France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 23 janvier 2022
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


La revue Europe-Echecs N° 727 du mois de janvier 2022 par Europe Echecs le  [Aller à la fin] | Actualités |
Le 26 novembre débuta entre Carlsen et Nepomniachtchi le match tant attendu pour le titre mondial à Dubaï. La première partie fut un round d’observation, Carlsen, apparemment très confiant, privilégia le dynamisme au prix du matériel en conduisant les Noirs et obtint une compensation adéquate. Il récidiva dans la deuxième en prenant des risques à la limite de l’incorrection en cédant une qualité et un pion et ne dut son salut qu’à son puissant Cavalier dont Steinitz disait : « Donnez-moi un Cavalier sur la 6e rangée et je gagnerai toutes mes parties. »

Ce fut la seule fois où le champion du monde fut en réel danger. Suivirent 3 parties très disputées mais le Challenger, qui avait la réputation d’un joueur agressif, révéla au contraire un jeu très solide avec une prise de risque minimale rappelant celui d’un de ses secondants, Sergey Karjakin, surnommé le ministre de la Défense ! Le match semblait emprunter la voie de la rencontre de 2018 qui avait vu Carlsen et Caruana partager le point à 12 reprises dans les parties classiques.

Le tournant du match survint dans la 6e partie, celle que sans aucun doute l’histoire retiendra. Carlsen débordant d’énergie, de détermination, d’endurance fit sauter le barrage défensif de Nepo. Disposant d’une structure de pions supérieure, Carlsen n’hésita pas à échanger sa Dame contre 2 Tours pour déséquilibrer la position. Les ordinateurs jugeaient la position égale mais après une lutte intense Carlsen empocha la totalité de l’enjeu après 136 coups, un nouveau record dans l’histoire du jeu ! « Je pense que la 6e partie était excellente. Quelle que soit la qualité de tous les coups, c'était un super combat et, je suppose, qu'elle a tout décidé. » Carlsen

Je ne peux qu’approuver le constat de l’ex-champion du monde Topalov : « Carlsen est un très grand talent évidemment. Il est en excellente forme physique et psychologiquement très fort. Magnus n’a pas de points faibles apparents. C’est difficile de copier son style car il joue des parties qui durent parfois très longtemps. Comment expliquer ses victoires fréquentes dans les finales ? L’une des raisons est sa condition physique, son cerveau fonctionne presque aussi bien dans la 5e heure de jeu que dans la première ! Magnus le doit certainement aux sports qu’il pratique, c’est peut-être aussi génétique et cela on ne peut pas le copier. »

A l’issue de ce marathon, le champion russe n’était plus que l’ombre de lui-même. Face à Carlsen qui semble être venu d’une autre planète Nepomniachtchi encaissa encore 3 défaites. De moins en moins présent devant l’échiquier, brisé sur le plan mental, Nepo devait capituler à l’issue de la 11e partie. « C’est tout simplement un désastre » résuma l’ex-champion du monde Anatoly Karpov. « Le résultat : la bonne nouvelle est qu'il n'a pas grand-chose à voir avec les échecs. Mais un match a de nombreuses facettes : non seulement la préparation échiquéenne mais aussi le physique, le mental. Le niveau de ces bourdes est en-dessous des pires exemples de pathétique méforme. » Nepomniachtchi

Incontestablement après sa 5e victoire d’un match pour le titre mondial, Carlsen est l’un des plus grands de l’histoire et le meilleur de sa génération. Son successeur sera certainement un jeune né au 3e millénaire dont l’un d’eux, perçu déjà comme le plus dangereux, se nomme Alireza Firouzja. Ce dernier a d’ailleurs fait un résultat incroyable au championnat d’Europe par équipes qui le propulse à la deuxième place mondiale avec un classement à 2804 Elo. C’est le plus jeune joueur de l’Histoire à franchir la barre des 2800 Elo (à 18 ans). Grâce à ce résultat exceptionnel, l’équipe de France termine vice-championne d’Europe et ramène la médaille d’argent. Félicitations à toute l’équipe.

Je salue la couverture remarquable du match par Gérard Demuydt sur le site d’Europe Echecs, ainsi que les vidéos quotidiennes de Sylvain Ravot.

Bonne lecture et bonne heureuse année.

Georges Bertola

https://www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs.html
— Abonnement à la revue Europe-Echecs : 6 mois = 34,95€ ; 1 an = 59,95€ ; 2 ans = 118,95€
https://www.europe-echecs.com/abonnement.html
— Voir un exemplaire gratuit de la revue "en ligne"
https://www.europe-echecs.com/mag/html5/683FR/index.html

— Jouez aux échecs en direct avec « Simple Chess » https://www.europe-echecs.com/jeu-direct.html
— SimpleChess Google Play https://play.google.com/store/apps/details?id=com.simplechess&hl=FR
— SimpleChess App Store https://apps.apple.com/fr/app/simplechess/id394634657




© 2000-2022 - France Echecs - Politique de confidentialité