France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Tuesday 18 June 2024
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  

Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs
On est en finale, On est en finale, On est , On est , on est en finale. par Krusti le  [Aller à la fin] | Finales |
Faire le point sur les finales, celles qu'il faut impérativement connaitre, les autres ensuite, la manière de les appréhender, les "trucs" pour bien mémoriser les éléments essentiels etc.
Je commence par évoquer celle que je viens de découvrir dans le De La Villa
Chapitre 3: Cavalier contre pion
Finale 12: Le pion Tour en 6° rangée

Je découvre le circuit "magique": g4-e3-f1-h2



Bravo à Philidor pour cette découverte !


J'ai pour ma part rejoué systématiquement sur l échiquier les finales comme d autres choses plusieurs fois pour solliciter la mémoire.

Ce circuit magique m a sauvé le demi point à Chartres au championnat de France il y a quelques années et contribué à une belle 4e place pour moi dans l'open C malgré une défaite dans une position archi gagnante contre le premier snif.

J avais beaucoup bossé le de la villa pour cette occasion. Et j ai souvenir que c'est vraiment la répétition sur l échiquier en ayant compris les idées ou coups clé qui permettait de bien imprimer.

C'est souvent dit dans les livres de finales et c'est vrai qu'on va tous à tout niveau revenir bosser plusieurs fois dans le temps les mêmes finales car c est assez difficile à maîtriser.


Je suivais récemment un podcast auquel participe Caruana. Un.MI expliquait qu'il travaillait les finales. Caruana a poursuivi en disant schématiquement qu'il n'y avait pas forcément besoin de tout apprendre car on pouvait tout recalculer sur l'échiquier. Peut-être la façon de voir de la nouvelle génération de super gmi


Je ne sais pas si Caruana l englobait dans ses propos mais je suis d accord que ça ne sert à rien de tout mémoriser à condition d avoir au moins une fois étudié et compris des idées clé de certaines finales. Certaines positions. Il faut que le rouage dans le cerveau soit débloqué une fois et alors après effectivement on peut trouver en calculant des choses qu'on a entre guillemets oubliées mais déjà comprises.


Krusti, le
Le premier exemple de ce post illustre assez bien je trouve cette idée du "recalcul" en effet il suffit de "comprendre une fois pour toute" que dans une finale cavalier contre pion-tour le cavalier doit viser la case de la 7° rangée (2°) pour que le chemin g4-e3-f1-h2 se retrouve comme une évidence...


La différence principale entre les finales et le reste c’est surtout une question de rythme. En ouverture et dans la majorité des milieux de partie, le temps est l’élément essentiel.
Et le but principal est quand même de jouer pour le mat.
En finale au contraire, on joue sur des petites choses : le meilleur placement d’une pièce ou une structure supérieure ; le but ultime est généralement de gagner un pion et dans un deuxième pion de le promouvoir.
Le fait de passer de calculs frénétiques à des plans lents, et de viser plutôt qu’une grandiose attaque un malheureux pion faible à créer chez l’adversaire, cela n’est pas évident spécialement quand on est pas très expérimenté.


Krusti, le
Ce que tu décris très bien, DrPipo, me semble encore plus net à mon humble niveau.
Par delà la question du rythme que tu évoques et qui est cruciale, j'ai souvent l'impression d'une césure très flagrante entre deux mondes, comme une nouvelle partie dans la partie.
Quand je sens que je quitte le monde du milieu de jeu j'ai parfois comme une impression de vertige devant ce qui m'attend. Oui les finales c'est vraiment quelque-chose de particulier et bien différent dans l'approche. De plus c'est souvent à ce stade que l'on place le terrible et habituel "j'étais mieux" !!! Pas toujours objectivement vérifié mais si souvent formulé.
Bref je me régale et je les vois là les 200 points elo qui m'attendaient et que je n'ai plus qu'à cueillir.


Chemtov, le
''une césure très flagrante entre deux mondes, comme une nouvelle partie dans la partie. ''

Tout dépend de la manière dont on aborde la partie. C'est la question du choix des ouvertures. Quand j'étais jeune, j'adorais jouer la variante d'échange de l'Espagnole afin d'arriver en finale le plus vite possible. Dans les Quatre Cavaliers (Ecossaise) aussi.

Il est essentiel de commencer très jeune l'apprentissage des structures de pions et des finales de pions. Pour une position de mat en deux qu'on fait découvrir (style Philippe 1934), il faudrait faire un exercice de finale élémentaire.

J'ai assisté, au club, pendant les vacances, à un stage passionnant sur les finales pour des... poussins et petits poussins ! Je n'ai pas pu y rester longtemps, mais eux ils sont restés pendant trois heures ! Trois jours d'affilée (3x3 heures! Formateur Pierre Lefebvre).
De mon côté, je suis allé voir le sympathique tournoi que Crepuscule organisait à 20km de chez nous pour les... poussins aussi ! Là, je me rappelle avoir fait une analyse post-mortem (entre autres) avec deux petits qui avaient eu cette finale. Toute la semaine suivante, à la rentrée, je l'ai refaite dans mes écoles. Et, en fait, les enfants aiment beaucoup.

''Tu as les blancs, que joues-tu ?'' Presque rien sur l'échiquier et pourtant plein d'histoires à raconter. (Et après, seulement, on peut faire quelques mats en deux... ou pas)

Testé avec des adultes 1100-1200, même constat d'absolue nécessité.




Krusti, le
"Il est essentiel de commencer très jeune l'apprentissage des structures de pions" au passage quel support pédagogique utilisent habituellement les entraineurs concernant cet apprentissage ?
L’organigramme évoqué est en effet un "incontournable".


Chemtov, le
Je ne saurais vous dire ce que font les entraîneurs. Moi je montrais des parties (j'ai tout ce qu'il faut, mais c'est éparpillé). Avec exploitations des pions doublés, isolés, pendants, arriérés, etc... structures dévalorisées, avec simplifications ou transpositions favorables en finale.
Au départ, l'important pour les jeunes (et moins jeunes), c'est déjà de savoir que... ça existe !


Renan, le
Dans la position au dessus, j’aurais pensé jouer Re4 et si gxf4,puis Rxf4 (pour prendre l’opposition) c'est nulle...


kieran, le
@Renan

1.f5 crée un pion passé soutenu. Je pense que cela devrait être le premier coup qu'on envisage.
On peut même dire qu'on s'arrête là pour le "calcul".


Krusti, le
Je découvre le dernier pack d'Apprendre les échecs en 24 heures, managé par Tigran Gharamian et consacré entièrement aux finales avec Cavalier.
Je livre cette position très intéressante qui nous invite à toujours garder espoir.
Les Blancs jouent et font nulle.




Plus qu'une simple "position", c'est une (célèbre) étude.


Chemtov, le
''Apprendre les échecs en 24 heures'' et ''Etude de C v 3P de Chekhover'', est une association de termes assez surréaliste.

Ou alors, 24 heures est le temps pour trouver le premier coup de l'étude suivi des quatre variantes (avec leurs sous-variantes) nécessitant chacune entre 8 et 16 coups (plus connaissance de finale théorique nulle en fin de variante).

@Renan : Si vous échangez les pions, il faut calculer aussi la suite où le roi cherche le pion a5. En fait, il y a trois petits problèmes en un (1.Avancée du pion vers g7 et pat 2.Recherche du pion a5 et course du roi noir vers le pion g puis vers c8 3.Position avec le pion passé soutenu). Les enfants aiment beaucoup. Ils sentent qu'ils découvrent quelque chose d'utile.

@kieran : ''le premier coup qu'on envisage.'' Certainement. Quand on a un peu appris les principes des finales et les structures de pions. C'est pourquoi, il faut commencer tôt. Plein d'adultes savent monter des attaques de mat sur h7 mais jouent comme des débutants complets en finale.


Et les 24h, ce ne sera pas non plus le temps passé par le compositeur pour composer son étude puisque celle-ci, telle qu'initialement composée était incorrecte (dual trouvé par le GMI Bondarevsky 8 ans après sa publication). La correction ci-dessus est meilleure.


