France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mercredi 27 mai 2020
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Déroulement d'un atelier de jeu d'échecs dans une école par philippe1934 le  [Aller à la fin] | Théorie |
C'est une situation idéale dont j'ai pu bénéficié il y a quelques années dans les ateliers bleus de la ville de Paris en école élémentaire. Dans ces ateliers payants pour les parents les élèves étaient inscrits à l'année, ils étaient donc volontaires et je retrouvais une bonne part d'entre eux l'année suivante. Ce qui facilite énormément la tâche de l'animateur car quand une partie de la classe est déjà habituée à un certain fonctionnement tout se passe beaucoup plus en douceur que lorsque l'on a un groupe complètement nouveau.

J'ai réalisé mon travail de mémoire en rapport avec cette situation précise.

Tous les animateurs savent que ce que l'on peut faire dépend de paramètres imposés et que l'on doit s'y adapter. Ce que je dis n'est valable que pour cette situation d'apprentissage, des élèves du CP au CM2, volontaires, et j'ai déjà travaillé avec une partie d'entre eux 1 ou 2 ans.

Arrivée à 16h30 dans l'école, je suis censé faire de la surveillance dans la cours de récréation, mais je monte préparer la salle et personne ne m'a jamais fait une remarque. De 16h30 à 16h50 préparation de la salle, on pose les échiquiers sur les tables, une boite avec les pièces sur les échiquiers, on arrange les chaises pour que les élèves puissent se faire face, on installe l'échiquier mural et une position sur l'échiquier. On indique le trait sur le tableau et l'intitulé du problème. A 17h00 on descend les chercher dans la cours de récréation et tout de suite on commence à les calmer.

Tous les animateurs qui ont de l'expérience savent que si on ne fait rien à ce moment là... pour les calmer... l'atelier de jeu d'échecs n'est qu'une continuation de la récréation. Celui qui a déjà vu des enfants dans une cours de récréation à l'école comprendra que c'est pas possible!

Nous sommes au mois de janvier... les élèves ont pris des bonnes habitudes... ils s'assoient et mettent les pièces en place. On doit vérifier qu'il y a le compte de pièces sur chaque échiquier ce qui n'est pas toujours le cas. J'ai 12 élèves et j'ai installé 8 échiquiers, certains vont travailler en binôme et d'autres vont travailler seul. Je fais 1 ou 2 élèves par échiquier, je ne fais pas 3 car en général seulement 2 travaillent vraiment et le 3ème est spectateur.

Je les laissent s'installer comme ils veulent mais parfois j'impose que tel élève travaille avec tel autre, ou que tel élève ne travaille pas avec tel autre, ou qu'un élève travaille seul. Je fais des "associations" et je fais cela au feeling en fonction de leur savoirs-faire et de leur psychologie. D'où l'importance de suivre ces enfants dans la durée pour avoir une évaluation précise sur leurs savoirs-faire et aussi bien les connaître sur un plan psychologique. Pendant qu'ils installent les pièces sur les échiquier je fais l'appel.

Ensuite on passe à la résolution de la position tactique sur l'échiquier mural, en général je dis rien et je leur demande de bien observer la position, et puis je demande qui a une idée, et à partir de ce qu'ils sortent comme idées on débroussaille ensemble la position.

Ensuite on passe à la résolution des problèmes tactiques sur les échiquiers... la suite demain.


Les exercices ce sont des feuilles volantes de 6 diagrammes avec l'intitulé en haut. Des feuilles volantes parce qu'à la fin de la séance je note le nom des élèves derrière pour éviter de leur redonner le même problème dans une séance ultérieure.

Nous sommes au mois de janvier, j'ai ces élèves depuis 3 mois, d'autres depuis plus d'un an et d'autres depuis plus de deux an et donc je connais bien le savoir-faire de chaque élève et je leur donne des exercices précisément adaptés à ce savoir-faire.

Souvent j'associe des élèves de niveau différents et cela va me permettre de faire progresser le plus faible, cela marche très bien et c'est même le cœur de la méthode. En fait la meilleure solution pour faire progresser un enfant rapidement est de le faire travailler avec un autre enfant plus compétent que lui.

A ce moment là c'est du sport pour l'animateur, 8 tables, à chaque table 1 ou 2 enfants avec une page de 6 diagrammes à résoudre. Cette quantité de 6 diagrammes est raisonnable.

Très important ils doivent reproduire la position sur l'échiquier et ils ont le droit de bouger les pièces.

Quand ils pensent avoir trouvé ils m'appellent, soit ils ont trouvé le ou les bons coups et je valide, soit ils n'ont pas trouvés et comme on n'a pas trop de temps je joue juste le coup qui réfute. Effectivement on peut guider dans la résolution de problèmes et donner des indications mais on a peu de temps, puisqu'on 8 tables à gérer, donc il faut être bref. 8 tables c'est jouable si l'atelier est rodé et que les élèves ont des bonnes habitudes.

Vers 17h35 on passe au jeu libre.


Yves4, le
Quelle vision très froide des choses.
On a l'impression que les enfants ne sont que des objets.


La résolution d'une position tactique sur l'échiquier mural cela correspond à "la présentation de modèle" dans le format d'étayage de Bruner.

https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_414549/etayage

Franchement j'invite à lire Bruner, derrière le format d'étayage Bruner a beaucoup de réflexion, appliquer le format d'étayage cela ne peut se résumer à appliquer une recette, il faut en comprendre les fondements.


nan mais il est pas bon communicant, c'est pas de sa faute !


SDb64 voilà ce que j'ai écris dans mon mémoire DAFFE 2, je le rappelle évalué 30 sur 30.

"Il n'y a pas photo, entre présenter une combinaison sur l'échiquier mural, et les laisser chercher par eux-mêmes sur les échiquiers avec les pièces qu'ils peuvent manipuler. J'essayais bien d'être le plus clair possible dans mes explications, utilisant des mots précis, décomposant chaque séquence et justifiant chaque coup, au bout d'un moment j'ai dû faire le constat que cela avait peu d'effet, c'était utile pour les plus doués, mais les autres attendaient que cette ennuyeuse présentation finisse au plus vite. En les observant il était évident qu'ils avaient plaisir à manipuler les pièces, et je me suis dit que ce contact réel avec des objets concrets avait du sens pour eux, bien plus que les explications données à l'aide de l'échiquier mural qui si je veux être honnête laissaient beaucoup perplexes."

A cette époque je présentais 3 positions à l'échiquier mural. C'est trop et cela ennuie les enfants.

Quand on passe à la pédagogie active il y a de la vie. Il y a de la vie si les enfant réussissent et les faire réussir c'est compliqué, il faut les évaluer, il faut mettre au point des exercices, tout cela est technique mais incontournable. Mais au final il y a de la vie.

Quand les enfants progressent dans cette activité et en prennent conscience, il y a beaucoup de motivation et de vie, ce qui plaide en faveur de la pédagogie active.


Yves4, le
Ce serait trop long de tout reprendre.
Nous ne faisons pas le même métier et visiblement, vous aviez des enfants qui revenaient.
Il n'y a pas de vérité mais croire comme vous qu'on la détient avec 30 sur 30 et une méthode parfaite qui rend heureux les enfants....je n'en reviens pas que l'on puisse écrire des choses pareilles.


DDTM, le
Il y a de la vie, qu'il dit, il y a de la vie ...
Bordel, Yves4, quand tu auras un 30/30, tu repasseras nous expliquer ta methode ideale et parfaite :D
Pareil pour cet incapable de Chemtov avec ses gamins incapables de Chemtovie inaptes a utiliser LA METHODE.


Chemtov, le
@Yves4 et DDTM: : Ne lui mettez pas 0 sur 30 ! Ne soyez pas trop sévères avec Philippe qui a fait l'effort ( enfin !) de montrer un peu quelque chose ayant rapport au terrain. En tous les cas, merci Philippe.

Mais, Philippe, une question bête : toutes les séances sont pareilles ? Quand les enfants commencent à jouer aux échecs ( à 17h35 ), leurs parties sont totalement ''libres'' ? Ils peuvent jouer 1.h4 et 2.Th3 ou 1.a3, 2.b3, 3.c3 etc...? Ou bien ont ils eu des directives avec des explications ? Et à quel moment dans la séance ?


Yves4, le
Ca n'a aucun rapport avec le terrain.

Prenons une séance aujourd'hui. J'atteins très rapidement mon objectif de la séance en sachant parfaitement que je pourrai tout refaire dans 6 semaines car bcp auront oublié.
Parlons de Framboise, enthousiaste au possible, donnant toute les réponses et puis un jour plus rien, elle devient un fantôme. Renseignement pris, ce jour là, était celui de la séparation de ses parents.
Laura, n'arrive à rien mais est très enthousiaste. Deuxième année, elle gagne tout dès le début puis tout d'un coup désintérêt total sans raison apparente, si, probablement dans la vraie vie loin de la toute puissance de son prof d'échecs.

Et parlons du roi que les enfants laissent en échec qui pour Philippe est une hérésie ? C'est très fréquent et ne représente qu'un stade de l'assimilation. En quoi est-ce gênant si ce n'est que les enfants ne renvoient pas l'image parfaite qu'entend recevoir Philippe.

Revenons à ma séance du jour. Tout fier de ma première notion, je passe à une deuxième, en me disant j'en profite. Et là chaos général, ils sont fatigués. j'arrête de suite.
Ma grande fierté est de comprendre désormais qu'ils sont justes fatigués et qu'il était temps d'arrêter, point final. Ni ma faute, ni la leur, le tps d'apprendre était terminé.

La progression, ce n'est pas les enfants qui l'ont car ils apprennent sans cesse avec et sans nous, de leurs réussites et de leurs échecs.
Finalement, c'est le prof qui apprend des enfants et pas l'inverse. il faut arrêter d'aller chercher une perfection chez les enfants qui n'existe pas pour croire que c'est le prof qui va les y amener par son talent, son 30 sur 30.

Mon seul objectif est de prendre du plaisir avec les enfants et , avec le temps, arrêter de les juger, les évaluer, leur dire ce qu'il faut faire. Donc mes objectifs sont exactement l'inverse de ceux de Philippe. Le pire c'est qu'il marche sur l'eau, en ignorant nos moqueries, ne se remettant jamais en cause car il a raison. Ce dont il a besoin c'est d'un public pour exister et les colibets n'ont aucune importance car ils viennent de gens qui ne comprennent rien.


Renan, le
bonjour j’ai trouvé cet article sur le site ouest France :
https://www.ouest-france.fr/normandie/herouville-saint-clair-14200/herouville-saint-clair-son-livret-apprend-les-echecs-aux-enfants-6678422


Chemtov, le
Merci ! Je viens d'écrire pour commander le livret mentionné.


