observais, l'autre partie a consisté à écrire ce que je pensais. Evidemment tout ce qui touche à la psychologique, et à l'observation psychologique, peut subir cette critique de la subjectivité, ce que vous écrivez est subjectif, vous ne pouvez prétendre décrire la réalité. Et ici il y a une grande erreur, la réalité du processus éducatif c'est aussi ce que pense le professeur, les pensées subjectives sont des réalités, et en les posant sur le papier, on les objectivisent dans le sens où leur observation est possible.

J'avais repris ici une technique littéraire d'écrivains que j'aimais, Philip Roth, Ernest Hemmingway, John Fante, Henry Miller, qui écrivaient ce qu'ils pensaient, qui racontaient leur vie... bien que dans le cas de Philipe Roth cela soit un peu plus compliqué, puisqu'il s'invente un double littéraire autobiographique.

J'explique cela parce que la raison de cette opposition d'une partie des élites politiques à mon activité professionnelle n'est pas claire, parce qu'en fait il en existe de nombreuses et qui ne sont pas nécessairement politiques, mais aussi culturelles.

Une des premières chose qui a dérangé dans ce travail de mémoire, c'est le lien avec la vie. Je me suis inscris dans les pensées de Dewey et Bruner qui pensent que l'école ne doit pas préparer à la vie, mais doit être la vie. Si on lit des travaux universitaires en Sciences de l'Education, la première chose qui sautera aux yeux, c'est qu'ils sont complêtement déconnectés de la vie, des passions, des désirs, des émotions. Ce sont des travaux froid qui doivent s'inscrire dans des normes préétablies, et pour parler de la réalité, on va parler d'études faites sur la réalité, de statistiques, avancer des chiffres, mais on ne va pas parler de la vie dans l'atelier ou la classe, or dans un objectif de recherche pédagogique, c'est bien cette réalité, la vie dans l'atelier, les émotions et les réactions des élèves, qu'il faut analyser et essayer de comprendre.

Et donc cette approche que j'ai adopté a énormément dérangé . J'ai une amie étudiante en Science de l'Education qui m'expliquait qu'en France on considérait que pour avoir une analyse scientifique objective, il ne fallait pas être impliqué dans la réalité que l'on analysait. C'est le courrant majoritaire chez les universitaires. Je ne comprends pas comment on pourrait comprendre quoi que ce soit aux processus d'apprentissages en étant éloignés de ces processus d'apprentissage, au départ j'ai fais de l'enseignement transmissif, puis en passant à la pédagogie active je suis descendu dans la classe, et puisque je vais vérifier les coups sur chaque table, je travaille près des élèves, et donc on ressent ce que vivent les élèves pendant le processus d'apprentissage, pour cela il faut être dans un mode d'observation rapproché, qui permet une analyse précise de pas mal de choses.

Donc ici par rapport à une tradition universitaire, je dérange, mais je veux dire que je n'ai jamais prétendu à rien dans ce monde universitaire. J'ai fais ce travail de mémoire pour le plaisir, parce que c'était une recherche intellectuelle passionnante, et c'est pour cette raison que j'ai eu cette note, mais je n'ai jamais cherché de reconnaissance.

L'apprentissage et la vie, c'est un des aspects de mon travail qui dérange.

Le deuxième point, que tu mentionnes Renan, a rapport avec les représentations de l'intelligence, et le statut social.

Pour résumer, je n'ai pas l'habit qu'il fait le moine, puisque j'ai une vie de galère, je fais partie des pauvres, et donc quelqu'un qui fait partie des pauvres et qui a une vie de galère, comment cela se fait-il qu'il réussissent ainsi ? Cela dérange aussi énormément. Mais comme j'ai déjà essayé de l'expliquer de nombreuses fois, jamais quelqu'un de normé et de bourgeois et de bien comme il faut et de conforme, n'aurait put réaliser ce travail de mémoire, parce que ce mémoire qui a obtenu la note de 30 sur 30, et qui remet en question certaines pratiques et certaines conceptions, ne pouvait être réalisé que par quelqu'un de pas conforme, qui pense par lui même et qui n'essaye pas de plaire.

Et cela est réellement un problème existant, le problème n'est pas en fait tellement le contenu du mémoire en lui-même, le problème est la non-conformité à certaines conceptions du contenu du mémoire et aussi que je suis quelqu'un de non-conforme, je suis un ex-musicien de jazz, et mon père était un intellectuel communiste, j'ai une vie brisée qui m'a amené à me remmetre en question, et donc ce coté électron-libre fait complêtement flipper certains et en particulier Mme George Pau-Langevin qui est l'archétype de la personne qui pense de façon normée et qui est incapable de comprendre mon travail.

Et vraiment c'est un problème, la non-conformité, pas le contenu, le contenu c'est l'application stricte de la Théorie de la Charge Cognitive à l'enseignement du jeu d'échecs chez des jeunes qui débutent, je précise bien chez des jeunes qui débutent, ma recherche pédagogique ne vaut que pour ce contexte. Le contenu est donc béton, mais comme c'est nouveau, comme on ne pensent pas de cette façon, comme on ne voit pas les choses de cette façon, il est vu comme non-conforme, et comme il est non-conforme il n'est pas recevable.

Tu fais bien de parler de l'intelligence Renan, mais ce n'est pas le mot qu'il faut employer, le mot qu'il faut employer est expertise. Je ne suis pas intelligent, je suis un expert dans un domaine bien précis, qui est celui de l'apprentissage du jeu d'échecs chez des jeunes enfants de 7 à 11 ans qui débutent.

Mais comme il y a eu cette note de 30 sur 30 sur un travail portant sur le jeu d'échecs, cette histoire d'intelligence avec toutes les conceptions fatigantes et bourgeoises qu'elle trimballe, conceptions de nos élites est venu créer un autre problème, nous sommes les élites, toi tu es un moins que rien...

Mais c'est intéressant de voir que les gens qui viennent juger ce mémoire n'ont pas étudier le sujet de l'expertise. On est un expert pas parce que l'on est intelligent, on est un expert parce que l'on a beaucoup travaillé dans un domaine.

Il y a aussi une problématique autour de cela, mon travail de mémoire et ma recherche pédagogique sont insaisissables, longtemps on m'a demandé des explications parce que l'on considérait que je n'étais pas crédible.

Cela semble être un problème, on aimerait bien comprendre ce travail de mémoire, mais pourquoi on remet en cause les évaluations des deux formateurs de la FFE, il y a quelque part ici une forme de condescendance de ne pas tenir en compte leur jugement. Mais comme je crois le comprendre j'ai à faire à des gens qui sont éloignés de la vie, et c'est un problème plus général que le monde politique est déconnecté de la vie des français, les élites sont au dessus et sont déconnectés de la vie.

Pour comprendre cette recherche pédagogique il faudrait :
- avoir déjà été animateur avec des enfants
- savoir jouer aux échecs
- avoir les connaissances en Sciences de l'Education sur lesquelles repose ma pratique (Sweller, Geary, Vygoski, Bruner, Gardner, Karmiloff-Smith)

Or écoute bien Renan, j'ai à faire à des gens qui pensent que parce qu'ils sont intelligents pourraient comprendre ce travail de mémoire en se dispensant d'avoir les connaissances mentionnées çi-dessus, des gens qui viennet te donner des leçons, alors qu'ils ne connaissent même pas l'éthymologie du mot comprendre, qui est prendre ensemble, ce qui veut dire que pour juger de mon travail de mémoire, il faut avoir les connaissances et l'expérience que j'ai mentionné, ce qui était le cas des deux évaluateurs de la FFE, mais qui comme moi ne valent pas grand chose.

Il y a d'autres problématiques, mais je vais aller étudier une partie de Smyslov pour préparer mon prochain cours.


Pour parler des problèmes du développement du jeu d'échecs en France, qui dépend de la FFE mais qui dépend aussi de la sphère politique, les gens au sein de cette sphère politique qui s'intéressent à ce sujet, ne comprennent pas que POUR OBTENIR DES RESULTATS, il faut suivre les lois du développement de l'enfant et les lois du jeu d'échecs, et pas faire de politique.