Pour un novice comme moi les finales sont certainement la chose la plus difficile à maîtriser car on est devant un nombre incalculable de coups plausibles à jouer pour lesquels il est extrêmement délicat de trancher quel est le meilleur avec un horizon de calcul autour de 3- 5 coups ...car les conséquences finales du moindre mouvement ne sont révélées sur l'échiquier que beaucoup plus tard...
En finale il arrive souvent de comprendre que le coup joué 10 coups auparavant était une faute ...
Je comprends alors qu' il est important de connaître quelques positions clefs des finales ( opposition des rois par exemple , ou tour + pion vs tour , afin de comprendre quel plan jouer quelle position on veut atteindre ...sans avoir à calculer tous les coups variantes pour y parvenir : seul l'objectif de la position à atteindre compte pas les chemins...


Renan, le
@kieran,
J'ai bien sûr vu ensuite que mon Re4 ne fonctionne pas (même la nulle pour moi serait difficile...
@merci Chemtov...
Décidément, je regrette de ne pas habiter en Alsace!


Renan, le
Les blancs jouent et gagnent...(position tirée d'un livre de Nunn..)




Jouer les finales c'est jouer aux échecs. C est souvent passionnant pour ma part. À l'open du Mans à Noël j'ai choisi en fin de milieu de jeu de rentrer dans une finale de dames avec 1 pion de plus pour moi. Du 3 contre 2. Calculer la transposition en finale et la jouer m'ont pris presque 1 heure. L ouverture et le milieu de jeu ne m ont pris que quinze minutes.

N ayant pas la technique ou la théorie pour le type de position que j'ai obtenu en finale ce fut du calcul pur chaque coup pour parvenir à la gagner. C'était dur mais terriblement stimulant. Et tellement satisfaisant d y arriver 25 coups plus tard!

J'ai mis du temps à les bosser sérieusement les finales je trouvais ça abstrait et ennuyeux. Désormais je ne sais pas si c'est la trentaine passée mais j apprécie de plus en plus.

Je simplifie même de plus en plus des parties pour rentrer dans des finales égales mais complexes. Et quel pied.


Renan, le
Surtout quand on la gagne!
Bon j'ai investi dans 3 livres sur les finales, 2 de J.Nunn et le De la Villa...je travaille sur le "les finales pour les enfants " de Nunn (sur conseil de Mr.Moret).


Renan, le
J’avance dans le petit livre de John Nunn "cahier pour les enfants , les finales", j’aborde le 1er chapitre sur les finales de pions avec l’envie d’apprendre en voyant que je ne sais rien et que mes lacunes sont abyssales !
Les blancs sauvent la partie et font partie nulle!




Domi77, le
@Renan
Vu que Rç1 perd de façon évidente il me semble que la solution s'impose ;o)

Plus difficile, un des tout premiers diagramme du livre de Dvoresky que j'ai acheté d'occasion. Les blancs jouent et gagnent en effectuant un petit pas de danse. D'autres auraient dit "une valse hésitation" ;o)
Un très bel ouvrage.




Renan, le
Avant chaque chapitre à étudier, il y a les connaissances de bases à connaître...

Dans cette position, les Blancs au trait jouent et gagnent...Mais si c'est aux Noirs de jouer, les Noirs gagnent !




Renan, le
@Domi77,
en effet, vôtre diagramme est bien plus difficile ! L’idée pour gagner est extraordinaire !
Il y a pleins de concepts à comprendre que je ne maîtrise pas!


Chemtov, le
Et oui... Vous avez passé trop de temps (comme beaucoup d'autres) à regarder des Gambit Blackmar-Diemer ou autres parties spectaculaires (maudites videos commerciales...) au lieu de regarder de simples parties d'amateurs où le mat n'est pas l'objectif, où les pièces s'échangent, où on joue pour une colonne et une entrée en seconde ou septième rangée adverse, où on double des pions, où on capture un pion isolé, etc...
Ces parties amènent alors souvent des finales de rois et pions (dernière étape après d'autres étapes de finales avec pièces).

Pour certains thèmes, pour mes gamins, je préfère parfois puiser dans mes parties perso (avec fautes réciproques) quand j'avais quatorze ans (après quatre années de jeu très, très, amateur), avec beaucoup de finales plutôt que dans les parties de maîtres ou livres de finales modèles.


Domi77, le
@Renan
Le thème général c'est l'opposition.
Mais dans cet exemple il ne suffit pas de connaitre le thème, il faut calculer.
Et ça fait mal quand on a pas l'habitude.
Je rejoins Chemtov dans l'idée qu'il est plus facile de s'enthousiasmer sur des parties spectaculaires et de vouloir apprendre des recettes plutôt que de mettre les mains dans le cambouis.
J'en parle d'autant plus facilement que, personnellement, je n'ai pas la motivation nécessaire pour "bucheronner" ;o)


Renan, le
@Domi77, merci pour ce commentaire ! J’ai bien conscience de mes lacunes!
Ceci dit , le livre de Dvoretski est difficile pour moi ; p.15 : notions de cases conjuguées, l’opposition, cases minées et opposition ça demarre fort! En même temps c'est les bases à connaître par cœur !!!

@chemtov, vous avez raison à un détail près : je regarde rarement des vidéos d’échecs! Mais sinon c'est un peu vrai (je ne sais pas où trouver des parties d’amateurs (à part les miennes 😒)...


A propos de lacunes:

"Votre" diagramme et non "vôtre".

Amicalement vôtre, comme dirait l'autre.


Renan, le
Merci benvoyons!😊


Renan, le
Les blancs jouent et?...




Dernière possibilité pour annuler contre Navara. Karacsonyi a les noirs et ça s'est joué aujourd'hui dans les Interclubs slovaques. Trait aux noirs.




Chemtov, le
Le roi noir doit passer sur la colonne c pour accompagner son pion b et obstruer le chemin de retour du roi blanc (après gain de la tour noire sur h7 ou h8).
Il a été joyeux, Karacsonyi ? (pour les magyarisants...) Peut-être ai-je connu son Père...

Ce qui me rappelle soudain une blague idiote. En 1985, alors que se déroulait le tournoi des candidats à Montpellier, j'hébergeais John Donaldson, secondant à distance de Yasser Seirawan (par téléphone et minitel !). De passage chez nous, un copain, vice-président du club, et acteur de métier, salue John ainsi : ''Hello, Mister Donaldson ! J'ai bien connu votre père !'' Jeu de mot retombant complètement à plat, car n'ayant aucun sens pour un nord-américain, pour qui Donald est Donald Duck.
Bref... Karacsonyi veut dire Noël...


Pas très joyeux : il a joué Ra6 et il lui a manqué le temps qu'il aurait eu s'il avait joué Rb6.


Renan, le
Je ne sais pas quelle est la finale R+pion(s) contre R+pion(s) la plus difficile jamais rencontrée, une étude peut être?
Les blancs jouent et...




Renan, le
Comme les différentes positions ne vous emballent pas beaucoup, en voici une bien difficile !

Les blancs jouent et gagnent :




Chemtov, le
30 secondes nécessaires (parce que fatigué, de retour d'une très longue journée)

Pour Réti : dans l'étude d'origine, le roi est en h8, le pion en c6 et le roi noir en a6.

Pour la première : oui, c'est très bien comme exercice. On se rapproche de la réalité (cela oblige à faire plusieurs calculs). J'ai vérifié qu'en club, un grand nombre de joueurs en dessous de 1500 (futurs 1700!) n'ont aucune connaissance de ce genre de position élémentaire.


Renan, le
@bonjour Chemtov,
Le 1er exercice je n’ai pas trouvé (pas encore)...
Le second j’ai mis 30 minutes environ...


30 minutes, cela veut dire qu’on ne sait pas où aller au début. Dans ce cas, ce n’est pas si mal !
Pour un joueur expérimenté, ça prend quelques secondes, parce qu’ il y a plusieurs repères dans la position de départ qui lui donnent instantanément le mat final, certainement un mat à l’étouffée.
En effet :
1.le roi noir est coincé à la bande par ses pions.
2.les pions ne peuvent avancer, sauf le pion g.
3.le cavalier est à la distance d’échecs.

Une fois que ces constatations préliminaires (ça prend cinq secondes disons pour moi, peut-être cinq dixièmes pour Mvl)sont effectuées, il faut trouver une idée ( limiter les coups noirs) et vérifier deux trois coups forcés, ce qui prend quelques secondes également.
La tâche est beaucoup plus importante si on ne sait pas à l’avance ce qu’on cherche !


Renan, le
@Bonjour Doc,
Les 3 points je les ai trouvés assez vite.
Une fois toutes ces considérations trouvées, le 1er coup est disons surprenant !


Pourquoi ?
C’est celui qui force la réponse noire, comme on connaît le mat final, la restriction des coups adverse est la priorité.