Yves4, à Paris les ateliers bleus existent encore et on peut appliquer cette méthode en club avec peut-être un peu plus de mural.

Suite à la réforme de avec les nouveaux ateliers avec des groupes qui tournent tous les 3 mois la tâche de l'animateur de jeu d'échecs est effectivement plus compliquée. Néanmoins cette méthode est applicable, mais c'est galère, au début quand ils sont vraiment débutant l'animateur rame.

Pour que cette méthode puisse apporter des résultats il faut qu'ils aient acquis une certaine autonomie et qu'ils aient un niveau minimum et pour des enfants de 6-7 ans novices il faut au minimum 6 mois et on commence à consolider les acquis seulement la deuxième année.

Je ne sais pas si vous avez entendu parler de l'école 42 de Xavier Niels et de la piscine. Dans cette école d'informatique, les étudiants sont autonomes, ils apprennent en coopération et le rôle de l'enseignant un peu comme je dans la méthode que j'ai décris. Mais avant d'être admis dans cette école il faut passer par "la piscine" pour acquérir une base de connaissance minimum.

C'est exactement le même principe, il y a un effet de seuil, la méthode décrite ne fonctionne que si le niveau global moyen n'est pas trop bas. Comme je disais le moteur de la méthode c'est le tutorât, un enfant qui a a acquis des bonnes bases va aider un novice et va le faire progresser... mais si on a que des novices ce n'est pas possible. De ce point de vue des classes hétérogènes avec des élèves du CP au CM2 c'est un avantage.


France Echecs ne mérite pas Philippe Joussim ! tant de savoir déversé gratuitement sur nous, nous pauvres mortels qui n'avons pas eu 30/30 à un mémoire, qui ignorons même qui est "Xavier Niels" (sic), c'est vraiment de la confiture à des cochons.


Yves4, le
Philippe, je ne doute pas que, animé, d'une telle conviction (finalement c'est ce qui compte), tu puisses entraîner nombre d'enfants dans ta méthode de travail. Mais ce ne sera jamais la mienne, non pas tant dans les outils utilisés (qui marchent tous si on y croit), mais dans l'esprit qui t'anime. À chacun sa méthode, pas de vérité.


kieran, le
Je corrige, une erreur arrivant vite,
"""
il faut passer par "la piscine" pour virer ceux qui ont le minimum de connaissance.
"""


marcq, le
Merci Renan, livret commandé également.


Chemtov, la majorité des ateliers se déroulent ainsi mais parfois j'organise des parties par équipes.

Comment m'est venu cette idée ? Tous les animateurs savent que dans ces ateliers les enfants jouent trop vite, et les animateurs savent aussi que lorsqu'on leur donne les consignes de jouer moins vite cela n'a quasiment aucun effet.

Pourquoi un adulte passe du temps à réfléchir, parce qu'il hésite entre plusieurs coups, mais les enfants dans ces ateliers quand ils sont vraiment débutants jouent le premier coup qui leur passent par la tête. Un jour quelqu'un m'a dit "vous êtes animateurs de jeu d'échecs dans une école, vous leur enseignez la stratégie?".... pour dire la distance qui existe entre ce que les gens imaginent et la réalité.

Donc je me suis dis je vais les faire jouer en équipe ainsi ils réfléchiront sur plusieurs coups.

J'ai eu cette idée mais je ne l'ai pas mis en pratique tout de suite parce que je me suis dis qu'ils n'arriveraient pas se coordonner et à s'entendre. C'est une situation pas évidente pour deux enfants, ils doivent réfléchir sur un coup dans une partie d'échecs, évaluer la situation et prendre une décision.

Eh bien là j'invite tout le monde à faire cette expérience de psychologie évolutioniste, cela marche très bien!... et j'ai été le premier surpris!

En pratique, des équipes de 3 enfants et le match se déroule sur deux échiquiers à des tables qui sont éloignées. Et donc les enfants annoncent à voix haute le coup joué à l'équipe adverse qui le reproduit sur son échiquier. Et en fait là ils prennent le temps de réfléchir.

La psychologie évolutionniste nous invite à réfléchir aux capacités innées, aux caractéristiques psychologiques de l'homme au regard de son histoire et de l'évolution. La sélection naturelle a donné préférence aux hominidés qui savaient coopérer entre eux. Voilà pourquoi les enfants coopèrent naturellement entre eux sans que l'on ai besoin de leur enseigner comment coopérer.


Chemtov, le
Cher Philippe, je ne doute pas de votre bonne foi, mais, franchement, j'ai l'impression parfois que vous nous ré-inventez l'eau tiède ou que vous nous faîtes des leçons à la manière des professeurs du Bourgeois Gentilhomme en mettant des noms très compliqués sur des choses très banales que tout le monde fait ( parties par équipe, diagrammes, etc... ). Mais moi ( ma question précédente ), ce qui m'intéresse, c'était, dans votre planning, quand les enfants jouent ( parties libres, face à face ) à quoi ressemblent leurs parties ?

( Nous, nous faisons des parties par équipe de manière un peu plus ludique, associées à un genre de condi-chess. Les groupes d'enfants sont assis au fond de la salle et, à chaque coup voté, un des enfants doit cavaler et appuyer sur une pendule se trouvant près du tableau. ) ( On peut faire sans. Evidemment ). Expérimentations de 35 ans environ... ( Mais pas de communication, à ce jour, dans les cahiers spécialisés ou dans les colloques internationaux sur la psychologie évolutionniste ).


kaktus, le
+1 chemtov


J'invite tous les curieux à s'intéresser à la psychologie évolutioniste et j'en ai entendu parler grâce à l'article de Sweller : "An evolutionnary upgrade of cognitive load theory...". Le point important dans cet article est que lorsque des connssances primaires sont mobilisées dans les situations d'apprentissages cela réduit la charge cognitive.

Pour dire les choses de façon non-savantes je dirais qu'un apprentissage naturel, pour les très jeunes, dans la famille, est bien plus efficace qu'un apprentissage dans une situation d'enseignement.

La psychologie évolutioniste est à la mode mais l'important c'est que c'est un cadre qui permet de réfléchir aux capacités innées et il me semble que toutes les personnes qui sont autour de l'enseignement du jeu d'échecs aurait bénéfice à étudier le sujet. L'homme est une machine à apprendre et énormément de connaissances sont apprises inconsciement et sans effort et c'est pertinent de réfléchir là dessus.

A part cela les enfants jouent des parties sans laisser leur roi en échecs. La méthode concerne uniquement l'enseignement de la tactique. Evidement il faut enseigner les ouvertures, les finales, et plein d'autres choses mais en club.


DDTM, le
Donc quelqu'un, qui nous prouve depuis des annees et au long de ses interventions sur le forum qu'il n'a pas compris 10% de ses lectures, continue a ne pas admettre les choses simples que des animateurs-educateurs specialises dans les echecs depuis des dizaines d'annees essaie simplement de lui dire.
J'invite cette personne curieuse a retourner faire son introspection et a enfin entamer une lecture serieuse avant d'experiemnter reellement ce qu'il aura enfin reussi a comprendre.
Rq : les ateliers bleux ont disparu depuis de nombreuses d'annees, y aurait-il de eleves devenus adultes passes par la pour temoigner de la qualite d'enseignement de Philippe1234 ?


DDTM la psychologie évolutioniste je n'en parle pas dans mon mémoire réalisé en 2012 ni de l'article de John Sweller "An evolutionnary upgrade of cognitive load theory..." ou il parle de Geary qui date de 2013.

Les animateurs et éducateurs spécialisés pourront faire l'expérience d'organiser des parties par équipes comme indiqué, ils verront que cela se passe bien.

La psychologie évolutioniste explique pourquoi. La sélection naturelle a choisi les individus qui coopéraient le mieux car c'était eux qui étaient le plus aptes à s'adapter à leur environnement.


Yves4, le
Dans les parties des enfants, on peut voir leur caractère et également tous les défauts que l'être humain étale à l'âge adulte.
Parfois lorsque j'en discute avec des parents, en parlant des autres enfants, pas des leurs bien-sur (!), ils refusent de me croire. Leur enfant ne peut pas être comme ça !
Je suis fasciné par la capacité de l'être humain à voir ce qu'il a envie.


Picard, le
la psychologie de philippe1934 n'est pas évolutive, il essaie toujours d'aborder de façon pompeuse des choses qu'il n'a pas comprises et de se donner un rôle de grand formateur très érudit pour combler ses complexes évidents.
Il a pulvérisé son seuil d'incompétence!
De plus, il est têtu comme un bourricot et ne réalise pas que l'on se moque très majoritairement de lui


DDTM, le
De toute evidence, la psychologie evolutioniste essuie un echec majeur en essayant d'explique la presence de Philippe1234 sur le forum :D


Orouet, le
à D D T M
Quand t'écris "d'explique"
Moi je trouv' qu'ça pique
OK t'as la flemm'

yo


Chemtov, le
Philippe, quel était le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ? Quelles étaient les conclusions ? ( Celles d'un féru de psychologie évolutionniste ).


Je ne suis pas féru de psychologie évolutioniste Chemtov, j'ai le bouquin "The origin of Mind" de Geary chez moi mais je ne l'ai pas encore lu.

Certain profils auraient été préférés selon le sexe, c'est cela votre idée.

J'avais lu de Bruner "Comment les enfants apprennent à parler". Cette capacité qui permet d'apprendre le langage fait partie de ce que Geary identifie comme des connaissances primaires. Comme la reconnaissance des visages... la résolution de problème... et choper un mammouth... c'est un probème qu'ils avaient il y a longtemps, pas sur que l'on se débrouille mieux qu'eux dans la même situation.

Enfin derrière la boutade... évidement c'est pas les jeunes qui allaient à la chasse au mammouth, mais cette capacité à résoudre des problèmes si elle est chez l'adulte elle est chez l'enfant, au moins en germe.

Donc ce que je dis c'est qu'il faut les mettre dans des situations où ils vont mobiliser ces capacités ou compétences...


Chemtov, le
Mais quel était le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ?


Yves4, le
Un mammouth ?


Choper le roi... ou choper un mammouth, les mêmes fonctions psychologiques sont mises en jeu... cela ne te paraît pas évident (((-:


Yves4, le
Ce n'est même pas drôle


Chemtov, le
@Philippe1934: Et le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ?


Picard, le
Il voudrait que les autres lisent sa prose abominable mais apparemment il ne lit pas celle des autres.


Yves4, le
En fait, certains voudraient faire de l'enseignement du jeu d'échecs quelque chose d'extraordinaire qui ne peut être fait que par des magiciens de haut vol.
En fait c'est une profession comme les autres soumise aux mêmes contraintes. Il faut juste l'aimer.


Picard, le
Tu as raison, Yves4, et je sais que tu fais beaucoup pour les jeunes


Chemtov, le
Bon... après... vous n'êtes pas obligés de le lire, l'ami Philippe.


DDTM, le
@Philippe1934: Et le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ?


Julo62, le
Effectivement, personne n'est obligé de lire.

Mais ce sont des choses qui arrivent quand on écrit sur un forum public !

Et une réaction, pas si exceptionnelle, c'est que certains lecteurs, réagissent à certains contributeurs.

Cela arrive régulièrement quand le contributeur use d'arguments d'autorité, ou quand il a tendance à malmener des éléments scientifiques.
Quand, en plus, il ignore superbement toute tentative d'interaction (même quand elles sont dénuées de raillerie ou de second degré) et qu'il est récidiviste en la matière...


Alors, énervement et moqueries s'invitent !

(simple tentative d'explication d'un prétentieux dénonciateur)


Yves4, le
Ce serait quand même dommage de rater ce contenu à haut caractère informatif.


Yves4, le
Encore quelque chose qui doit fortement énerver Philippe : la propension des enfants à jouer toujours la même chose dans de grands éclats de rire. Qu'en pensent les grands penseurs cognitifs ?


Yves4, le
Une autre question fondamentale pour le bon épanouissement des élèves : la dame fait échec au roi mais le roi est protégé par la tour. Il n'y a donc pas échec. Comment expliquer cette incohérence ?


Julo 62 je voudrais te répondre, notre monde repose sur la science et l'idée de ce travail de mémoire était de relier une pratique à des connaissances scientifiques.

Si tu veux remettre en question ce que des chercheurs ont découvert par l'expérimentation c'est ton droit.

Mon point de vue est qu'il est plus intéressant d'utiliser ce qu'ils ont découvert. Après chacun peu interpréter ce qui a été découvert à sa façon et l'appliquer comme il le veut.

Lors de mon travail de mémoire j'ai fais une recherche tous azimuts, au final je pense que les idées de Sweller, Geary et Bruner peuvent réellement aider les animateurs et les entraîneurs qui veulent travailler de façon informée et avoir de meilleurs résultats.


L'enfant n'est pas une cire vierge, c'est une machine à apprendre, il dispose d'un programme très sophistiqué pour apprendre.

Sweller fait le constat que dans la vie on apprend énormément de choses inconsciemment et on acquiert une grande quantité d'information très facilement mais à l'école c'est plus difficile.

Je pense que le bon éducateur c'est celui qui considère que l'enfant n'est pas une cire vierge et va essayer d'utiliser ce programme à apprendre.

Quel est ce programme, comment il fonctionne, c'est difficile de le savoir, mais cela n'empêche pas de l'utiliser.


DDTM, le
Pour paraphraser Chemtov,
@Philippe1934: Et le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ?


Yves4, le
La machine à apprendre lorsqu'elle ne pense qu'à faire rire les autres (ça sert à être plus populaire que le prof), ce qui est tout de même plus que fréquents, qu'en disent les grands penseurs ?
Ces grands penseurs ne dident tout de même pas grand chose si ce n'est imaginer ce qui peut se passer dans le cerveau. C'est merveilleux l'imagination, ça permet de s'inventer une identité imaginaire que l'on impose aux autres puisqu'ils ne peuvent pas la contester car elle n'existe pas.
On va renommer les grands penseurs en petits penseurs imaginaires.


Yves 4 je rappelle que la théorie de la charge cognitive repose pour ses fondements sur les études de De Groot puis Case et Simon sur l'expertise des joueurs d'échecs.

A part cela s'orienter vers une pratique fondée sur les sciences humaines c'est pas faire quelque chose d'ennuyeux et rébarbatif, c'est aller dans le sens de la vie.


Pour utiliser cette machine a apprendre Dehaene donne la recette.

- l'attention
- l'engagement actif
- la correction des erreurs, et laisser l'enfant faire des hypothèses

Tout cela plaide pour la pédagogie active.

Après concernant la CLT le modèle est pas compliqué, mémoire de travail a capacité de traitement de l'information limitée, mémoire à long terme a capacité de stockage énorme. Qu'est-ce qui permet de dépasser les capacités de la mémoire de travail, les connaissances en mémoire à long terme, tout cela est très facile à comprendre et à la portée de n'importe qui.

Alors certains disent la compréhension.

Oui la compréhension, mais la compréhension ce c'est que des connaissances en mémoire reliées entre elles, donc tout passe par la mémoire.


Et soit dit en passant, l'approche ludique, l'enfant pourrait apprendre seulement par le jeu, sans faire d'exercices, ne marche pas puisqu'il faut, 3ème principe énoncé par Dehaene, une correction des erreurs.


Renan, le
Étonnant parce que cela marche pour tous les animaux et leurs petits...tout l'apprentissage se fait par le jeu ...on est des animaux,non?...


Picard, le
Dans le premier fil du pédant prétentieux au verbe creux, Reyes avait résumé la conduite à tenir en une seule et courte formule :

« Fuyez, pauvres fous... »

Apparemment, cela n'a pas été compris, dommage!


Renan, oui mais justement le contexte de l'exercice, comment l'enfant ressent l'exercice, c'est très important, il faut évidement que les exercices soit ludiques.

Mais "ludique" je trouve que c'est un mot qui n'explique rien, il faut que l'enfant mobilise des connaissances primaires dans le résolution des exercices, là tu commences à expliquer les choses.


Sdb64, le
@Philippe1943 :
" A cette époque je présentais 3 positions à l'échiquier mural. C'est trop et cela ennuie les enfants. "

Généralement les enfants s'ennuient quand on leur dit des choses ennuyeuses ou quand on devient ennuyant en devenant trop long dans l'explication d'une même position.
C'est l'un des inconvénients de l'échiquier mural face au Tableau Blanc Intéractif / Ordi+vidéoproj.


"Quel est ce programme, comment il fonctionne, c'est difficile de le savoir, mais cela n'empêche pas de l'utiliser." Philippe1934
-> "Quel est cette méthode, comment elle fonctionne, c'est difficile de le savoir, mais cela n'empêche pas Philippe1934 de l'utiliser."


SDb64 le pédagogue qui s'appuie sur les sciences cognitives et les sciences de l'éducation n'a pas besoin d'être un professeur d'université.

Ce qu'il fait en premier et c'est ce à quoi invite Stanilas Dehaene c'est expérimenter. Cette méthode je l'ai d'abord mise au point par l'expérimentation.


Chemtov, le
Mais vous ne vous rappelez plus si vous aviez des filles ou des garçons...


Renan, le
Ou sinon il n'y a ça mais ça sort le 30 jan.

https://www.culture.leclerc/livre-u/loisirs-vie-pratique-u/loisirs-et-jeux-u/jeux-de-cartes-et-jeux-de-societe-u/methode-complete-d-initiation-aux-echecs-9791097140175-pr


Renan ce n'est pas moi qui me suis attribué cette note de 30 sur 30 et je suis le premier à dire qu'il y a sur-évaluation.

Si je pouvais retrouver l'insignifiance et l'anonymat que j'avais avant j'en serais le plus heureux.

De toute évidence il y a des lobbys anti-sciences, comme aux USA où Trump demande aux climatologues de se la fermer.


Yves4, le
" Si je pouvais retrouver l'insignifiance et l'anonymat que j'avais avant, j'en serais heureux."
A mettre dans les annales du forum.
Chemtov, vous voulez vraiment que je me prive de ces lectures mythiques ? je lis en diagonale mais tomber sur de telles perles, ça vaut tout de même le coup.


Yves4, le
Le forum est un lobby anti science. Nous sommes des complotistes du même niveau que Trump car l'enjeu est de la plus haute importance.
Trop fort !


clarxel, le
Je n'aime pas tirer sur les ambulances, mais là, ça commence à bien faire.

"Quel est ce programme, comment il fonctionne, c'est difficile de le savoir, mais cela n'empêche pas de l'utiliser.

Ce n'est pas de la Science, c'est du charlatanisme.

Et le coup du lobby anti-science, c'est juste ridicule.

Pourquoi n'irais tu pas exposer tes théories brillantes auprès d'un public moins bas de plafond que FE ?


DDTM, le
Quelqu'un a-t-il acces a l'enquete de satisfaction aupres des usagers des ateliers bleus frequentes par Philippe1234 ?
Ou bien a-t-elle disparu comme tous les ecrits sur la fameuse methode miracle de lenseignement des echecs en periscolaire par le professeur Philippe1234 ? hahahaaaaa


au fond de moi, j'ai vraiment envie de croire que c'est un troll

Sinon le monde serait encore plus triste que ce que je pensais en 2019


Clarxel, je pense qu'un bon prof expérimente, essaye différentes méthodes ou techniques, et il n'a pas besoin d'être un professeur d'université pour réfléchir sur ce que nous apprennent les sciences cognitives.

Le modèle proposé par la théorie de la charge cognitive est très simple, une mémoire de travail à capacité limitée et une mémoire à long terme à capacité énorme.

Tout enseignant doit prendre en compte les limitation de la mémoire de travail, déduire une méthode de ce modèle est un jeu d'enfant, on commence avec des mats avec 1 pièce qui fait mat, puis deux pièces qui font mat, puis on complique de plus en plus. Ce qui est un automatisme pour un joueur adulte représente un traitement de l'information très lourd pour un enfant qui apprend.

L'enseignant ou l'animateur doit prendre cela en compte et concevoir des situations d'apprentissage qui ou la charge cognitive de l'apprenant n'excède pas ses capacités.

Tout cela est d'une évidence et je ne comprends pas pourquoi on met cela en doute.


Yves4, le
" on commence avec des mats avec 1 pièce qui fait mat, puis deux pièces qui font mat "
C'est intéressant. Il faut enlever tout le reste et continuer sur cette méthode.


clarxel, le
Je demande pardon à tout le monde d'avoir remis une pièce dans le jukebox.
J'arrête.


Ah ah ah :) il y a les mêmes débiles dans le monde des échecs que dans l'Éducation nationale. C'est bien fait.


Le Polgar commence avec ce genre de mat, pour un enfant qui débute c'est compliqué.

Et pour un animateur qui débute c'est aussi compliqué de comprendre que c'est compliqué pour l'enfant qui débute.




Yves4, le
Et alors ?
Par quoi commenceriez-vous ?


Cette question est réellement très intéressante, vraiment, merci. Mais permettez moi d'y répondre un autre jour.


