France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 23 janvier 2022
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Séville 1987/2021... En léger différé du Teatro lope de Vega… par Krusti le  [Aller à la fin] | Tournois |
Comme le catholique se rendrait à Lourdes, Częstochowa ou bien encore Rome, le Sunnite à Médine, le Chiite à Kerbala, le protestant en Suisse et le pastafariste chez Lustucru je me suis rendu le 30 décembre 2021 à Séville et, plus précisément, au Teatro Lope de Vega.
S'il vous plait.
C’est dire la dimension sacrée du périple, c’est dire la nécessité intérieure qui gouvernait ma raison.
L’endroit vit encore, un peu, et des spectacles y sont donnés mais les extérieurs que je n’ai pas photographiés sont souvent laissés à l’abandon.
L'intérieur, par contre, semble encore magnifique même si je n'ai pu y accéder pour le constater de plus près.
Quelques clichés par ici…
J’en ai profité pour entamer un peu plus sérieusement la lecture du livre consacré au tournoi édité chez Grasset... il est truffé d’anecdotes.
Je n’avais pas souvenir de celle concernant la modification des tours qui seront utilisées.
Colossal…


Krusti, le
Voici les tenants de cette affaire des tours...


Krusti, le
Mon site étant en maintenance je propose les tenants plutôt ici...


Chemtov, le
Effectivement, il y avait de jolies tours avec une petite tourelle, très discrète encore au sommet. Mais je n'ai aucun souvenir d'incident à ce sujet. Ces tours étaient comme... des tours. Rien du tout d'extravagant ou d' ''especial''.


ArKheiN, le
Je suis allé à Séville au mois de mai et j'ai pu voir la d'Or et d'Argent. J'avoue avoir beaucoup pensé au fait qu'un wch entre 2 légendes ait eu lieu ici, je cherchais une possible référence à ce sujet, comme une vieille affiche ou autre, mais je n'ai trouvé que peu d'info sur ce Wch y compris sur le net, mais j'avoue que je n'étais pas dans ce Théâtre. On y retrouve des "restes" de ce wch? Merci pour le partage en tout cas.


Krusti, le
Hélas le Théâtre étant fermé j'ai du me contenter de prendre seulement des photos de l'extérieur et à travers différents vitres... J'aurais également apprécié de trouver quelques traces et éventuellement je me serais permis d'interroger qui sait un ancien concierge croisé là par chance ?
mais bon...presque 35 ans plus tard....
Lors de mon prochain passage je tenterai de me rendre au club d'échecs local.
Peut-être qu'eux...
Post-scritpum #tours l'introduction (jointe en lien) précise "cette histoire allait d’ailleurs causer maintes altercation à la fin du championnat" nos en saurons donc un peu plus bientôt (vers la fin de la lecture du livre en gros).


Franxis, le
Quel que soit le sujet , c'est toujours un plaisir de lire la plume de Krusti.


Franxis +1 !


Krusti, le
My pleasure...
En bon élève, pour une fois, je vais profiter de ce fil pour regarder une par une les parties et (re)lire les commentaires bien entendu y compris les commentaires extra-échiquéens c'est l'esprit du livre...).
Dans la partie 1 (nulle) je retiens la formulation du GMI Tamas Gueorgadzé qui donne un point d'exclamation au coup de Karpov Tc5! avec ce commentaire "ce point d'exclamation est comme une médaille au courage pour la décision de continuer la lutte"




Krusti, le
Deuxième partie à Séville le 14 Octobre 1987.
Coup de tonnerre ! Victoire de Karpov avec les noirs et la manière ! #zeugma.
Aussi étrange que cela puisse paraitre la partie dans Chessbase n'est pas celle dans l'ouvrage.
Qui croire ?
Certes il n'y a pas mort d'homme toutefois il reste une étrange interversion de coups.
Dans le livre on parle de 1 c4 Cf6 2. Cc3 e5 alors que dans la base nous avons 1 c4 e5 2. Cc3 Cf6.
Il faut dire aussi que Kasparov est inscrit en caractère gras (alors qu'il va perdre) et qu'à la fin on trouve 1-0 plutôt que 0-1.
Je me suis frotté les yeux.
Ci-dessous le moment de l'abandon de Kasparov, mat imparable après 32... Ce3
Comme vous le savez peut-être l'éthique du comportement du joueur d'échecs en compétition est pour moi la grande affaire ! (n'ayons pas peur des grandes formules...).
Il est parfois délicat de définir avec une grande précision la frontière entre élégance, classe, comportement moral, loyauté et j'en passe... mais au regard de l'anecdote qui suit, page 37, gageons que les 2 K sont restés dignes dans le meilleur sens du terme, la dignité étant aussi une évidence qu'il faut avoir à l'esprit lorsque l'on traite de l'éthique en milieu sportif.
"Comme si cette deuxième partie n'avait pas été suffisamment mouvementée, plusieurs personnes mentionnèrent qu'un chat avait miaulé durant la partie. Incroyable ! Jusqu'à ce que l'arbitre en donne la confirmation le lendemain matin. Lorsque Kasparov s'endormit sur son dixième coup, Gijssen entendit le miaulement de l'animal, situé dans la fosse d'orchestre sous la scène du théâtre Lope de Vega. Il demanda immédiatement aux hôtesses de capturer l'animal, mais sans succès. Le miaulement continua à deux ou trois reprises et le félin ne fut neutralisé que tard dans la soirée. Selon les différente versions, il y aurait eu deux chats, ou un seul mais noir !
...
Toujours est-il que l'incident en resta là, aucun des deux joueurs ne présenta une réclamation, pas plus que leurs délégations respectives. C'est ça la concentration !"





Krusti, le
Annonce Le lien vers les clichés est de nouveau opérationnel.
...
Troisième partie à Séville le 16 Octobre 1987.
1/2
Dans la position ci-dessous Kasparov avec les noirs joue l'élégant 21... Dd7 pour laisser la place à son cavalier qui l'occupera deux coups plus tard.
...
Plutôt que d'évoquer les caprices des joueurs (apparemment rien par rapport aux exigences des "Principaux" de la FIDE) je préfère remonter une anecdote plus cruelle en un sens.
"Le comité organisateur a le moral au plus bas en cette fin de semaine. En effet on a découvert que l'artiste chargé de la réalisation de l'affiche du championnat du monde, avait incrusté, sur un dessin de chevalier médiéval, l'écusson du régime franquiste. On ne sait si l'artiste malicieux dévoilait ainsi ses opinions politiques pour la postérité, toujours est-il que les organisateurs, tous membres du PSOE, avaient l'impression de « s'être fait marquer un but », pour traduire littéralement l'expression espagnole."




Chemtov, le
En fait, c'est la deuxième fois qu'il passera un cavalier en d6. Avant il y avait eu déjà Cg8-f6-d7-b6-c8-d6 (et échange, avec reprise de la dame, d'où la nécessité de replacer la dame). Là on a Cb8-Cc6-e7-f5-d6.

Pour l'écusson, n'était-ce pas plutôt un écusson médiéval connu, mais récupéré par les franquistes ?
C'est un problème fréquent cette appropriation de symboles qui deviennent ensuite difficiles à réutiliser.


@ Krusti . Concernant la 2è partie, EE de Décembre 1987 nous donne l'ordre de coup suivant : 1/ c4 Cf6 (6 mn de réflexion de Karpov) 2/Cç3 e5


Krusti, le
@Chemtov oui en effet dans cette partie les noirs produisent un jeu de cavaliers extraordinaire (àmha)...
@Supergogol cela semble la partie, mais comme il y a plusieurs coquilles dans l'ouvrage (heureusement sans grande conséquence) comme le 26 Fe2 (noté 26 Fe1) dans la 3° page 40 cela génère parfois du doute.
Concernant la magnifique 4° partie dans laquelle Kasparov gagne et revient au score 2-2 c'est l'audace des rédacteur qui retient mon attention.
Sinon ci-dessous le moment loupé (entre guillemets) par Kasparov (il joue 28 Txb7) or 28 c5 gagnait direct (une fois qu'on le sait...).
"Mercredi soir, toujours à la télévision, on apprendra, dans les informations générales, que Geidar Aliev a cessé ses fonctions de membre titulaire du politburo du parti communiste d'Union Soviétique. Kasparov parle à deux ou trois reprises de l'aide qu'il obtint de ce haut dirigeant soviétique, qui fit toute sa carrière politique à la tête de la République d'Azerbadjan. D'après la presse écrite, publiée le lendemain, Geidar Aliev était considéré comme un partisan de l'ancien dirigeant Leonid Brejnev. Ce détail permet de lever un voile sur le livre autobiographique de Kasparov. On peut penser que Kasparov, qui se déclare lui-même « pro Gorbatchev », reçut le soutien de Geidar Aliev par « chauvinisme » (tous deux sont azerbaidjanais) et non pas pour des raisons politiques.
L'ouvrage évoque, pour ce qui précède, une anecdote « politico-échiquéenne ».
35 ans après cela me laisse songeur et c'est... un peu (beaucoup) simplifié à mon sens (mais c'est comme les coquilles ce n'est pas forcément l'essentiel).
Bref Séville continue...




Krusti, le
Dans cette 5° partie (dont la position finale avec abandon de Kasparov est ci-dessous) je remonte ce qui transpirait en permanence à l'époque à savoir l'ignoble (oui vous avez bien lu) l'ignoble comportement de Campomanes.
"On sut que les frais quotidiens de Campomanes s'élevaient à 3 500 FF, ce qui au bout de deux mois et demi fait pas mal d'argent. Sans compter que son salaire, en tant que président de la FIDE s'élève à 25 000 FS, environ 100 000 francs français auquel il faudrait ajouter le salaire de président du comité d'appel"
Tout le monde l'a bien compris, les extraits en caractère gras viennent de l'excellent ouvrage Grasset/EE rédigé par Eric Birmingham et Laurent Vérat.




Chemtov, le
Bah... les articles à charge contre Campomanes... Un peu facile. Il a quand même bossé pendant toutes ces années. Peut-être les 3500 francs/jour sont recalculés par rapport à 35000 USD pour l'ensemble du championnat pour lequel il aura trouvé les sponsors (peut-être 1 million de dollars pour ce championnat là).


Krusti, le
Pour ma part je ne me permettrais pas de juger des articles de l'époque. En revanche je me souviens bien des années "Campomanes"... et personne n'a d'ailleurs jamais dit (sauf erreur) qu'il ne "bossait" pas (il ne manquerait plus que ça). Mais son rapport au fric son (manque ?) d'éthique du comportement de dirigeant... comment dire... a fait couler beaucoup d'encre.
Bref dans cette 6° partie (lundi 26 Octobre) Kasparov propose nulle au 28° coup Fb4 (ci-dessous).
Je lis sur cette partie "La presse villipendera le lendemain cette partie comme la plus «sèche» depuis le 12 octobre"




Krusti, le
En route vers la 7° partie.
Kasparov est toujours mené d'un point et joue une défense Grünfeld ( à noter que dans le livre le tréma est sur le r ?!)
Dans cette position l'ouvrage nous dit (les bancs viennent de jouer h4)
19. ... Dg4
20. Rg1 Cc4
alors que dans la base on trouve le coup Cc4 avant Dg4.
Je me demande ce qu'en dit EE N°348.
Bref nouvelle nulle.
Nous arrivons page 64, il est évoqué le vol du sac du GMI soviétique Alekseï Souétine par un "coquin à bicyclette".
La dizaine de pages qui suit est consacrée à une série magnifique de clichés N/B.




Chemtov, le
Oui, à cette époque-là, Karpov n'avait pas encore produit le ''Coup de Belfort'' 17.Da4!? ( et 1-0 au 38ème. En 1988).

Naturellement, je dirais que c'est Cc4 d'abord.




© 2000-2022 - France Echecs - Politique de confidentialité