France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mercredi 05 août 2020
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Publication de Stratégie et tactique aux échecs par pascal.echecs le  [Aller à la fin] | Actualités |
Cher ami du jeu d’échecs,

Après la publication à la fin de l’année dernière de la seconde partie de l’autobiographie échiquéenne de Mikhaïl Tal, la collection Histoire du jeu d’échecs a le plaisir de vous proposer un nouvel ouvrage : Stratégie et tactique aux échecs de Max Euwe.

Lien de présentation détaillée.

Présentation succincte

C’est un peu par surprise que Max Euwe devint le cinquième champion du monde en décembre 1935 en battant Alexandre Alekhine. En effet, Max Euwe s’est toujours considéré comme un joueur amateur, au contraire des autres champions. Professeur de mathématiques dans des lycées puis à l’université, la pédagogie et la diffusion des connaissances ont toujours constitué pour lui une perspective essentielle dans son travail professionnel. Il en est de même dans l’univers des échecs : Max Euwe s’est imposé comme un très grand pédagogue des connaissances échiquéennes, rédigeant un grand nombre d’ouvrages et collaborant à de nombreuses revues.

En 1931, Max Euwe fit paraître un manuel pour les débutants, Fundamentals of Chess, qui demeure un guide d’initiation aux échecs de référence. Voulant approfondir certains aspects contenus dans ce manuel, Max Euwe fut amené à prononcer des conférences à l’Université populaire d’Amsterdam en 1934. Le contenu de cet ouvrage est la matière qui fut présentée durant ces conférences.

Bien que ce livre s’intitule Stratégie et tactique aux échecs, c’est avant tout la tactique qui y est développée, avec le souci toujours cher à l’auteur de présenter la matière avec une grande clarté pédagogique.

Un ouvrage d'initiation à la tactique échiquéenne particulièrement recommandé pour tout joueur dont le classement Elo est inférieur à 1700 points.

Lien de présentation détaillée.


Renan, le
C'est une ré édition ?...sinon c'est étonnant que ce livre ne soit jamais sorti.


Chemtov, le
En français, non, je ne crois pas. Vous pouvez voir ici ce qu'il a écrit et ce qui a été traduit : https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Euwe


Chemtov, le
En fait, Fundamentals of Chess, qui est cité, a déjà été traduit (''L'Indispensable aux échecs''). Il semble qu'il y a là un matériel complémentaire. Mais c'est bien, ces publications en français. Il faut des livres !
Et c'est toujours intéressant de voir ce que les grands champions entendent par tactique ( plutôt que des combinaisons terminales, aussi des moyens de passage d'une construction à une autre, des outils utilisant le calcul très précis et forcé, mais pas forcément pour ''attaquer '' ou faire des jolies combinaisons de mat ).


Chemtov, le
Allez ! Profitons du sujet sur ''stratégie et tactique'' pour poser un petit exercice ( ce n’est pas dans le livre de Euwe ! ). Pour Renan ( ou d’autres… ) :
Les blancs viennent de jouer Tad1 et pourtant les noirs répondent f5. Bévue ? Ou calcul précis ?

Une position qui aurait aussi pu être publiée à la fin du fil sur la Caro-Kann, si on avait continué sur la question de jonorigolo sur les variantes ouvertes ( 1.e4 c6 2.d4 d5 3.Cc3 ). Là on est effectivement dans la continuité d’un problème stratégique. Quand les pions d5 et e4 s’échangent, puis les pions c5 et d4, comment gérer la majorité des noirs à l’aile roi et au centre ? La contenir ? La laisser avancer ?

Bon…c’est un autre sujet….D’abord le diagramme. Que jouent les blancs ? ( sans ordi évidemment ).


Chemtov, le
21.Tad1 f5




Fox, le
Fxb7 semble évident (sans ordi évidemment)


Chemtov, le
A l'elo, le monsieur avec les noirs avait été n°11 mondial quatre ans avant cette partie ( et environ n°30 au moment de la partie ). Donc, quand il a joué f5, il a calculé un peu plus loin.


Fox, le
Je ne comprends pas pourquoi le post où je disais immédiatement (genre 19:07) "ah non Fxb7 ne marche pas" a été censuré, mais bref je ne joue pas Fxb7, c'est une auto-arnaque qui offre la partie même si le mec en face n'a rien vu (ce qui n'est pas le cas d'un 11ème mondial effectivement)


Fox, le
Et donc ben Fc2 ou Fb1, mais je n'arrive pas trop à évaluer la différence, et surtout quel est alors l'intérêt de ce diagramme ? (à part justement tendre le piège susmentionné) Je dirais Fb1 pour surveiller le pion a2 sur un futur (éventuel) ...Fe6


Chemtov, le
Faut pas exagérer, cela n'offre pas non plus la partie !


Fox, le
Je veux dire que l'adversaire est obligé de trouver la meilleure suite et ressort avec gros avantage. Après ce sera à toi de me dire si c'est -1.5 ou -1 ou moins (moi je pense que c'est encore davantage) et également ta définition d'offrir la partie (la mienne vient d'être donnée).


Chemtov, le
Bon... je ne sais pas trop jusqu'où vous avez vu. Mais d'abord, il faut vraiment ranger l'ordi ( à l'époque, il n'y en avait pas ! ). La question est '' en tournoi, prendriez-vous b7 ? ''. Et on essaie de calculer le plus loin possible. C'est un exercice que je donne souvent ( avec des gens disposant juste d'un échiquier ).


Fox, le
Mais j’ai pas sorti l’ordi enfin ! J’ai vu Fxb7 Fxb7 Td7+ Tf7 Txf7+ Rxf7 Cd6+ Suivi de Cxb7 Tb8 et là avec les blancs je suis désespéré et prêt à abandonner après avoir fait le mariole avec une combinaison foireuse


Fox, le
C’est plus compliqué que ce que je croyais car les blancs vont se venger ensuite sur e5 mais les noirs peut-être sur a2... Si ça se trouve on liquide tout... je n’y vois plus clair désolé pour les éditions successives de mes posts


Fox, le
Bref et pour répondre à la question : non je ne prends pas car je crains que ça liquide tout alors que sur la position de départ j’ai l’impression d’être mieux. Je trouve donc rageant de sortir une combi super compliquée (pour les blancs) où les noirs ont juste à jouer des coups forcés triviaux tout ça pour ruiner tout mon avantage


Même impression que Fox, en partie je ne prendrais pas car ne vois pas d'avantage après la combi.


Chemtov, le
Bon... ben voilà... C'est compliqué. Parce que, effectivement, il n'y a pas ''d'avantage après la combi''. Mais le problème est qu'il n'y en a pas vraiment non plus avant ! ( D'où ma question ''stratégique'' sur l'avancée des pions e et f, à endiguer ou à autoriser ).

Alors, en tournoi, après f5, il faut prendre une décision. Après Fc2 ou Fb1 ( qui protège a2 ), on laisse les noirs s'incruster par e4 et enfermer le fou. C'est difficile de réagir avant que les noirs n'achèvent leur développement ( Fe6 ou b6, Fa6 ). Les blancs sont probablement un peu mieux, mais ça peut vite basculer.

La partie c'était donc une Caro-Kann Cd7 avec fianchetto ( ou par inversion, fianchetto d'abord puis Cd7 ) :

1.e4 c6 2.d4 d5 3.Nd2 g6 4.h3 Bg7 5.Ngf3 Nd7 6.Bd3 dxe4 7.Nxe4 Ngf6 8.Nxf6+ Nxf6 9.0-0 0-0 10.c3 Qd6 11.Re1 c5 12.dxc5 Qxc5 13.Be3 Qc7 14.Bd4. Jusque là, cela avait déjà été joué deux fois ( Knezevic,M.(2490)-Tseshkovsky,V.(2595) nulle ici ! Et une autre partie avec 14...Fe6 ). Mais là : 14...Nh5. Plus ambitieux ! 15.Be5 Bxe5 16.Nxe5 f6 17.Qb3+ Kg7 18.Qc4 Qxc4 19.Nxc4 e5 20.Be4 Nf4 21.Rad1 f5. Et voilà, on y est.

Donc il s'agit de D.Roos ( votre serviteur ) contre Lubomir Kavalek ( champion des USA, qui jouait à l'époque avec les très grands, à Wijk aan Zee, Bugojno, Turin, etc...). Là, c'était à New-York en 84 ( avec les très petits ! ). Donc, n'ayant rien contre la nulle, j'avais bien calculé Fxb7. Mais pas assez loin ! Et je n'avais pas imaginé que je perdrais aussi vite !

Première étape : 22.Bxb7 Bxb7 23.Rd7+ Rf7 24.Rxf7+ Kxf7 25.Nd6+ Kf6 26.Nxb7 Rb8.
Deuxième étape : 27.Nc5 Rxb2 28.Nd7+. Et là, surprise : 28...Ke6. Je m'attendais à Rg5 h4+ Rh6 et Txe5. Et sous le choc de Re6, je n'ai pas vu ce que mon adversaire avait vu depuis longtemps : Troisième étape 29.Nxe5 Re2 !

Voilà le calcul que je voulais montrer. Après j'ai perdu les deux pions car le roi est beaucoup mieux placé : 30.Nd3 Rxe1+ 31.Nxe1 Ne2+ 32.Kf1 Nxc3 33.a3 Kd5 34.Nc2 Kc4 ou bien 30.Rxe2 Nxe2+ 31.Kf1 Nxc3 32.Nc6 a6 33.a3 Kd6 34.Nb4 a5 35.Nc2 Kc5 36.Ke1 Kc4 37.Kd2 Ne4+ etc...

Bref...voilà, l'exercice était de détecter la série de petits motifs tactiques et de calculer la suite linéaire :
22.Bxb7 Bxb7 23.Rd7+ Rf7 24.Rxf7+ Kxf7 25.Nd6+ Kf6 26.Nxb7 Rb8 27.Nc5 Rxb2 28.Nd7+ Ke6 29.Nxe5 Re2. Couic !

Mais c'est plus intéressant quand c'est lié à une problématique positionnelle ( la structure de pions dans ce cas ).

Et désolé, Fox, si vous ne voyez pas l'intérêt de ce diagramme ( Fox, le 23/05/2020 20:55 ). Kavalek, lui, a trouvé la partie très intéressante. Il m'a expliqué plein de trucs, notamment sur la différence entre Cd2 et Cc3 au début.


Fox, le
Si si, il est très intéressant ! Mais celui à qui on le soumet est sûrement plus motivé si la consigne est (comme ça a été reformulé plus tard) : « Jouez-vous oui ou non Fxb7 ? »
J’ai vu toute la combi jusqu’à Te2 que je n’aurais jamais envisagé et qui détruit tout !


Ce livre n'a jamais été traduit en français auparavant. Il s'agit de la traduction de "Strategie en taktiek in het schaakspel", 1935.
Mais j'ai traduit depuis la version anglaise : "Strategy and Tactics in Chess", 1937.


Chemtov, le
Super ! Je vais voir si j'ai déjà la version anglaise ( ou allemande peut-être ). Si non, je vous commanderai la française.


Renan, le
Chemtov,en parlant de livre, une question me taraude ; au vu de votre carrière, pourquoi n'écrivez pas un livre dessus avec les meilleures parties et les lieux où vous êtes allez jouer?...
Sinon Te2,une bonne claque en effet...


Très bon exemple de calcul, merci Chemtov. Je me suis arrêté à Txb2.
Dans une de mes parties, je passerai beaucoup de temps sur Fxb7, quand même. En effet, positionellement cela revient à permettre à toutes les pièces noires de s'activer, notamment à la fin, le roi et la tour a8 (celle-ci bien coincée jusque là). Autre chose- d'ordre plus psychologique-un très bon joueur "force" cette combinaison (alors qu'il n'était pas obligé),autre bonne raison de se méfier.
Effectivement, on peut arriver jusqu'à la prise en b2, et même si les Blancs pouvaient reprendre en e5 (sans voir l'interpolation en e2), les Noirs sont bien malgré le pion de moins. Du coup, même sans voir T ou Ce2, j'aurais reculé le fou en ç2, pour des raisons autant stylistiques qu'objectives : j'accorde plus d'importance au temps qu'aux facteurs statiques personnellement.
Sur un tel exercice, la différence entre les bons et les grands joueurs est flagrante : c'est la vision de l'échiquier. Un Carlsen, un Mvl "voit" -(et non calcule !)la position après Txb2, et naturellement visualise instantanément que Cxe5 perd...Un moteur plus puissant, quoi !


Fox, le
Oui quand j'ai dit que j'avais vu toute la combi jusqu'à Te2, c'est en plusieurs temps. La première fois j'ai arrêté après Tb8 et j'étais désespéré ; comme Chemtov a trouvé mon sentiment très exagéré et a sous-entendu que je n'avais pas vu la suite, j'ai continué à chercher, jusqu'à la capture de e5 qui semblait liquider la position et conduire à une structure de pions symétrique. Mais ...Te2 alors là. Après tout ça j'aurais joué Fb1.


Chemtov, le
@Renan : Te2, c'est joli, mais là encore il ne faut pas isoler un coup du reste de l'idée. Alors que Ce2+ et Cxc3 était une menace inquiétante, dans d'autres configurations, elle devient mauvaise dès lors que toutes les pièces sont alignées sur la colonne e. Et inversement, quand le roi noir se place ainsi en e6, afin d'agir seul sur d7 et e5, il donne un rôle de rêve à sa tour.

Mais Re6, c'est tout bêtement le coup gagnant grâce au thème de la centralisation du roi en finale. Vu après coup, c'est élémentaire, mais dans le feu de l'action on oublie que dans toute combinaison de simplification, on s'oriente vers une finale. Et à chaque échec qu'on donne, le potentiel adverse risque d'augmenter avec la mise en jeu du roi. En effectuant le circuit du cavalier (c4-d6-b7-c5-d7-e5) on est content de trouver des cibles ( pions et roi ) mais l'erreur est de les mettre sur le même plan. Le roi est une cible qui réagit et contre-attaque, jusqu'à gagner la finale de pions.

Un livre .. bof... c'est pour les gens à la retraite. Il y a d'autres priorités. Et puis, je crois que cela n'intéresserait pas grand monde ( avec raison ! ).

Au sujet des calculs ( on peut les appeler ''tactiques ) au centre de plans stratégiques, il y a un excellent livre de Razuvajev et Nesis, en allemand : ''Die Kunst der Vereinfachung'' ( L'art de la simplification ).

@DocteurPipo : Oui. Sur les bons et les moins bons. C'est clair que Kavalek a tout calculé dès f5. Et le petit joueur aurait effectivement du se méfier... Mais psychologiquement c'est tellement tentant d'aller chercher ce demi-point, avec cette solution de facilité de jouer une suite tactique forcée ( boum, échec, échec, pif, paf , échec, etc...). Il n'y a qu'à calculer... mais il ne faut pas oublier l'élément stratégique de la centralisation du roi.


Renan, le
Bon je vais faire une transgression mais sur arte en ce moment il y a un reportage sur le musée de gougueneim à New-York, on y voit des œuvres de Marcel Duchamp... extraordinaire !


Renan, le
Petite question encore pour embêter chemtov:
Sachant que tu as 1700 feuilles de parties et que tu les as prêté à un copain pour qu'il les enregistre, tu pourrais faire un sacré bouquin en plusieurs tomes...


Chemtov, le
Pas le temps. Je ne suis pas à la retraite. Et ce ne serait pas si intéressant. Mais là, j'ai fait un petit article dans mon canard local, sur cette partie : https://www.dna.fr/edition-strasbourg/2020/05/26/une-finale-bien-anticipee


Chemtov, le
Apparemment, c'est en accès libre. Mais on ne voit pas le deuxième diagramme.




Chemtov, le
Bon... je dois donner mon prochain article ce soir... pas d'idée.


atms, le
On parlait tout récemment de La Bourdonnais.

https://www.france-echecs.com/article.php?art=20200526164330990

Une petite présentation de ce joueur "relativement" méconnu ?
L'article de Penarol m'a refait penser à cette partie :

[Event "Londres"]
[Site "?"]
[Date "1834.??.??"]
[Round "?"]
[White "MacDonnell, Alexander"]
[Black "De la Bourdonnais, Louis"]
[Result "0-1"]
[ECO "B32"]
[PlyCount "74"]
[EventDate "1834.??.??"]

1. e4 c5 2. Nf3 Nc6 3. d4 cxd4 4. Nxd4 e5 5. Nxc6 bxc6 6. Bc4 Nf6 7. Bg5 Be7 8.
Qe2 d5 9. Bxf6 Bxf6 10. Bb3 O-O 11. O-O a5 12. exd5 cxd5 13. Rd1 d4 14. c4 Qb6
15. Bc2 Bb7 16. Nd2 Rae8 17. Ne4 Bd8 18. c5 Qc6 19. f3 Be7 20. Rac1 f5 21. Qc4+
Kh8 22. Ba4 Qh6 23. Bxe8 fxe4 24. c6 exf3 25. Rc2 Qe3+ 26. Kh1 Bc8 27. Bd7 f2
28. Rf1 d3 29. Rc3 Bxd7 30. cxd7 e4 31. Qc8 Bd8 32. Qc4 Qe1 33. Rc1 d2 34. Qc5
Rg8 35. Rd1 e3 36. Qc3 Qxd1 37. Rxd1 e2 0-1




Chemtov, le
Oui, je voulais répondre aussi à Penarol. Mais dans un sens très différent de son intervention. C'est-à-dire avec un Labourdonnais plus stratège que tacticien, beaucoup plus classique que romantique. Mais peut-être devriez-vous mettre ce diagramme simplement sur l'autre post. J'y retournerai aussi bientôt.


Pour ce type de traduction, vous faut-il l'autorisation des ayant-droits, ou de la famille de l'auteur ?
Si oui, comment les contacter ?




© 2000-2020 - France Echecs - Politique de confidentialité