La pédagogie n'est faite que pour les pédagogues qui n'ont pas d'expérience pratique...
Je suis un amateur au jeu d'echecs et malgré mon niveau satisfaisant (1770) j'ai beaucoup de mal à apprendre le jeu d'échecs à de jeunes enfants : j'ai du mal à comprendre pourquoi les enfants ne comprennent pas ce que j'essaie d'expliquer...car je ne connais pas le mode de réflexion de jeunes enfants.
J'ai réalisé à quel point j'avais besoin d'aide notamment grâce aux livres de Marc Quénehen (Édition Europe Echecs) : ces livres m'ont fait comprendre à quel point les leçons d'un pédagogue expérimenté sont indispensables pour moi : clarté du propos, décomposition des idées complexes en éléments simples. Mode de structuration de l'apprentissage...exemples simples puis complexes...etc


Comme par miracle depuis que j'utilise ces livres de Quenehen comme supports, les enfants me comprennent mieux et progressent beaucoup plus vite !!!


Chemtov, le
@Philippe : Mais avant, Philippe, vous pourriez peut-être tenter de savoir si les enfants de l'atelier sont des filles ou des garçons. A moins que vous ne corrigiez juste des copies anonymes ?


Chemtov "Cette question est réellement très intéressante, vraiment, merci. Mais permettez moi d'y répondre un autre jour."


Merci Thierry Catalan, vous dites :

"Je suis un amateur au jeu d'echecs et malgré mon niveau satisfaisant (1770) j'ai beaucoup de mal à apprendre le jeu d'échecs à de jeunes enfants : j'ai du mal à comprendre pourquoi les enfants ne comprennent pas ce que j'essaie d'expliquer...car je ne connais pas le mode de réflexion de jeunes enfants."

D'une façon générale on est trop dans l'explication, la compréhension et le verbal.

Il suffit de montrer les choses.

Et à partir de ces premiers exemples simples où l'on aura montré la solution l'enfant va commencer à construire une première compréhension du jeu d'échecs et de ses rêgles.

Il ne faut pas commencer par des problèmes mais commencer par des exemples. Effectivement on peut les laisser un peu chercher la solution mais très vite il faut la leur montrer.


elkine, le
ce n'est pas moi qui me suis attribué cette note de 30 sur 30 et je suis le premier à dire qu'il y a sur-évaluation.
Si je pouvais retrouver l'insignifiance et l'anonymat que j'avais avant j'en serais le plus heureux.


Tu peux demander conseil à Olivier Evan pour gérer la célébrité.


El cave, le
Ou à Jean-Philippe Boulay à la rigueur.


Mais Elkine je regrette réellement d'avoir réalisé ce mémoire.

Le sujet abordé par Yves 4 est très intéressant, puisque si on constate que les enfants ont des difficultés pour résoudre des mats en 1 élémentaires, ne faut-il pas commencer plus tôt?

Le problème du début, où on commence?

Effectivement il y a un éducateur russe, Igor Sukhin, qui a voulu proposer des problèmes encore plus simple que les mats en 1.

Et là je pense que c'est très intéressant en tant que cela révèle une certaine conception sur l'éducation, et dans la conception de Sukhin l'aspect social est complêtement éliminé, c'est à dire que en fin de compte il considère qu'il faut commencer par des problèmes, ce qui l'amène à proposer ce genre de positions "absurdes".

Si on considère qu'il faut commencer par des exemples, on a contourné le problème du début dans lequel Igor Sukhin s'est "vautré" oubliant l'aspect social qui existe dans tout processus éducatif.

Une page du Sukhin.
https://www.amazon.fr/Chess-Camp-Move-Attack-Capture/dp/1936277077#reader_1936277077


Marc Quénehen que j'ai du croiser une ou deux fois a réalisé des livres pour l'enseignement du jeu d'échecs et bravo à lui, mais pas spécifiquement sur la tactique, sur la stratégie, sur les principes fondamentaux et là je n'ai pas de réponse parce que je n'ai pas réfléchis à ces sujets.

J'ai juste réfléchis à l'enseignement de la tactique, parce que j'ai voulu concentrer mon effort sur l'apprentissage chez les débutants, et tant que les enfants n'ont pas acquis un minimum d'habiletés tactiques, je pense et je ne suis surement pas le seul, que tout autre enseignement est accessoire.

Le problème de l'enseignement de la tactique est déjà suffisament compliqué, admettons et il peut surement y avoir un consensus là dessus que l'on commence par des mats en 1, après qu'est-ce qu'on fait?

Des mats en 2 simples et ce que Valéri Beim appelle des "tactical blows" ou des combinaisons élémentaires et là le choix des exercices commence à être très compliqué.

Compliqué parce que l'on ne peut pas résoudre ce problème comme l'a fait Sukhin avec une méthode comprennent 5000 exercices au total je crois.

C'est à dire qu'il faut construire une progression avec un nombre d'exercices limité tout en prenant en compte la grande diversité des cas que l'on peut renconter.


Julo62, le
@ Philippe 1934

"notre monde repose sur la science"
Sans même me prononcer sur le fond de cette affirmation, je crois pouvoir supposer qu'il s'agit là d'un raccourci (brillant diront certains mais hâtif objecteront d'autres).
Dans ces fils de discussion, j'ose même apparenter cette affirmation, qui écarte toute analyse philosophique de ce que peut être la conscience, à un argument d'autorité.
C'est un point de vue, le mien.

D'autre part, je souhaite rappeler que je n'ai, en aucun cas, et même si je ne connais pas, loin de là, tous les travaux scientifiques que vous avez cités, remis en question les conclusions expérimentales des chercheurs présentés.

Par contre, je ne peux cautionner votre méthode d'exposé et de justification. En effet, au vu de la quantité de messages et de citations utilisées pour "démontrer" votre propos je ne peux que m'étonner, comme d'autres il me semble, de la petitesse de ce dernier.

Pour clarifier, loin de moi l'idée de récuser par principe les connaissances et les avancées que nous permettent les neuro-sciences et les études en psychologie cognitive. J'insiste, c'est même totalement le contraire.

Par contre, discuter d'un sujet concret, à savoir la pratique de l'activité Échecs pour un public donné et dans des circonstances données, en restant aussi éloigné de toute forme de réalité et de retour d'expérience, me semble, au mieux, être une plaisanterie.
Plaisanterie que la connaissance scientifique ne rend, en aucun cas et à mes yeux, plus sérieuse.

Je vous faisais aussi remarquer qu'il est dommage, pour vous, et par extension pour nous lecteurs d'un fil de discussion public, que, malgré les tentatives de discussions et de questionnements émises par d'autres intervenants dont on peut, bien entendu ne pas partager les points de vue, vous y restiez étonnamment sourd.

Vous voudrez donc bien croire que je ne prends pas à la légère les sujets que vous présentez et les travaux scientifiques que vous citez.
Par contre, je trouve risible de s'exprimer comme vous le faites sur ces sujets et à propos de ces travaux.

Donc, je ris.


Reyes, le
« Les choses se passent dans la vie comme au jeu d'échecs : nous combinons un plan; mais celui-ci reste subordonné à ce qu'il plaira de faire, dans la partie d'échecs à l'adversaire, dans la vie au sort. Les modifications que notre plan subit à la suite sont, le plus souvent, si considérables que c'est à peine si dans l'exécution il est encore reconnaissable à quelques traits fondamentaux. » Arthur Schopenhauer (1788-1860)


Julo 62, je dis des choses très simples, on commence par des mats en 1 faciles puis de plus en plus compliqués, et si ils ne trouvent pas la solution on la leur montre sur l'échiquier. Cela n'importe quel animateur peut le découvrir mais c'est aussi l'application de la théorie de la charge cognitive.

Ensuite ce qui est plus difficile à découvrir c'est que l'on a intérêt à déplacer le problème de l'enseignement que beaucoup voient dans "la compréhension" vers "l'acquisition d'information".

J'invite à réfléchir sur la méthode qu'a mit en place Xaviers Niels et ses collaborateurs à l'école 42 sur ce point fondamental qui est l'acquisition d'information.

Il n'y a pas d'apprentissage sans acquisition d'information.


Et la théorie de la charge cognitive c'est très simple, c'est comment est-ce que l'on fait pour optimiser l'acquisition d'information par les apprenants.

C'est aussi simple que cela, et vu sous cet angle c'est très facile d'apporter des améliorations à toute pratique.


vous avez déjà pensé à faire un one man show ? vous pourriez faire fureur au café de la gare


On rigole on rigole mais je trouve quand même inquiétant que l'on puisse confier des gamins à un tel individu.


Picard, le
Exact, benvoyons
Quand on voit comment il s'y prend sur un forum, il faut être inconscient pour confier des enfants à ce genre d'individus
Je viens de voir que ce radis creux se prend pour une victime de ceux qui sont contre la science
Je crois qu'il faut qu'il aille voir derechef un psy, bien que je pense que c'est trop tard


Je rappelle que j'ai quand même obtenu une note de 30 sur 30 à mon mémoire DAFFE2 après 7 ans de pratique.

Je regrette qu'il ne puisse y avoir de discussion constructive.

La méthode au début est très simple, des mats en 1, et si les apprenants ne trouvent pas la solution on la leur montre.

La plupart des méthodes de jeu d'échecs commencent par des mats en 1, entre autre le Polgar, et c'est avec le Polgar que j'ai commencé à travailler ainsi.

Après quel support, papier ou échiquier.... et bien si on réfléchit aux problèmes énnoncés avant, on choisit l'échiquier.

Pas plus naturel et plus simple que cette méthode.

Aussi que j'ai réalisé deux livre tactiques, les Objectifs 1300 et 1500 appréciés par les professionnels.

Allez! Faîtes un bouquin de tactique aux échecs. Essayez de faire cela et j'aimerais bien voir le résultat.

Je dis qu'il y a un problème, pourquoi est-ce que l'on a trop peu de méthodes pour les débutants avec des diagrammes dans les librairies, à par la méthode par étapes.... et je dis que quand Batesti a perdu l'élection il y a eu magouille et que cela a un rapport avec les ennuis que j'ai.


Yves4, le
Quels ennuis avez-vous ?


Parce que l'on ne veut pas faire du jeu d'échecs un outil d'éducation de masse, ce qui était le projet de Batesti qu'il a réalisé en Corse.

Les chiffres sont là 500 000 élèves dans les ateliers à l'école... 15 000 à la FFE.

Or si à peine 20% des élèves dans les ateliers s'inscrivaient à la Fédé on aurait 100 000 jeunes!

Les ennuis que j'ai c'est qu'il faut absolument cacher ce fait. On ne veut pas faire du jeu d'échecs un outil d'éducation de masse, alors que l'on pourrait.