Peut être qu’il faut examiner aussi ce que les Noirs ont envie de jouer…
Pour eux, jouer g4-g3 serait une amélioration significative.


Renan, le
Là Doc vous dites presque tout...


Je parlais du processus de résolution, comment trouver les bons coups plus rapidement.
« Que menace l’adversaire ? » est une question utile à se poser, dans tous les cas et spécialement quand il est passif.


Pour ma part, dans cette position, en partie, je pense que j'aurais pris les pions, et certainement pas cherché le mat .(que l'on trouve "facilement" quand on sait qu'il existe !)
Cela m'aurait permis de tester ma technique en finale de F+C contre Roi ...


Et c'est pour cela que cette "position" n'est pas une étude. On peut gagner autrement, c'est-à-dire plus lentement (sans pour autant avoir forcément besoin de tester sa technique dans la finale FC vs R seul), par 1.Fe5 par exemple.


Renan, le
Dans la position du 24/01 à 14h22, je ne comprends pas ce qui empêche le pion noir d’aller à dame grâce à 4 coups et que pendant ce temps là le roi Blanc peut juste aller défendre son pion...
Le roi blanc peut jouer f7 ou f8, qu’elle est la différence ?...En même temps, les Noirs peuvent jouer 2 coups de roi pour grignoter le pion blanc et faire avancer leur propre pion de 2 cases (pour ne pas que le roi B rentre dans le carré).


Toute la différence est là, pourtant (1.Rf8?/1.Rf7!) 1.Rf8? ne fait aucun effort pour se rapprocher du pion h. Mais c'est plus intéressant et visuellement impressionnant avec la "vraie" étude de Richard Réti indiquée par Chemtov.


Renan, le
Ca donne ça ?:




Exactement. Le Roi blanc est encore plus éloigné du pion ç. Au passage, il y a peu d'études qui ont droit à une page Wikipedia (en 8 langues, pas si mal - celle en allemand est la plus complète, mais en anglais c'est déjà suffisant).


Pour ma part, le seul livre qui a reussi à me faire bosser (un peu) les finales sans me décourager au bout de quelques heures est le Guide des Echecs de Nicolas Giffard dans le collection Bouquins .
il y a entre 40 et 50 pages denses mais très bien expliquées, et qui rendent le lecteur intelligent ! Ces quelques pages que je connais bien m'ont souvent été très utiles dans mes parties, et à mon sens pour un amateur c'est une très bonne base de connaissances pour initier aux finales simplement et de manière attirante.


Renan, le
@Ulysse, merci j’ai trouvé, belles explications!
@TC merci également, je n’avais pas pensé au livre de N.Giffard!


Meteore, le
Heureusement que les joueurs de tournois ne se mettent pas à chanter la chanson, titre du fil, à chaque fois qu'ils arrivent en finale....


Chemtov, le
@Renan : Il faut surtout lire les ''Finales de pions'' de I.Maizelis. (J'ai trouvé trois exemplaires de ce livre dans la bibliothèque du club. C'est dire s'il était apprécié par nos généreux donateurs !)

La position que vous proposez le 20/01/2024 (Blancs : pion c6 et roi h3 Noirs : pion c7 et roi d2) se trouve par exemple dans cet excellent livre. Mais la position est décalée d'une colonne, avec, donc, Blancs : pion b6, roi g3 Noirs : pion b7, roi c2.

Maizelis explique qu'il s'agit, en fait, d'une étude de Grigoriev de 1925 qui commence ainsi :




Pour la source de cette dernière, la base de van der Heijden donne autre chose : Shakhmaty v SSSR, août 1931. Mais les cafouillages au niveau des sources sont assez courants : pour l'étude de Réti plus haut (Rh8/Ra6), une seule des pages Wikipedia mentionnées (celle en allemand) donne la source correcte.


Renan, le
Bonjour chemtov,
Vous êtes à la tête d'un prestigieux club, dans le club où je suis adhérent il n’y a pas autant de livres et donc le livre de Maizelis je n’y ai pas accès...pas trouvé non plus à un prix raisonnable sur certains sites d’occasion (vers 10/15 euros, je l’ai vu à 19,90€)...


Entretemps j'ai vérifié dans le Maizelis (que je n'ai pas au format papier, Renan - le pdf peut se télécharger), il donne bien la date de 1931, pas 1925!


Renan, le
Tous ces exemples je l’ai trouvé dans le livre de J.Nunn que m’a conseillé docpipo...
Cela me fait penser à un exercice de physique de 1ere ou terminale que je dois faire mais sans avoir eu le cours avant...


Renan, le
Merci de l’info Ulysse.


Chemtov, le
@Renan : Le cours, c'est donc l'excellent Maizelis (Mais je ne comprends pas pourquoi Nunn a modifié les deux positions).

Mais, Renan, ai-je bien lu ? Vous avec vu Maizelis à 19,90€ ? Et vous ne vous jetez pas dessus ? C'est où ? Dépêchez-vous de l'acheter.
Autrement je vais en acquérir un quatrième !


Renan, le
Voici une autre position avec de nouvelles connaissances à savoir...
Les blancs jouent et gagnent :




Renan, le
J’ai eu le Maizelis.


Renan, le
Les blancs jouent et gagnent...
Dans ce genre de finale je ne sais absolument pas comment m'y prendre si j’avais les blancs...
Il en est de même avec une finale R+T+ 2pions(ou plus) contre R+T+2pions....pour certains cela semble facile...




Renan, le
En fait je ne sais pas si je dois chercher à défendre le pion qui va à dame ou si je dois aller chercher les pions noirs avec mon roi...


Le plan quand on a un pion passé est d'aller chercher les pions de l'aile-roi tandis que le roi noir devra s'occuper du pion a.
Ce plan général est valable pour toutes les finales de ce type (on peut rajouter une pièce mineure de part et d'autres par exemple).
Le pion passé sert à éloigner le roi adverse tandis notre roi va du côté "important" celui où il y a tous les pions.
Ici par ex, et de tête je jouerais 1.Rd4,Rd6 2.h4 (les Blancs ont plutôt intérêt à fixer les pions, ils seront plus faciles à prendre)f6 3.a5 Rc6 4.a6 Rb6 5.Rd5 Rxa6 6. Re6 g5 7.Rxf6 gxh4 8.gxh4 Rb6 9.Rg6 Rc6 10.Rxh5 Rd6 11.Rg6 Re7 12. Rg7 ! et gain (à un temps près, pas tant de marge que j'aurais cru...)


Renan, le
@merci Doc...bien vu et joli le coup h4!


Krusti, le
C'est drôle DrPipo, tout à fait dans le même esprit (faire en sorte que le Roi noir soit occupé à distance du vrai champ de bataille) j'étais tenté par a5 direct afin que cela se termine par ... Rxa8 et seulement à ce moment là je me dirigeais vers f7 pour le cueillir et puis avoir le temps de gérer une bonne opposition... (je crois que ça marche également).
Non ?


Probablement Krusti car le roi blanc a le champ libre ensuite(je te laisse calculer pour vérifier!).
Disons que c'est moins "technique" en principe de pousser le pion a parce que le roi noir n'est pas plus éloigné en a8 qu'en a5 ou a6, et du coup autant gagner des temps avec notre roi plutôt que de pousser le pion qu'il sera de toutes manières obligé d'aller chercher.


Krusti, le
Oui ça marche cela dit y a l'habituelle illusion d'optique.
Je pensais qu'en condamnant les noirs à prendre le pion a en a8 j'éloignais le Roi noir de mes pions... mais pour aller en f3 il faut autant de coups(5) en partant de a8 que de a4.


Renan, le
C'est une position tirée d'une partie Fischer/ Larsen , Denver 1971.


Renan, le
Les noirs jouent et font nulle.




Chemtov, le
Hier, en feuilletant ''Comment jouer les fins de parties'' d'Eugène Znosko-Borovsky'', je suis retombé sur la finale opposant Emanuel Lasker à Fedor Bohatirchuk (voir position).

J'ai remarqué que j'avais précédemment mal lu les commentaires de l'auteur (ou que je les avais tout simplement oubliés) car j'ai fait une découverte (échiquéenne).

Mais, avant tout, outre le sujet technique de cette finale, rappelons qui était Bohatirchuk, personnage controversé, qui a eu quand même une carrière intéressante aux Echecs et une vie pour le moins agitée (ayant inspiré, parait-il, Pasternak pour son Docteur Jivago).

Chessbase en avait parlé là :
https://en.chessbase.com/post/the-man-who-was-dr-zhivago-fedor-bohatyrchuk
Et ici les articles de Wikipedia
En français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fedor_Bogatyrtchouk
Et la version anglaise plus fournie : https://en.wikipedia.org/wiki/Fedir_Bohatyrchuk

J'ai aussi commandée un roman intitulé ''Schubert à Kiev'' de Léonid Guirchovitch, traitant de la collaboration. Dans ses pages, l'historien Edward Winter cite ce livre et les notes d'Alain Pallier : ''Alain Pallier (Lauris, France) notes that a character in Schubert à Kiev by Léonid Guirchovitch (Lagrasse, 2012) is ‘Fiodor Parfenievitch Bogatyrtchouk, gériatre et maître d’échecs’ (page 8). His wife Irina is also featured. See, in particular, pages 17, 73-74, 108-109 and 243-250.''
https://www.chesshistory.com/winter/winter138.html A lire aussi un petit extrait qui suit.

Ulysse32 ou Etyoud, s'il nous lit, pourra peut-être nous en dire davantage.

Bon... revenons à notre position. D'abord, j'ai failli placer mon bla-bla dans le post de serialadoubeur, sur la façon d'étudier les échecs. En effet, en lisant les commentaires d'Eugène Z.-B., sur cette finale, j'ai été un peu surpris qu'il n'offre qu'un plan et pas de variantes. Je me suis dit : ''Roooh... le fainéant !''

Et puis, après, je me suis dit ''Mais non ! C'est moi le fainéant !'' Eugène a bien raison de faire travailler le lecteur!'' (Et à l'époque, le lecteur n'avait pas Stockfish pour lui donner l'impression de travailler).

Donc j'ai essayé de comprendre ses commentaires. Pas si simple, pour tous (je m'inclus). J'ai notamment trouvé cette amusante réflexion dépitée (dans chessgames.com), sur cette position:

Oct-12-18 goser: ''The endgame is exactly a case when computer analysis is useless. Stockfish believes that White is winning even in the final position but proposes absolutely nothing to break through the Black's defense. The plan with placing White's king to d4 and playing e4 after makes no difference: Stockfish believes that White is winning but proposes no efficient action''.

Voilà donc.... à votre avis, comment les blancs pourraient-ils pénétrer dans la forteresse noire?




"Controversé" le mot est faible Chemtov ! Bohatirchuk était "un chaud partisan des allemands" (Bronstein) et s'est bien compromis avec l'envahisseur nazi, ce qui explique sa fuite en Allemagne puis au Canada à la fin de la guerre.

A l'examen du diagramme et de la fin de partie jouée j'ai l'impression que le roi blanc ne peut jamais pénétrer : les noirs laissent leur roi en e7 et attendent en jouant Fc8/b7.

L'autre plan est donc de jouer e4. Mais sans le roi en d4 les noirs jouent d4 ! comme dans la partie, ce qui est totalement nulle (on continue à laisser le roi en e7 et on attend avec Fc8/Fb7).

Il faut donc mettre le roi blanc en d4 et jouer e4 ensuite ; Mais même ainsi je ne vois pas comment les blancs gagnent : les noirs jouent dxe4 avec le Fou en d7 (une fois que le roi blanc quitte l'aile-roi les noirs peuvent attendre en jouant Re7/Rf7) et alors soit les blancs reprennent avec Rxe4 et ne progressent pas plus (on attend avec Fc8/Fb7), soit les blancs jouent Fxe4 attaquant c6 mais plus a6 et là les noirs attendent par Fc7/ Fd7 (pas Fb7 qui perdrait a6).

Position très intéressante en tout cas merci pour ta contribution !


Domi77, le
Intéressant Bogatyrtchouk. Il faudra que je trouve le temps de regarder quelques parties du maitre.

Pour le diagramme j'essaie :
Il me semble que toutes les tentatives à base d'attaque des pions a6 ou ç6 par le fou blanc échouent.
Les fous dansent un ballet hypnotique qui finit par endormir même un spectateur assidu sous caféïne.
Aussi je mettrai bien le fou blanc en g4 pour lancer une fléchette en e4.
Après je vois différents schémas de gain en fonction des réponses noires.


Domi77, le
@cornetto
Il me semble que sur "les noirs jouent dxe4" il faudra sacrifier le pion b5 pour passer (le fou noir est bien coincé).
Je le vois, mais décrire les variantes au clavier est trop pénible.
Sauf erreur de ma part....


Chemtov, le
C'est bien... ça travaille... Elève Domi77, un peu fainéant... Lors de votre passage au club, dans la bibliothèque située au sous-sol, vous me ferez trois heures de rangements.

Petite observation peu importante. Payot a réduit le titre du livre de Znosko-Borovsky. Le déjà long ''Comment jouer les fins de parties'' était initialement :

LES ''COMMENT'' DE l'ECHIQUIER - N°5

Eugène ZNOSKO-BOROVSKY

''Comment jouer
LES FINS de PARTIES
aux Echecs''

(Edition Demailly & Ledun - Lille)


Les transports en commun portent conseil : je me suis rappelé dans le RER avoir déjà vu cette position dans un cahier central d'Europe Échecs de Darko Anic (super au demeurant) qui jugeait le e4 de Lasker comme fautif à cause du d4 !! de la partie (annotation d'Anic de mémoire) qui annule.

Grâce au commentaire de Domi77 je m'aperçois que dans la position du diagramme, sans les pions e3 et d5, avec le roi en d4 et le Fou en e4,et avec le fou noir en d7 (forcé après Fxe4) les blancs gagnent en jouant 1.b5 ! cxb5 (sur axb5 2.a6 gagne) 2.c6 ! Fc8 (ou e8) 3.Rc5 ! Pénètre l'aile-dame et gagne.

Du coup avec le roi blanc en d4 1.e4 dxe4 2.Fxe4 gagne.

Il reste a voir si après e4 et un coup d'attente des noirs (Rf7 sans doute) les blancs gagnent.

Il me semble que oui car après 1.e4 Rf7 2.exd5! force exd5 (si cxd5 3.c6 ! et Rc5 gagne comme précédemment) et ensuite 3.Fe2 !! gagne, menaçant 4.e6 !! Rxe6 ( si Fxe6 5.Fxa6 gagne et sinon Re5 pénètre) 5.Fg4+ ! enfilade gagne le Fc8 et la partie !

Enfin reste après 4.e6 !! Rf6, qui perd après 5.Fg4 ! Menaçant e7 ! Et après Fxe6 et la finale de rois qui en découle, les blancs percent avec b5.

Vraiment intéressant comme finale !


Domi77, le
Je peux rien répondre je me prends un 403 Forbidden nginx dans la tronche.
Reyes au secours !!

@Chemtov
...Cool ;o) (ma réponse était + longue mais FE me balance des erreurs tt le temps...)

@cornetto
Je n'ai pas creusé du tout pour Bohatirchuk et les Allemands.
Mais j'imagine qu'il ya beaucoups de russes qui avaient compris que Staline était un dictateur de la pire espèce et qui voyaient dans l'Allemagne un moyen de se libérer du tyran, évidemment sans connaitre les horreurs du régime Nazi. A l'époque les moyens d'informations n'étaient pas les mêmes.
C'est une hypothèse...


Chemtov, le
''évidemment sans connaitre les horreurs du régime Nazi''. Bohatirchuk les connaissait.


Renan, le
Cette finale Lasker-Bogatyrchuk fut jouer à Moscou en 1935. Elle est présente dans l’ouvrage de M.Dvoretsky , le manuel des finales. Je cite :
"Les blancs sont gênés par leur propre pion e4 qui obstrué l’importante diagonale h1-a8 : sans lui la position serait gagnante. Le bon plan est donc de transférer le roi en d4 avant de pousser éventuellement e4...
Rg5,Rf7
Rf4,Rg7
Rf3,Rh6
Re2,Rg5
Rd2, Rg4
Rc3,Rg5
Rd4,Fb7
e4,dxe4
Fxe4,Rh5
Rd3,Rg5
Re3,Rh6
Rf4,Rg7
Rg5,Rf7
Rh6,Re7
Rg7,Fa8
b5,axb5
a6 +-


Chemtov, le
Oui, mais il faut d'abord chercher tout seul, pour progresser. Et ensuite seulement lire les commentaires.


Renan, le
Bonjour,
Position qui fera plaisir à Chemtov.!
Les noirs jouent et....?




