France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Sunday 25 February 2024
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  

Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs
Carlsen organise un tournoi par VincentNogent le  [Aller à la fin] | Actualités |
https://www.europe-echecs.com/art/freestyle-chess-g-o-a-t-challenge-9176.html


Domi77, le
Il y a du beau monde.
On commence à entrevoir le futur des échecs : Chess960 en blitz à 4 bullet ;o)


Le gros de l événement se joue en partie lente pour le coup.


Je comprends bien que les GMI amis de Carlsen s'amusent comme des fous en jouant aux échecs 960 ..

mais je ne suis pas certain que les amateurs suivant les parties en direct puissent anticiper les coups joués à cadence rapide ....
Personnellement j'ai beaucoup de mal à comprendre les stratégies et principes d'ouvertures aux 960... pas de contrôle du centre, pas de cases optimum pour les fous et cavaliers, le roque est infernal à comprendre, le roi est exposé dès les premiers coups, la coordination des pièces légères donne la migraine....
Eg il faut essayer de comprendre les coups mysterieux joués par les GMI en quelques secondes ...avant que le coup suivant ne soit joué..
il me faut plusieurs minutes de réflexion rien que pour voir les coups plausibles qui ne perdent pas dans l'ouverture !
Bref ...je ne regarderais pas ce tournoi rapide 960...


atha, le
pas de contrôle du centre, pas de cases optimum pour les fous et cavaliers, le roque est infernal à comprendre
=> dans l’idée tout les principes généraux tiennent toujours.
Mais les positions 960 sont souvent plus tactiques que la position normale.
Pour le roque, il ne faut pas de pièce (ou de case controlée par une pièce adverse) entre le roi et sa case d’arrivée, les 2 cases d’arrivées doivent être vide, la tour la plus à droite sert pour le petit roque, celle à gauche pour le grand roque.
Rien de si compliqué, en théorie 😂


Athos, le
960 positions c'est tout simplement ridicule et contraire à la dynamique des pièces, telle qu'elle a été patinée par les siècles en fonction de la dévolution des cases. Ou alors il faut 2 parties avec trait alterné, sachant que certaines positions peuvent créer des faiblesses initiales dans un camp.
Il serait plus intelligent, à mon avis, d'expérimenter des voies inexplorées, comme l'inversion cavalier-fou, ou fous à la bande par exemple.

Mais ce tournoi démontre à quel point les top gmi eux-mêmes en ont assez des préparations théoriques. Ce sont d'ailleurs elles qui ont fini par lasser Carlsen ...
La révision des fondamentaux du jeu va s'imposer (au moins pour le haut niveau car les amateurs ont peu à attendre de la théorie et de ses vraies subtilités), cela pourra faire l'objet d'un post détaillé.


Les fondamentaux du jeu sont inchangés, spécialement dans les débuts de parties.
Il résulte de toutes les expériences liées au Chess 960 que de toutes les positions de départ, celle que nous utilisons est probablement la meilleure !
La plupart des parties de Chess 960 comportent une phase pénible d’une vingtaine de coups où l’on essaie de part et d’autres de retrouver une position normale, et ensuite c’est une partie habituelle qui s’engage.
Toutes ces opérations sont faites uniquement dans le but de court-circuiter la théorie des ouvertures, qui démontre en gros que les parties commençant entre autres par e4 e5 ou d4 d5 font nulle en force, comme démontré depuis des années déjà.


Les échecs960 constituent une excellente évolution des échecs "classiques". J'y prends personnellement beaucoup de plaisir.

Les 960 positions de départ ont été analysées par des ordinateurs et l'évaluation initiale (léger avantage au camp qui a le trait) est assez constante pour toutes les configurations. La position de départ habituelle ne se distingue pas particulièrement des 959 autres à cet égard.

Les principes stratégiques fondamentaux demeurent rigoureusement identiques concernant aussi bien la phase initiale de la partie que le milieu de jeu ou encore la finale.


Davout, le
Le Fischer Random c'est commencer une partie d'échecs directement en milieu de jeu sans passer par la phase de l'ouverture.