"500 000 élèves dans les ateliers à l'école"

Certes, mais quel pourcentage de filles ?

Attention ! Suit du très bon.


El cave, le
Un DAFFE sans futur, c'est un DAFFE punk ?


Je sais bien que ce Daffe a pas de futur mais on pourrait avoir un peu de délicatesse.


Renan, le
No futur for youngs chess players ??
Pas mal el cave, j'ai bien ri!!...
30/30 au Daffe 2 bon! Mes respects !!
Moi j'ai eu 18/20 au sport au baccalauréat,ça compte ???
Philippe explique juste comment tu fais un cours,mat en 1 ou 2 etc...avec tes bouquins de tactiques qui sont très bien d'ailleurs,de temps en temps un cours avec un ordinateur et un projecteur... voilà,pas la peine d'en faire une mayonnaise...
Bon globalement quel est le % de jeunes de 18 ans qui font encore des échecs dans un club après l'avoir appris en cm1 (ou en club à 8ans?)??


El cave, le
Dans les années 50 on faisait encore des bath DAFFE mais tout se perd mon bon monsieur.


Comment je fais cours, mais comme je l'ai expliqué au début du fil, une position à l'échiquier mural, voir 2 ou 3 en club ou tu peux faire aussi autre chose, ouvertures, finales...

Mais dans le temps imparti de 1h00 et au regard du niveau à l'école, il faut faire une position tactique. Evidement pour certains élèves elle sera difficile et pour d'autres peut-être trop simple, c'est cela l'enseignement, on est forcé de faire des ajustements qui ne sont pas idéaux.

Et après résolution de problème sur les échiquiers, et là les problèmes sont adaptés au niveau des élèves puisque tu fais de l'individuel ou du binôme.


Yves4, le
Je pense que vous avez une bonne remise en question à faire.
Les problèmes ne viennent pas de l'extérieur mais de la façon dont vous les appréhendez.
Je crains que vous ayez un très long chemin à faire.


Sdb64, le
Philippe1394 : On sent que vous avez tiré la plus grande partie de votre expérience de bouquins. Vous avez pioché des idées à droite à gauche et vous en avez fait votre Méthode.
Vous devriez faire le tour de France des Clubs Formateurs, ça vous ferez une superbe expérience.

Vous devriez aussi progresser aux échecs. Votre plus haut classement était à 1750 il y a dix ans. Un meilleur niveau pourrait vous permettre d'appréhender encore mieux la problématique de l'apprentissage aux échecs.

"Évidemment pour certains élèves elle sera difficile et pour d'autres peut-être trop simple, c'est cela l'enseignement"
Je ne suis pas d'accord.

Le choix des positions est presque secondaire. Le principal c'est l'approche de l'animateur. Il faudrait qu'il expose les choses crescendo : on décortique la position en s'adressant d'abord au moins fort (les plus forts sont contents ils trouvent vite!) puis on monte le niveau tout doucement jusqu'au point de rupture. Chacun y trouvera son compte.


clarxel, le
@Elcave : c'est aussi ce que je me disais, il y a des Daffe(s) qui se perdent...


Renan, le
Excellent tout ça...
L'apprentissage c'est bien mais si les résultats ne suivent pas il y a du découragement...
Par contre je n'ai pas eu de réponse à ma question...
Par contre comment se fait l'apprentissage pour un adulte de 25 ou 40 qui ne connait rien aux échecs ???


DDTM, le
@Renan tu penses vraiment etre le premier au monde a obtenir une reponse precise a ta question avec Philippe1234 ?


à mon avis, le monsieur Joussim ne connaît absolument pas les échecs.

Donc il pense avoir inventé une méthode un poil scientifique, dans un monde de joueurs totalement empirique, où les animateurs se contenteraient de laisser les enfants jouer entre eux après leur avoir appris les règles. Alors que lui montre des mats en 1, puis des mats en 2, et instaure une gradation de difficulté ... soit exactement ce que tous les animateurs font depuis plusieurs décennies.

Bref il est à côté de la plaque par méconnaissance du monde. Un peu comme si Bernard Pivot faisait un stage dans un club de foot, et découvrait qu'un joueur de foot a besoin d'un régime alimentaire spécial et d'un entraînement physique régulier pour garder son niveau. Vu de la fenêtre de Joussim / Pivot, c'est juste des gens qui font mumuse avec une baballe. Vu de la fenêtre de Joussim / Pivot, un animateur d'échecs fait juste de la garderie en laissant jouer les enfants entre eux... Je n'ai pas trouvé d'autre analogie et celle-ci n'est pas vraiment satisfaisante, mais vous avez saisi l'idée


Yves4, le
Je pense au contraire que Philippe et très compétent en ce qui concerne l'aspect théorique mais qu'effectivement en ce qui concerne la gestion humaine qui consiste à avoir des élèves et negocier des contrats, il a des faiblesses de communication. À mon avis, il devrait développer ses capacités à écrire des livres et s'adjoindre quelqu'un qui se charge de la communication.


Picard, le
Je croyais avoir trouvé enfin une qualité à notre radis creux.
Il semble obstiné, têtu mais hélas il est simplement borné
Quel dommage de le voir dans l'apprentissage des échecs, domaine qui ne lui convient manifestement pas alors que, pendant ce temps, le bâtiment manque de bras.


"Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie" (Paul Valery)


Renan, le
Bien picard en tout cas ça m'a fait rire!...
Excellent !!!... comme on est dans les citations ;
Deux cons qui marchent vont plus loin qu'un intellectuel assis...!!!celui qui trouve de qui est cette citation (et dans quel film !) gagne ma considération...


Cà doit être du Audiart...


El cave, le
La citation c'est "deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche", c'est d'Audiard en effet, un truc genre un taxi pour Tobrouk ou Mélodie en sous-sol, plutôt le taxi. Avec Bebel quand il était jeune.


Chemtov, le
Non, pas Bebel. Lino Ventura = la brute qui marche. Aznavour et Maurice Biraud = les deux intellos assis dans le désert.
https://www.youtube.com/watch?v=g73HM0HBxaI


Renan, le
Bonne réponse chemtov !!!


Renan, le
Je repose ma seconde question :

Par contre comment se fait l'apprentissage pour un adulte de 25 ou 40 qui ne connait rien aux échecs ???


Ah Renan,
vous me plongez dans des sombres abîmes pédagogiques avec vos simples questions… car à partir d'un certain âge, c'est hélas ce que nous pensons déjà connaitre qui nous empêche souvent d'apprendre…

Philippe l'apprenti sage (sic) pourra vous expliquer cela plus simplement que moi ! rires.


Renan, le
Si c'est aussi simple que pour les enfants, on n'est pas dans la panade...


El cave, le
Ah, il faudrait que je revoie ça tiens. Ça reste une base.


Si quelqu'un pouvait me trouver le titre du film où Blier, en patron paternaliste, remet ses ouvriers de bouchers au boulot. Dialogues d'Audiard presque garantis.


Chemtov, le
''Un idiot à Paris'' ( d'après le roman de René Fallet )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_idiot_%C3%A0_Paris

https://www.youtube.com/watch?v=HEZd4otId1s


Ha mais les gens qui ont décidé de me virer.... ils ne jouent pas aux échecs... tu parles ils sont tellement intelligents qu'ils ont pas besoin de savoir jouer aux échecs pour savoir de quoi il s'agit...


c'est un message cryptique à destination de vos collègues espions ? vous utilisez le forum pour faire passer des infos, qui n'ont de sens que pour vous et eux ?

J'ai vu toutes les saisons du Bureau des Légendes, on ne me l'a fait pas à moi !


DDTM, le
Enfin une bonne nouvelle pour les enfants, soyons positifs :D

La partie cinematographique du post est de loin la plus captivante .. A Quand la prochaine recherche de sequence culte ?


Yves4, le
Philippe, viré de quoi ?


Picard, le
Par son comportement, il est certain qu'il se vide lui même de beaucoup d'activités
Son dernier propos vire vers l'incohérence

Exact, DDTM, la partie cinématographique du post est de loin la plus captivante

Pour continuer dans l'esprit, je propose une citation d'un prix Nobel de littérature

"Les hommes politiques et les couches doivent être changés souvent et pour les mêmes raisons"


Yves4, le
Je en suis pas d'accord, ça me paraît très cohérent.
Philippe a une très haute idée de son travail qu'il a pu mettre en application lors des contrats bleus. Désormais, il se sent incompris d'autant qu'on l'a renvoyé sans raison valable. De plus les
ateliers qu'on lui a proposé après les contrats bleus étaient bcp moins intéressants.
Tout ça est cohérent.
Le seul truc, c'est que ce n'est qu'une longue plainte qui ne tient pas compte des personnes auxquelles il parle, ni même probablement de ses employeurs. Il se sent incompris voir probablement persécuté.


elkine, le
C'est les contrats qu'on dit avec les yeux ?


Oui enfin quand l'on voit à quoi s'occupent certains politiques... si j'avais à leur donner un conseil, la première chose que vous avez à faire, virez vous des places où vous êtes, les choses tourneront mieux!


Sdb64, le
La relation qu'entretient Philippe1934 avec le jeu d'échecs est de plus en plus malsaine. Est-ce encore un jeu à ses yeux ? ou juste un outil de développement mental destiné aux enfants ? Est-ce que les enfants s'amusent ou ne font qu'étudier ? En tout cas il y a une certaine déviance... et son exclusion des ateliers bleus fait l'effet d'un catalyseur !

L'Humanité critiquait le film Avida de la façon suivante :
"Ces élucubrations qui n'ont pas la portée sociale et morale de leurs modèles sont parfois drôles mais souvent laborieuses."
Petit extrait
https://www.youtube.com/watch?v=JAnsVkcSksU


@Sdb64 Je me permets de rappeler que Philippe a obtenu 30/30 à son mémoire DAFFE 2, quand même.


Reyes, le
Quant à celui qui lui a filé son 30/30 :
« Pardonnez-lui, il ne savait pas ce qu'il faisait. »


SLM, le
Moui ou alors il ne le savait que trop bien et voulait se débarrasser de la patate chaude...


Il est des succès dont on ne se remet jamais...


Orouet, le
Pour les amateurs :
petite énigme échiquéocinéphilique !
Quel est le lien entre le film "cinq tulipes rouges" (1949) et notre noble jeu ?
indice : casting ...


