France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 23 janvier 2022
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


La vraie différence entre un joueur et un problémiste, de nos jours par Jacques le  [Aller à la fin] | Actualités |
Je viens de la découvrir :

Quand un problémiste entend parler de MC, il pense à Michel Caillaud!


J'avoue ne pas connaître le monde des problémistes et des compositions d'échecs..
j'ai déjà bien trop de mal avec la page "Faites vous la main" dans Europe Echecs...
Mais j'avais été surpris par le guide des échecs de Nicolas Giffard (collection Bouquin) ...livre formidable indémodable et indispensable pour tout passionné du jeu soit dit en passant ...qui consacrait beaucoup de pages au sujet...la curiosité aidant j'ai lu et appris pas mal de choses...mais que c'est difficile !!! .


Orouet, le
@TC : J'avoue, cet article est dédié aux blagounettes sur les initiales.

La vraie différence entre un problémiste et un amateur de la série Dallas ?
Quand un problémiste entend parler de JR il pense à ...


Renan, le
JR?


Franxis, le
Jacques Rotenberg ?


Orouet, le
bien sûr !
:)


Je propose GK (au lieu de MC) :o)


Renan, le
La différence :
MC pourrait être champion du monde des problemistes, pas sûr qu'un champion du monde des problemistes puisse devenir champion du monde...


@Renan, tu confonds problémistes et solutionistes, amha...


Excellente définition Jacques, c'est du vécu?
@Orouet: idem, cela m'a fait rire!
@Kouvitch: j'ai pensé immédiatement à GK, mais comme c'était aussi un fort joueur j'imagine que ce n'est pas lui...


Jacques, le
@ Alain
Bin oui!
Pour moi, il n'y a qu'un MC.
Qu'il puisse y en avoir un autre est étonnant!


Julo62, le
Il y a une anecdote assez étrange au sujet de Kasparian (j'espère ne pas me tromper et qu'il ne s'agit pas d'un homonyme) et de la position suivante :

Cette position est tirée de sa partie contre Romanovski (qui avait les blancs).
Je la connais car on me l'avait présentée comme "un défaut de problémiste".
Alors qu'il avait un avantage certain, il a cru annoncer un mat en 3, en jouant :
52... De1+
53.Rh2 - Th3+
54.Fh3 - Cf3 mat...
Sauf que le cavalier est cloué.

C'est son adversaire qui le lui fit remarquer, une fois le coup joué. Kasparian resta interloqué un moment jusqu'à ce que Romanovski, assez gêné, lui montre la grande diagonale du doigt.

(je l'ai retrouvée dans le livre de N. Kroguious, La psychologie au jeu d'échecs, chez Grasset)

Romanovski - Kasparian, Leningrad 1938.




C'est une bonne question. Ces brillants problémistes furent-ils (sont-ils ) de forts joueurs à la pendule, ou par correspondance ?

Je crois savoir que MVL est un très fort solutioniste .
J'imagine que c'est le cas de la plupart des GMI qui ne sont pas allergiques aux problèmes (comme Fressinet, je crois).


Bibifoc, le
@supergogol
la liste des solutionnistes GMI ou MI à la pendule est longue quelques uns de mémoire j'en oublie surement .
John Nunn,Jonathan Mestel,Kacper Piorun,Piotr Murdzia,Colin McNab,Alain Villeneuve


Meteore, le
@Julo : ref mat en 3.

Est ce que quand Kasparian a joué 52....De1+ et annoncé mat en 3 coups, son adversaire lui a annoncé : "non pas de mat en 3 le cavalier est cloué", ce qui aurait évité à Kasparian de perdre sa tour inutilement, ou bien a t il attendu le coup 53...Txh3+ pour lui indiquer qu'il n'y avait pas mat en 3?


Julo62, le
C'est une formule (souvent utilisée) de dire "annoncé".
Je n'ai jamais vu personne faire ça ^^

Mais bon, quand on part dans une variante où on sacrifie une T, ça y ressemble :-)


@supergogol: beaucoup de forts solutionnistes sont aussi forts joueurs d'échec (Pavlov, Piorun, Van Beers...).

En 2012 Maxime Vachier-Lagrave a aimablement rejoins l'équipe de France pour le championnat de solution à Kobé. On voit qu'il domine tout le monde sur les études (max de points en 41 min) mais dans les autres genres qui sont bien éloignés de la partie son manque de pratique se fait sentir (il reste néanmoins bien meilleur que je ne le serais jamais).
Autant le lien fort joueur-fort solutionniste d'étude semble assez clair, autant le lien avec la résolution de problème n'est pas évidente.

Alors comme le sous-entend Kouvitch, avec la composition le lien est encore moins évident.


@Abrobecker, si on se limite aux études, je ne vois guère que Réti qui brille dans les deux catégories (même si beaucoup de champions du monde on composé des études... et Morphy UN mat en deux)


Bibifoc, le
On peut ajouter Pal Benko


Reyes, le
« Ma fascination pour les études s'est avérée très bénéfique. Elle a aidé à développer ma compréhension esthétique des échecs et a amélioré mon jeu de fin de partie. » Vassily Smyslov (1921 – 2010)

"I always urge players to study composed problems and endgames." Pal Benko


Autant je peux comprendre l'utilité des études dans la compréhension du jeu, et le perfectionnement des idées, autant la résolution des problèmes me semble trop éloignée de la pratique de la partie classique pour avoir une réelle portée .
Mais je dois me tromper...


Reyes, le
J'aime beaucoup les études, mais j'ai du mal avec les problèmes. Ce n'est que grâce aux vidéos de Jacques - surtout ses commentaires - que j'ai passé du temps dessus.


Jacques, le
@Reyes

Merci!

@Supergogol

Je crois l'avoir déjà dit dans un autre post :
La résolution de problèmes n'a - en termes d'utilité pour la partie - à peu près aucun intérêt.

C'est une activité en tant que telle, pour ceux que ça intéresse.


La seule fois où j'ai réalisé une figure de problème de manière consciente en partie longue, c'est quand j'ai fait glisser mon Roi (Rd8-e8-f8) pour installer ma Tour a8 en e8 . Je ne me souviens plus comment s'appelle cette manoeuvre dans le monde du problème...
J'étais très fier de moi !


J'avais oublie de préciser, en 2013 c'est Nino Maisuradze qui a aimablement rejoint l'équipe de France. La encore c'est sur les études que l'on voit le plus sa force!

@Kouvitch: Kasparyan non?

@SuperGogol: cela fait partie des "castling paradox" un peu comme la PJ suivante d'Antonio Garofalo, position après le dixième coup blanc, comment s'est déroulée la partie?




Orouet, le
"La vraie différence entre un joueur et un problémiste" sur FE ...

le problémiste proposera toujours un problème :)


Chemtov, le
Et le joueur est lui-même un problème. Qu'aucun problémiste ne peut résoudre.


@Abrobecker, oui G. Kasparian vs G. Kasparov, comme tu l'as fait remarquer c'était aussi un fort joueur mais -à mon avis- sa notoriété vient de ses compositions.




© 2000-2022 - France Echecs - Politique de confidentialité