Athos, le
Il faut nécessairement une ouverture, sauf que là elle est totalement empirique, c'est comme si les joueurs remettaient en ordre leurs pièces. Il est vrai que cela suscite bien l'imagination, voire la fantaisie, c'est à dire tout ce que le jeu classique a fini par perdre sous l'impulsion des ordinateurs.

Anand et Kramnik essaient péniblement de promouvoir le "no castling" (le Roque est apparu tardivement dans l'histoire), qui me paraît bien plus conforme à la tradition tout en modifiant radicalement les ouvertures, mais ils ont bien du mal on dirait.
Cette formule serait à tester sur un grand tournoi, mais il faut des sponsors et tout le monde n'est pas un "moneymaker" comme Carlsen.


Magnus Carlsen à gagné une fois encore un nouveau tournoi ...

Cela doit être un peu effrayant pour tous ses adversaires potentiels, de voir le norvégien dominer ainsi sur l'échiquier depuis tant d'années, sans montrer le moindre signe de fragilité ou de déclin...

Comment les autres GMI analysent-ils cette domination de Carlsen ? Quelles en sont les raisons ? Carlsen a-t-il des méthodes d'entraînement inconnues des autres GMI ?


splash, le
la il était pas devant un échiquier mais devant son PC

et il me semble qu'il a eu un peu de réussite en finale (qui a été somptueuse)


atha, le
@Athos, surtout que bon nombre d’amateurs jouent déjà sans le roque.


Athos, le
@Atha :le célèbre Mir Sultan Khan, ce "serviteur indien" qui émerveilla le tout Londres au début du XXe et battit beaucoup de forts joueurs, dont Capablanca (Hastings 1930) jouait sans roquer, comme c'était la tradition en Inde (créatrice du Jeu).
Le petit chef d'oeuvre, sans roque, contre José Raul : https://www.chessgames.com/perl/chessgame?gid=1135510

@thierrycatalan : "dis-moi qui est ton second je te dirai ta valeur". Cela vaut dans tous les sports (tennis, cyclisme). Botvinnik a eu comme challengers Smyslov et Tal, Kasparov a eu Karpov, Karpov a eu Korchnoï, etc. Peut-être (c'est une hypothèse) que les challengers de Carlsen n'ont pas la même pointure (exception faite pour Anand, mais il était déjà au bout de sa carrière) ...


Caruana aurait été un digne champion du monde sans Carlsen, et Aronian n’aurait pas été ridicule.
Donc à part ces deux là Carlsen a été en concurrence avec Kramnik, Topalov, Anand…et depuis peu il se heurte à Pragg, Gukesh, Abdu et bien sûr Alireza.
Presque rien évidemment…


Reyes, le
Les échecs indiens possédaient des règles différentes. Le Roque, tel que nous le connaissons, n'existait pas, mais le Roi pouvait, une fois par partie, se déplacer comme un Cavalier. Il est aussi possible d'effectuer d'abord un coup de Roi normal, pour n'utiliser qu'ensuite cette faculté. Le Roi perd toutefois ce privilège s'il a été mis en échec au cours de la partie.

Voici par exemple une façon de débuter une partie. Nous ne donnons que les coups noirs : 1...e7-e6, 2...♘g8-♘f6, 3...♗f8-♗c5, 4...g7-g6 et ici 5...♔e8-♔g7.

Est possible aussi, côté blanc, mais sans g2-g3 : 1.e2-e3, 2.♘g1-♘f3, 3.♗f1-♗c4, 4.♔e1-♔e2, 5.♖h1-♖e1 et maintenant 6.♔e2-♔g1, pour obtenir un roque habituel, mais avec la Tour en e1.

À noter que le nom des ouvertures, Est-Indienne (indienne du Roi) et Ouest-Indienne (indienne de la Dame), a été donné justement parce que les coups g2-g3, ou g7-g6, ou encore b7-b6, revenaient souvent dans les échecs indiens pour roquer.


Athos, le
@DocteurPipo : je comprends votre propos mais pour ma part je ne comparerai pas Caruana ou Topalov avec Smyslov, Tal ou même Korchnoï, autant de challengers persistants et redoutables. Anand était déjà d'une autre génération et Kramnik, avec ses graves problèmes de santé, a eu une carrière hachée.
Cela n'enlève en rien à l'immense du talent du Viking, mais toute domination doit être contextualisée. Quand Fischer devient champion, il devance une armada d'anciens champions du monde encore actifs et de très forts joueurs.

@Reyes : vraiment étonnant ce coup de Cavalier par le Roi.
En 2020, au camp d'entraînement de Chennai (qui explique les succès indiens actuels), Kramnik et Gelfand avaient supervisé un tournoi de "no castle" avec toutes les jeunes pousses. Et tous les ans, à Dortmund, il essaie de relancer le concept.


Carlsen, Kramnik, Aronian, Gelfand, Ivantchuk, Svidler, Gritschuk, Radjabov : voici la composition du tournoi des Candidats 2013, le vainqueur devant défier Anand.
À mon avis, la force d’un tel tournoi ne se discute pas, c’est sans doute le plus fort tournoi qualificatif de l’histoire et la qualité de jeu l’a démontré.
Après on peut aussi regarder les absents : le jeune Caruana, les pas si vieux Leko ou Topalov n’avaient pas réussi à se qualifier…
Si on s’intéresse à l’histoire, il est important de recontextualiser. Mettre des noms sans vérifier à quel moment les joueurs étaient à leur meilleur est sans intérêt.
Est-ce que Kortchnoy était si fort ? Que valait Taimanov ? Est-ce que le Petrosian de 1971 était si fort que celui de 1963 ? Est-ce que le Tal des années 60-70 était aussi fort que celui qui est devenu champion ?
Pour cela il faut étudier les parties, les carrières et pas seulement lire des reportages plus ou moins orientés. Récemment il y a eu des classements de joueurs à travers les âges en fonction de leur carrière etc. Il me semble que Kortchnoy par exemple était placé derrière Caruana et Aronian bien qu’il ait été trois fois vice champion. Est-ce qu’il l’a été par sa force, ou bien faute de concurrence ?


je partage l'avis de docteur Pipo :

lorsque l'on parle d'un champion d'échecs légendaire, il convient quelquefois de préciser à quelle période de sa longue carrière on fait référence pour évaluer sa force sur l'échiquier par rapport à ses contemporains.

Certains champions d'échecs inoubliables sont restés dans le top 100 mondial quelquefois pendant plus de 25 ans ... et Kortchnoij est complètement atypique du point de vue de la longévité échiqueenne au plus haut niveau.

un joueur qui reste dans le top 100 mondial plus de 25 ans connait inévitablement des hauts et des bas sur cette période , et les amateurs oublient souvent de contextualiser la période sur laquelle deux champions legendaires s'affrontent.

Le tournoi des candidats de 1985 à Montpellier , qui est resté inoubliable, j'ai eu la chance de voir jouer physiquement des champions légendaires : Spassky , Tal, Timman, Smyslov, Kortchnoij, Portisch ..... sans oublier des "jeunes" comme Seirawan, Short, Sokolov, Youssoupov , ( pardon à ceux que j'oublie !) .
Bien naturellemnt, tous ces champions légendaires n'en étaient pas au même point de leur carrière : pour certains leurs plus belles années étaient derrière eux, pour d'autres elles étaient à venir ...
et on ne peut pas comprendre le classement final de ce tournoi des candidats 1985 , si on ne contextualise pas l'âge de ces champions qui s'affrontaient.

Ceci étant dit, il est pour moi évident que le nombre de GMI dans le monde capable de battre Kortchnoij en 1978 devait se compter sur les doigts de la main d'un menuisier ébeniste très maladroit (et amputé de quelques doigts)...

et que que dans les années 2000 battre Kortchnoij agé de 70 ans était toujours une performance en soi (il faisait toujours partie des 100 meilleurs joueurs au monde !) et certainement pas à la portée de n'importe quel GMI.


Athos, le
@DocteurPipo : puisque vous voulez comparer regardez les cycles de championnat d'antan et ceux d'aujourd'hui. La différence entre hier et aujourd'hui c'est que les meilleurs joueurs persistaient dans la conquête du titre, ce qui donnait lieu à des joutes terribles qu'on ne voit plus.
De nos jours, le Champion doit jouer seulement 14 parties tous les 3 ans pour garder son titre.
Après il serait farfelu de dire que tel est supérieur à tel autre ayant joué 40 avant.

J'ai dit que "peut-être" l'adversité actuelle n'est pas du même niveau, rien d'autre.
Ce qui est certain c'est que Carlsen n'a pas été challengé comme ont pu l'être Botvinnik, Petrosian ou Kasparov.

Il y a des classements (forcément subjectifs) faits par des experts ou des joueurs qui ne mettent pas ceux que vous citez dans les 15 premiers, sauf 1 ou 2. D'où l'intérêt de contextualiser.
Carlsen ne jouera jamais Steinitz ou Fischer, et dans les mêmes conditions qu'eux, nous ne sommes pas dans la science exacte ...
Si Steinitz avait eu à sa disposition les bases de données actuelles et un ordinateur 24 cores sous la main, aurait-il craint d'affronter n'importe quel joueur actuel ? On ne le saura jamais.


Athos, le
PS : Carlsen risque d'être durement challengé dans les années à venir par les prodiges actuels, dont AF (s'il persiste), mais il aura près de 40 ans. C'est ce qui s'est passé entre Steinitz et Lasker, et ce différentiel de temps empêche souvent les vraies comparaisons (outre le différentiel d'époque).


Aujourd’hui il y a une génération exceptionnelle, mélange d’anciens et de nouveaux.
À mon avis, c’est l’une des - peut être la -plus forte de l’histoire en densité.
Le mélange des Carlsen, Caruana, Ding, So, Naka et des jeunes promet des empoignades énormes comme on l’a vu à la dernière coupe du monde oú Pragg élimine Naka et Caruana. Ces joueurs, Gukesh, Firouzja Abdu etc. sont déjà très forts ( à leur âge Carlsen était numéro un mondial d’ailleurs , devant une génération pas si mauvaise comme Anand, Kramnik ou Topalov).
Quand on voit des grands talents comme MVL ou à Aronian, sortis du top 10, comme de grands espoirs, tels Duda, ou Rapport, pourtant en pleine force de l’âge, on se dit que le niveau est réellement incroyable.


Athos, le
Je partage votre avis, il faut remonter loin pour retrouver une telle conjonction de jeunes talents arrivant ensemble et trouvant un pool de forts anciens. Peut-être aux années 90, avec Kamsky, Gelfand, Anand, Ivantchouk, Kramnik et d'autres, qui vont briser l'ère des 2 K, lesquels écrasaient tout depuis 10 ans.
Les indices commencent à apparaître, comme vous le notez (plus les qualifs au Candidats) et Abdu vient de gagner le Freestyle Chess 960 (rapide), en laissant Caruana à un point et Carlsen à deux.

Si Carlsen joue encore à 40 ans (ou dans 5 ans seulement), on peut penser qu'il sera en pleine possession de ses moyens (sauf usure psychique). 40 ans reste un âge jeune de nos jours (pas comme au XIXe), et c'est quelqu'un qui travaille et préserve beaucoup son physique (pas comme Alekhine et bien d'autres ...).
Dès lors nous autres, aficionados (olé) du jeu, nous aurons de beaux duels à voir.

Qui prendra la tête parmi les jeunes prodiges ? Impossible à dire, car trop de facteurs jouent. La lutte entre les indiens et entre les indiens et les autres (Keymer, Abdu, plus les invités surprise) va être féroce et le plus investi s'imposera.

Le champ du (très) haut niveau s'est déplacé vers l'Asie, après 50 ans d'ère soviétique ou russe (1950-2000), l'intermède indien (Anand) et 15 ans de succès pour l'Europe de l'Ouest (schématiquement).


Meteore, le
Anand était tout de même un prélude à la domination asiatique....
Pour être plus large on peut imaginer un cheminement pour les échecs modernes :
Europe (Steinitz, Laser.. ) début du 20eme siècle.
Russie (Alekhine, botvinik,kasparov..) fin 20eme siècle
Asie ( Anand, Ding, Abdu, Pragg, Gukesh..) 21ème siècle...
C'est curieux c'est le sens inverse de la rotation des centres économiques du monde. ..bien que les points de départ et d'arrivée soient les mêmes


Chemtov, le
L'essentiel de la carrière de Steinitz s'est déroulé au 19ème siècle. Et puis Alekhine (1892-1946) et Kasparov (né en 1964) dans le même groupe? Et quid de Capablanca ? Et surtout dans ce découpage géographique, il me semble indispensable de citer le bloc soviétique (Alekhine, russe blanc, et Kasparov, enfant de l'URSS, aux antipodes l'un de l'autre).


Athos, le
Il faut raisonner à l'échelon mondial. Capablanca n'a été qu'un (brillant) intermède et Anand un éclaireur (avant la poussée indienne actuelle), l'Europe de l'ouest ayant régné 10 ans (depuis 2013, série en cours) avec les 2 C (Carlsen et Caruana).
Pour ce qui est de la Chine, on peut penser que l'embellie est terminée (sauf pour les femmes). Il suffit de regarder le top 100 actuel, que ce soit chez les seniors et les juniors, la relève est dans les ténèbres. Visiblement les Echecs ne sont plus dans la ligne de mire du Parti.

Au "Freestyle", pour le tournoi rapide, on constate que les "Modernes" ont largement devancé les "Anciens" au vu du cumul de points. Les Sénateurs vont devoir serrer les vis, car cela brinquebale.
Ding n'en finit plus de sombrer, attention à la crise de confiance !

Si l'on cumule les parties jouées en 960 entre Carlsen et Firouzja (Chessable + Freestyle), les 2 joueurs sont à 4-4. Surveille tes arrières Magnus !


Athos, le
Ah Carlsen doit lire ce forum, il est repassé à 7-4 suite au quart de finale, AF a raté la marche et pris une deuxième veste en plus de sa jolie veste orangée (le manque de fond finit par se payer, surtout quand le tigre en face se réveille). En demi, 3 "Anciens" et un "Moderne", la vieille garde résiste !


Bibifoc, le
"Capablanca n'a été qu'un (brillant) intermède"
Brillant comme une étoile ?
Capablanca c'est le soleil !


Chemtov, le
@Bibifoc : Oui. ''L'intermède'' a stoppé net ma lecture. Je n'ai pas poursuivi.


Athos, le
Fallait continuer à lire mon Cher. J'évoquais la dévolution géographique du haut niveau mondial. Quels sont les champions de très haut niveau sortis avant lui et après lui d'Amérique centrale ?
Bien sûr qu'il était un soleil, personne ne dit le contraire ...
Et encore avant lui il y a eu un autre soleil en Amérique du nord : Morphy


Meteore, le
Il y a une similitude étonnante entre ces 3 joueurs venus de l'autre côté de la mer :

Morphy
Casablanca
Fischer


" l'Europe de l'ouest ayant régné 10 ans (depuis 2013, série en cours) avec les 2 C (Carlsen et Caruana)"

Si on pouvait en finir avec cette légende urbaine d'un Caruana européen. Il est né à Miami, y a vécu avant que sa famille ne s'installe à Brooklyn. Lui-même est venu en Europe à l'adolescence pour se frotter à l'élite européenne dans ses opens et ses fermés : c'était il y a très longtemps...

Il ne parle pas italien et n'a ce passeport que par sa mère. Caruana est aussi italien que Nakamura japonais.


Je vois bien la proximité entre Morphy et Capablanca.
Ce sont deux joueurs naturels, avec un style proche de celui des joueurs amateurs, la fluidité et l’élégance plutôt que la sophistication et les ouvertures vicieuses travaillées à l’avance.
Deux idoles !
A noter que Morphy parlait couramment français, la langue de sa mère, qu’il appréciait les séjours à Paris et plutôt que le café de la Régence assez bohème préférait les chics salons parisiens.
C’est en français qu’il répétait sur la fin de sa vie la phrase mystérieuse :
« Il plantera la bannière de Castille
sur les murs de Madrid au cri de: Ville gagnée, et le petit roi s'en ira tout penaud »


Je ne suis toujours pas convaincu par le 960. Mais si ça peut trouver son public pourquoi pas. Il serait intéressant de retrouver le même plateau sur des échecs classiques !


Chemtov, le
Prochaine étape, des tournois de bullet aux échecs cylindriques (Sans blague, c'est super intéressant, les échecs cylindriques)
(Echecs classiques, mais l'échiquier est un cylindre. Par exemple : 1.b3 e5 2.Fc1xDd8. Par la diagonale c1-b2-a3-h4-g5-f6-e7-d8. Oups !)

Mais le 960, c'est très intéressant aussi. Seulement, il faudrait jouer en cadence classique. Et écrire et publier des théories de stratégies. On doit quand même pouvoir retrouver des groupes de schémas très proches qui pourraient suivre des principes communs.


kieran, le
@Chemtov

Ils jouent en cadence longue deux parties à présent. Ce sont les départages éventuels en rapide.

Je crois qu'ils ont commencé par un tournoi de rapide puis maintenant un tournoi format "coupe du monde".


Reyes, le
https://www.europe-echecs.com/art/freestyle-chess-g-o-a-t-challenge-9176.html

Après 19...d6, Levon Aronian a forcé l'abandon de Vincent Keymer avec le fort 20.♖xd6+ 1-0.
Si 20...♖xd6 21.♖xe8+ ♔xe8 22.♕xg8+ ♔d7 23.♕xb8 Ou si 20...cxd6 21.♗b6+ ♔c8 22.♖c4+ ♕c7 23.♕xc7#




Athos, le
Il y a un petit bilan statistique à faire après ce tournoi intéressant au final, au sujet de la confrontation Anciens-Modernes. En retenant les parties rapides ou longues les ayant opposés, on s'aperçoit que :

- Rapides : 7 victoires à une pour les Modernes. C'est assez impressionnant, au vu de l'opposition chez les Anciens (les 2 meilleurs mondiaux + le champion du monde + un ancien n° 2), et même si la débâcle de Ding fausse quelque peu les résultats.
En ajoutant les départages de la Coupe en parties longues, 3-1 pour les Anciens, le résultat final est : 8-4.

- Longues (Coupe finale) : 6-6, même si les défaites de Ding ne sont vraiment pas ... raisonnables.

Bilan cumulé : 14-10 pour les Modernes, cela doit être la première fois que ce type de bilan peut être fait dans l'Histoire du jeu, avec des joueurs de moins de 20 ans contre l'élite.
C'est vrai que les 10 défaites de Ding plombent un peu l'analyse, mais il reste une donnée qui confirme l'affirmation de nouvelles générations poulinées tôt et très à l'aise dans le JAO (jeu assisté par ordinateur).
Ceci dit, certains n'iront pas plus haut que leur classement actuel, ce qui est déjà remarquable, et on peut douter de la longévité de leur carrière.


Les Modernes ont trusté largement le tournoi de rapides, et les Anciens se sont rattrapés sur la coupe en longues, avec 3 premières places. Et à la fin le Viking inscrit une nouvelle ligne dans sa légende ...
Il aime tellement les challenges que je pense qu'il ne se retirera pas avant d'avoir affronté vraiment l'armada de prodiges, qui fait encore ses dents !


Athos, le
PS : Mais il n'est pas Champion du monde de FRC pour autant, certainement un autre challenge pour lui, en 2025


Ce tournoi des échecs 960 ne m'intéressait pas plus que ça sur l'échiquier, mais j'étais tout de même intéressé
De connaître le résultat de la confrontation entre certains joueurs , et pour cela les articles quotidiens du site internet Europe Echecs étaient parfaits.

Tout d'abord j'ai appris que il y a 2 positions que l'on ne joue pas aux échecs 960....celle qui est "normale " et celle inversant le couple royal.

Je reste une fois de plus admiratif de la force de Carlsen capable de gagner ces minimatchs en tête à tête face aux meilleurs des GMI mondiaux...
même si certains joueurs lui prennent une partie ,ils sont incapables de garder leur point d'avance sur la partie suivante .

Autre grande surprise , la déroute inexplicable du champion du monde Ding Liren . Cela traduit certainement une grande lassitude devant un échiquier ...ce qui est inquiétant pour lui à quelques mois de la défense de son titre mondial.

Par contre cette déroute est une bonne nouvelle pour tous les amateurs qui vont suivre le tournoi des candidats : le tournoi sera certainement disputé avec acharnement par les 8 joueurs qui se disent que gagner le tournoi des candidats leur donnera une grande opportunité d'affronter un Ding Liren affaibli.

Pour résumer ma pensée, pour le vainqueur des candidats 2024 , affronter Magnus Carlsen est certainement plus décourageant et effrayant que d'affronter Ding Liren .