Renan, le
Vous êtes passé à côté de cette finale ,Chemtov?


Ah !! je suis Catalanov
(et pas Chemtov )....

Les noirs n'ont pas le choix : pour éviter la promotion du pion blanc en h7 il doivent empêcher le roi blanc de bouger ...

je ne vois pas de différence dans un premier temps entre jouer le roi noir sur la case f8 ou f7 ... le but étant de rester sur ces deux cases ....jusqu'à ce que les blancs se suicident en étant obligés de jouer le pion b3....

PS : j'adore ce genre de finales ... avec lesquelles on pouvait dans les années 80-90 "aveugler" les premieres petites machines d'échecs comme Fidelity , Novag , Yeno, Mephisto , saitek etc autres ..

Hélas , aujourd'hui ce temps idyllique est terminé ...


Meteore, le
les blancs peuvent jouer pour le pat néanmoins....
(à première vue)
c'est pour cela (peut être) que les noirs doivent faire attention à jouer en premier sur f7 ou sur f8


AARGGH ! je n'avais pas pensé une seule seconde que les blancs pouvaient jouer pour le pat !
je vais devoir sortir un petit échiquier car je suis incapable de vérifier le pat sans bouger physiquement les pions


Oui, le problème réside principalement dans le choix entre f8 et f7, le calcul doit être précis.


atha, le
@Catalanov: il existe encore des problèmes où l’ordinateur (profondeur 30, j’ai pas poussé plus loin) est aveugle. Il pense que c’est nul. Mais non, il y a bien un (très joli) gain blanc.




Renan, le
Bonjour ,
Bravo à Météore et au Doc (comme d’hab!) qui ont indiqué le choix du 1er coup.
C'est une finale jouée ,il y a quelques années, par le frère de Chemtov...

Je cherche encore en ce qui me concerne!


splash, le
dans la position de Renan ca m'a l'air nulle dans les 2 cas

des que les noirs jouent Rf8 les blancs jouent b4 pour pouvoir faire promotion sur echecs ou alors liquider les pions a et b puis faire pat en poussant le pion h


@splash : je pensais que 1...Rf7 gagnait, l'autre coup faisant nulle, mais suite à ta remarque je pense le contraire - par contre il faut calculer assez loin en effet.

@atha : il y a une 2eme façon de gagner, avec la même idée mais en moins esthétique sur cette étude (regardée récemment, coïncidence). Ceci dit c'est mat en 13 donc la profondeur réelle doit être <30.


atha, le
Tu es sûr pour le 13 ? En suivant les tables bases sur lichess, j’obtiens 15. Je serais très intéressé de connaître la seconde solution
À noter que j’ai poussé jusqu’à 31 pour être sûr et il ne trouve toujours pas (stockfisch 11). Ce qui est surprenant, en effet.
Il doit tourner en rond car il évalue tout à 0 tant qu’il ne voit pas le mat. Du coup on doit tomber sur un des rares cas où minimax > alphabeta, les coupures l’empêche de trouver le gain (je dis peut-être une connerie, je ne sais plus si c’est un < ou un <=). Peut être que les versions avec NNUE n’ont pas ce problème.


Oui sûr. 3.Fg5 avec la même progression en escalier en sautant les premières marches. Les tables affichent le DTZ le plus court je crois, mais pas forcément le mat le plus rapide. Ceci dit je préfère la solution avec Fh8 Rg7 c'est plus joli :)


Renan, le
Sur la séquence b4, il y a axb4...et les blancs peuvent jouer a5 puis a6 sans que les noirs ne puissent prendre (ou soient obligés) sinon c'est pat...
Il y a un gain noir.
Comme d’habitude il faut trouver l’idée...les échecs et le combat des idées !


Chemtov, le
@splash : Il faut envisager la finale de dames.

@Renan : C'était contre qui ? Cela me dit quelque chose. Mais est-ce qu'ils ont vraiment joué la position ? Ou était ce juste une analyse (une possibilité) ?


Renan, le
Bonjour Chemtov,
C'est une vraie position , qui date de 1980...
Louis Roos-F.Gobet.
Les Noirs jouent et gagnent!...
Pour moi c'est la quintessence d’une finale aux échecs : les blancs ont une idée magnifique pour faire nul (avec un pat!) , mais les noirs trouvent l’antidote...
Je ne sais pas analyser le 1er coup (Rf8 qui est bon ( à part juste prendre l’opposition...), Rf7 qui ne marche pas!)...


Renan, le
J'ai trouvé la position par hasard, en feuilletant les pages de l’encyclopedie sur les finales de pions...


Chemtov, le
Oh la la, ça c'est vieux... Open de Strasbourg ? Universitaire ? Fernand ne jouait pas encore dans l'équipe olympique suisse, le championnat de France par équipe n'existait pas, peut-être un tournoi de MI... C'était où ?


Chemtov, le
Ah... moi, je ne l'ai pas dans mon édition de 1982.


Chemtov, le
J'ai trouvé (dans une autre édition). C'était en 1984 (il est noté simplement ''France'' et c'est commenté par F.Gobet). Je demanderai au frangin s'il s'en rappelle.

Il existe un problème (ou une partie) un peu similaire dont je me suis servi pour écrire une chronique dans mon canard local (roi coincé en h8 qui espère le pat et rupture/course de pion sur l'autre aile, mais sans finale de dame, il me semble). Mais je ne le retrouve plus. Je crois que c'est du hollandais Welling.


Renan, le
Mon édition est récente, on trouve des petites pépites parfois!...il me manque 1 coup pour que les noirs gagnent, je cherche encore!


Renan, le
La seule indication que j’ai c'est "France 1984 , 37/e".


Renan, le
...Rf8
(Rf7?,h5,Rf8 b4,axb4 a5,b3 a6,bxa6 h6 et c'est nulle)...
À vous de trouver le reste.


Chemtov, le
@Renan : Je pense que 5% des lecteurs connaissent le thème final et ont déjà trouvé. 45% d'impatients et fainéants ont trouvé avec... Stockfish ! 45% s'en fichent. 5% cherchent effectivement.
Pour ma part, j'essaie de retrouver cette finale ressemblante que j'ai publiée un jour. La mémoire me revient lentement et je suis au stade où je me rappelle qu'il s'agit d'une finale avec une tour qui se sacrifie en h8 et provoque cet enfermement fatal du roi blanc.
Donc un peu comme ce diagramme :




Renan, le
Bonjour Chemtov,
La position publiée était issue d’une étude,d’une finale jouée ?


Renan, le
Est ce que par hasard cela ne pourrait pas être la partie de votre frère mais quelques coups avant la position que j’ai posté ?


Le sacrifice dans l'angle se rencontre (évidemment) en étude, par exemple dans cette étude de Benko où l'on reconnaîtra aussi, une fois le Rn enfermé, un déroulement similaire, couleurs inversées:

https://eg.org.ua/chessgame/benkop-0100-23d3b3/

et, pour les 5% qui voudraient chercher :

FEN : 8/7p/p7/8/8/1k1K2P1/p5P1/5R2 w - - 0 1




Renan, le
Bonjour Ulysse,
Magnifique site que je ne connaissais pas!
Je l’ai mis en favoris du coup.Jolie étude!


Chemtov, le
Merci Ulysse ! Etude très intéressante. Avec encore d'autres thèmes. Mais je m'embrouille... Je vais passer des 5% aux 45%.


Chercher la solution avec Fritz et ses camarades en plastique n'est pas amusant !
Par définition un problème d'échecs ou un rébus ou une grille de mots croisés est destiné à vous faire creuser VOS méninges pour procurer amusement et plaisir de trouver la solution.!


De rien. Pour le sacrifice sur la case d'angle, ça doit quand même remonter à... 1590 (Polerio).


Chemtov, le
@thierrycatalan: Oui, mais là, c'était un peu trop pour mes dernières petites cellules grises.... Je m'étais déjà trompé en calculant 1.g4 h6 2. Re4 Rb2 3.Rf5 a1:D etc... Et j''avais aussi trouvé un circuit amusant (mais complètement faux) pour la tour, pour ramasser toute la smala de pions noirs. En plus, je n'avais pas trop de temps. J'étais de corvée de surveillance au club, pour quatre gamins (275 ans à quatre) qui jouaient la Coupe de France (victoire 4:0).