Pour donner un exemple concret afin d'étayer cette critique, ces ateliers à Paris où les animateurs ne peuvent suivre les élèves que 3 mois sont absolument inutiles, parce qu'on ne peut rien faire en 3 mois. Ici on ne suit pas les lois du jeu d'échecs, c'est un jeu compliqué qui demande du temps pour que les enfants l'apprennent et aussi les lois du développement de l'enfant, si un enfant n'apprend rien, il n'y a pas de développement. Or en 3 mois, tous les animateurs connaissent cette difficulté qu'il est quand même très difficile d'obtenir des résultats concrets en terme d'apprentissage dans une si petite période de temps.

C'est une erreur très grave en terme de conception pédagogique, l'idée que l'enfant va pouvoir se développer à partir d'activités mais sans réels apprentissages.

L'activité de l'enfant doit produire des apprentissages, à cette seule condition il peut y avoir un développement.

Une activité dont la finalité ne vise pas à contruire des connaissances concrêtes ou à établir une maitrise dans un sport ou un art, ne peut engendrer de développement, en tout cas pas plus que si on laissait l'enfant libre dans la nature.


Les deux derniers paragraphes pourraient avoir été écrits par une intelligence artificielle ...
Je suis donc convaincu que l'apprentissage pédagogique du légendaire jeu Bambin © aux membres du Forum France-Echecs a trouvé son candidat idéal avec Philippe.


Chemtov, le
@Philippe1934 : Vous vivez dans un monde imaginaire, entouré de fantômes amis ( vos références littéraires ) et ennemis ( qui vous regardent quand vous jouez ). Revenez dans le monde réel. Il n'y a rien de grave.

Vos travaux peuvent servir, mais pas pour ce que vous croyez. Peut-être comme de bons adjuvants, pour étayer la partie tactique d'un programme de cours beaucoup plus riche et varié par ailleurs. Oubliez ce mémoire à 30/30 et les correcteurs pas très malins de l'époque, n'essayez pas d'adapter le monde à vos travaux, mais plutôt vos travaux au monde réel.

Vous me rappelez un ami qui me tient toujours des discours très cohérents et puis soudain il me dit que des services secrets lui envoient des gaz nocifs par les conduits d'aération de son bureau afin de l'assassiner. Et ensuite, il reprend sa démonstration de manière tout à fait normale.

Etudiez la vie de John Nash, vous y verrez peut-être plus clair. Et nous pourrons reprendre de bonnes réflexions sur l'organisation des séances d'échecs et des tournois d'échecs où les jeunes peuvent découvrir les modèles tactiques.


Renan, le
faites autre chose que des échecs de temps en temps, de la rando, du ping pong?
moi ça me fait penser au roi Arthur qui cherche le Graal...


C’est pas faux.


@thierrycatalan

Tu a complêtement raison de mettre en avant l'aspect rationnel de la pédagogie, aspect rationnel qui ne peut qu'émerger qu'à la condition de la faire reposer sur des bases scientifiques et le pragmatisme.

Pour illuster mon propos, je veux encore parler de l'Education Nouvelle qui veut faire reposer la pédagogie sur l'intérêt de l'enfant et sur l'activité de l'enfant, cette vision repose sur des considérations pratiques mais aussi sur des considération idéologiques, qu'elle fait passer en premier, et s'il est facile de faire de la pédagogie active quand on est professeur de jeu d'échecs, c'est plus compliqué quand on est professeur d'histoire, et je crois qu'aucun professeur d'histoire, aussi engagé dans l'Education Nouvelle qu'il aipu l'être, n'a fait rejoué la bataille de Waterloo par ses élèves...

L'apprentissage est une réalité humaine, qui peut être étudiée scientifiquement, au 21ème siècle c'est devenu une évidence. Alors je ne sais pas si tu est prof ThierryCatalan, cela fait plus de 15 ans que je creuse le sujet et que j'étudie le sujet, autant théoriquement qu'in vivo, et au bout d'un certain moment la logique de certains processus devient très clair. Mais évidemment pour en arriver là il faut se débarrasser d'anciennes conceptions qui empêchent de réfléchir correctement et scientifiquement.