Picard, le
Et le pourcentage de garçons et de filles dans vos groupes ?

mais peut-être que "radiscreux1934" est un adepte fanatique des "genders studies" et que, pour lui, il n'y a pas de filles et de garçons mais un sexe unique, indéterminé que l'environnement et l'éducation transforment en fille ou garçon


Sdb64 tout le monde semble d'accord pour faire du jeu d'échecs un outil éducatif, la commission européenne (une résolution en 2012), l'Education Nationale, dans de nombreux pays on développe activement le jeu d'échecs à l'école, citons en premier lieu l'Arménie mais aussi la Pologne qui me semble dans le peloton de tête, ainsi que Léo Batesti qui voulait faire si je ne me trompe du jeu d'échecs un outil d'éducation de masse et qui semble avoir réussi en Corse, avec en fin de compte une méthode qui sur le fond ressemble énormément à la mienne.

Je dis une chose très simple... pour utiliser le jeu d'échecs comme outil de développement mental, il faut simplement à leur apprendre à bien jouer aux échecs. Est-ce que l'on voit cela dans les ateliers à l'école ou les enfants laissent leur roi en échecs... je ne crois pas...

Mais le problème c'est qu'il semble que les politiques qui décident de cela ne savent pas jouer aux échecs.


El cave, le
Pas reconnu de nom dans le casting. Pourtant je suis vieux, je joue au bridge.


Orouet, le
2nd indice
championne de France 1943 ...


Le problème des politiques est qu'ils disent des choses et que la réalité a peu rapport avec ce qu'ils disent.


Chemtov, le
http://heritageechecsfra.free.fr/fem1943.htm


Et puis si ils jouaient aux échecs ils apprendraient à reconnaître leurs erreurs.


Orouet, le
merci Chemtov pour le lien,
j'ai connu cette anecdote sur "France Inter" (le masque et la plume) , il y a quelques semaines ...
Proposons donc une reconversion cinématographique à certains de nos champions
;-)


Picard, le
Il continue à soliloquer, le diable, contre ces politiques qui s'acharnent sur lui


Julo62, le
C'est très légitime.

On peut, à mon avis, faire un parallèle évident entre d'autres activités de compétition et les échecs.
J'ai souvent discuté avec des amis jouant au tennis du jeu d'échecs. La partie de tennis, par sa durée, par la lutte d'emprise entre les individus permet de brosser des comparaisons (c'est amusant d'ailleurs que bon nombre de joueurs d'échecs aiment pratiquer le tennis).
Mais les activités artistiques, elles aussi méritent qu'on les associent avec le jeu d'échecs.
Quand j'ai découvert le jeu en club, les écrits des joueurs, la culture des échecs, je me disais que, comme une personne aime prendre son pinceau ou son instrument pour exprimer une partie de lui que la vie quotidienne peut laisser silencieuse, on peut chercher à s'asseoir devant un jeu d'échecs pour exprimer certaines de nos sensibilités.

Finalement, beaucoup de ceux qui poussent régulièrement la porte d'un club, en plus de rencontrer des amis et de se mesurer à l'autre dans un cadre réglementé, viennent pour tenter de créer quelque chose qu'ils trouvent beau.

Je crois que si on prend durablement plaisir à jouer aux échecs, c'est en partie pour essayer, parfois, de créer quelque chose.


El cave, le
Diantre ... Je pense avoir déjà écouté la création de "ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine" mais je ne crois pas avoir vu le moindre film issu de la filmographie de Suzanne Dehelly, sans doute moins vieux que je ne le crois.


Sdb64, le
Une expérience à mener : du périscolaire "100% qui perd gagne".
On apprend aux enfants à bouger les pièces et les règles de ce jeu. On n'évoque jamais la notion "être en échec" et "échec et mat". Le roi est une pièce comme une autre, elle peut se faire prendre.

Obtiendrait-on les mêmes bienfaits pédagogiques et éducatifs ? C'est possible.

Les enfants laissant leur roi en échec n'ont pas de problèmes mentaux. Ils manquent juste d’interaction avec les pièces adverses, ce qui s'acquière avec l'expérience et pourquoi pas en pratiquant le "qui perd gagne".

Dans l'une de vos dernières parties sur Lichess vous aviez 8 minutes à la pendule et pourtant vous avez été surpris par un échec : dans cette position vous avez joué Fg2 après de 6 secondes de réflexion. Un manque d'interaction ou une faiblesse en tactique 1200 ?




clarxel, le
Comic Strip m'a ouvert les yeux
Bon dieu, mais c'est bien sûr!
Certains forumeurs sont des espions, leurs messages sont codés, tout s'explique, comment ai-je pu être naïf à ce point ?

Quel peut être le sens de "Cordialement à tous sur le forum" ?
C'est comme avec **SPOILER** Phénomène, et son "je t'aime Maman " ?


ArKheiN, le
"Je dis une chose très simple... pour utiliser le jeu d'échecs comme outil de développement mental, il faut simplement à leur apprendre à bien jouer aux échecs. Est-ce que l'on voit cela dans les ateliers à l'école ou les enfants laissent leur roi en échecs... je ne crois pas..."

Quelle est votre définition de "bien jouer"?
Comment vous auto-évaluez-vous d'un point de vue force?

Est-ce que vos élèves "dépassent le Maître" parfois ou ça n'arrive jamais malgré La Méthode?


SDb64 je reconnais que j'ai des parties qui sont des poubelles.

Mais je fais aussi beaucoup de mauvais coups parce que je suis pas dans l'état d'esprit correct.

Mais quand j'ai le bon état d'esprit et que je suis pas fatigué mes parties ne sont pas des poubelles.


Alors pour les lecteurs, j'espère qu'ils ne trouvent pas ce fil trop pénible, qui ne connaissent pas le métier de l'animation, il faut savoir que les jeunes de 6-7 ans qui débutent à l'école ont du mal à résoudre le genre de mat qu'il y a ci-dessous. Ils ne jouent pas la bonne tour, ou pas au bon endroit.

Donc un bon animateur ne doit pas laisser tomber, même si effectivement on peut avoir envie de laisser tomber et dire il n'a pas le niveau, les échecs ne sont pas fait pour lui, alors il ne serait pas un bon animateur.

Le bon animateur doit persèvérer, faire que l'enfant ne se décourage pas, lui montrer la solution, et continuer avec de nouveaux exemples de mats en 1 très simples...

... et toute patience et effort est généralement récompensé, après un certain temps l'enfant trouvera le bon coup.... puis résoudra des mats en 1 de plus en plus compliqués...

Alors là des gens ils ont dit il a eu 30 sur 30 mais comme il n'a pas 2000 elo, cette note ne vaut rien. Et dans le même temps qu'ils ont dit cela ils ont envoyés leurs sbires déranger mes parties de compétition.




Sdb64, le
@Philippe1934 : "il faut savoir que les jeunes de 6-7 ans qui débutent à l'école ont du mal à résoudre le genre de mat qu'il y a ci-dessous"

D'abord, dans quel cadre montrez-vous cette position ? Combien de séances dans l'année avec ces 6-7 ans ? Sur 30 séances, à quel moment parlez-vous de l'échec ? De l'échec et mat ?


Les enfants de 6 ans sont en CP (des enfants qui jouent 1h30 par semaine). Ce public a besoin d'au moins une année d'échecs pour maîtriser les mouvements des pièces, prendre les pièces qui traînent, attaquer les pièces adverses, se défendre quand ils voient l'attaque.

Expliquer à ces enfants une notion aussi abstraite qu'est l'échec et mat, ça ressemble à une surcharge cognitive.
Pire. Si l'animateur insiste, le résultat sera le suivant : les petits penseront que le jeu d'échecs c'est difficile, qu'ils comprennent rien et trop dur pour eux.

Les enfants ont du mal ET POURTANT vous leur proposer cette position. Pourquoi ont-ils du mal ? Problème de pédagogie ?
Si les enfants ont compris ce qu'est un mat du couloir et la notion de "barrière", je ne vois pas où est la difficulté.

La position à montrer juste avant :




Chemtov, le
La plupart du temps, dans ce genre de position ( avec les deux tours ) les enfants ( les miens du moins ) regroupent leurs tours ( Te7, puis Th7 ) et matent en deux et pas en un. Ce qui ne me pose aucun problème. Ils ont compris le thème et on peut même dire qu'ils font un plan.


Sdb64, le
Philippe1934 annonce 'Mat en 1 coup' aux enfants.
Tandis que Chemtov annoncera 'Les blancs jouent et matent'.
:)

Je vois le gamin faire Te7 - h7 je me dis cool il a compris ce que je lui ai montré.
Tandis qu'en voyant Te7, Philippe1934 s'exclamera "Mais non y'a mat en un coup là !" et ne laisse pas l'enfant aller au bout de son idée.


Chemtov, vous abordez un sujet très important et très intéressant.

J'ai souvent entendu des enfants dire lors de leur parties, "j'ai une stratégie" ou "j'ai un plan" sans même que j'ai employé ces termes lors des séances, et donc c'est très intéressant pour le pédagogue et l'animateur d'analyser le fait au plan psychologique.

Toujours est-il qu'avant d'avoir un plan il faut avoir un but.

Non mais c'est très sérieux... est-ce qu'on peut avoir un plan si on a pas de but...

Alors qu'est-ce qui se passe et je m'adresse aux défenseurs de l'approche ludique... et bien si vous ne leur apprenez pas à mater... qu'est ce qui se passe?

Chemtov ce sujet est très perché... j'attends de vous un réel échange.


Aux gens qui pense que l'approche ludique suffit... et bien si on ne leur apprend pas le mat, il font des plans en 1 coup pour capturer du matériel.

Cela à l'air con mais c'est comme cela. Autant leur apprendre à jouer aux dames.


Sdb64, le
@Philippe1934
Avec des 6-7 ans qui ne savent pas jouer et avec qui vous serez 30 séances, à quel moment parlez-vous de l'échec ? De l'échec et mat ?


Chemtov, le
Je ne vois pas vraiment ce que ça a de formidable qu'un gamin dise ''j'ai un plan''.

Les enfants ont de l'imagination ( parfois étonnante quand ils ont décidé de faire des grosses, grosses, bêtises ), ils sont capables de juxtaposer plusieurs étapes pour progresser vers un but ( prendre une tablette de chocolat sur une armoire, construire une passerelle, un échafaudage ). Les animaux aussi font cela et construisent même des outils.

Le but... ben...c'est prendre une pièce... piquer les cartes du voisin... encercler un roi... comme leurs copains plus faibles dans la cour avant de se mettre à plusieurs pour les tabasser...

Cet après-midi, j'étais avec un petit groupe d'enfants de quatre ans et demi, cinq ans et demi, six ans et six ans. Certes, ils disaient parfois ''chais pas quoi faire !''. Mais en leur racontant les bonnes histoires, en leur proposant des analogies amusantes, ils font très vite des plans !


Il faut dire que ces ateliers où les animateurs se récoltent des CP-CE1 débutants ne sont pas du tout faciles.

Les premières séances je montre le mouvements des pièces sur un échiquier vide et puis 1 à 3 exemples de mats très simples sur le mural.

Et puis après je passe à la pédagogie active et ils doivent résoudre des mats en 1 très simples, dès la première séance, si ils ne trouvent pas on leur montre la solution.

A début c'est très dur pour l'animateur qui est en surcharge et très dur pour les enfants, mais après quelques semaines tout cela s'améliore.

Après si on a des groupes hétérogènes CP-CM2, vraiment la meilleure solution c'est de mettre un enfant novice avec un meilleur qui va le tirer et cela marche très bien.

Il résulte de cela que la vitesse de progression d'un élève dans la méthode dépend énormément du niveau moyen de la classe.

Si on a un élève qui sait mater en 2, c'est un repère, disons que c'est un CE2, il prend en charge un CP novice sur des mats en 1, au bout de 3 mois le CP a compris et il avance très vite.

C'est comme si le CP novice avait un professeur particulier, et les compétences du tuteur suffisent largement. Pour les enfants c'est amusant d'apprendre avec un copain, et aussi le tuteur cela le valorise, le met en confiance de savoir qu'il peut jouer le rôle d'un petit professeur.

C'est aspect social de l'apprentissage entre enfants est réellement très intéressant et créé une dynamique très positive, et cela permet de mettre en œuvre une pédagogique active et individualisée, car sans enfants tuteurs l'animateur est surchargé, il ne peut pas répondre à toutes les demandes, un ateliers de 12 élèves c'est 8 tables à gérer simultanément.

C'est faisable avec ce système de tutorat entre enfants.

Normalement en fin de deuxième année ceux qui étaient complètement novices au début doivent au minimum pouvoir résoudre des petits mats en 2 et des petites combinaisons de gains matériels et cela marchera pour quasiment tous les élèves.


Chemtov, le
Ben oui... vous semblez découvrir là le quotidien ( une petite partie du quotidien ) de centaines d'animateurs ... depuis des décennies. Mais ceux-ci ont peut-être des méthodes plus souples et intelligentes ( et sans mettre de grands mots scientifiques sur de simples réalités assez banales ).


Picard, le
Au moindre prétexte, notre "radiscreux1934" se remet à divaguer en mode automatique!
C'est consternant de voir comme il vit dans ses illusions
Devant son comportement, vouloir le virer est tout à fait logique
Pensant se valoriser par ses interventions sur le forum, il se ridiculise.


El cave, le
Il fallait une rime en on pour finir, je suis déçu.


Yves4, le
Je crains effectivement qu'il essaie de se valoriser en enfonçant des portes ouvertes.


Je crains la surchauffe et l'orage synaptique , surtout si Chemtov continue à le pousser dans ses retranchements pédagogiques .


Picard, le
@El cave
Effectivement, il y a un manque, je remplace donc la fin par :
"Pensant se valoriser par ses interventions sur le forum, il est couillon"

Peut être qu'il nous faut de l'indulgence avec "radiscreux1934"
En effet, je crois que 1934 est sa date de naissance et qu'il serait sénile, ce que confirment les répétitions de phrases creuses et de références prétentieuses.

S'il va bientôt en EHPAD, je plains le personnel et les autres pensionnaires!


Il n'enfonce pas des portes ouvertes, il s'y prend comme un manche malgré son 30/30.

J'enseigne en milieu scolaire depuis une quinzaine d'années. Je ne voulais pas intervenir sur ce fil mais j'ai craqué!

La méthode sur laquelle je base mes cours est la méthode dite "par étape" de Brunia et Wijgerden. Elle nous inculque que l'on distingue 3 phases dans l'apprentissage des échecs d'un enfant:

- La phase matérielle où leur but est de prendre du matériel de l'adversaire.
- La phase spatiale où ils comprennent que les pièces servent aussi à contrôler du terrain.
- La phase temporelle où ils réalisent que les coups joués dans une partie ont un objectif et qu'il faut du temps pour pouvoir réaliser un objectif précis.

C'est à l'enseignant d'évaluer dans quelle phase évolue son élève et d'adapter son cours selon.
Faire résoudre des positions de mat à des débutants dans la phase matérielle est contre productif.


elkine, le
Le radis creux divague en mode automatique !
Consternant comme il vit dans ses illusions
Vouloir l'évacuer est tout à fait logique,
Il se ridiculise par ses interventions.


Orouet, le
12/12 !!


Puisque l'on a présenté une de mes poubelles...

https://lichess.org/fHdxvtRo/white#0

Contre un joueur à plus de 2000, lichess dit 3 imprécisions et une erreur... je crois que c'est une partie assez juste, avantage construit petit à petit et choix corrects dans ce système d'ouverture que je ne connais pas bien.

Non parce qu'il y a des gens ils ont dit que j'avais pas un classement suffisant pour justifier ce 30 sur 30, et puis après ils sont venus pourrir mes parties de compétitions.


ok mais combien de filles et de garçons dans vos cours ?


J'ai pas lu le bouquin de Geary "Male, female: The evolution of human sex differences".

http://web.missouri.edu/~gearyd/

Donc faire un plan élaboré cela fait partie de ces connaissances primaires dont parle Geary, résultat de la sélection naturelle.

Qui gagne dans un partie d'échecs, celui qui a un plan ou celui qui n'a pas de plan. L'adaptation à l'environnement et la sélection naturelle a choisit les individus qui faisait des plans.

Quels sont les joueurs d'échecs à qui ont a appris cette technique du mat des deux tours dans un cours? J'ai jamais appris cela. Je pense que cela peut se déduire naturellement.

Maintenant pour faire un plan il faut un but... Difficile de faire un plan si on a pas de but!

Voilà pourquoi il faut leur apprendre de nombreux mats en 1 et pas le concept du mat avec seulement quelques exemples.


Picard, le
Les gens ne parlaient pas du classement FFE ou FIDE, mais ils évoquaient simplement le QI

Sur ce forum, les participants sont serviables mais, par contre, la détection de prétention, de pédantisme creux et de suffisance les rend nerveux et moqueurs


Mais je ne me suis pas attribué cette note de 30 sur 30.

Je pense que je suis quelqu'un de très humble qui s'est dit qu'il allait concentrer son effort sur l'apprentissage chez les débutants à leur apprendre des choses très simples.

Je ne suis pas responsable du fait que les personnes qui ont décidé de me virer on ne sait pas pourquoi ne comprennent rien au sujet.

30 sur 30, jeu d'échecs et psychologie cognitive cela veut dire que l'on a bossé sur un sujet précis.

30 sur 30 psychologie cognitive, jeu d'échecs, on c'est dit ce type doit être super intelligent et il devrait avoir un super classement.

Faux. Archi-faux, l'expertise est domaine-spécifique.

Derrière ce raisonnement il y a de fausses conceptions sur l'intelligence et l'expertise. On fait une recherche Google sur les terme expertise apprentissage intelligence il y a des dizaines d'articles sur le sujet, mais comme j'ai affaire à des cons là haut qui pensent tous savoir... justement à des cons prétentieux et suffisants qui se permettent d'avoir des opinions, de les imposer aux autres, sans même avoir étudié le sujet...


Les premiers apprentissages du jeu d'échecs.... apprendre des mats en 1 aux débutants, les choses les plus simples... c'est quoi on me ramène la suffisance et la prétention...

J'avais un classement moyen j'ai dis je vais me concentrer sur l'apprentissage chez les tout débutants, ce n'est pas une attitude rétentieuse, c'est une attitude humble.

Donc j'ai étudié un sujet à fond, sur la base de 7 ans d'expérience... je dis pour le début avec les enfants, il faut faire de la pédagogie active et commencer par des mats en 1.

Stanilas Dehaene qui est directeur du conseil scientifique de l'Education Nationale confirme ce que je dis.

1 - l'attention
2 - l'engagement actif
3 - la correction des erreurs

Ce qui est exectament ce que je fais.



Concernant Stanilas Dehaene et David Geary, ils invient à je dirais faire reposer l'enseignement sur l'intuition, à prendre en compte cette fantastique machine à apprendre qu'est l'être humain, et faire ce constat que l'enfant n'est pas une cire vierge sur lequel il y aurait tout à graver. Et cette attitude devrait intéresser en tout premier lieu les personnes qui sont dans l'enseignement du jeu d'échecs, car l'intuition y joue un grand rôle, évidement le sujet de l'intuition est très compliqué, qu'est ce qui nous amène à faire des bons choix à partir de l'intuition, c'est compliqué, mais ce dont on peut être certain c'est que cette intution repose sur l'expérience et les connaissances acquises auparavant.


Cà y est : l'orage synaptique est en cours...


Merci de provoquer...

Effectivement j'ai eu affaire à des gens prétentieux...

On me fait chier, je ne me suis pas attribué cette note.

Cette note a rendu certain dingues, parce que les politiques sont dans un truc complêtement vertical, ils sont au dessus donc toi t'es en dessous, et donc avoir 30 sur 30 cela posait un problème.

Et je dis aussi que un des problèmes, c'est qu'une éducation de masse par le jeu d'échecs, dérange certains... voilà pourquoi, ce n'est qu'une hypothèse, Léo Batesti s'est fait volé son élection il y a quelques années, parce qu'il aurait ardemment défendu cette poltique qu'il a déjà mit en oeuvre en Corse. Et Léo Batesti n'était pas quelqu'un que l'on pouvait contrôler, et donc on a fait une annonce bidon sur de l'argent qui allait arriver pour l'autre candidat, cela a suffit a faire passer quelques voix vers l'autre candidat et faire basculer l'élection.

Voilà la réalité dans laquelle on vit.


ArKheiN, le
Je n'ai jamais enseigné le mat en un lors de mon premier cours d'échecs car les mouvements de bases ne sont généralement pas encore acquis. Ma première prof d'échecs m'a rapidement appris le mat de l'escalier (rouleau compresseur). Méthode non intuitive (dans le sens auto-apprentissage) mais facile à apprendre comme à enseigner que j'utilise dans mes cours. Étonnant que Philippe n'utilise pas cet outil. Philippe n'a pas encore répondu à mes questions mais en voici une autre: à quel moment enseignez-vous le mat du cavalier et fou contre roi, et avec quelle technique?


Yves4, le
Je pense que Philippe est plus fragile qu'il n'y paraît.
De toute façon, personne ne peut résister à un tel torrent de moqueries.
Il serait bon de fermer les files qui le concerne et d'arrêter les moqueries.


clarxel, le
On peut se moquer, c'est même bien légitime car Philippe l'a bien cherché mais certaines interventions sont agressives (Picard qui parle de sénilité et d'Ehpad, c'est nul).

