France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 21 octobre 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Une étude pour exercer vos connaissances des finales élémentaires par sigloxx le  [Aller à la fin] | Etudes |

Les blancs jouent et gagnent.

C'est vraiment très abordable sans machine, un bon exercice d'entraînement avec un joli essai à deux variantes (tout est dans le jeu d'essai ici).


Chemtov, le
Je ne sais pas si le titre convient bien à l'exercice.


sigloxx, le
Pourquoi ça? C'est entièrement centré sur des finales fou vs 2 pions bien connues. J'ai juste rajouté une jolie intro de type "logique".

C'est plus dur à résoudre que le je le pense?
(enfin je me rends compte que c'est pas non plus trivial évidement, y a au moins un coup difficile à voir dans l'essai - et je crois non anticipé - mais ça reste du domaine des finales élémentaires je pense).


sigloxx, le
Enfin je vais mettre le début de l'essai déjà. L'aspect exercice reposant sur des finales élémentaires devrait être plus apparent :).

Essai :
1.b7? Fxb7+ 2.Txb7 h2 3.Th7 Rg1 4.Re4! (le plus précis) h1=D+ 5.Txh1+ Rxh1 6.b6



La position clé de l'étude : comment les noirs obtiennent-ils la nulle?



Chemtov, le
Question de vocabulaire. Disons que sans échiquier, sans bouger les pièces, ( je ne sais pas si c'est ainsi que ''fonctionnent'' les amateurs d'étude ), donc comme en tournoi, le calculs des différentes ''courses'' ne sont pas si ''élémentaires''. Et hélas, piètre joueur de finale que je dois être, je ne connais pas ces références à ''des finales fou vs 2 pions bien connues '' ( d'autres oui, mais pas celles-là ).


sigloxx, le
Ok je comprends ton point de vue.

Je crois que le terme reste approprié. Pour moi ça désigne en gros tout ce qu'on peut trouver par exemple dans l'encyclopédie des finales. Alors évidement il n'y a certainement pas grand monde qui connaisse le contenu des 5 volumes par coeur, même parmi des spécialistes des finales comme erony. Mais ça reste du déjà vu, souvent des idées qui se retrouvent à l'identique d'une position à l'autre, etc..

La position du second diagramme de ce thread (qui il me semble est inédite telle quelle) n'est pas en soit une finale élémentaire, mais les deux positions auxquelles on aboutit dans les deux variantes sont pour moi des finales élémentaires, à essayer de retenir.
Enfin évidement bon courage pour retenir tout ça, rien que roi fou vs roi + 2pions liés colonnes a et b, il y a au moins une bonne dizaine de positions clés à retenir, dont certaines avec de jolies subtilités).

Par exemple :


Les blancs jouent et font nulle (Pogosyants 1976)

la position finale de cette étude est une de ces positions clés.

Sinon chaque amateur d'études procède comme il le souhaite en ce qui concerne sa façon de résoudre les études. Ceci dit dans les concours de solutionnistes, un échiquier est fourni et la plupart soloutionnistes s'en servent et déplaçent les pièces dessus.
Mais évidement quand Dvoretski entraînait de futurs champions comme Yousoupov en leur faisant analysez des études de finales, c'était sans dépalcer les pièces :).


sigloxx, le
Enfin bref, je qualifiais donc ces positions finales d'élémentaires, mais je n'ai jamais dit que l'exercice en lui même l'était, je me doute bien que ça n'est pas du tout trivial à résoudre surtout sans déplacer les pièces.


Chemtov, le
Oui. Là, je me sens comme Watson ( l'Anglais ) ( pas mon collègue américain ) face à Holmes. Notre définition d'élémentaire n'est pas la même.


sigloxx, le
C'est clairement une question de terminologie oui..

J'avoue que je ne suis pas sûr de ce que regroupe habituellement l'expression "finales élémentaire" dans la littérature échiquéenne.
Wikipedia donne la définition "une finale où le matériel est très réduit", ce qui laisse pas mal de marge d'interprétation..

Dans un ouvrage d'initation aux échecs (Tartakover & co) ça va généralement se limiter à des finales à 3 ou 4 pièces (roi pion contre roi, roi tour contre roi, roi fou cavalier contre roi, etc..).
Mais d'un autre côté un ouvrage intitulé "initiation aux finales d'échecs" ou similaire (par exemple le "finales d'échecs pratiques" de Keres) va généralement inclure au grand minimum le pont de Lucena, la position de Philidor et pas mal d'autres finales à 5 pièces (roi fou pion à une ou deux cases de promotion contre roi fou de même couleur, avec les histoires de petite et grande diagonale, etc..). Elles ne méritent pas le nom de finales élémentaires?

A priori mon point de vue c'est que cette expression devrait probablement désigner toutes les positions clés à 5 pièces et moins. Mais comme dit plus haut, je ne sais pas s'il y a consensus là dessus..

Pour vous les positions de Lucena et Philidor ne méritent pas d'être qualifiées de "finales élémentaires"? Ou bien ces positions là le méritent parce que très connues, mais pas les positions clés à 5 pièces moins connues (par exemple la fin de l'étude de Pogosiants ci-dessus)?


Chemtov, le
Bah... le problème c'est qu'on mélange trop souvent deux sens du mot ''élémentaire''. Des finales à moins de cinq pièces peuvent être très difficiles. En même temps on peut considérer qu'elles font partie du socle fondamental du Jeu d'Echecs.

Souvent on essaye de trouver un équilibre entre l'élémentaire = rudimentaire et l'élémentaire = ce qui constitue la base indispensable. Mais là encore, c'est compliqué, sur ce second point.

Vous avez vous-même oscillé entre '' en gros tout ce qu'on peut trouver par exemple dans l'encyclopédie des finales '' et '' toutes les positions clés à 5 pièces et moins ''.

Par exemple, la finale de Pogosyants n'est pas en elle-même une finale élémentaire dans le sens, socle des connaissances. En revanche, elle est vraiment élémentaire ( rudimentaire par sa technique ) dans le sens où on obtient facilement une position basique roi et pion contre roi. C'est cette finale de roi et pion contre roi qui est (peut-être) élémentaire dans le sens des connaissances basiques.

Bref... c'est un sujet à s'embourber.

Pour votre position initiale : l'énoncé peut laisser croire que c'est la position de départ qui est élémentaire (ce qu'elle n'est évidemment pas, dans aucun sens du mot élémentaire). D'où mon premier commentaire. Ensuite, pour ce qui est des finales de fou et pions qui en découlent, je ne sais pas, comme pour Pogosyants, ce qui est élémentaire.

Dans mes cours, je n'utilise tout simplement pas le mot élémentaire. Dommage, je n'ai plus beaucoup de temps dans mes cours d'échecs ( séances trop courtes ), sinon je donnerais bien cette position aux jeunes. A analyser in extenso ( sans toucher les pièces bien sûr ).


sigloxx, le
Bah ne vous gênez pas pour la leur donner en exercice à faire chez eux, si ça n'est pas trop dur pour eux, j'en serai ravi :)

En fait concernant ma mention de l'encyclopédie des finales, je n'ai possédé et consulté qu'un seul tome et l'ai égaré depuis longtemps (celui sur les finales de dame) et je ne me souviens plus vraiment du type de contenu, juste que j'avais passé beaucoup de temps à regarder les finales RDP vs RD et RD vs RPP dedans (ce qui m'avait amené à regarder en détail une finale amusante avec Roi b1 et des pions noirs en a2,b2,a3 et b4 vs R+D, suivant les différentes positions du roi et dame blanches.. j'avais passé des dizaines d'heures sur ces positions et des positions analogues).

C'eet vrai que ce sont des pavés énormes et il doit y avoir bien plus que juste les finales à 5 pièces donc mentionner ça dans ma définition de finales élémentaires était surement inapproprié.


sigloxx, le
Bon je donne le reste de la solution.

A partir du second diagramme, la suite de l'essai après 6.b6 !

6...Fh4!
ce qui conduit à deux variantes :

7.b7 Fg3 8.Rd5 Rg2 9.Rc6 Rf3 10.Rb6 Re4 11.Rxa5 Rd5 12.Rb5



La première position "à connaître" (ou peut être plutôt à savoir retrouver)

12...Fb8! 13.a5 Rd6 14.Rb6 Fc7+ 15.Rb5 Fb8! =


sigloxx, le
seconde variante :
7.Rd5 Rg2 8.Rc6 Rf3 9.Rb5 Re4 10.Rxa5 Rd5 11.Rb5


deuxième position clé

11...Rd6! 12.a5 Rd7 13.a6 Rc8 14.Rc6 Rb8 =


Chemtov, le
En effet, rien que pour les finales de pions : 1610 positions en 350 pages. Certaines lignes principales peuvent avoir 20 coups et pas mal de ramifications. Et il y a des finales avec 7 pions de chaque côté. Ceci dit, elles peuvent être élémentaires ( mais là dans le sens rudimentaire ).


sigloxx, le
La solution de l'étude est :

1.Tc7! Fb2

Seul coup, et après cet intermezzo le fou a été dévié sur une case où il n'aura plus autant de latitude qu'en f6

Donc

2.b7 Fxb7+

(seule variante vraiment difficile à vérifier sans ordi : 2...h2 3.bxc8=D h1D+ 4.Re3! Dg1+ 5.Rd3! Dg6+ 6.Rc4! Dc2+ 7.Rd5 Dd3+ 8.Rc6 9.De4+ Rb6 +-)

3.Txb7 h2
4.Th7 Rg1
5.Re4! h1=D+
6.Txh1 Rxh1
7.b6! +-






Le fou noir n'ayant plus accès à la diagonale e1-h4, les noirs ne peuvent plus se défendre.


Chemtov, le
En fait, ce n'est peut-être pas un exercice à proposer à mes chères petites têtes blondes, car ils vont se rebiffer à l'idée de devoir analyser une suite qu'ils n'auraient pas jouée (1.b7). Trop contents de commencer par une menace de mat, ils arriveront naturellement au gain en zappant tout le volet ''étude'' et analyse de 1.b7.


sigloxx, le
Oui c'est pas vraiment un exercice de pratique du jeu, devoir analyser en détail pourquoi la ligne qu'on ne doit pas jouer n'est pas bonne ;). Tu peux toujours leur proposer la position du second diagramme avec couleurs inversées, en exercice de recherche de nulle.


Sinon tu peux leur proposer ça :


Les blancs jouent et font nulle

Si la position peu naturelle et la difficulté un peu plus corsée ne les rebute pas... Une jolie double sous-promo à la clé.


Chemtov, le
Non, non ! On a déjà trop peu de temps pour les échecs classiques !


sigloxx, le
Ahah on va pas lancer un autre débat sur le mot "classique", cette fois-ci :P (mais rien de féérique dans mon étude en tout cas).


Chemtov, le
Non,non. J'ai le plus grand respect pour tous ces mystérieux jeux et constructions que vous élaborez. Mais ce n'est juste pas ma tasse de thé ( goût / loisir ) et surtout cela ne rentre pas dans mes nombreux domaines d'activité déjà saturés ( notamment entraînement / compétition ). Je sais qu'il faut marcher sur des oeufs sur ce sujet et j'essaie, d'habitude, de contrôler, voire auto-censurer mes propos, mais parfois certains mots sont mal interprétés ( même le vocabulaire le plus ''élémentaire'' est à surveiller ! )


élémentaire (ou non), classique (ou non), ça reste magique (ou oui) !




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité