France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mardi 10 décembre 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Champions d'Echecs formés en Europe de l'Ouest depuis les années 70 par Meteore le  [Aller à la fin] | Actualités |
Depuis l’après seconde guerre mondiale et jusqu'à la fin du siècle , quasiment tous les grands talents échiquéens sont venus du bloc de l'est.

Néanmoins les pays d'Europe de l'Ouest ont vu régulièrement émerger des talents majeurs (du niveau : candidat au titre mondial).

Il me semblait intéressant de les recenser et de voir s'il existait des "patterns" où des pôles d'émergences particuliers :

Scandinavie : Larsen , (Anderson?), Carlsen

Angleterre : (Speelman?) , Short, Adams

France : Lautier , Bacrot , MVL (une trilogie qui émerge plutôt en fin de période)

Pays-bas : Timman


je ne vois pas tellement d'autres pays de l ouest ayant produits des joueurs de niveaux "candidats"
mais ma liste que je fais uniquement de mémoire sans consulter internet est peut être erronée ou incomplète ?


Tu as oublié Hübner (Allemagne) , un temps n°3 mondial, et candidat au titre de Champion du monde, éliminé sur tapis vert par Smyslov en 1983...



El cave, le
On peut éventuellement considérer que Caruana a émergé en Italie, je compterais aussi Hubner qui venait de la RFA.
Si l'on estime Lautier et Bacrot comme des candidats un joueur comme Miles peut faire aussi partie de la liste je pense.

Pour inscrire çà dans une évolution je dirais que l'Allemagne et les Pays-Bas avaient la culture échiquéenne la plus développée après la guerre, ce qui leur a permis d'avoir régulièrement de bons joueurs (Donner, Ree, Van Wely), il y a eu un développement spectaculaire des échecs britanniques dans les années 70 avec une génération brillante (Miles puis Speelman, Short, Hodgson, ensuite des gens comme Adams, Sadler, McShane), la France a émergé au début des années 90 entre autres grâce à l'apport de techniciens comme Spiridonov, Vaisser ou Dorfman qui ont permis aux talents émergents à commencer par Lautier de se rapprocher du premier plan.

Ces deux pays semblent néanmoins avoir du mal à renouveler leur élite, plus généralement il n'y a pas énormément de jeunes susceptibles d'atteindre l'élite mondiale en ce moment, même un joueur comme Keymer parait loin des temps de passage des jeunes indiens ou iraniens à âge égal.


On peut en ajouter d'autres : feu Miles, Nunn, Sadler et Hodgson en Angleterre. Sadler joue toujours à haut niveau d'ailleurs après une longue parenthèse dans les années 2000.

Pour les Pays-Bas n'oublions pas Piket, qui était également très fort.

Il y a également Illescas et plus récemment Vallejo pour l'Espagne qui me vient à l'esprit.


El cave, le
Tu es sûr qu'Hübner a été n°3 mondial ? Timman oui à la fin des années 80 mais Hübner ça m'étonne, je ne vois pas quand.


Oups croisement avec El cave pour la génération dorée de la perfide Albion :)


Chemtov, le
Il faut aussi établir une différence pour la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, etc... par rapport aux changements de régime politique ( expression ''bloc de l'Est'' ).


@ el cave : Oui, d'accord avec cette analyse, en se souvenant quand même que les membres de l'élite (top 10,top 5) sont tous des individus d'exception -que nulle formation ne saurait garantir. Ainsi les Russes n'ont pas de grands espoirs, et les champions post Carlsen peuvent venir de n'importe où, y compris....de France !


clarxel, le
En juillet 81

Karpov 2700
Kortchnoi 2695
Hübner 2640
Kasparov 2630
Timman 2630

Pas de Bobby Fischer dans le classement


pessoa, le
Sur olimpbase on a les listes elo de 1971 à 2001, tout est cliquable.
Hübner a bien été n°3 mondial, Timman a même été n°2 en janvier 1982 (juste avant l'émergence de Kasparov). Ulf Andersson est monté à la quatrièem place en janvier 1984.


El cave, le
Oui, je connais les sources et je me suis pas mal penché sur la question mais ça ne m'avait pas marqué, il s'est glissé entre le déclin de Tal et l'arrivée de Kasparov.


Meteore, le
il est vrai qu'actuellement un nouveau Carlsen pourrait émerger quasiment de n importe où (même du Luxembourg par exemple), reste que les pays où l'on privilégie les études (France, Allemagne , Angleterre ....) ont une probabilité moindre de voir apparaître un jeune avec la double condition :

+ hyper-doué

+ possibilité de se consacrer à temps plein aux échecs au détriment des études.


visiblement la deuxième condition est plus probable en Chine, Inde , USA , Russie.




Meteore, le
Le fait que l Allemagne , qui a une forte tradition échiquéenne, le plus grand nombre de licenciés d'Europe, sans doute le plus grand nombre de 2200/2300 Fide du Monde, n ait finalement eu que Hubner et personne depuis dans le registre que nous considérons, peut poser question.


El cave, le
Tout à fait, le top 5 est un monde à part plus lié à la qualité innées des individus qu'à une formation, c'est vrai dans toutes les disciplines d'ailleurs.

Si on compare le niveau global des nations il est totalement aberrant que la Suisse et la Serbie aient gagné plus de grands chelems au tennis que la France, l'Allemagne et les Etats-Unis réunis depuis vingt ans.
La réussite française au biathlon est un mystère par exemple, d'autant plus qu'elle se perpétue à partir d'une base de licenciés infime au départ.

Pour revenir aux échecs les Etats-Unis me semblent avoir repris le flambeau pour les nations occidentales, quitte à naturaliser quelques joueurs formés ailleurs au passage, mais ça parait davantage le fait d'initiatives privées genre la Webster academy de Susan (?!) Polgar qu'une réelle politique fédérale.

La détection et l'accompagnement des joueurs d'élite constituent d'ailleurs des aspects spécifiques sur lesquels tout le monde ne peut pas intervenir, faire passer un joueur de 50ème à 3ème mondial est tellement spécifique qu'il n'y a pas vraiment de cursus, tout au plus un environnement d'excellence peut-il permettre de gagner du temps et d'éviter des écueils.


A El cave, je me rappelle le classement d'Hubner, car j'ai eu la chance de l'affronter en simultanée en 1983, période où il avait encore 2620 Elo et devait être 5è joueur mondial.(il venait de se faire éliminer par Smyslov grâce à un tirage au sort réalisé à la roulette du casino! )

J'en ai gardé le très agréable souvenir d'un type charmant, très simple,dégingandé et bizarrement accoutré...
Philologue, parlant couramment plusieurs langues,il avait impressionné par sa mémoire phénoménale des positions jouées lors de cette simultanée d'une cinquantaine de joueurs.
Un de mes potes, qui avaient eu la faiblesse de déplacer les pièces pour mieux analyser(!) , n'avait pas su les replacer correctement, comme lui fit gentiment remarquer Hübner lors de son passage devant lui . Un léger moment de solitude...


Accessoirement, on peut considérer Max Euwe comme un talent majeur candidat au titre mondial, me trompé-je ?


El cave, le
Sans conteste mais il est un peu antérieur à la période évoquée au départ de la discussion. Sinon on peut remonter à Lasker voire à Philidor ou Greco !




Caruana pas italien du tout : il n'en parle pas la langue, a vécu adolescent au bord du lac de Lugano pour pouvoir progresser dans les tournois européens. Mais il fait ses débuts, sa formation à Brooklyn. Et vit aujourd'hui là-bas.

Côté tchèque, la densité des joueurs est importante. Les échecs ont été une matière scolaire pendant des décennies, et Prague, de Steinitz à Flohr, a vu passer toute l'élite présoviétique. La bourgeoisie y jouait de façon naturelle. Il est très facile de trouver, à Prague, de vieilles tables marquetées soit à la vente, soit parfois dans certains bars de Malá Strana (où l'on ne rechigne pas à vous filer des pièces). Ludech Pachman a toujours une grande influence à travers ses bouquins qui sont pour les jeunes Tchèques de véritables classiques et a été le professeur de David Navara.


Ah Joël Laurier.... quel joueur exceptionnel
... quelle misère qu'il ait complétement abandonné les échecs ...
Incompréhensible pour moi de ne pas le voir devant un échiquier même pour s'amuser en amateur dans un open ou dans une simultanée promotionnelle du jeu sur la plage l'été....

Même Kamsky, Karpov, Timann, Lubojevic jouent encore...et si Kortchnoij n'était pas mort...on le verrait encore jouer ...par amour du jeu...






Correct, je me suis précipité


elkine, le
@thierrycatalan : il mériterait une couronne


Hübner éliminé sur tapis vert. Faux : éliminé par tirage au sort à la roulette, qui a voulu que la boule tombe d'abord sur le 0.

Finaliste des candidats contre Kortchnoi, il craque totalement et abandonne le match. D'ailleurs un homme remarquable avec qui j'ai eu la chance de dîner avec d'autres.


Caruana, qui a joué 10 ans pour l'Italie, et gagné 3 fois le championnat d'Italie, ne parle pas italien ?


à Tovaritch : c'est bien ce que j'ai écrit le 20/02 à 12h57.
D'autre part, la roulette des casinos est bien installée sur un tapis vert...


Pas éliminé sur tapis vert mais par tirage au sort. Tu joues sur les mots pour avoir raison mais tu t'es trompé point final.



@ elkine :-)
Il s'est endormi dessus




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité