France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Sunday 25 February 2024
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  

Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs
On est en finale, On est en finale, On est , On est , on est en finale. par Krusti le  [Aller à la fin] | Finales |
Faire le point sur les finales, celles qu'il faut impérativement connaitre, les autres ensuite, la manière de les appréhender, les "trucs" pour bien mémoriser les éléments essentiels etc.
Je commence par évoquer celle que je viens de découvrir dans le De La Villa
Chapitre 3: Cavalier contre pion
Finale 12: Le pion Tour en 6° rangée

Je découvre le circuit "magique": g4-e3-f1-h2



Bravo à Philidor pour cette découverte !


J'ai pour ma part rejoué systématiquement sur l échiquier les finales comme d autres choses plusieurs fois pour solliciter la mémoire.

Ce circuit magique m a sauvé le demi point à Chartres au championnat de France il y a quelques années et contribué à une belle 4e place pour moi dans l'open C malgré une défaite dans une position archi gagnante contre le premier snif.

J avais beaucoup bossé le de la villa pour cette occasion. Et j ai souvenir que c'est vraiment la répétition sur l échiquier en ayant compris les idées ou coups clé qui permettait de bien imprimer.

C'est souvent dit dans les livres de finales et c'est vrai qu'on va tous à tout niveau revenir bosser plusieurs fois dans le temps les mêmes finales car c est assez difficile à maîtriser.


Je suivais récemment un podcast auquel participe Caruana. Un.MI expliquait qu'il travaillait les finales. Caruana a poursuivi en disant schématiquement qu'il n'y avait pas forcément besoin de tout apprendre car on pouvait tout recalculer sur l'échiquier. Peut-être la façon de voir de la nouvelle génération de super gmi


Je ne sais pas si Caruana l englobait dans ses propos mais je suis d accord que ça ne sert à rien de tout mémoriser à condition d avoir au moins une fois étudié et compris des idées clé de certaines finales. Certaines positions. Il faut que le rouage dans le cerveau soit débloqué une fois et alors après effectivement on peut trouver en calculant des choses qu'on a entre guillemets oubliées mais déjà comprises.


Krusti, le
Le premier exemple de ce post illustre assez bien je trouve cette idée du "recalcul" en effet il suffit de "comprendre une fois pour toute" que dans une finale cavalier contre pion-tour le cavalier doit viser la case de la 7° rangée (2°) pour que le chemin g4-e3-f1-h2 se retrouve comme une évidence...


La différence principale entre les finales et le reste c’est surtout une question de rythme. En ouverture et dans la majorité des milieux de partie, le temps est l’élément essentiel.
Et le but principal est quand même de jouer pour le mat.
En finale au contraire, on joue sur des petites choses : le meilleur placement d’une pièce ou une structure supérieure ; le but ultime est généralement de gagner un pion et dans un deuxième pion de le promouvoir.
Le fait de passer de calculs frénétiques à des plans lents, et de viser plutôt qu’une grandiose attaque un malheureux pion faible à créer chez l’adversaire, cela n’est pas évident spécialement quand on est pas très expérimenté.


Krusti, le
Ce que tu décris très bien, DrPipo, me semble encore plus net à mon humble niveau.
Par delà la question du rythme que tu évoques et qui est cruciale, j'ai souvent l'impression d'une césure très flagrante entre deux mondes, comme une nouvelle partie dans la partie.
Quand je sens que je quitte le monde du milieu de jeu j'ai parfois comme une impression de vertige devant ce qui m'attend. Oui les finales c'est vraiment quelque-chose de particulier et bien différent dans l'approche. De plus c'est souvent à ce stade que l'on place le terrible et habituel "j'étais mieux" !!! Pas toujours objectivement vérifié mais si souvent formulé.
Bref je me régale et je les vois là les 200 points elo qui m'attendaient et que je n'ai plus qu'à cueillir.


Chemtov, le
''une césure très flagrante entre deux mondes, comme une nouvelle partie dans la partie. ''

Tout dépend de la manière dont on aborde la partie. C'est la question du choix des ouvertures. Quand j'étais jeune, j'adorais jouer la variante d'échange de l'Espagnole afin d'arriver en finale le plus vite possible. Dans les Quatre Cavaliers (Ecossaise) aussi.

