France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 18 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Comment réfléchir sur le temps de jeu de l'adversaire? par clarxel le 16 mars 2015  [Aller à la fin] | Théorie |
Bonjour

Sans recourir à des algorithmes Adoubatoriens ;-) comment utilisez vous le temps de jeu de l'adversaire?

"ma" méthode est de me lever souvent pour me changer les idées, ou pour regarder les parties des autres, sauf zeitnot ou positions simples,
Je fais le raisonnement suivant : Mon adversaire à au moins 5 coups jouables à sa disposition et je ne vois pas trop l'intérêt de " consommer" mes capacités limitées de calcul à prévoir des variantes qui ne se produiront jamais ; je préfère revenir m'asseoir l'esprit frais quand mon adversaire à joué son coup.
Mais j'ai tort, n'est-ce pas?


Stavroguine, le 16/03/2015 - 10:56:20
Tout dépend de la position. Comme toi, je vais me promener si l'adversaire à 5 coups jouables, mais si la suite parait forcée, je reste assis et continue à calculer à partir du coup forcé. J'enfonce des portes ouvertes, non ?


clarxel, le 16/03/2015 - 11:10:52
Oui, mais j'observe que la grande majorité des joueurs restent rivés sur leurs chaises ; d'où ma question, comment réfléchissez-vous ?


scandien, le 16/03/2015 - 11:21:28
Pendant le réflexion de l'adversaire il vaut mieux réfléchir aux plans que l'on peut mettre en place ( et à ceux de l'adversaire) plutôt que de faire des calculs...

Et essayer de voir vers quelle position idéale peut tendre la position .... Pas besoin de (trop ) calculer pour ca .


Adoubator, le 16/03/2015 - 11:30:05
:)

Je pense que tu as parfaitement raison clarxel de décompresser en te levant pour revenir à l'échiquier avec un oeil "neuf". Je fais exactement pareil que toi dans les même phases de partie. Par contre je ne m'attarde pas de trop sur les parties des autres pour économiser mon énergie.

On va dire que sur 85% du temps de réflexion de mon adversaire je me lève. Et sur les 15% soit ce sont des variantes forcées soit il me reste assez peu de temps de reflexion.


Julo62, le 16/03/2015 - 11:56:56
On conseille effectivement souvent de réfléchir "tactique" sur son temps et "stratégique" sur celui de l'adversaire.

Personnellement, si j'agis ainsi je ne pourrais plus autant contribuer au budget de l'état, car je n'arriverai pas à fumer mon paquet de cigarettes^^

Tout se travaille, la capacité à se concentrer et à maintenir à un niveau élevé son attention aussi. J'ai pu observer que les forts joueurs, en général, se lèvent moins...

C'est vraiment scandaleux, déjà, ils jouent mieux, ils se concentrent mieux, et en plus ils réfléchissent efficacement plus longtemps...

Ne manquerez plus qu'ils possèdent de mystérieux algorithmes jalousement conservés...

Un scandale vous dis-je^^


DocteurPipo, le 16/03/2015 - 14:09:54
Il y a plein de choses à faire sur le temps de l'adversaire.
D'abord, on peut calculer ses coups possibles, pour répondre rapidement quand il aura joué.
Mais surtout, il y a plein de questions à se poser : quels sont les plans des blancs, des noirs ?
Qui serait mieux si on échangeait telle ou telle pièce ?
Comment améliorer telle pièce (et comment mon adversaire essaiera d'améliorer telle pièce) ?
Donc effectivement, les bons joueurs ne se lèvent pas, parce qu'ils n'ont pas le temps...
Mais bon, je comprends aussi ceux qui se lèvent, c'est fatigant de réfléchir !


BoisColombes, le 16/03/2015 - 14:16:41
La plupart du temps, je me lève. Quelquefois, je regarde si je n'ai pas oublié un coup adverse ou je réfléchis à ce que je jouerais sur le coup qui m'embête le plus. Très souvent, je suis en zeitnot, là, je reste concentré sur la position et j'essaie de calculer le plus possible, de voir quel coup je pourrais jouer sur chacun des coups possibles adverses. Je cherche parfois des "portes de sortie",je me dis "si mon adversaire joue ce coup et que tout à coup, je me retrouve avec 3 secondes à la pendule au pire je jouerai ça".


clarxel, le 16/03/2015 - 15:00:49
@DocteurPipo : Merci
Une précision : ce n'est pas par flemme, pour moi une partie d'échecs est un effort intellectuel long qui nécessite, comme une course longue distance, une gestion de mes ressources ; si je reste concentré "à bloc" les 20 premiers coups et si je n'ai pas gagné à ce stade, je suis presque certain de gaffer parce que je n'arriverai plus à calculer correctement


Adoubator, le 16/03/2015 - 15:09:34
Quel est votre élo clarxel ?


MrOrange, le 16/03/2015 - 15:35:31
Avec mon niveau minable, j'essaye de faire ce que m'a conseillé un prof de mon club : calculer après ce qui me semble le meilleur coup que l'adversaire pourrait faire.
Presque comme BoisColombes a écrit :
"je réfléchis à ce que je jouerais sur le coup qui m'embête le plus."


JEEN, le 16/03/2015 - 16:58:18
C'est idiot, mais moi, je me lève et je vais discrètement dans le dos de mon adversaire (après avoir fait un petit tour dans la pièce, l'air de rien) pour jeter un coup d'oeil à ma position de son côté !
Et généralement, je la trouve abominable...


JEEN, le 16/03/2015 - 16:58:59
(avec ça, si j'ai pas le Nobel de la puérilité...)


Torlof, le 16/03/2015 - 18:05:01
le Nobel de la puérilité, il est pour Zlatan... et il ne prête pas! :)


Adoubator, le 16/03/2015 - 18:13:19
Zlatanovic Boroljub le MI serbe ?


Orouet, le 16/03/2015 - 18:22:12
ok j'avoue :
je mets mes mains de façon à cacher mon regard
je ferme les yeux ...
et j'en profite pour finir ma sieste

(j'ai bien assez de mon temps pour faire des conneries ;-))


GuyLacourse, le 16/03/2015 - 18:32:44
Moi je joue mes premiers coups rapidement, et après quand je vois la face du gars face à moi qui devient toute rouge là je prends une marche dans la salle.


JEEN, le 16/03/2015 - 18:44:11
Attention, moi c'est pas des c...ies, ce que je dis !


gurtu, le 16/03/2015 - 19:04:05
"Quel est votre Elo Clarxel?"

Sans accent à Elo, c'est un nom propre n'est ce pas Arpad?

Adoubator me fait penser à Columbo,"vous les avait payé combien vos chaussures?"








DocteurPipo, le 16/03/2015 - 19:10:50
@clarxel : Normal de s'économiser. Les calculs de variantes sont très fatigants. En revanche, la réflexion style :"où dois-je mettre telle ou telle pièce", "qui serait mieux en finale ?" n'est pas consommatrice d'énergie. Il reste un autre élément : réfléchir sur le temps de l'adversaire permet de jouer vite, une autre piste pour les (nombreux) joueurs qui fatiguent au bout de 3 h de jeu.
@Orouet : oui, ça se fait... mais on ne le dit pas ! En tous cas, c'est bien de rester à la table, quand mon adversaire est souvent debout, je me dis qu'il a du mal à rester concentré, qu'il manque d'énergie, ça me donne le moral.


clarxel, le 17/03/2015 - 00:02:38
@Adoubator : c'est bien de me vouvoyer, mais je te prierai de m'appeler Monsieur Clarxel, un peu de respect, s'il te plait...
Mon ego est de 1750 points elo, mais j'ai gagné 65 points en 3 mois, donc d'après mon algorithme personnel irréfutable de prévision d'elo, je serai 2200 au plus tard en novembre 2016, et même beaucoup plus tôt si je me mets à réfléchir sur le temps de mon adversaire ; d'où la légitime demande de respect sus-mentionnée...


Adoubator, le 17/03/2015 - 00:34:37
Votre Altesse Clarxel, Eminence je constate avec joie que quand vous voyez échecs vous avez de moins en moins cette pulsion irresistible de faire échecs. Vous commencez à dompter vos vieux démons et j'en suis tout ému.
Le jour où sa majésté hissera son royal cervelet à 2200 je lui confectionnerai un impérial algorithme qui lui donnera un niveau qui fera de Chemtov un gueux.


doubrrriouchkouf, le 17/03/2015 - 00:34:50
Moi, je vais discrètement aux toiletteS, allume mon smartphone équipé des moteurs d'analyse dernier cri, rentre la position en anticipant le coup de mon adversaire, et retiens la 2ème ou 3ème ligne proposée par le logiciel, pour ne pas trop éveiller les soupçons.
Et je reviens tranquillement à ma table, fier et heureux de jouer LE coup qu'il m'a été si difficile de trouver.
Dernière chose : renouveler cette opération aux moments critiques (5 à 8 fois), et essayer de jumeler ceci avec un 'vrai' besoin, pour gagner du temps.





Adoubator, le 17/03/2015 - 00:36:12
Quel est votre Elo Doubrrriouchkouf ?


doubrrriouchkouf, le 17/03/2015 - 00:46:00
environ 1970, mais il fut un temps (il y a 10 ans) où j'ai été 2200 et quelques, quand j'arrivais à tricher + facilement :)


Adoubator, le 17/03/2015 - 00:50:35
1970 fide ?

Parce que elo ffe = elo FIDE + 70


JLuc74, le 17/03/2015 - 06:11:27
@gurtu : ce n'est pas parce que Élo est un nom propre qu'il ne faut pas mettre d'accent, même en majuscule. Le nom porte un accent en hongrois, ça se prononce comme si il y avait un accent aigu en français donc l'accent est légitime.

@Adoubator : Ca n'a pas de sens d'écrire elo FFE = elo FIDE + 70, le classement FFE étant calculé à partir de la performance contre des adversaires qui sont très majoritairement des joueurs classés par la FIDE une telle dérive n'est pas possible.


Chemtov, le 17/03/2015 - 10:31:27
Mais ne pas oublier alors l'accentuation du o de Elo ! En hongrois il existe o, ó , ö et ő.

Élő, se prononce élœu.


Adoubator, le 17/03/2015 - 11:09:05
JLuc74, de par mon expérience j'ai remarqué qu'en général à elo fide et ffe égal le premier était plus fort d'en moyenne environ 70 points pour les raisons qu'on connait tous.



© 2000-2017 - France Echecs