France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 16 septembre 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Fous de couleurs opposées et placement des pions par Meteore le  [Aller à la fin] | Théorie |
En écoutant un stream sur chess24 j ai entendu JB Mullon donner un conseil sur le placement des pions quand on est avec fous de couleurs opposées.
Je dois dire que c est allé beaucoup trop vite et je n ai pas réussi à comprendre.
J ai saisi que selon que l on attaque ou defende ce n était pas forcément la même règle.

Je suis intéressé par le sujet.
Est ce que quelqu'un aurait des idées sur le sujet ?


La règle complète est supposée être : placer les pions sur la couleur du Fou de l'adversaire lorsqu'on attaque, ou bien dans le secteur où l'on est fort, et sur la couleur de son propre Fou lorsqu'on défend.


Si quelqu'un connaît la formulation d'origine de cette règle ancienne, je suis intéressé.
Pour la compréhension : dans le secteur où l'on est fort, le Fou assume le contrôle des cases non contrôlées par les pions, tandis que dans le secteur où l'on est faible, le plus important est de défendre les pions, ou au moins de retarder leur perte.


Bonsoir Meteore, et bonsoir Slucaino!
C'est en effet ce qu'a dit Slucaino.


La règle générale concernant les fous est de mettre nos pions sur la couleur opposée à notre fou.
L'exception concerne la défense dans les finales à fous de couleurs opposées :pour défendre, il suffit de mettre nos pions sur la couleur de notre fou, qui va tous les défendre.
En revanche, appliquée dés le milieu de jeu, cette stratégie est très dangereuse, parce qu'en mettant nos pions sur noir (disons) avec un fou noir, on laisse des trous sur cases blanches, et on risque de se faire mater.


Meteore, le
Merci beaucoup Slucaino et DocteurPipo pour ces intéressantes réponses.

J ai souvent en blitz avec les blancs des structures stonewall reciproques ( d4 e3 f4 vs d5 e6 f5) et j avais remarqué que si on réussit à échanger toutes les pièces mineures en conservant un cavalier (si possible placé en e5) contre un fou noir de cases blanches alors on peut gagner quasiment sans effort car le fou adverse est entravé par ses propres pions et en plus on peut attaquer sur cases noires.

J ai l impression qu avec un fou blanc de cases blanches (non entravé par ses pions) contre un fou noir de cases blanches ( entravé par ses pions) il y a aussi un avantage mais moins net qu avec le cavalier.

Finalement avec fous de couleurs opposés c est un peu plus compliqué je trouve il faudrait trouver des exemples de parties




Chemtov, le
Sur les finales seulement, j'avais un livre très instructif d'un MI hongrois ( uniquement sur les fous de couleurs opposées ). Je revois bien sa tête, mais je ne retrouve pas son nom ! Bon... ça me reviendra... C'était en anglais. En tous les cas, il y avait une vraie recherche, avec des cas intéressants.


@météore : Dans les ouvrages de Dvoretsky, il y a beaucoup d'exemples classiques, à la fois en milieu et en fin de partie.


@docteurPipo, oui, c’est d’ailleurs dans Positional Play que j’ai lu pour la première fois des conseils sur les fous de couleurs opposées en milieu de jeu, dans l’excellent chapitre qui est consacré à ce thème.
Bonne remarque pour la stratégie défensive, cela ne s’applique qu’en finale, à l’inverse de celle en situation de domination qui peut s’appliquer aussi bien en milieu de jeu qu’en finales.


Je ne sais pas s'il peut exister une règle générale à propos de la position de nos pions et fous...de plus avoir une telle règle dans l'esprit pourrait vite tourner à la catastrophe.
Il me semble que ce qui compte toujours c'est le nombre de cases que vous interdisez à votre adversaire...et de savoir si vous pouvez créer une brèche sur des cases faibles pour y passer votre roi en fin de partie.
Donc pas de règle mais s'adapter aux objectifs : empêcher l'adversaire de rentrer dans votre camp ...ou au contraire chercher à envahir le camp adverse. Et puis toujours veiller à ce que votre fou reste le plus mobile possible et qu'il ne soit pas statique comme un superpion...


Penarol, le
Chemtov parle sans doute des 600 finales de Portisch et Sarkozy.
Un must alors que c'est pas un livre très connu.


Chemtov, le
@Penarol: Non, non, ce n'est pas ça. Là je viens de rentrer chez moi ( Chartres > Strasbourg ) et j'ai pu retrouver le titre dans mes notes ( mais pas encore le livre, dans mon capharnaüm ). C'est de Gyula Mészáros et ça s'appelle ''The secrets of the opposite-coloured bishop endings''. Et en hongrois : euh... finalement, non...


elkine, le
@Penarol : je l'ai, avec une préface de Brice Hortefeux.


Les interventions de ce fil pour comprendre le jeu d'échecs sont parfois instructives. Je voudrais revenir à l'aspect historique pourtant. La règle ancienne du placement des pions selon la couleur de son propre Fou remonte à Philidor, de mémoire et selon ce que j'ai lu (beaucoup d'incertitudes donc). Quelqu'un peut-il fournir des sources fiables ?




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité