France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- Thursday 01 December 2022
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Cases conjuguées et métaphore par Mazettov le  [Aller à la fin] | Finales |
Voilà ce qui m'amène à poster un article sur les cases conjuguées. Je m'intéresse (ici) simplement au concept et à la métaphore qui l'accompagne.

Des cases conjuguées... Je suis sans doute un peu simple d'esprit, mais je n'ai jamais été capable de conjuguer autre chose que des verbes, moi. Nous sommes donc en présence d'une métaphore, celle de la conjugaison de deux cases, ou plutôt de deux réseaux de cases. J'aimerais comprendre qui est à l'origine de cette métaphore.

Or, il se fait que le premier livre sur le sujet est francophone, c'est celui de Duchamp et Halberstadt. Quelqu'un sait-il si le concept existait déjà avant eux, et s'ils ont 'simplement' synthétisé ce sujet complexe, ou s'ils sont carrément à l'origine du concept? Dans ce cas, la métaphore (qui est, je le rappelle l'objet de mon article) pourrait également leur être attribuée et porter un copyrignt francophone.


clarxel, le
F.E est une malle aux trésors pour celui qui se donne la peine de chercher


Bellamy, le
Non, il ne s’agit pas d’une métaphore.

Pour être capable de conjuguer autre chose que des verbes, peut-être est-il souhaitable de consulter un dictionnaire et de chercher le sens du mot « conjuguer » ?

Conjuguer = con-joindre, c’est-à-dire associer, tout simplement.


Zorglub, le
Bellamy il calme les trolls... 2 articles pénibles car nous ne sommes pas sur un forum de français ou de traduction mais sur un forum qui concerne les echecs.


@Bellamy. Donc, c'est bien une métaphore. Théorie des cases conjointes est la formule normale et logique. Théorie des cases conjuguées est une métaphore, certes discrète, mais réelle. Je vous remercie d'abonder dans mon sens.

Allez vérifier (simplement sur Wikipédia) si on peut définir Duchamp simplement comme un artiste d'avant garde fasciné par les échecs ( je connais beaucoup moins Halberstadt). Duchamp avaient des centres d'intérêts presque infinis, fréquentait l'Oulipo, et était bien plus intelligent que moi. Et peut-être que vous aussi.


Renan, le
Il y a un mot qui apparaît aussi lorsque l’on parle de cases conjuguées c'est "trébuchet"...
Il me semble,non?


Non le trébuchet c'est une autre notion


Ce n'est pas le seul contexte où "conjugué" signifie "associé". Il y a la notion de nombres complexes conjugués en maths. Même dans le cas de synonymes parfaits, il y a parfois des traditions qui fixent l'emploi d'un mot dans un domaine, et cela peut piéger les traducteurs qui n'en sont pas familiers. Je ne trouve pas imprécise ou étrange l'expression "cases conjuguées" utilisée depuis des décennies, pour moi c'est du français parfait.


Français parfait sans doute, mais pour les cours je n'utilise pas l'expression. Je préfère l'expression de cases "minées" ("mined squares" en anglais) qui est plus parlante : le premier qui va sur la case minée perd si son adversaire peut aller sur la case correspondante -comme dans le fameux trébuchet.
Evidemment le concept de cases conjuguées est plus complexe, et s'étend aux cases adjacentes, voire à tout l'échiquier parfois, mais dans ce cas ce n'est plus relatif au jeu d'échecs...juste une sorte d'amusette mathématique utilisant la marche des pièces.


Krusti, le
Échange très intéressant qui illustre à merveille que les échecs (et les forum (fora ?) qui vont avec) ont peut-être vocation à ouvrir l'esprit par delà les pgn.
Je pense, pour apporter une petit pierre, qu'il y a en effet une métaphore (en tous cas un effet métaphorique si je peux dire) à l'utilisation de la formule "cases conjuguées".
Le propos du Dr P montre d'ailleurs bien qu'il n'y avait pédagogiquement aucune nécessité à employer ces termes ce qui, en creux, montre bien qu'il y avait une autre motivation au choix de cette formule.
Pour avoir passé un peu de temps sur ce mot, conjugaison, dans une autre vie, il me semble qu'existe une filiation très chargée du côté charnel et du côté du piège. Ce qui pourrait faire coïncider la notion de mine avec celle de l'union... Mais c'est à vérifier.
Au passage un grand merci à Marcel Duchamp pour avoir investi le jeu dans ce dédale de dimensions...


Pour ma part J'ai toujours imaginé les cases conjuguées comme une marelle dans un couloir avec des grands carrés qui s'allument lorsque l'on y pose les pas...sachant qu'il y a aux 2 extrémités du couloir deux interrupteurs va et vient qui sélectionnent 50 % des cases..

Résoudre la position des rois sur des cases conjuguées sur l'echiquier en fontion de leur deplacement revenant à savoir sur quel interrupteur chacun des rois appuie à chaque mouvement...


Chemtov, le
Je ne comprends pas bien le sujet. ''Cases conjuguées'', c'est tout à fait normal. Même si dans ma jeunesse on nous parlait plutôt de ''cases correspondantes''. En allemand, on peut lire parfois le terme de ''Schwesterfelder'' = ''cases-soeurs''.


Krusti, le
Il nous manquait la dimension incestueuse pour bien analyser cette affaire sous l'angle de la tragédie grecque.
C'est fait.
Nous allons pouvoir avancer.
Merci @Chemtov.
;-)


Orouet, le
Il serait aussi tragique qu'un pauvre roi ne puisse accomplir son devoir conjugal ...

avançons !


@ Chemtov et à @Thierrycatalen : c'est intéressant, parce que vous dites la même chose avec des termes différents : les cases conjuguées, c'est quand même bien 2 réseaux de cases qui se correspondent, non ? Et vous l'évoquez avec des termes différents : ThierryC évoque le chiffre 2 (il le répète même 2X au travers de son image de la marelle) et Chemtov apporte deux nouveaux termes avec la même image : cases correspondantes et Schwelterfelder (cases-soeurs). L'image de la soeur évoque aussi une relation : vous ne pouvez pas être une soeur toute seule : Vous avez obligatoirement un frère !

Donc, j'ignore ce que le traducteur (concepteur ?) avait dans la tête en forgeant l'expression cases conjuguées qui ne signifie rien en soi. Une expression normale eût été 'cases correspondantes', 'cases conjointes' ou même 'cases corrélatives'. Ce traducteur a donc mal fait son travail ou alors, c'était un génie...

@Zorglub : aux échecs, le trait initial donne l'avantage aux Blancs. Sur tout forum c'est l'inverse. Toute personne qui en interpelle une autre a les Blancs. Son interlocuteur (dans le cas présent moi) a les Noirs. Il lui suffit donc d'adopter une position symétrique. Soyez poli avec moi, je serai poli avec vous. Apportez des éléments pertinents, je tâcherai d'en faire autant. Ignorez moi, je vous ignorerai. Clashez moi, je vous clasherai. Au mieux, vous ne pouvez faire que nulle, même avec 1000 points élo de plus que moi.

Si tout le monde adoptait cette symétrie sur tout forum (échecs, foot, physique quantique, n'importe quoi d'autre), la vie des modérateurs serait quand même plus simple, non ?


Reyes, le
« L'opposition et les cases conjuguées sont réconciliées » par Marcel Duchamp (1887-1968) et Vitaly Halberstadt (1903-1967)


Reyes, vous marquez un point !^^




© 2000-2022 - France Echecs - Politique de confidentialité