Bon, ceci dit, l'après-midi au club m'a permis de fouiller dans la bibliothèque et de retrouver la position que je cherchais. Celle-ci se trouvait dans ''Les coups de maître aux échecs'' de Bent Larsen (dans la section ''Finales pratiques''). Je fus doublement (et agréablement) surpris. 1) La position avait bien été jouée par le hollandais Welling, en 1973 (Chemtov, le 23/03/2024 16:11) 2) Son adversaire maheureux était....le GM Pachman! (que j'ai cité complètement fortuitement sur un post voisin, sur le livre de Rios). Bon... la victoire du batave avait certainement dû survenir lors d'une simultanée du champion tchèque. Il en jouait beaucoup à cette époque, après avoir émigré vers l'Ouest (j'avais pu jouer deux fois contre lui à Strasbourg et participer à un de ses stages d'entrainement à Hambourg).

Bref... voici la position de la partie, infiniment plus simple que la finale L.Roos-Gobet et que l'étude de Benko




Renan, le
Une fois qu'on connaît l’idée et la technique...


mazette, le
Ma modeste contribution à ce fil : une étude de Grigoriev qui m'avait marquée.

les Blancs jouent et font nulle (thème : case sensible à éviter, en lien avec l'opposition)




Renan, le
Merci mazette,
Jolie étude à chercher!


Renan, le
Étude difficile,
J'ai pas trouvé...
Je vois Rc2,Rc5/Rb3,a2/Rxa2,Rb4 et ça doit faire nulle...je ne vois pas.


Chemtov, le
Non. D'abord, vous devez vous demander pourquoi les noirs ne gagneraient pas simplement après 1.Rc2 Ra5 2.Rb3 a2 3.Rxa2 Rxa4 (4.Rb2 Rb4 5.c5 bxc5 6.Rc2 Rc4 7.Rd2 Rb3). Il faut trouver quelques subtilités pour être en mesure de gagner l'opposition au bon moment.


Les blancs sont vraiment très forts pour avoir sauvé cette position (sans coups horribles des noirs bien sûr !).
Je dois avouer que j'ai regardé plusieurs minutes la position (en bougeant les pions)...et que je vois les noirs gagnants à chaque fois....


mazette, le
Effectivement cette étude n'est pas facile car les "quelques subtilités" sont au nombre de 3.

La première : 1.Rc2 Ra5 2.Rb3 a2 3.Rb2! car le but des Noirs étant d'avoir l'opposition avec leur roi devant leur pion, le but des Blancs est donc de gagner cette opposition au bon moment comme l'a écrit Chemtov.

D'où la deuxième après 3...Rb4 : 4.Ra1!

Et donc la troisième après 4...Rxa4 : bon, là, normalement, la solution devrait être trouvée.


Renan, le
Merci Mazette,
Ce n’est pas simple (facile) quand même !...
Je cherche, magnifique exercice concret de l’opposition et cases minées,non?...
C'est les 2 thèmes ?
Je fais mon après midi avec cette étude encore!(même en ayant travaillé l’opposition et les cases minées avec le livre de Dvoretski je n’y arrive pas!).


Renan, le
Là après 4...Rxa4 (il y a Aussi Rxc4!).
c5 (le tempi en plus?),dxc5 et Ra2 =...
Il faut avoir le pion N en c5, le Roi N en c4 et le roi blanc en c2 et c'est nul.
J’ai raté Rb2 et Ra1...

Je cherche après Rxc4.


Renan, le
...Rc4
Rxa2,d5(Rb4... Rb2,Ra4...Rc3 =).
Rb2 =.
Yes! Pas facile du tout quand même !!!
Maintenant l'exercice du Doc sur l’autre post!


mazette, le
Félicitation, c'est bien cela : sacrifier le pion pour gagner l'opposition. Bravo Renan !


Chemtov, le
''sacrifier le pion pour gagner l'opposition''. Oui, mais pas n'importe quand. Par exemple :

1.Rc2 Ra5 2.c5?? dxc5 (2...d5?? Les blancs gagnent, ils pourront prendre a puis d)
3.Rb3 a2
4.Rb2 (4.Rxa2 Rxa4 opposition)
4...Rb4! (4...Rxa4 5.Rxa2 opposition)
5.Ra1 Rb3! gagne (6.a5 d4 7.a6 d3 8.a7 d2 9.a8:D d1:D # )


Chemtov, le
Dans l'excellent ''Villeneuve'', vous trouverez aussi cette étude analysée (un peu plus étoffée), page 34 dans l'édition 1982 et page 42 dans l'édition 1998.

A noter l'intéressante référence à un cas survenu dans la pratique, dans Yates-Tartakower 1927.

Ici (diagramme), les noirs, impatients, ont joué 56...DxTb4. Ayant probablement prévu : 57.axDb4 axb3 58.Rb2 Rc4 59.Ra3 b2 (59...Rc3?? pat!) 60.Rxb2 Rxb4 avec une opposition gagnante. Mais n'ayant peut-être pas prévu 59...b2 60.Ra2! Avec la nulle vue précédemment (60...b1:D+ 61.RxDb1 Rxb4 62.Rb2 ou 60...Rxb4 61.Rxb2). Ou alors, Tarta n'avait pas vu le pat par Rc3. Mystère et boule de gomme...

Erony m'indique aussi une référence hongroise, Ju.Horvath-S.Horvath, 1988. Mais que je n'ai pas trouvée dans mes bases (même hongroises).




Renan, le
Les blancs jouent et gagnent...
Trouvez d’abord l'idée initiale!




Renan, le
Comme tout le monde est préoccupé par le tournoi de candidats, voici une finale :
Les blancs jouent et gagnent
(Je ne sais si c'est 1 étude ou tirée d’une vraie partie).




1.b4 Rf5 2.Rh4 Rf4 3.g3+ Rf3 4.c3 a l'air de gagner.


kieran, le
La réponse à 1.b3 mérite d’être retenue !


Renan, le
Bonjour benji,
Pourquoi joues tu b4 de suite et pas b3?,
Quelle est la différence entre b4 et b3?
(Sur b4 il faut réfléchir à la prise en passant...)


kieran, le
@Renan, les noirs créent un pion passé.


Renan, le
@kerian,@
Oui sur b3 des blancs il y a b4 des Noirs ( 1 percée?), extraordinaire !


Renan, le
En fouillant dans mon grimoire j'ai trouvé cette étude de J.Nunn :
Les blancs jouent et gagnent.




Renan, le
Bonjour,
Petite étude (je ne dis pas de qui!).
Les blancs jouent et gagnent...




Renan, le
Une seconde étude,idem je ne dis pas de qui c'est.
Les blancs jouent et font nul.
Merci à M.Guyard pour avoir publié ces 2 pépites il y a quelques années.




Renan, le
Alors personne n’a trouvé ?
La seconde finale est une spéciale pour Krusti avec 1 cavalier !(15/04 à 10h10)
Celle de 10h02 est pour Chemtov!...
Bonne recherche.


Chemtov, le
Bah... ''la mienne'' était quand même assez facile (résolue en cinq minutes, cet après-midi, pendant une ronde d'un tournoi de jeunes que j'organisais). Mais pourquoi est-elle pour moi ?


Renan, le
Bonjour chemtov,
Bah parce qu’elle etait plus difficile, enfin normalement.


Renan, le
Une finale copieuse avant les matchs des candidats, les Blancs jouent et gagnent...




JR_Koch, le
Merci Renan pour toutes ces études que je ne connaissais pas ! Certes, la position de Nunn n'est pas une étude : c'est un extrait des bases de données de finales... Peut-être le plus long gain avec ce matériel ? J'ai flairé le piège, je n'ai pas cherché, et bien m'en a pris.

Les deux suivantes : trouvées en 5 minutes à peu près, mais elles sont plaisantes à résoudre. La dernière est une merveille ! J'ai rapidement vu l'idée au troisième coup, mais j'ai mis du temps à comprendre comment éviter d'avoir seulement fou + pion a contre les deux pions a noirs. Je n'en dis pas plus pour laisser chercher les autres.


Renan, le
Merci Mr Koch,
Je trouves ces merveilles au gré de mes lectures.
Je donnerais les solutions plus tard.
La dernière est merveilleuse car elle contient pleins d’idées pour les blancs! ( je ne les trouve pas toutes pour chaque finale, mais bon).


Les positions proposées par Renan sont loin d'être faciles à résoudre pour moi...
même en bougeant les ( rares) pièces sur un échiquier réel...