Quand tu dis que ce que j'ai écris pourrais avoir été écrit par une intelligence artificielle, tu mets en avant le coté rationnel, ou est le problème d'être rationnel ?

Si j'affirme cela de façon on va dire aussi péremptoire, c'est que je l'ai vécu et observé. Mais pour comprendre les processus en jeu il faut déjà avoir accepté la Théorie de la Charge Cognitive. Une fois que tu a accepté la Théorie de la Charge Cognitive, qui je le rappelle repose sur les études de De Groot, puis de Chase et Simon, tu peux te fixer un objectif d'apprentissage "scientifique", si l'expertise des joueurs d'échecs repose sur d'innombrables chunks, les activités d'apprentissage doivent viser à construire des chunks dans la mémoire à long terme des éléves.

Trop rationnel comme approche ? Mais pourquoi aller chercher midi à 14h00 alors que des personnes ont étudié un sujet et apporté des réponses, il faut exploiter ces réponses.

En fait ce sujet du développement et des apprentissages est complexe, et j'ai pas trop le temps, mais oui, si il n'y a pas apprentissages, dans le sens précis qui consiste à construire des connaissances biologiques secondaires, il n'y a pas développement.

Parce que, ce que l'on appelle le développement, c'est au moins, je dis c'est au moins parce que cela pourrait aussi autre chose de plus, mais c'est au moins le développement des fonctions psychiques qui nous permettre de construire des connaissances biologiques secondaires.

Je te remercie d'avoir mit en avant l'aspect rationnel et scientifique de mon approche, et il ne faut pas mélanger cela avec la façon dont se passe les ateliers, dans la bonne humeur et l'insousciance, cela n'empêche pas à coté d'analyser les choses scientifiquement.

Et j'invite à réfléchir sur le sujet, il y a les connaissances que l'on apprend, mais ceci n'est possible que parce que nous avons des fonctions psychiques qui nous permettent d'apprendre.

Et il est très important si l'on veut avoir une approche rationnelle dont le but est d'être efficace, de distinguer les deux. Par exemple la logique est une fonction psychique qui nous permet d'apprendre, puisque la logique permet d'associer des éléments et de construire des schémas et des automatismes en mémoire à long terme.

Donc pour faire un peu de prosélytisme sur la Psychologie Evolutioniste de David Geary la logique est une connaissance biologique primaire, l'élève va travailler sur un mat à l'étouffé, il va stocker un shéma en mémoire à long terme, c'est une connaissance biologique secondaire, mais pour construire ce schéma il a eu besoin d'une connaissance biologique primaire la logique.

Le fait de placer l'enfant dans une situation où il va avoir besoin de mobiliser cette connaissance biologique primaire qu'est la logique, va au cours de l'apprentissage, en proposant à l'élève des positions tactiques de plus en plus complexes, l'amener à développer la logique.

On parle du jeu d'échecs, mais je pense que c'est plus général, et pour le dire simplement on ne peut développer des fonctions psychiques que si on les utilise, si on ne les utilisent pas ces fonctions ne seront pas développées, donc toutes les activités qui ne visent pas à apprendre et à arriver à des résultats concrets dans l'apprentissage, et qui n'ont pour finalité que les activités en elle-même, ne pourront engendrer de développement, parce que pour qu'il y ai un développement, il faut utiliser ces fonctions psychiques, et pour les utiliser il faut apprendre.


Reyes, le
Profite bien de ton dernier article sur le sujet Philippe1934. Il n'y en aura pas d'autre.


Oui, oui je sais...


Enfin j'aimerais quand même dire aux personnes qui me pourrisent la vie depuis 10 ans à cause de ce 30 sur 30, que je ne me suis pas attribué cette note, et que j'aimerais bien avoir la vie d'une personne quelconque et ordinaire et que l'on cesse de me harceler.


ArKheiN, le
Au pire, il suffit de déménager, de ne pas crier sur les toits tout le temps que vous avez un daffe 2 30/30. Vous pourrez jouer des parties incognito partout, remonter votre ELO à sa juste valeur pour viser le daffe 3. Bonne route!


Merci de cette suggestion judicieuse, bien, mais je vais vous épargnier tous les détails de cette histoire dont l'ubuesquité rivalise avec la stupidité, l'absurdité, la méchanceté, la tromperie, le délire, l'incohérence, la mégalomanie, le mensonge, la démence, la bêtise, etc.

Puisqu'à l'origine il n'y avait aucun problème et que j'étais un animateur complêtement anonyme.


DDTM, le
"je vais vous épargnier tous les détails"
A l'approche des 200 messages des posts de Philippe134, ce n'est jamais ce qui vient à l'esprit


Puisqu'il me reste une dizaine de posts, profitons en...

Un aspect intéressant de l'opposition radicale faisant face à ce travail de mémoire, et je rappelle encore que ce mémoire n'est que le développement et l'approfondissement de la formation que j'ai reçue de la FFE, à son origine dans l'approche pluridisciplinaire que j'ai adopté.

Pour dire que l'opposition ne repose sur rien de rationnel et de raisonné, mais sur une culture, des façon de penser, des représentations, etc.

Jacques Attali dans une interview sur Youtube en parle, en France on aime pas l'approche interdisciplinaire, et les propos de Jacques Attali sont confirmé par Pablo Servigne, qui fait remarquer aussi qu'en France on aime pas l'approche interdisciplinaire.

Sauf que les problèmes du monde sont complexes, et demandent pour être saisi dans leur globalité et leur particularité, afin de leur apporter des solutions, une approche pluridisciplinaire. On le voit bien avec les problématiques environnementale, écologiques et climatiques qui font intervenir des processus complexes et multiples interagissant les uns sur les autres, et qu'il faut aborder à travers différentes disciplines scientifiques.

Et aujourd'hui il faut trouver des solutions, il faut rapidement trouver des solutions pour tout, parce qu'on va tous crever. Tout à l'heure, j'ai jeté un bref coup d'oeil sur les actualités en rapport avec le climat, c'est à pleurer, on va tous crever... il y a un énorme glacier dans l'antartique qui va se barrer dans la mer, des gazoducs qui laissent échapper des tonnes de gaz dans la mer du Nord, on va tous crever, et nos élites politiques ne font rien !


SLM, le
Dunning Kruger.


DDTM, le
Ne faut il pas avoir des doutes sur la compétence du médecin ayant délivré le certificat d'aptitude de philippe1934 à la pratique de notre sport ?


Krusti, le
A la douloureuse certitude répétée tel un mantra paradoxal, je cite: "on va tous crever", il faut bien sûr et avec grande facilité opposer les travaux du sublime hollandais (je ne parle pas d'Anish) qui dans sa scolie de la proposition XXIII (Ethique, Ve Partie, Gallimard (Pléiade), p. 638) nous éclaire « nous sentons et faisons l’épreuve que nous sommes éternels ». Le tout démontré more geometrico.


Je suis un peu perdu… Nos politiques devraient donc faire plus de mats en deux ?


Chemtov, le
@Krusti : Avec réincarnation en un nouveau joueur d'échecs ? Ou en une tortue, éléphant ou autre animal ?

Digression tout de même liée au jeu d'échecs, avec les enfants : Je viens d'apprendre, par une petite ( 10 ans, Géorgie) , que la pièce nommant le fou ( je parle de celui du jeu d'échecs ) était une tortue en géorgien ! On connaissait bien sûr le fou=éléphant dans le monde entier, mais tortue... cela m'interpelle depuis quelques jours ( confirmé par mes formatrices adjointes, de 14 et 21ans, aussi géorgiennes ). Par ailleurs, autres leçons que je prends de mes petits, le fou ne marche pas en diagonale, mais ''obliquement'' ( Ukraine, 8 ans ) et la tour ne va pas de droite à gauche et de haut en bas mais elle marche ''couché et debout'' ! ( Arménie, 5 ans ). Enfin, mon petit réfugié syrien d'Alep ( 13 ans ) ne connaissait pas ( pas encore, ça viendra ) un autre Philippe... : Stamma.


Merci Bascombe d'apporter une pointe d'humour dans ce sujet lourd et pesant...