Chemtov est aussi coupable, car il a plusieurs fois relancé la discussion.
Chemtov, vous me direz en pénitence 10 pater et 20 Ave Maria...;-)

Yves a raison, stop.
A commencer par toi, Philippe.


ArKhein...

Le Polgar commence par 300 mats en 1.

Le Chess School d'Ivaschenko par 150 mats en 1.

Le Slavin par 200 mats en 1.


ArKheiN, le
Apprendre les mats en 1 c'est cool quand on sait pas encore bouger les pièces... Ca ne peut juste pas être la première leçon, par définition. Donc on commence par 300 mat en 1 avant de faire quoi que ce soit?


Les premières séances, avec l'échiquier mural, on montre le mouvement des pièces puis quelques exemples de mats.

Ensuite on passe à la pédagogie active et c'est un moyen pour eux d'appliquer ces premières connaissances.

Il faut tout de suite apprendre le mat avec le mouvement des pièces. Et ils apprennent le mouvement des pièces grâce à ces exercices, parce que voir qu'il y a mat implique de voir les cases qui sont controlées par les pièces et les pions, et quand on leur montre la solution on indique, le cavalier controle cette case, le pion contrôle cette case... etc... et donc le roi ne peux plus bouger.

Mais je ne comprends pas pourquoi on devrait réinventer la roue. Polgar a commencé par des mats en 1, pourquoi aller chercher autre chose?

Il semble que certaines personnes soit à la fois bornées, qu'elles n'ont pas étudié le sujet, elles veulent tout voir dans la compréhension et l'intelligence et centrer l'enseignement là dessus, alors qu'elles mêmes ne sont pas très intelligentes, et que la première chose qu'elle devrait faire c'est de chercher et lire les articles sur le sujet.


j'avoue ne pas savoir que penser à la lecture de tous ces messages "pédagogiques". Philippe est-il sérieux ou bien s'amuse -t-il avec nous ?
Ceci dit Philippe 1934 a parfaitement le droit d'exprimer sur le forum sa conception de l'apprentissage des échecs aux enfants.
Je ne vois pas pourquoi certains le faire taire, ses propos sont certes amphigouriques, mais ils ne sont pas plus déplacés que certaines moqueries méchantes lues à son propos.
En lisant Philippe, Je pense inévitablement à l'auteur du Bambin, ou à Olivier Evan, deux trolls de génie, qui sont des légendes sur le Forum, et heureusement que personne ne les a fait taire à l'époque, car ils nous ont donné quelques unes des plus belles pages jamais vues sur le forum.! Laissez donc Philippe s'exprimer librement et suivre leurs chemins.
Cordialement à tous sur le forum
(y compris au fiché "S" comme Sputnik… rires) .


Et quand je dis bornées....

On ne peut pas enseigner ce qu'on appelle en anglais les "generic skill" pour une raison simple, c'est que la nature nous les a déjà donné.

Ce qu'il faut faire c'est créer un environnement d'apprentissage qui va permettre aux enfants de développer ces "generic skill".


Sdb64, le
Des mats en un pour apprendre à bouger les pièces, je vous trouve un peu trop sympa Philippe1934 sur la charge cognitive !
Moi je commence par la prophylaxie comme première leçon, mais seulement à partir de 6 ans. A 4-5 ans je fais plus simple : je leur fais apprendre par cœur une dizaine de parties Immortelles, en commençant par la plus facile à retenir (celle de Ding Liren https://www.chessgames.com/perl/chessgame?gid=1891363). Puis lorsque tous les enfants connaissent tout par cœur je commence tranquillement ma pédagogie active. Chaque enfant reçoit un dépliant qui explique les mouvements des pièces (ça leur apprend à lire au passage). Je prends garde à placer les 4 ans à côté des enfants de 5 ans, ainsi le plus grand pourra expliquer - mieux que moi - les points qui coincent (généralement la prise en passant et les différents cas de figure pour faire nulle).

Oh punaise, non, pas les generic skills !!!!!
https://youtu.be/pSMjoIxh274?t=17


Et je vais donner un bon exemple pour expliquer que la compréhension repose sur des connaissances.

Sans doute beaucoup de lecteurs connaissent le livre de Rios "Chess Structure", qui a étudié ce livre comprendra que "comprendre le plan qu'il faut faire avec telle structure de pions" implique d'avoir étudier de nombreux exemples de parties avec cette structure de pions.

La seule chose que l'on puisse faire c'est étudier des exemples, c'est à dire acquérir des connaissances spécifiques, ce qui va nous permettre de comprendre, bien c'est les "generic skill".


ArKheiN, le
philippe1934, je répète ma question: à quel moment faut-il placer le mat fou+cavalier dans le processus d'apprentissage? Et avec quelle méthode?


Sdb64, le
Perso le mat en cavalier+fou je le place en deuxième séance, sur les analyses rétrogrades et la définition d'un mauvais coup aux échecs.




La vérité est qu'en éducation certains soutenaient ce qu'on appelle l'approche par compétences... on va enseigner des compétences, former l'intelligence, et qu'ils se sont plantés, c'est même sur le site de l'Education Nationale qui commente les résultats PISA, ce sont les pédagogies explicite basées sur la théorie de la charge cognitive qui ont les meilleurs résultats.

Je comprends que c'est dur de reconnaitre ses erreurs quand on met en place une politique d'éducation qui engage des millions d'élèves et que l'on se soit fourvoyé... je parle de l'approche par compétence... les résultats de PISA plaident en faveur de la théorie de la charge cognitive et des pédagogies explicites.

Compétences / Connaissances spécifiques le débat est là...

Et on ne va pas réinventer la roue, les connaissances spécifiques aux échecs il y a eu les études de De Groot, Chase et Simon.


Sdb64, le
Votre méthode est certainement la meilleure qui existe. Il manque juste un livre sur le sujet : "le livre de l'animateur périscolaire : la pédagogie active aux échecs".

Allez au boulot Philippe1934.
N'hésitez pas à ouvrir un nouveau fil pour trouver une âme charitable qui voudra bien vous épauler.


ArKheiN, le
Philippe Joussim a déjà écrit 4 ouvrages en 2016 sur les objectifs 1300 1500 1700 1900 (il est peut-être occupé avec la suite de la série).

Se sont-ils bien vendus si ce n'est pas indiscret? Je songe à écrire un livre mais sur une ouverture.


Sdb64, le
Pas trop, il a bradé les quelques cartons qui lui restaient sur les bras avant de disparaître.
Mais c'était pour mieux réapparaître ! Avec la pédagogie active en périscolaire, il a repris du poil de la bête. Il semblerait que Philippe1934 se tâte pour rédiger une biographie sur Stanislas Dehaene dont il est le plus fervent supporter.

Allez courage les 200 posts ne sont pas loin.


Arkhein je n'aurais jamais réalisé ces bouquins si on n'était pas venus m'embêter.

J'ai vendu tout ce que j'avais imprimé.


ArKheiN, le
En fait le mieux pour prouver sa méthode, cest de l'appliquer sur ses propres enfants comme Monsieur Polgar en son temps. Espérons qu'il ait trois enfants en bas âge pour l'objectif 2700 voire 2900.


Pourquoi ne pas publier ton mémoire? Ca pourrait être utile aux générations futures. Avec une préface de Stanislas Machin!


Cette note a rendu dingues plein de gens, pas moi.

Toujours est-il qu'il semble qu'il y a un barrage sur les connaissances scientifiques en éducation, et les tous les articles scientifiques que l'on peut lire sur l'approche par compétences, mettent en doute sa validité et ne lui trouve aucun fondement.


Sdb64, le
Combien d'animateurs avez-vous formé ? La FFE a dû vous approcher après une telle note.


Mais le mémoire n'est pas un travail abouti. L'objectif était de modèliser une pratique pédagogique sur la base des sciences de l'éducation et de la psychologie cognitive, et je n'ai pas réussi à faire un lien clair dans le mémoire qui est en fait assez brouillon.

En 2013 John Sweller a publié ce papier "An evolutionnaru Upgrade of Cognitive Load Theory : Using the Human Motor System and Collaboration to Support the Learning of complex Cognitive Task" dont j'ai pris connaissance après la rédaction du mémoire et en fait j'aurais pu construire la majorité du mémoire à partir de cet article. Et surtout il y avait un concept que je n'avais pas lors de sa rédacftion, c'est celui des connaissances primaires.

Aujourd'hui je pourrais proposer un modèle pour l'enseignement de la tactique sur plusieurs bases mais principalement cet article.

- La première base c'est l'article de John Sweller et tout ce qu'il faut en déduire.

- La deuxième base c'est le format d'étayage de Bruner en rapport avec l'intervention de l'enseignant.

- La troisième base c'est qu'est ce qu'on enseigne verbalement, qu'elles sont les connaissances qui doivent être transmises verbalement, c'est la définition de la tactique, il en existe plusieurs que l'on trouve dans le livre de Yasser Seirawan "Tactiques gagnantes aux échecs" et entre autre il parle de la théorie de Yuri Averbakh.

- La quatrième base c'est l'objectif pédagogique, le 5ème niveau du Chess School et le livre de Polager "Chess Tactics for Champions" servent de repère, en bref ce sont des combinaisons en 3 coups.


Chemtov, le
Ah oui... mais vous n'avez pas lu cela :

https://books.google.fr/books?id=JBAn09e-NPYC&pg=PA124&lpg=PA124&dq=louis+roos+schach+these&source=bl&ots=1JIasgxQ0e&sig=ACfU3U2VJyJdfla5GpQXBBeo_5ZidysOdg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiIxpzYj4nnAhWIyoUKHTs_DoIQ6AEwEHoECAkQAQ#v=onepage&q=louis%20roos%20schach%20these&f=false


Renan, le
ben non c’est en allemand!


Chemtov, le
Les travaux mentionnés ( thèse de médecine ) sont en français


Et bien justement l'étude de Binet révèle les fausses conceptions que l'on peut avoir sur le jeu d'échecs.

Les études de De Groot et Chase et Simon montrent que les experts calculent moins de coups que les novices.


Yves4, le
L'enseignement ne se discute pas mais se vit. Il peut se relater. Mais opposer une vérité contre une autre n'a aucun sens.


Yves4, le
On va finir cette file


Yves4, le
qui n'a que trop durée


Yves4, le
si ce n'est


Reyes, le
Chess class at a school in Pskov, USSR, 1975
https://www.facebook.com/sovietvisuals/photos/a.1161108403955402/2968652373200987/?type=1&theater




© 2000-2020 - France Echecs - Politique de confidentialité