Je constate une fois de plus que je suis vraiment très faible en finales...( et cela depuis que j'ai appris le jeu ! )

alors que curieusement, je suis relativement à l'aise avec des positions pour gagner du matériel à la " faites vous la main " sur des échiquiers remplis de pieces et de pion s.....

Pour moi c'est comme si moins il y avait du monde sur l'échiquier , plus le jeu d'échecs devenait difficile ! Incomprehensible !

Tout cela explique pourquoi je milite toujours pour des cadences de jeu qui laissent aux joueurs du temps de réflexion aux joueurs en finales...


Chemtov, le
J'ai enfin trouvé la dernière !


Renan, le
Bonsoir TC,
Moi non plus je ne trouve pas beaucoup, parfois les 2 ou 3 premiers coups, parfois la fin...
Quand je regarde la solution finale et que cela est assez jolie je mets la position (étude ou pas) ici.
Il y a quelques temps j’ai retrouvé les fiches de B.Guyard que ma maman m’avait gardé et il y a des pépites.(voir la dernière, il y a des idées pour les blancs et une idée de pat pour les Noirs!).

Bravo Chemtov!, alors sympa non?


Chemtov, le
Oui. Mais je bloquais sur quelque chose de trivial (que je connaissais pourtant). Bon... après coup, j'ai des impressions de ''déjà vu''. Avec l'âge, je ne sais plus si c'est vrai ou pas (la 2 et 3, presque sûr que je les avais déjà vues, la 4 pas sûr, la 1 avec T+C vs T, sûr mais... je ne la retrouve pas. Impossible pour moi).


Renan, le
Bonjour,
Nouvelle position :
Les blancs jouent et font nul...




Renan, le
C'est une étude de J.Nunn , dans son dernier livre de chez olibris.


Renan, le
Comme la finale précédente est difficile, en voici une plus simple (quoique)....
Les blancs jouent et gagnent.




Chemtov, le
Bon... ça, c'est élémentaire. Et on l'a vue plusieurs fois sur le site. Avec même des parties où menaçaient de survenir des transpositions dans cette finale classique.

Par exemple : Ici, après 51...Re4-f5, face à la menace 52...Fc3-f6, j'ai du céder la diagonale d8-h4 au fou noir. Pour me retrouver avec un fou plus passif sur la petite diagonale e1-h4 (52.Fe7-c5 Fc3-f6 53.Fc5-f2).

Mais pourquoi ne pas rester sur la diagonale d8-h4 ? Par exemple, par 52.Fe7-d8 ? Et bien, parce que la finale de rois et pions est perdante après 52...Fc3-f6! Même si je gagne le pion d3.

On arriverait dans votre diagramme (décalé d'une rangée, mais c'est le même thème) après 53.Fd8xFf6 Rf5xFf6 54.Rd1-d2 R??? 55.Rd2xd3 R???




Chemtov, le
Evidemment, je faisais confiance à mon adversaire (ex candidat) pour savoir que la finale de pions gagnait.


Renan, le
Bonjour Chemtov,
Merci pour ces précisions!
Déjà il faut que je digère l’avant finale.
Cette finale reste quand même peu évidente!


L'étude de pat de 13h35 (21/04) n'est pas de Nunn, mais de Troitzky qui a amélioré une étude antérieure de Horwitz en ajoutant un sacrifice avec le Cavalier supplémentaire.


Quant à la position de 1884 (sans doute d'après une position de partie jouée), de 21h50 du même jour, il en existe des versions dont une qui ajoute deux demi-coups. Gain :




Chemtov, le
@Renan : Alors vous n'avez pas bien lu votre Maizelis (il y a deux pages dessus)
@Ulysse62 : Améliorée ou alourdie ? (Horwitz/Troitzky) Enrichie, complétée peut-être...


Non, pas alourdie car l'étude de Horwitz commence par deux horribles demi-coups (échanges de deux pions qui sont supprimés chez AAT) et comme Troitzy n'a ajouté, en tout cas dans la version finale, qu'un seul Cavalier, on est donc en miniature chez ce dernier et pas chez Horwitz. Et améliorée, oui, car moins primitive, il y a un sacrifice supplémentaire. Mais Horwitz (mort en 1885) composait des finales plus que des études car les principes esthétiques de l'étude n'ont été formulés qu'ensuite , par Troitzky, à travers ses propres études (1895-) et dans un article de 1910.


Renan, le
Chemtov,
Pas tout à fait car dans l’édition que j'ai , la position est présentée et la solution en bas de page est en asterix car ce n’est pas la position initiale.Cest p.40 en bas à gauche et l’asterix est à droite...


Renan, le
Bonjour Ulysse62,

la position est dans le livre de Nunn, qui indique F.Cassidy "the chess Monthly 1884."


Idéfix aussi ?


Renan, le
Eh non pas d’idefix.


Oui, c'est la bonne source, en principe. Beaucoup d'ouvrages donnent F.Dedrle, 1921. Il y a dix ans (13/03/2014), Kloch avait fait un point détaillé sur l'historique sur FE.


https://www.france-echecs.com/article.php?art=20081101133016236


Chemtov, le
D'accord. Mais moi j'aime bien le côté primitif de cette finale (Troitzki sans cavalier). Il y a quand même trois cas de match nul. Et ce côté épuré, zen, me suffit déjà pour me faire rêver et divaguer vers d'autres idées de pats forcés (Il ne m'en faut pas beaucoup, j'avoue!).

Pour Cassidy, c'est drôle, mais le voyage du nom d'Angleterre vers la Russie puis vers la France se termine par un Kassidi (dans Maizelis). Je me demande si c'est le cas aussi dans les éditions anglaises ! Au début, j'avais mal lu et j'avais cru qu'il s'agissait de Kassibi (avec un b). Ce qui aurait alors eu un tout autre sens (m'entrainant vers d'autres divagations...)

Tiens donc... je viens de lire ce vieux fil de FE. J'y avais déjà cité ma finale contre Ivkov. Et l'on y parle de mon ami Keene (clin d'oeil à Athos) (rien à voir avec notre sujet)

Mais pour revenir au sujet, il faut que je m'offre ce livre : https://www.newinchess.com/media/wysiwyg/product_pdf/8858.pdf
Qu'en pensez-vous, Ulysse ?


Mais comme la finale de Horwitz (non, ce n'est pas du "Troitzky sans cavalier", ça le serait si Troitzky n'avait pas supprimé deux pions qui violent les principes de la composition - et il n'y a pas de pats supplémentaires dans l'étude de Troitzky), que j'ai qualifiée de "primitive" n'est pas présentée dans le post avec un diagramme et la solution, personne ne va rien y comprendre...


Très bon choix. Ce livre est une édition grandement enrichie de l'original en russe (1990), titré L'harmonie dans l'étude de pions qui était alors co-signé par deux auteurs Zinar et Archakov (mais ce dernier était juste crédité pour avoir aidé financièrement Zinar). Mais c'est Erony qui ne va pas être content.


Chemtov, le
Je mentionnais juste le diagramme de Renan, le 21/04/2024 13:35. Pour moi, sans le cavalier, cela m'allait déjà très bien.


Ah... Ce que je mentionnais (Horwitz 1881) est :




Et un peu plus tard (1909), Fred Lazard a amélioré la qualité du jeu qui mène au pat (et on est encore en miniature) - les Blancs jouent et font nulle :




Chemtov, le
Bon... sur Horwitz, moi, je ne suis pas du tout sur la même longueur d'ondes concernant ces positions qui m'intéressent plus comme finales pratiques (peut-être était ce le cas ?) que comme études. Et dans ce sens, finalement, les deux pions et leurs échanges en d3 me plaisent assez. C'est peut-être cette version que je présenterais à des élèves (avec Rxd3 qui perd pour les noirs). Mais c'est une autre approche.

Pour le dernier diagramme, je ne comprends pas bien le problème. On pousse le pion... puis on déplace ou donne le fou...
1.a7 Te8 2.Fc6 ou 1.a7 Te7 2.Fe4+. C'est déjà nul (mais sans pat). Non ?


Non? Non. Même pat que dans les deux autres études, mais solution comportant de nouveaux éléments, longue de 9 coups.
Sinon, j'ai indiqué que la position d'Horwitz est antérieure à la naissance des "vraies" études, celles qui ont pour but de mettre en évidence le talent d'un compositeur. Concrètement ici, commencer par 4 captures à la suite, c'est redhibitoire en études.


Chemtov, le
Ah... C'est mystérieux. Je ne vois même pas de tentative de gain noir... Je dois être mal réveillé. Le pion a ne serait pas en a4, par hasard ?
Dans quel cas, je vois un truc (genre le roi noir qui contrôle e4, le fou qui devrait gagner la tour en a8 et se rendre en e4, pour que le roi blanc ait le temps d'aller en c1).


Renan, le
Bonjour chemtov,
Bonjour Ulysse62,
Le livre que Chemtov veut s’offrir m’interresse également. Grâce au lien indiqué ,avec les quelques pages que j'ai regardé, la position du 21/04 apparaît ainsi que celle d’Ulysse.
J'ai quelques positions avec des promotions spectaculaires...
J’aime bien réfléchir à ces finales, avec une ou plusieurs idées merveilleuses (pat, promotions particulières mais avant l'opposition, les cases clés, cases minées etc...).


Chemtov, le
Ah oui... c'est la même (à peu près) avec pion a5 (qu'il faut faire avancer)


Non, le pion noir n'est pas en a4, 5...a4+ sera joué dans la solution.


Renan, le
Pour la position du 18/04 à 19h45, c’est une étude de Sumbatjan (1947).


1987, pas 1947.


Chemtov, le
@Ulysse : Oui, j'ai vu. En essayant d'abord avec a4. Puis a5 !


Chemtov, le
Merci Renan, vous nous faites rajeunir ! C'est bon, ces exercices mentaux.

Pour ceux qui devraient débrancher leur stockfish :

https://www.facebook.com/FilosoFilles/videos/le-secret-pour-ne-pas-vieillir-pr%C3%A9matur%C3%A9ment-dans-son-corps-et-dans-sa-t%C3%AAte-mich/496969451098326/


Renan, le
1987 oui Ulysse62 !


Renan, le
Pour Chemtov et Ulysse62, avec des cavaliers et des fous :
Les blancs jouent et gagnent (Kurjatnikov,Markov 1993.)




Renan, le
Allez, une petite pour la route :
Les blancs jouent et font nul (Hoch,1968).




Chemtov, le
Non, pour moi, pour aujourd'hui, c'est bon ! Il faut aussi aller s'occuper du club... Avant la simultanée publique de samedi. Et avant le stage d'arbitre de ce week-end. Je remets les finales à plus tard...


Renan, le
Bon courage chemtov, ces finales seront toujours là dans 3 ou 4 jours...
Bon courage pour le stage...


Solution de l'étude Fred Lazard (1883-1948), les Blancs jouent et font nulle :




1.a7 Te8
1...Rd2 2.Fe4=
2.Fc6 Tf8
2...Rd2(1) 3.Fe4=
3.a8D(T)
3.Fe4+? Rd2 4.Ra4 Re3 5.Fc2 Ta8 -+
3...Txa8
4.Fxa8 Rd3!
5.Rb3!
5.Fc6? c2 6.Fe4+ Rxe4 7.Rb2 Rd3 8.Rc1 a4 -+
5...a4+
6.Ra2! c2
6...Re3 7.Rb1=
7.Fe4+ Rxe4
8.Rb2 Rd3
9.Rc1 a3
pat.


Renan, le
Étude de Sumbatjan : Les blancs jouent et gagnent...
b7, Tb4+
Ra1,a5
b8=F (si b8=D,Tb1+),Txe4
Fb8d6+,Tb4
Fc7,Te4 (si...Tb1+,Rxb1 Rxb4,Fgd6+ Rb5, a3 Rc6, Rc2 Rb5 , Rc3 Rc6 , Rc4 Rb7, Rb5 Ra8 ,Fb4...)
Fg3d6+,Tb4
Fe5,Te4
Fcd6+,Tb4
Fb2#




Pff...quel massacre ! Si c'est trop fatigant de numéroter les coups, pas la peine de poster des diagrammes... Numéroter les coups, ça permet au moins de vérifier qu'on a reproduit tous les coups de la solution... là on arrive à 7.Fb2# alors que la solution, dans EG 102.2 ou sur la base de Didukh, a 9 coups. Merci de revoir la copie avec les 4 demi-coups manquants.


Renan, le
1.b7, Tb4+
2.Ra1,a5
3.b8=F (si b8=D,Tb1+),Txe4
4.Fb8d6+,Tb4
5.Fc7,Te4 (si...Tb1+,6.Rxb1 Rxb4,7.Fgd6+ Rb5, 8.a3 Rc6, 9.Rc2 Rb5 , 10.Rc3 Rc6 , 11.Rc4 Rb7, 12Rb5 Ra8 ,13.Fb4...)

6.Fg3d6+,Tb4
7.Fe5,Te4
8.Fcd6+,Tb4
9.Fb2#

il y avait bien 9 coups pour la solution et j'avais 2 variantes (j'ai juste rajouté les chiffres des coups de 1 à 9 comme tu le précises.)




Merci... pour Soumbatian, qui écrit dans un excellent français (et est tout à fait en état de lire F-E depuis Moscou, cf Chemtov le 7/11/2013 sur F-E).


Renan, le
Je n’avais sans doute pas fini d'écrire la solution et pour son nom sur ma fiche je l’ai avec un j sur ma fiche,Ulysse.


En français, terminaison des noms arméniens en -ian, comme Aronian. En Allemagne, ce sera (Lewon) Aronjan.


Renan, le
OK merci Ulysse, c'est noté.
Je présente mes excuses à M.Soumbatian pour avoir écorché son nom.
Jolie étude ceci dit.


Non, son nom n'était pas écorché (c'est juste une question de transcription) mais c'est la solution de l'étude qui l'était.


Chemtov, le
Sur cette finale, je trouve que la solution devrait être présentée autrement. Personnellement j'aurais mis en avant la ligne avec 5...Tb1+. Et en annexe 5...Te4.

Certes, pour une étude, et le domaine de la composition, le combat des deux fous contre la tour est probablement plus important (thématique ? je ne connais pas le vocabulaire spécialisé dans ce domaine), avec le mat comme conclusion.
Mais pour un joueur de finale, le thème de gain avec le(s) mauvais fou(s) (coin de couleur opposé) est beaucoup plus important, instructif et utile pour la pratique. Avec ce joli a3, placé au bon moment (ce qui m'a fait perdre beaucoup de temps pour trouver la solution) (trouvée à l'aveugle, dans le tram, après une longue macération!)

Qu'en pensez-vous, monsieur Soumbatian ? (ce serait génial, s'il nous lisait!)

P-S :
1) J'avais complètement oublié ces échanges de 2013.
2) Renan : Vous avez compris pourquoi a3 ?


Renan, le
Bonsoir Chemtov,
Je regarde.


Renan, le
Pour que le pion a3 qui peut faire promotion sur case blanche, après Fb4,axb4 et axb4, ce pion fera promotion sur une case noire qui sera protégée par le fou blanc de case noire?
Sinon je ne vois pas.


En étude, l'unicité des coups blancs prime, en tout cas dans la ligne choisie comme étant principale : en vérifiant avec les tables de Syzygy (7 pièces), on voit qu'après le 6ème coup noir de la variante (commençant par 5...Tb1+), 7.Fgd6+ et 7.Fcd6+ gagnent (pas bien grave en soi) mais aussi 7.Fe1+. Et par la suite, les Blancs disposent aussi de coups alternatifs pour arriver à la position de gain avec pion a devenu pion b.


Chemtov, le
@Renan : Oui. C'est ça. En fait, j'aurais placé l'idée en fin de variante, comme ça :

1.b7 Tb4+ 2.Ra1 a5 3.b8=F Txe4 4.Fbd6+ Tb4 5.Fc7 Te4 6.Fgd6+ Tb4

7.Fe5 Tb1+ (7...Te4 8.Fcd6+ Tb4 9.Fb2#)

8.RxT Rb4 9.Fcd6+ Rc4 10.a3 ! (Il ne faut pas laisser le coup a3 aux noirs)


Sous cette forme, c'est "moins pire" mais Soumbatian ne l'aurait certainement pas fait car 9.Fed6+ est également possible et surtout il n'est pas obligatoire de jouer 10.a3 : 10.Fa3 gagne aussi. Dans une étude, pas envisageable de terminer sur un dual.


Chemtov, le
Donc une étude de finale, mais surtout une finale... à étudier ! Avec les noirs qui choisissent de se faire mater (plus rare, dans la vraie vie) ou de tenter la finale de fous, plus subtile (avec encore quelques espoirs).


Renan, le
Page 2.




© 2024 - France Echecs  | Utilisation des cookies  | Politique de confidentialité