Il est essentiel de commencer très jeune l'apprentissage des structures de pions et des finales de pions. Pour une position de mat en deux qu'on fait découvrir (style Philippe 1934), il faudrait faire un exercice de finale élémentaire.

J'ai assisté, au club, pendant les vacances, à un stage passionnant sur les finales pour des... poussins et petits poussins ! Je n'ai pas pu y rester longtemps, mais eux ils sont restés pendant trois heures ! Trois jours d'affilée (3x3 heures! Formateur Pierre Lefebvre).
De mon côté, je suis allé voir le sympathique tournoi que Crepuscule organisait à 20km de chez nous pour les... poussins aussi ! Là, je me rappelle avoir fait une analyse post-mortem (entre autres) avec deux petits qui avaient eu cette finale. Toute la semaine suivante, à la rentrée, je l'ai refaite dans mes écoles. Et, en fait, les enfants aiment beaucoup.

''Tu as les blancs, que joues-tu ?'' Presque rien sur l'échiquier et pourtant plein d'histoires à raconter. (Et après, seulement, on peut faire quelques mats en deux... ou pas)

Testé avec des adultes 1100-1200, même constat d'absolue nécessité.




Krusti, le
"Il est essentiel de commencer très jeune l'apprentissage des structures de pions" au passage quel support pédagogique utilisent habituellement les entraineurs concernant cet apprentissage ?
L’organigramme évoqué est en effet un "incontournable".


Chemtov, le
Je ne saurais vous dire ce que font les entraîneurs. Moi je montrais des parties (j'ai tout ce qu'il faut, mais c'est éparpillé). Avec exploitations des pions doublés, isolés, pendants, arriérés, etc... structures dévalorisées, avec simplifications ou transpositions favorables en finale.
Au départ, l'important pour les jeunes (et moins jeunes), c'est déjà de savoir que... ça existe !


Renan, le
Dans la position au dessus, j’aurais pensé jouer Re4 et si gxf4,puis Rxf4 (pour prendre l’opposition) c'est nulle...


kieran, le
@Renan

1.f5 crée un pion passé soutenu. Je pense que cela devrait être le premier coup qu'on envisage.
On peut même dire qu'on s'arrête là pour le "calcul".


Krusti, le
Je découvre le dernier pack d'Apprendre les échecs en 24 heures, managé par Tigran Gharamian et consacré entièrement aux finales avec Cavalier.
Je livre cette position très intéressante qui nous invite à toujours garder espoir.
Les Blancs jouent et font nulle.




Plus qu'une simple "position", c'est une (célèbre) étude.


Chemtov, le
''Apprendre les échecs en 24 heures'' et ''Etude de C v 3P de Chekhover'', est une association de termes assez surréaliste.

Ou alors, 24 heures est le temps pour trouver le premier coup de l'étude suivi des quatre variantes (avec leurs sous-variantes) nécessitant chacune entre 8 et 16 coups (plus connaissance de finale théorique nulle en fin de variante).

@Renan : Si vous échangez les pions, il faut calculer aussi la suite où le roi cherche le pion a5. En fait, il y a trois petits problèmes en un (1.Avancée du pion vers g7 et pat 2.Recherche du pion a5 et course du roi noir vers le pion g puis vers c8 3.Position avec le pion passé soutenu). Les enfants aiment beaucoup. Ils sentent qu'ils découvrent quelque chose d'utile.

@kieran : ''le premier coup qu'on envisage.'' Certainement. Quand on a un peu appris les principes des finales et les structures de pions. C'est pourquoi, il faut commencer tôt. Plein d'adultes savent monter des attaques de mat sur h7 mais jouent comme des débutants complets en finale.


Et les 24h, ce ne sera pas non plus le temps passé par le compositeur pour composer son étude puisque celle-ci, telle qu'initialement composée était incorrecte (dual trouvé par le GMI Bondarevsky 8 ans après sa publication). La correction ci-dessus est meilleure.


Pour un novice comme moi les finales sont certainement la chose la plus difficile à maîtriser car on est devant un nombre incalculable de coups plausibles à jouer pour lesquels il est extrêmement délicat de trancher quel est le meilleur avec un horizon de calcul autour de 3- 5 coups ...car les conséquences finales du moindre mouvement ne sont révélées sur l'échiquier que beaucoup plus tard...
En finale il arrive souvent de comprendre que le coup joué 10 coups auparavant était une faute ...
Je comprends alors qu' il est important de connaître quelques positions clefs des finales ( opposition des rois par exemple , ou tour + pion vs tour , afin de comprendre quel plan jouer quelle position on veut atteindre ...sans avoir à calculer tous les coups variantes pour y parvenir : seul l'objectif de la position à atteindre compte pas les chemins...


Renan, le
@kieran,
J'ai bien sûr vu ensuite que mon Re4 ne fonctionne pas (même la nulle pour moi serait difficile...
@merci Chemtov...
Décidément, je regrette de ne pas habiter en Alsace!


Renan, le
Les blancs jouent et gagnent...(position tirée d'un livre de Nunn..)




Jouer les finales c'est jouer aux échecs. C est souvent passionnant pour ma part. À l'open du Mans à Noël j'ai choisi en fin de milieu de jeu de rentrer dans une finale de dames avec 1 pion de plus pour moi. Du 3 contre 2. Calculer la transposition en finale et la jouer m'ont pris presque 1 heure. L ouverture et le milieu de jeu ne m ont pris que quinze minutes.

N ayant pas la technique ou la théorie pour le type de position que j'ai obtenu en finale ce fut du calcul pur chaque coup pour parvenir à la gagner. C'était dur mais terriblement stimulant. Et tellement satisfaisant d y arriver 25 coups plus tard!

J'ai mis du temps à les bosser sérieusement les finales je trouvais ça abstrait et ennuyeux. Désormais je ne sais pas si c'est la trentaine passée mais j apprécie de plus en plus.

Je simplifie même de plus en plus des parties pour rentrer dans des finales égales mais complexes. Et quel pied.


Renan, le
Surtout quand on la gagne!
Bon j'ai investi dans 3 livres sur les finales, 2 de J.Nunn et le De la Villa...je travaille sur le "les finales pour les enfants " de Nunn (sur conseil de Mr.Moret).


Renan, le
J’avance dans le petit livre de John Nunn "cahier pour les enfants , les finales", j’aborde le 1er chapitre sur les finales de pions avec l’envie d’apprendre en voyant que je ne sais rien et que mes lacunes sont abyssales !
Les blancs sauvent la partie et font partie nulle!




Domi77, le
@Renan
Vu que Rç1 perd de façon évidente il me semble que la solution s'impose ;o)

Plus difficile, un des tout premiers diagramme du livre de Dvoresky que j'ai acheté d'occasion. Les blancs jouent et gagnent en effectuant un petit pas de danse. D'autres auraient dit "une valse hésitation" ;o)
Un très bel ouvrage.




Renan, le
Avant chaque chapitre à étudier, il y a les connaissances de bases à connaître...

Dans cette position, les Blancs au trait jouent et gagnent...Mais si c'est aux Noirs de jouer, les Noirs gagnent !




Renan, le
@Domi77,
en effet, vôtre diagramme est bien plus difficile ! L’idée pour gagner est extraordinaire !
Il y a pleins de concepts à comprendre que je ne maîtrise pas!


Chemtov, le
Et oui... Vous avez passé trop de temps (comme beaucoup d'autres) à regarder des Gambit Blackmar-Diemer ou autres parties spectaculaires (maudites videos commerciales...) au lieu de regarder de simples parties d'amateurs où le mat n'est pas l'objectif, où les pièces s'échangent, où on joue pour une colonne et une entrée en seconde ou septième rangée adverse, où on double des pions, où on capture un pion isolé, etc...
Ces parties amènent alors souvent des finales de rois et pions (dernière étape après d'autres étapes de finales avec pièces).

Pour certains thèmes, pour mes gamins, je préfère parfois puiser dans mes parties perso (avec fautes réciproques) quand j'avais quatorze ans (après quatre années de jeu très, très, amateur), avec beaucoup de finales plutôt que dans les parties de maîtres ou livres de finales modèles.