Julo62, le
Ce n'est pas tant la conclusion : "On va tous crever !" qui est gênante, c'est le chemin, le désespoir.

Si comme l'a écrit celui qui longtemps fut mis à l'index : "Quand on a tout perdu, quand on n'a plus d'espoir, la vie est un opprobre, et la mort un devoir." ; je préfère (et, si je puis, conseillerais) l'ironie pinçante mais galvanisante de Anouilh : "Mourir, ce n'est rien ! Commence donc par vivre, c'est moins drôle et c'est plus long."


(Blague à part, Philippe, et comme plus haut, sans ironie aucune, je ne peux que vous conseiller fortement de parler de vos maux à des personnes qui sauront vous accompagner.
Non que vous ne les preniez pas au sérieux - pardonnez-moi, mais nous sommes tous ici les témoins, au moins désabusés, de l'importance que tout cela a pour vous - mais j'estime que vous les traitez mal. Si vous étiez un de mes proches, je vous demanderais d'en discuter, à minima, avec votre médecin traitant.
Je vous prie de m'excuser d'entrer publiquement dans cette sphère du privé.
Bien à vous.)


En ce qui me concerne je ne suis pas désespéré.

Voici une interview de Jacques Attali qui s'adresse à nos élites politiques, qui ne croivent pas assez dans le jeu d'échecs et son pouvoir éducatif, et qui leur adresse ce message simple : "il faut changer de code"... traduction, vous n'avez pas le bon programme et on va tous crever.

https://www.youtube.com/watch?v=OtkVA9dqapI

Après certains ont dit, Jacques Attali fait une dépression. Tout le sujet est de savoir si Jacques Attali, qui est un expert indiscutable dans la globalisation et l'histoire des sociétés humaines, est réellement déprimé ou parfaitement lucide.

Je m'intéresse aux problématiques environnementales, et sur le sujet je conseille d'écouter des experts comme Dominique Bourg, Arthur Keller, Jean-Marc Jancovici, Philippe Bihouix pour citer ceux qui ont une approche rationnelle et scientifique.

Les joueurs d'échecs ont un esprit de synthèse, je pense réellement que le jeu d'échecs amène à avoir un esprit apte à synthétiser des problématiques dans des domaines différents, je suis persuadé de cela, et c'est aussi une des raisons pour lesquelles le jeu d'échecs est un outil éducatif réellement intéressant, mais évidement il faut arriver à un certain niveau, et cela pourrait avoir une influence si beaucoup de jeunes arrivaient à dépasser ce stade des 1500 elo, ce qui est qui n'est pas excessivement difficile, mais si on regarde les chiffres très peu en proportion parmi tous les jeunes qui pratiquent arrivent à le dépasser. De mon point de vue c'est une fois dépassé 1500 elo que le jeu d'échecs peut avoir un réel impact éducatif.

Merci SLM, en ce moment je travaille sur un programme d'exercices qui pourrait très bien servir au programme "Class échecs", cela fait 10 ans que je travaille dessus, et je fais cela pour mettre en pratique les idées de mon travail de mémoire.

J'ai des origines russes, et je suis dans cette culture que le jeu d'échecs peut-être appris de façon systématique, avec un programme structuré, logique et progressif.

Ce n'est pas trop de cette façon que l'on voit les choses en France, où pour rester bref sur le sujet, on pense que celui qui réussit dans les échecs, sa réussite repose avant tout sur son talent et que en conséquence puisque la réussite dans les échecs repose sur le talent, pourquoi faire reposer l'apprentissage du jeu d'échecs sur un programme systématique. C'est là aussi une des origines de l'opposition à mon travail de mémoire de certains.

Je n'ai jamais pensé que ce programme d'exercices pourrait être utilisé par l'Education Nationale, je reste quand même lucide, mais je le fais pour mes élèves, et si il y a des animateurs qui font confiance aux personnes qui ont approuvé mon travail de mémoire, je leur conseille d'acheter mes cahiers qui vont bientôt être disponibles à la vente.


Toute phrase qui contient "Attali", "expert indiscutable" et n'est pas négative est une sottise.


Krusti, le
Allez Anish !




© 2000-2022 - France Echecs - Politique de confidentialité