Athos, le
Certains joueurs peuvent faire jeu égal avec Carlsen sur un vrai match, Karjakin (qu'il craignait beaucoup, on l'a su après) et Caruana l'ont démontré. Mais l'erreur à ne pas commettre c'est de le laisser envisager un 7-7 pour que tout se joue sur les rapides, c'est une stratégie pour lui et il compte sur ses nerfs d'acier.
Et sur 14 parties il est dur de faire un vrai écart, donc le risque d'un 7-7 est toujours flagrant.

A la grande époque il fallait arriver à 7 ou 5 victoires pour être champion. C'est d'ailleurs ce que voulait Fischer. Mais dans notre époque de zapping et de vitesse (voire de précipitation), on a trop peur d'ennuyer le "chaland" ...

Quand on voit les résultats que font Abdu ou Firouzja contre Carlen, on se dit qu' un match contre eux serait passionnant en tout cas, mais dans 2 ou 3 ans car ils sont encore bien jeunes. Le Feu contre l'Eau, il y a des précédents célèbres (notamment les 2K).

Concernant Ding, il est inédit de voir un champion honorer si mal son titre. Cela sent la grosse usure psychique, le haut niveau implique de se faire mal et on se demande s'il le peut encore. Cette spirale de défaite n'arrange rien pour sa confiance ...
Il reste un joueur talentueux, c'est la seule bonne nouvelle.
Dans d'autres sports, je pense au judo et à Teddy Rinner, on voit à quel point les sacrifices sont énormes pour rester au top quand les années passent, que le palmarès est déjà là et que les efforts coûtent plus. Il faut vraiment une volonté de fer.


Chemtov, le
Usure psychique ou peut-être complète absence d'intérêt pour ces jeux de gamins (il n'est peut-être pas ''fun'' ou dans ''l'air du temps''). Quant à sa confiance, ce qu'il pense, ce qu'il peut ou ce qu'il veut, personne n'en sait rien.


Athos, le
Quand un joueur de ce niveau perd près de 20 parties contre quelques gains au cours des 2-3 tournois qu'il vient de jouer récemment, même si y figure un lot de parties FRC, il y a nécessairement usure ou même cassure psychique, sauf à considérer qu'il ne s'intéresse plus au jeu. S'il était malade, on peut penser qu'il aurait été forfait, il a bien su se retirer du premier tournoi joué après le titre.

C'est du jamais vu au plus haut niveau mondial en tout cas, sauf erreur.
On aura peut-être plus d'explications bientôt, à les considérer vraies. Sinon on peut l'envoyer en stage chez Teddy Riner ...

Après si vous pouvez arriver en confiance sur un tournoi après avoir vécu 20 défaites auparavant, la plupart contre des joueurs moins bien classés c'est merveilleux ou inquiétant, selon les avis.


Je suis partagé entre les avis de Chemtov et de Athos sur Ding Liren, il y une part de vérité dans les 2 approches.

D'une part, il est indéniable que ces derniers mois, les résultats en tournois de Ding Liren sont peu enthousiasmant.

D'autre part, il faut tout de même relativiser l'impact les défaites de Ding Liren en considérant ses adversaires ; perdre contre un GMI à plus de 2700 n'a rien d'anormal ou d'inquiétant, même pour un joueur classé à plus de 2750.


Chemtov, le
@thierrycatalan : Je n'ai pas d'avis sur la question (et encore moins de vérité). Sauf que tout est possible.


Athos, le
"Les faits sont têtus" (Mao)
Sauf cas de maladie, il y a déjà eu des cas de "dévissage" de joueurs, mais là c'est impressionnant et cela a commencé juste après le titre. Lui-même avait dit qu'il était exténué ou en saturation, ce qui pouvait alors se comprendre.
Après cela n'enlève en rien à ses exploits et son palmarès. Comme les défaites sévères de Steinitz contre Lasker n'ont rien enlevé à son passé glorieux.
Il a encore de longs mois pour trouver une solution, là au moins nous serons d'accord ! Et on ne peut que le souhaiter pour la beauté du sport.




© 2024 - France Echecs  | Utilisation des cookies  | Politique de confidentialité