France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 25 octobre 2021
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Une méthode hyper simple pour progresser par philippe1934 le  [Aller à la fin] | Actualités |
Cette idée est inspirée d'un texte en hébreu, où le sujet est de savoir si on peut apprendre en dormant, par exemple en faisant tourner l'enregistrement de cours pendant que l'on dort.

A priori cette idée est fausse, mais une autre idée du texte qui est proche est que l'on apprend mieux lorsque après avoir étudié, on se repose, l'explication serait qu'aucune autre information viendrait "déranger" l'assimilation de ce que l'on a appris.

Je trouve cela logique, le point est que nous vivons dans un environnement pollué par l'information, et aussi des informations pas du tout intéressante, par exemple tout ce qui a rapport avec la politique est absolument inintéressant, insipide, et pour ce qui est de la situation générale, on sait que cela va mal et que cela va aller de plus en plus mal, à quoi bon se déprimer à écouter les infos.

On supprime les informations, et aussi tout ce que l'on peut supprimer qui viens nous polluer la tête, et on fait plus que du jeu d'échecs, on se disperse pas, jeu d'échecs, jeu d'échecs, jeu d'échecs, peut-être même n'importe comment et sans méthode, mais jeu d'échecs, jeu d'échecs, et jeu d'échecs aigain...


ArKheiN, le
Être "monomaniaque" quelque soit le domaine n'a rien de révolutionnaire ou de nouveau, mais oui ça rend meilleur dans un domaine, encore heureux!


Yves4, le
Voilà un post qui pourrait ranimer le forum.


splash, le
1 heure de cours 1 heure de sieste :-)
va falloir equiper les clubs en lits


Yves4, le
La martingale a enfin été trouvée.


Sdb64, le
Bonjour Philippe1934,
quel serait le mieux pour m'améliorer au jeu d'échecs : dormir en jouant ou jouer en dormant ? Merci pour tes précieuses informations.


il a l'air de s'être endormi sur son clavier. Je gage que c'est pour rédiger des posts d'une qualité aussi excellente que celui ci


Yves4, le
Jusque là Philippe se retenait, il mettait même des prix corrects pour ses livres.
La naturel revient au galop et il nous a fait une perle.....


Domi77, le
@Yves4
Je viens de comprendre "Voilà un post qui pourrait ranimer le forum." ☺


Chemtov, le
C'est très mal exposé ( Philippe a le chic pour gâcher des sujets intéressants ). Mais les thèmes liés au repos, aux différentes sortes d'éveil ou veille du cerveau, les résolutions de problèmes dans le sommeil sont des thèmes intéressants.
Cela me rappelle mon papa qui avait trouvé la solution d'une partie ajournée en dormant. La nuit porte conseil...


Merci de vos réponses.

En fait c'est plutôt une approche pour des joueurs avec un niveau solide mais qui stagnent, faire une sorte d'immersion dans le jeu d'échecs.

1 heure de cours une heure de sieste, on peut comprendre l'idée ainsi, mais le fait est que notre cerveau est pollué par de nombreuses information de toutes nature, et souvent inutiles.

Aussi je pense que l'on peut penser une progression en terme de connaissances, dans les ouvertures, les finales, le milieu de jeu, mais une autre façon de penser une progression est de se dire que l'on va modifier son cerveau.

Carlsen avait fait à Dubov cette confidence qu'il avait travaillé fanatiquement, jusqu'à ce que les choses lui deviennent faciles. Le problème posé dans ces termes il devient évident que si le cerveau travaille pour se modifier, il a aussi besoin de repos, et donc une stratégie pour progresser peut consister à tout simplement ne pas faire travailler son cerveau inutilement, et filtrer au maximum les informations qui proviennent de tout notre environnement.


Reyes, le
"You work for a long period of time and the results don't really show, but at some point everything just comes together and you start to play better, or get more confidence." Fabiano Caruana

« Vous travaillez pendant une longue période et les résultats ne se voient pas vraiment. Et puis, à un moment, tout se rejoint et vous commencez à  mieux jouer et à ressentir plus de confiance. »


jojo, le
je dors, dors et dors........et régresse! Elle est nulle cette théorie!!!!


Le problème des bonnes conditions d'apprentissage dépasse largement le cas du jeu d'échecs. Ce qui est certain c'est qu'une nuit complète de sommeil de 8 heures me permet au matin de mobiliser toutes mes ressources intellectuelles...alors que vers 23 h , les paupières lourdes je ne mémorise pas grand chose d'un sujet complexe.....


Franxis, le
On sourit , mais , cela ne semble pas idiot ,après un apprentissage de connaissances nouvelles pendant une heure de mettre le cerveau au repos pour qu'il puisse métaboliser.


Yves4, le
Tout n'est question que d'envie et de capacité à se représenter dans des objectifs. Tout le reste peut aider mais n'est pas central.


J aime bien le sujet mais il est vrai qu'il est abordé très maladroitement.

Le temps de repos fait partie intégrante de tout apprentissage. Travailler au maximum de ses capacités 3h de suite le milieu de jeu par exemple ou bien le travailler 1h seulement, marquer une pause de 10 minutes, boire un peu grignoter même éventuellement puis entamer une deuxième heure de travail sera beaucoup plus efficace que trois heures consécutives. Le tout en limitant les sources de distraction extérieures.

C est d ailleurs pour ça que jouer des opens en parties lentes représente une immersion surtout si on loge avec des joueurs et qu'on analyse ensemble. Pas sûr que le blitz bière bullet soit utile à la progression par contre !


Renan, le
est ce qu'il y en a qui ont progressé en jouant la coupe de France aujourdhui après presque 18 mois d’arrêt?


SLM, le
S'ils ont fini à l'heure où tu poses la question probablement pas...


Chemtov, le
Bah... moi... après deux heures de jeu, j'avais déjà perdu (En Allemagne, 1er éch. en Oberliga). Et pourtant j'avais super bien dormi avant et... pendant la partie!


Pendant la partie ? Narcolepsie ?

Je ne l ai pas vu évoqué mais j en profite pour rappeler que d enseigner les échecs à autrui fait progresser aussi d une autre façon grâce au travail en amont. On consolide des éléments tout en transmettant.


Yves4, le
Oui, c'est vrai à chaque fois, j'apprends beaucoup en regardant d'un nouvel oeil les règles du roque.
Et puis parfois j'ai droit à des jeu de mots et même des danses.
Si c'est pas de l'enrichissement.....


Chemtov, le
@VincentNogent: Pas de narcolepsie, mais une douce immersion dans une merveilleuse période de calme et de relaxation quasi infinie ( cadence de jeu à 1h40 (!) + 50 minutes (!) + 30 secondes /coup... Retour à la civilisation ! ). Dans un local de rêve, en jouant sans masque, loin des hurlements des organisateurs des tournois pour enfants ( mes cinq derniers samedis ou dimanches de septembre et octobre ), en rencontrant mes vieux potes de quarante ans venus de plusieurs clubs. Une ambiance adorable mais pas vraiment propice au bon jeu ( ce n'est pas grave, on a gagné quand même ).

@Yves4 : Oui. Aujourd'hui j'ai appliqué des leçons de mes petits. J'ai joué cinq fois la dame dans les vingt premiers coups ( qui étaient aussi les vingt derniers ), doublé et isolé mes pions, autorisé mon adversaire à jouer lui aussi cinq fois ses pièces de suite pour aller les échanger ( il doit aussi avoir des élèves petits poussins ) etc...


Chemtov, le
@Renan : Mais que se passe-t-il ? Le résultat de votre club manque ! ( Site FFE : Compétitions par équipe / Coupe de France / 01er tour 10 octobre 2021 / Groupe C / La Rochelle-Echiquier Poitevin ).
Etes vous encore entrain de jouer à 22h00 ?


Tiens, je suis complêtement d'accord avec Reyes.

Well, il est évident que le repos est nécessaire à l'apprentissage, c'est pendant le repos que le cerveau peut se transformer. Mais mon propos est autre, même si similaire et lié à cette idée.

Puisque l'on parle de repos, évidement que le cerveau pendant le sommeil est dans sa période ou il "se repose" le plus.

Mon idée est la suivante, en fait pour progresser, il faudrait s'organiser dans la vie pour avoir une activité cérébrale réduite au minimum, ainsi on maximiserait la quantité d'énergie attribué au modifications cérébrales suite à des périodes d'apprentissage du jeu d'échecs.

Au collège de France Jean-Jacques Hublin fait des cours en rapport avec la consommation énérgétique du cerveau humain.
https://www.college-de-france.fr/site/jean-jacques-hublin/p732225426789873_content.htm

Donc l'idée, c'est que se reposer c'est évidement indispensable, mais aussi essayer d'avoir une activité cérébrale réduite au minimum, en filtrant toute les informations inutiles qui proviennent de notre environnement, peut-être une stratégie d'apprentissage intéressante, du moins à expérimenter.


Yves4, le
La théorie pure ne sert à rien.
La réalité est toute différente.


@chemtov : une meditation un peu trop intense on dira. Mais le plaisir de vivre.

@yves : on dirait le schtroupf grognon qui gromelle ! Vous prenez l exemple extrême d un apprentissage destiné à des débutants.
Personnellement depuis que je donne des cours à des jeunes du club (1200-1600) ça me fait de bonnes révisions sur les finales et ça entretient l esprit tactique notamment lorsque je leur fais résoudre des problèmes sous forme de simultanée où je joue le camp qui défend.


Renan, le
Bonjour chemtov,
Non je n’ai pas joué cause travail ( et niveau aussi!)...
Le résultat était affiché vers 23h en tout cas...


Yves4, le
Tout est là :
Vous prenez l exemple extrême d un apprentissage destiné à des débutants.
Personnellement depuis que je donne des cours à des jeunes du club (1200-1600)


Et donc leur petit Elo fait qu'on leur apprend le roque ? Drôle d approche. Surtout que je parle d un domaine très concret soit les finales. Je remarque dans ce secteur du jeu que je prends moins de temps qu avant pour trouver les bons coups. Navré de vous décevoir mais les 1500.1600 par exemple j estime que leur faire revoir philidor lucena et d autres thèmes clé c est tout de même un peu plus complexe que le roque.


Yves4, le
Si vous ne m'aviez pas insulté en commençant l'échange ( on dirait le schtroupf grognon qui gromelle !), ce qui est curieux comme entrée en matière, je vous aurais expliqué comment je perçois les choses.


L ironie. Grognon. Ainsi que gromeler ne sont pas des insultes. Le dernier est même un mot très soutenu qu'on n utilise que dans la littérature. Vous êtes dans la critique acerbe et directe. Plutôt que de me braquer j ai ironisé. Finalement C est vous qui êtes braqué. Expliquez donc votre point de vue je vous en prie


sigloxx, le
Je schtroumpfe que vous aimez tous vraiment schtroumpfer, en tout cas :).

Pour me part je pense que la meilleure façon de schtroumpfer aux échecs est effectivement de beaucoup schtroumpfer, mais aussi de faire du schtroumpf, de bien schtroumpfer et de bien schtroumpfer aussi (avoir un bon schtroumpf c'est vital).


Yves4, le
j'ai beau le tourner dans tous les sens, je ne vois pas l'intérêt de ce message.


Chemtov, le
@grand stroumpf (xx) : En plus, je suis sur que ces deux stroumpfs sont parfaitement d'accord sur le stroumpf. Mais ils stroumpfent plus vite que leurs stroumpfs, et leurs stroumpfs dépassent leurs stroumpfs. Comme souvent sur StroumpfEchecs ( ou sur FranceStroumpf ).


Yves4, le
Chemtov, j'ai des doutes que l'on soit d'accord et c'est peut être vous qui parlez trop vite.


Chemtov, le
Vous devez bien être d'accord sur quelque stroumpf.


J ai ri. Beaucoup. Merci peuple Schtroumpf


Chemtov, le
Désolé Philippe, pour votre post. Nos cerveaux fatigués avaient besoin d'une vidange de stroumpferies en tout genre. Le voyant vert est de nouveau là.


Yves4, le
En même temps baser un post sur : " l'on apprend mieux lorsque après avoir étudié, on se repose, l'explication serait qu'aucune autre information viendrait "déranger" l'assimilation de ce que l'on a appris. " ne peut pas provoquer une longue discussion.
Soit on enfonce une porte ouverte, soit on est une fois de plus à la recherche d'un absolu qui n'existe pas.
En même temps, tout est dans le titre : Une méthode hyper simple pour progresser . Comment peut-on faire un tel titre ? L'apprentissage est un enjeu tellement complexe, comment peut-on le résumer à quelque chose d'hyper simple ?
Voilà, j'ai fait la discussion, maintenant on peut passer au hors sujet.


Yves4, le
Une situation d'apprentissage est multifactorielle. Il y a tellement d'éléments qui entrent en jeu que toute situation est unique. Un enseignant passe par toutes les émotions et souvent lorsqu'on arrive à la fin de la situation d'apprentissage on en conclue : ça ne s'est pas passé comme j'avais prévu mais l'élève en a retiré quelque chose et pouvait-il en être autrement ? Parfois dans des situations presque identiques, le résultat sera très différent car un ou deux paramètres à changé.
Un enseignant est souvent frustré car il a de grandes ambitions pour ses élèves. On apprend à vivre avec et au fur et mesure que les années passent, on apprend à réduire ses objectifs tout en se disant que ce qu'un fait est meilleur car on a moins d'exigence et donc notre travail est plus fluide donc plus efficace.


Alors la methode hyper simple ou l'enseignement qui fait progresser aux échecs......Le travail de l'enseignant est beaucoup un travail sur lui-même pour laisser la plus grande place possible à l'élève qui pourra ainsi apprendre selon ce qu'il est.


@yves finalement on est d accord. Puisque je ne peux que valider tout ce que je viens de lire. Mais il ne faut pas s arrêter au titre un peu racoleur. Je suis moi même enseignant ( de la conduite) et je partage ce constat sur l apprentissage et la transmission. Aux échecs comme dans une voiture.

Pour le côté enfoncer une porte ouverte pas tant que ça car Philippe propose tout de même d aller plus loin voire à l extrême dans le fait de supprimer les "perturbateurs" au maximum pour avoir un apprentissage de qualité. C est ce que propose au fond un stage échecs pour ceux qui ont la chance d y participer.




© 2000-2021 - France Echecs - Politique de confidentialité