France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Sunday 25 February 2024
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  

Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs
La partie par correspondance - un bon moyen de progresser ? par Rachmani le  [Aller à la fin] | Actualités |
Bonjour,

La partie par correspondance, un bon moyen de progresser ? de se préparer aux parties longues ?

Quel algorithme préconisez-vous ?


Bonjour. Pour ma part modeste 1600+ elo que je suis j y joue par périodes. Je choisis généralement du 3 jours par coup. Même si la plupart du temps plusieurs coups sont joués chaque jour.

Je ne te cache pas qu à mes yeux beaucoup de joueurs trichent surtout dans l'ouverture en regardant soit des livres soit des bases de données de parties de maîtres jouées. C'est flagrant après analyse et surtout j'ai pas mal de joueurs qui me récitent des lignes théoriques très poussées puis arrivés dans le milieu de jeu ou la finale je les massacre. Brusque changement de niveau.

Ça reste un bon outil d entraînement je trouve mais qui ne remplace pas les parties longues. Ni l entraînement en général. Tu peux bien prendre le temps de calculer plein de positions complexes et en ça c'est très bien.


Chemtov, le
''beaucoup de joueurs trichent surtout dans l'ouverture en regardant soit des livres soit des bases de données de parties de maîtres jouées.''

Le jeu par correspondance se pratique ainsi depuis qu'il existe. Ce n'était pas considéré comme de la triche. Simplement, il n'y avait pas d'ordi (ou alors des programmes pas aussi forts qu'aujourd'hui) et les parties ne se décidaient pas dans les ouvertures. En tous les cas, les joueurs travaillaient intensivement les échecs et ne faisaient pas que du copiage. Choisir la bonne variante dans un livre restait un exercice difficile (sans assurance que la suite sera aussi bonne!).


Sue chess com il y a plusieurs années ils ont modifié leurs règles en précisant qu'il était désormais interdit d utiliser des bases de données manuscrites ou informatiques pour réciter les ouvertures notamment. Il y a au moins 4 ans. C est à ce moment que j'ai découvert la pratique courante d origine que vous décrivez.

Je peux comprendre la démarche dans un but d entraînement spécifique mais je reste très largement contre. Je trouve au contraire qu'il est très facile de choisir les bonnes variantes si on a déjà bossé son répertoire avant je vois donc ça comme une aide injuste. De la triche donc.


Je rejoins Chemtov, d'autant plus que l'intérêt souvent de ces parties par correspondance est de creuser justement plus avant ces variantes de bouquins


Les plus anciens se souviendront de l'encyclopédie yougoslave Sahovski des ouvertures en 5 volumes ABCDE) ....
Les ouvertures ( toutes provenant de parties réelles référencées) étaient synthétisées dans des tableaux de variantes avec une appréciation de la position ++ + += = etc ...

Le jeu favori des forts joueurs ( dont un quant joué dans l'équipe RFA par correspondance) que J'ai côtoyé dans les années 80 était justement de trouver une amélioration dans une position jugée inférieure dans l'encyclopédie...


Chemtov, le
Les plus anciens ? Mais on travaille toujours avec elle au club ! Aussi avec celle de Keene/Kasparov et d'autres... Hier, avec les jeunes, nous avons comparé la ''théorie'' avec la partie immortelle Rotlevi-Rubinstein ! Vu aussi Fischer-Petrosian par rapport au sujet lu ici sur la Caro-Kann B15 avec g6 (questionnements sur 9.g3 ou pas 9.g3).


Pour un joueur en club sortant tout juste du niveau débutant, qui commence a bien savoir résoudre les mâts en 2, a quelques notions de déséquilibres,

J’essaye de proposer des idées d’analyses / calculs, pour les pratiquer en situations de parties par correspondance.

L’idée étant que de les avoir pratiqué à froid (par correspondance) peut préparer la tête à y penser à chaud (partie avec pendule).


Initialement, je proposai de regarder les points suivants :
Pièces défendues et non défendues pour chaque camp
Les pièces en prises pour chaque camp
Il y a-t-il une menace d’échec, voire de mat direct ?
Le roi a-t-il roqué ?
Echec, prises, menaces (expliqué par M QUENEHEN dans un de ses livres).


Sinon,
Quelle est la structure de pion ?

Evaluer avant un échange le solde comptable, sur la base de la valeur faciale des pièces.
Un camp veut-il échanger ? des échecs intermédiaires sont-ils possibles ?
Qui joue en premier l'échange ?
Utiliser le mode analyse pour voir ce qu’il reste après.
Recalculer de tête l'échange,

Essayer d’identifier des coups candidats, et 2 à 3 coups après si la position tient, s’améliore, se dégrade, confirmer par le mode analyse si le calcul de tête reste correct


Dans l’analyse, pouvoir bouger les pièces est une chose. Remettre la position à l’origine et essayer de visualiser de tête, ca entraîne.



Pour le PASCALIMAT, c’est peut être un peu tôt ?

Protection du roi,
Activité des pièces
Structure de pion,
Souleur (activité des fous)
controle du centre
CAse forte / faible
L'Initiative (qui l'a ?)
MATériel


Dans mon esprit d'amateur, il y a souvent confusion entre une partie jouée par correspondance et une partie terminée qui est analysée ...j,ai toujours l'impression que c'est un exercice similaire.

Il yva toutefois un point particulier qui me saute aux yeux quand j'étudie les parties de GMI par rapport à des parties d'amateurs : la frequence et la manière de pousser les pions.

Les forts joueurs sont souvent très économes de coups de pions dans le milieu de partie ... les pions bougent peu ...et souvent ils y sont obligés sous une attaque de pièces.

Lorsque j'analyse mes propres parties je constate très souvent que j'ai avancé mes pions de manière irréfléchie en croyant fièrement faire preuve d'initiative et de regretter amèrement une dizaine de coups plus tard de ne pas l'avoir laissé immobile ....Ah fatalitas !! Combien de fois j'ai constaté que ma position serait parfaite si je pouvais reculer un pion.....


Athos, le
Je n'ai jamais étudié les parties de JPC, à haut niveau type Championnat, mais leurs spécialistes disent que ce sont certainement les meilleures jamais jouées, puisque le temps court est l'ennemi du bien. Et cela vaut dans tous les domaines d'ailleurs.

Actuellement, dans ce monde assisté par ordinateur, le risque est de voir sortir des lignes proposées par Stockfish ou autres, contre des lignes proposées par Stockfish ou autres ...

Dans tous les cas il est bien plus préférable de jouer en JPC que d'enchaîner des blitz frénétiques et forcément médiocres. Le grand Nejmetdinov a été un des premiers à dire qu'analyser les blitz est une imbécillité, et analyser une partie de JPC fera toujours progresser.


LeHibou, le
Longtemps membre de l'Ajec j'ai joué des tournois nationaux ou internationaux. J'ai cessé de jouer en 2005. Déjà je ne faisais plus essentiellement que des tournois thématiques.
Ce sont ces derniers qui m'ont probablement le plus apporté pour le jeu à la pendule, car cela permettait de jouer en profondeur des variantes et de tester des sous-variantes.
J'ai cessé de jouer pour 2 raisons. La première, mineure, était l'abandon pratiquement général des tournois postaux au profit des tournois par internet, plus rapides et moins coûteux
La seconde, bien plus importante que cette réticence à échanger par internet, était que je constatais que le recours aux modules , bien plus discutable à mes yeux que l'utilisation des bibliothèques (qui, comme l'indique Chemtov, a toujours existé) ou des bases de données, a totalement changé la nature du jeu.
La vraie triche, c'est plutôt celle là. Et il suffit de regarder sur le site de l'ICCF les résultats des tournois actuels pour constater que le nombre de nulles est sans commune mesure avec
ceux d'il y a 30 ans.
Par contre, pour un joueur à la pendule, consulter les bases de données récentes de parties
"par correspondance" présente certainement un grand intérêt. Chessbase en commercialise. Et en en consultant régulièrement le site de l'ICCF, on peut télécharger gratuitement les parties terminées.
En étudiant plusieurs livres de grands maîtres sur une ouverture précise, j'ai constaté que certains d'entre eux n'hésitaient pas à utiliser les parties les plus intéressantes, allant même jusqu'à présenter comme une amélioration personnelle un coup qui avait été joué par correspondance avant la date de parution de son livre.
Donc, si j'ai un conseil à donner et si malgré tout vous voulez tester la correspondance pour améliorer votre niveau à la pendule dans les ouvertures par ce moyen, je suggère d'opter pour les tournois thématiques. Mais attendez vous 2 fois sur 3 à jouer contre un module....


En JPC, je joue contre 3/4 amis.
ca évite quelques déconvenues.




© 2024 - France Echecs  | Utilisation des cookies  | Politique de confidentialité