Domi77, le
@Renan
Le thème général c'est l'opposition.
Mais dans cet exemple il ne suffit pas de connaitre le thème, il faut calculer.
Et ça fait mal quand on a pas l'habitude.
Je rejoins Chemtov dans l'idée qu'il est plus facile de s'enthousiasmer sur des parties spectaculaires et de vouloir apprendre des recettes plutôt que de mettre les mains dans le cambouis.
J'en parle d'autant plus facilement que, personnellement, je n'ai pas la motivation nécessaire pour "bucheronner" ;o)


Renan, le
@Domi77, merci pour ce commentaire ! J’ai bien conscience de mes lacunes!
Ceci dit , le livre de Dvoretski est difficile pour moi ; p.15 : notions de cases conjuguées, l’opposition, cases minées et opposition ça demarre fort! En même temps c'est les bases à connaître par cœur !!!

@chemtov, vous avez raison à un détail près : je regarde rarement des vidéos d’échecs! Mais sinon c'est un peu vrai (je ne sais pas où trouver des parties d’amateurs (à part les miennes 😒)...


A propos de lacunes:

"Votre" diagramme et non "vôtre".

Amicalement vôtre, comme dirait l'autre.


Renan, le
Merci benvoyons!😊


Renan, le
Les blancs jouent et?...




Dernière possibilité pour annuler contre Navara. Karacsonyi a les noirs et ça s'est joué aujourd'hui dans les Interclubs slovaques. Trait aux noirs.




Chemtov, le
Le roi noir doit passer sur la colonne c pour accompagner son pion b et obstruer le chemin de retour du roi blanc (après gain de la tour noire sur h7 ou h8).
Il a été joyeux, Karacsonyi ? (pour les magyarisants...) Peut-être ai-je connu son Père...

Ce qui me rappelle soudain une blague idiote. En 1985, alors que se déroulait le tournoi des candidats à Montpellier, j'hébergeais John Donaldson, secondant à distance de Yasser Seirawan (par téléphone et minitel !). De passage chez nous, un copain, vice-président du club, et acteur de métier, salue John ainsi : ''Hello, Mister Donaldson ! J'ai bien connu votre père !'' Jeu de mot retombant complètement à plat, car n'ayant aucun sens pour un nord-américain, pour qui Donald est Donald Duck.
Bref... Karacsonyi veut dire Noël...


Pas très joyeux : il a joué Ra6 et il lui a manqué le temps qu'il aurait eu s'il avait joué Rb6.


Renan, le
Je ne sais pas quelle est la finale R+pion(s) contre R+pion(s) la plus difficile jamais rencontrée, une étude peut être?
Les blancs jouent et...




Renan, le
Comme les différentes positions ne vous emballent pas beaucoup, en voici une bien difficile !

Les blancs jouent et gagnent :




Chemtov, le
30 secondes nécessaires (parce que fatigué, de retour d'une très longue journée)

Pour Réti : dans l'étude d'origine, le roi est en h8, le pion en c6 et le roi noir en a6.

Pour la première : oui, c'est très bien comme exercice. On se rapproche de la réalité (cela oblige à faire plusieurs calculs). J'ai vérifié qu'en club, un grand nombre de joueurs en dessous de 1500 (futurs 1700!) n'ont aucune connaissance de ce genre de position élémentaire.


Renan, le
@bonjour Chemtov,
Le 1er exercice je n’ai pas trouvé (pas encore)...
Le second j’ai mis 30 minutes environ...


30 minutes, cela veut dire qu’on ne sait pas où aller au début. Dans ce cas, ce n’est pas si mal !
Pour un joueur expérimenté, ça prend quelques secondes, parce qu’ il y a plusieurs repères dans la position de départ qui lui donnent instantanément le mat final, certainement un mat à l’étouffée.
En effet :
1.le roi noir est coincé à la bande par ses pions.
2.les pions ne peuvent avancer, sauf le pion g.
3.le cavalier est à la distance d’échecs.

Une fois que ces constatations préliminaires (ça prend cinq secondes disons pour moi, peut-être cinq dixièmes pour Mvl)sont effectuées, il faut trouver une idée ( limiter les coups noirs) et vérifier deux trois coups forcés, ce qui prend quelques secondes également.
La tâche est beaucoup plus importante si on ne sait pas à l’avance ce qu’on cherche !


Renan, le
@Bonjour Doc,
Les 3 points je les ai trouvés assez vite.
Une fois toutes ces considérations trouvées, le 1er coup est disons surprenant !


Pourquoi ?
C’est celui qui force la réponse noire, comme on connaît le mat final, la restriction des coups adverse est la priorité.


Peut être qu’il faut examiner aussi ce que les Noirs ont envie de jouer…
Pour eux, jouer g4-g3 serait une amélioration significative.


Renan, le
Là Doc vous dites presque tout...


Je parlais du processus de résolution, comment trouver les bons coups plus rapidement.
« Que menace l’adversaire ? » est une question utile à se poser, dans tous les cas et spécialement quand il est passif.


Pour ma part, dans cette position, en partie, je pense que j'aurais pris les pions, et certainement pas cherché le mat .(que l'on trouve "facilement" quand on sait qu'il existe !)
Cela m'aurait permis de tester ma technique en finale de F+C contre Roi ...


Et c'est pour cela que cette "position" n'est pas une étude. On peut gagner autrement, c'est-à-dire plus lentement (sans pour autant avoir forcément besoin de tester sa technique dans la finale FC vs R seul), par 1.Fe5 par exemple.


Renan, le
Dans la position du 24/01 à 14h22, je ne comprends pas ce qui empêche le pion noir d’aller à dame grâce à 4 coups et que pendant ce temps là le roi Blanc peut juste aller défendre son pion...
Le roi blanc peut jouer f7 ou f8, qu’elle est la différence ?...En même temps, les Noirs peuvent jouer 2 coups de roi pour grignoter le pion blanc et faire avancer leur propre pion de 2 cases (pour ne pas que le roi B rentre dans le carré).


Toute la différence est là, pourtant (1.Rf8?/1.Rf7!) 1.Rf8? ne fait aucun effort pour se rapprocher du pion h. Mais c'est plus intéressant et visuellement impressionnant avec la "vraie" étude de Richard Réti indiquée par Chemtov.


Renan, le
Ca donne ça ?:




Exactement. Le Roi blanc est encore plus éloigné du pion ç. Au passage, il y a peu d'études qui ont droit à une page Wikipedia (en 8 langues, pas si mal - celle en allemand est la plus complète, mais en anglais c'est déjà suffisant).


Pour ma part, le seul livre qui a reussi à me faire bosser (un peu) les finales sans me décourager au bout de quelques heures est le Guide des Echecs de Nicolas Giffard dans le collection Bouquins .
il y a entre 40 et 50 pages denses mais très bien expliquées, et qui rendent le lecteur intelligent ! Ces quelques pages que je connais bien m'ont souvent été très utiles dans mes parties, et à mon sens pour un amateur c'est une très bonne base de connaissances pour initier aux finales simplement et de manière attirante.


Renan, le
@Ulysse, merci j’ai trouvé, belles explications!
@TC merci également, je n’avais pas pensé au livre de N.Giffard!


Meteore, le
Heureusement que les joueurs de tournois ne se mettent pas à chanter la chanson, titre du fil, à chaque fois qu'ils arrivent en finale....


Chemtov, le
@Renan : Il faut surtout lire les ''Finales de pions'' de I.Maizelis. (J'ai trouvé trois exemplaires de ce livre dans la bibliothèque du club. C'est dire s'il était apprécié par nos généreux donateurs !)

La position que vous proposez le 20/01/2024 (Blancs : pion c6 et roi h3 Noirs : pion c7 et roi d2) se trouve par exemple dans cet excellent livre. Mais la position est décalée d'une colonne, avec, donc, Blancs : pion b6, roi g3 Noirs : pion b7, roi c2.

Maizelis explique qu'il s'agit, en fait, d'une étude de Grigoriev de 1925 qui commence ainsi :




Pour la source de cette dernière, la base de van der Heijden donne autre chose : Shakhmaty v SSSR, août 1931. Mais les cafouillages au niveau des sources sont assez courants : pour l'étude de Réti plus haut (Rh8/Ra6), une seule des pages Wikipedia mentionnées (celle en allemand) donne la source correcte.


Renan, le
Bonjour chemtov,
Vous êtes à la tête d'un prestigieux club, dans le club où je suis adhérent il n’y a pas autant de livres et donc le livre de Maizelis je n’y ai pas accès...pas trouvé non plus à un prix raisonnable sur certains sites d’occasion (vers 10/15 euros, je l’ai vu à 19,90€)...


Entretemps j'ai vérifié dans le Maizelis (que je n'ai pas au format papier, Renan - le pdf peut se télécharger), il donne bien la date de 1931, pas 1925!


Renan, le
Tous ces exemples je l’ai trouvé dans le livre de J.Nunn que m’a conseillé docpipo...
Cela me fait penser à un exercice de physique de 1ere ou terminale que je dois faire mais sans avoir eu le cours avant...


Renan, le
Merci de l’info Ulysse.


Chemtov, le
@Renan : Le cours, c'est donc l'excellent Maizelis (Mais je ne comprends pas pourquoi Nunn a modifié les deux positions).

Mais, Renan, ai-je bien lu ? Vous avec vu Maizelis à 19,90€ ? Et vous ne vous jetez pas dessus ? C'est où ? Dépêchez-vous de l'acheter.
Autrement je vais en acquérir un quatrième !


Renan, le
Voici une autre position avec de nouvelles connaissances à savoir...
Les blancs jouent et gagnent :




Renan, le
J’ai eu le Maizelis.


Renan, le
Les blancs jouent et gagnent...
Dans ce genre de finale je ne sais absolument pas comment m'y prendre si j’avais les blancs...
Il en est de même avec une finale R+T+ 2pions(ou plus) contre R+T+2pions....pour certains cela semble facile...




Renan, le
En fait je ne sais pas si je dois chercher à défendre le pion qui va à dame ou si je dois aller chercher les pions noirs avec mon roi...


Le plan quand on a un pion passé est d'aller chercher les pions de l'aile-roi tandis que le roi noir devra s'occuper du pion a.
Ce plan général est valable pour toutes les finales de ce type (on peut rajouter une pièce mineure de part et d'autres par exemple).
Le pion passé sert à éloigner le roi adverse tandis notre roi va du côté "important" celui où il y a tous les pions.
Ici par ex, et de tête je jouerais 1.Rd4,Rd6 2.h4 (les Blancs ont plutôt intérêt à fixer les pions, ils seront plus faciles à prendre)f6 3.a5 Rc6 4.a6 Rb6 5.Rd5 Rxa6 6. Re6 g5 7.Rxf6 gxh4 8.gxh4 Rb6 9.Rg6 Rc6 10.Rxh5 Rd6 11.Rg6 Re7 12. Rg7 ! et gain (à un temps près, pas tant de marge que j'aurais cru...)


Renan, le
@merci Doc...bien vu et joli le coup h4!


Krusti, le
C'est drôle DrPipo, tout à fait dans le même esprit (faire en sorte que le Roi noir soit occupé à distance du vrai champ de bataille) j'étais tenté par a5 direct afin que cela se termine par ... Rxa8 et seulement à ce moment là je me dirigeais vers f7 pour le cueillir et puis avoir le temps de gérer une bonne opposition... (je crois que ça marche également).
Non ?


Probablement Krusti car le roi blanc a le champ libre ensuite(je te laisse calculer pour vérifier!).
Disons que c'est moins "technique" en principe de pousser le pion a parce que le roi noir n'est pas plus éloigné en a8 qu'en a5 ou a6, et du coup autant gagner des temps avec notre roi plutôt que de pousser le pion qu'il sera de toutes manières obligé d'aller chercher.


Krusti, le
Oui ça marche cela dit y a l'habituelle illusion d'optique.
Je pensais qu'en condamnant les noirs à prendre le pion a en a8 j'éloignais le Roi noir de mes pions... mais pour aller en f3 il faut autant de coups(5) en partant de a8 que de a4.


Renan, le
C'est une position tirée d'une partie Fischer/ Larsen , Denver 1971.


Renan, le
Les noirs jouent et font nulle.






© 2024 - France Echecs  | Utilisation des cookies  | Politique de confidentialité