France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 21 janvier 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


La revue Europe-Echecs N° 694 — Janvier 2019 — La formule du championnat du monde remise en question par Europe Echecs le 01 janvier 2019  [Aller à la fin] | Actualités |
Le magazine Europe Echecs fête ses 60 ans. Pour célébrer cet événement, la revue vous propose une rétrospective de 60 faits marquants échiquéens.

En me remémorant son passé prestigieux, je n’ai pu m’empêcher d’être empreint de nostalgie. Le héros de ma jeunesse était Bobby Fischer. Récemment lors de la dernière ronde du championnat suisse, j’ai échangé quelques propos avec le grand-maître Florin Gheorghiu qui l’a bien connu. C’est le champion auquel il voue le plus grand respect. « Lorsque tu jouais contre lui, c’était spécial, il dégageait une telle énergie, une telle volonté que cela te mettait mal à l’aise. Je n’ai ressenti cela, et dans une moindre mesure, que contre Kasparov. »

En observant le déroulement du match Carlsen-Caruana cela m’a fait penser au match de Londres en 2000 qui a opposé Kasparov à Kramnik. Garry Kasparov, qui avait dominé la scène internationale pendant 15 ans, avait été tenu en échec sans pouvoir gagner une seule partie. Avec les Blancs, il n’avait pu franchir l’obstacle. Son ouverture du pion Roi avait été neutralisée par la résurrection de la Défense berlinoise. Tout s’était joué avec les pièces noires et il dut concéder deux défaites.

Carlsen, incontestablement l’un des grands que l’on peut associer à Fischer et Kasparov, s’est retrouvé dans la même situation. Avec les pièces blanches, il n’a pas obtenu la moindre possibilité pour faire plier son adversaire. Il a été totalement neutralisé dans les ouvertures. Tout s’est joué lorsque Carlsen disposait des pièces noires. En optant pour la Sicilienne, qui rompt la symétrie, le duel s’est alors avéré plus incertain. Le champion du monde a notamment manqué une opportunité pour marquer le point dans la première partie.

Dans la 8e, Caruana a eu ses chances mais il a sous-évalué sa position en déclarant « Je n’ai jamais eu l’impression que c’était gagnant. » Carlsen a refusé de prendre des risques, face à l’impavide Caruana, pour se défiler en amenant le jeu sur un autre terrain où il excelle, les Rapides. Cela pose un vrai problème qui a connu son point culminant dans la dernière partie. Comment comprendre que dans une position clairement supérieure, avec un avantage à la pendule, Carlsen ait offert la nulle ?

Je ne peux m’empêcher d’imaginer que si Viktor Korchnoï nous observe de là-haut, il a dû se fendre d’un retentissant éclat de rire ponctué par quelques noms d’oiseaux en guise de commentaires. Le match devait connaître une fin abrupte avec un cinglant 3-0 infligé par Carlsen dans le « tie break » ! En conclusion, Fabiano ne s’est pas montré supérieur en cadence classique pour mériter de s’emparer du titre. Carlsen a parfaitement géré la situation pour conserver sa couronne et démontrer qu’il est encore le meilleur joueur du monde.

Que laissera ce championnat du monde au vu de l’histoire ? Un record en parties lentes avec 12 nulles, toutes très disputées mais pas toujours passionnantes ! Pas de quoi redonner un peu de visibilité aux échecs dont la plupart des non-joueurs ignoraient l’existence même de ce championnat du monde. La formule mérite d’être repensée car jouer le titre pour la deuxième fois sur des cadences rapides altère sa valeur. De plus, Caruana n’est pas considéré comme l’un des meilleurs dans ce genre d’exercice et n’a pas été désigné Challenger à cette cadence.

Bonne lecture, meilleurs vœux pour 2019 et surtout de mieux réussir grâce aux échecs.

Georges Bertola
www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs-detail.html?id=662


Le sommaire de la revue Europe-Echecs N° 694 — Janvier 2019

— Actualités en Blitz  De Igor à Magnus
— Spécial Carlsen-Caruana Londres : Le 4e sacre du n°1 mondial Igor-Alexandre Nataf à l’analyse
— Coupe du monde FIDE Wenjun impériale en Sibérie Wenjun Ju à l’analyse
— Tata Steel India – De Wijk aan Zee à Calcutta Vishy Anand à l’analyse.
— Kilkenny - Echecs et rugby en Irlande Reportage de Sébastien Mazé
— Spécial 60e anniversaire Retour sur 60 ans d’actualité échiquéenne
— Spécial Carlsen-Caruana Le Joueur du mois : Magnus Carlsen – Un héros planétaire Peter Heine Nielsen à l’analyse
— FFE - Le Cahier de la Fédé

Les Rubriques du Mag’

— Faites-Vous la Main : les 18 combinaisons du mois – Spécial Jakovenko Par Bertrand Valuet
— Féminines en Or : Lagno-Lei à Khanty-Mansiysk - Un début passif sur la Petrov Par Susan Polgar 8e championne du monde
— Un Tournoi, Une Idée  Papp à Bad Wiessee : Une miniature sur la Petrov Par Christian Bauer
— Le Cahier de Marc Quenehen – Entraîneur Ligue Île-de-France L’avant-poste « absolu »
— La Créativité aux échecs : Kozul–Ivanchuk - Jeu de sacrifices sur la Benoni Moderne Par Vassily Ivanchuk
— Spécial Carlsen-Caruana Finales Inoubliables : Carlsen-Caruana au tie-break - La finale qui fait la différence Par Darko Anic
— Annonces de tournois

— La revue Europe-Echecs N° 694 — Janvier 2019
— International Chess Magazine Since 1959
www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs-detail.html?id=662


thierrycatalan, le 03/01/2019 - 01:09:18
j'ai acheté le numéro janvier 2019 aujourd'hui chez le marchand de journaux...
l’éphéméride sur 60 ans est bien choisi ...et me rend un peu nostalgique ....de ma jeunesse ! rires.

Ah que j'aurais aimé une ré-impression du numéro 1 du magazine offert avec ce 60 eme numéro...

Attendons le numéro 100 ans !

Cordialement à tous sur le forum.




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité