France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mardi 24 novembre 2020
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Parties commentées par Pi***d*1925 le  [Aller à la fin] | Actualités |
En cette période d'hystérie médiatique, d'ennui et de temps libre dus au confinement, je trouve regrettable que les parties commentées soit devenues bien rares sur FE.
C'est pourtant une façon de parler concrètement de notre jeu qui me semble plus positive que beaucoup de bavardages bien vagues.
Je songe aux parties de Meteore et de bien d'autres bons joueurs qui étaient très positives


oh ! Le messie !


Sur la zone de retransmission de Chessbase, le tournoi international des maîtres de San Sebastian est retransmis avec un léger différé de 109 ans. L'occasion de voir, en live, comment Akiba Rubinstein convertit ou non son avantage contre Marshall...

Mashall - Rubinstein, 50...Rxb6

Par contre, le rythme choisi est trop rapide (il faudrait se rapprocher des durées d'alors : trois minutes et plus par coup).




Comme c'est nulle théorique, la question est plutôt de savoir comment Marshall va réussir à la perdre...même si ce n'est pas facile de la tenir.


En cette période d'ennui et de temps libre dus au confinement, on peut aussi jouer sur mon site :-)


Chemtov, le
Pourquoi la perdre ? Ils ont fait nulle.


Chemtov, le
Mais il aurait pu effectivement la perdre... l'espace d'un coup ( en fait, 7 coups plus loin, à partir du diagramme ). J'ai retrouvé ça dans Averbach ( Finales de Tours, tome 2 ).


Chemtov, le
J'ai trouvé le lien sur le site de Chessbase. Mais c'est drôle, ils citent la première faute de Marshall (Th1) mais pas celle de Rubinstein (a3+?, à la place de Ra5!). Ensuite, ils ne disent pas que 60.Tc1! de Marshall est le seul coup qui fait nul. Ensuite ils mettent curieusement un point d'exclamation à 60...Ta5. On se demande bien ce que les noirs pouvaient jouer d'autre... Puis un point d'interrogation à 62...Tc5 comme si 62...Tg5 aurait gagné à la place. Alors que c'est toujours nul, il me semble ( Position citée par Maiselis après 63.Ta8+ Rb5 64.Tb8+ Rc3 65.Th8 ). Erony, je dis des bêtises ?

https://live.chessbase.com/replay/san-sebastian-international-masters-01/4?anno=False


De mémoire, Erony avait discuté de cette finale dans un fil où Bacrot jouait à Bienne (2011 ou 2012 ?).

Autre rediffusion hier, le match du siècle entre l'URSS et le reste du monde, en 1970.
La victoire de Fischer contre Petrosian me rappelle une partie plus récente. 18. f4 ->




sigloxx, le
@Chemtov : tu as raison en tout point (et sur la ligne 62...Tg5 63.Ta8+ Rb4 64.Tb8+ Rc3, beaucoup de coups maintiennent la nulle, Ta8, Tc8, Tb7 -mais pas 65.Tb6? qui perdrait - on ramène la tour en c5 menaçant Rd2 et sur Td6 (ou Th6) Rb4 Tb6+ Ra5 gagne). Me demande qui a fait les analyses pour chessbase.


bzh92, le
@sigloxx: Personne, TA en commentaire signifie qu'il s'agit d'analyses automatiques.
Par contre, TARRASCH analyse dans le livre du tournoi 58. c4 en concluant à la nulle mais sans voir l'échec à la découverte Ra5.


Chemtov, le
@sigloxx : Oui, j'ai reçu un aimable message d'Erony avec toute l'analyse de cette position avec notamment des références à des parties postérieures ( Gligoric-Smyslov et Anastasian-Asrian ) et une étude de Kopaiev.

Je pourrais la publier, mais il faudrait faire des diagrammes et corriger quelques trucs ( K et R pour roi ). Et là, je suis très fainéant, plutôt en mode vacances !

@bzh92 : Oui, les analyses automatiques sont ridicules. Je me suis intéressé aux analyses des autres parties de San Sebastian. J'ai cherché une Italienne ouverte, très classique, ( pour mes élèves ). C'était du grand n'importe quoi.


Reyes, le
« La Tour imprenable » — La créativité aux échecs, par Vassily Ivanchuk — Tournoi de la paix à Zagreb. Cette partie repose sur un concept positionnel. La Tour blanche va rester en prise du 27e au 36e coup, bloquant tout contre-jeu adverse. https://www.europe-echecs.com/art/la-tour-imprenable-8127.html

Winter - Alekhine — Le 4e champion du monde, Alexandre Alekhine, réitère sa fameuse batterie d'attaque de pièces lourdes : « Le canon d'Alekhine » ! Par l'entraîneur Marc Quenehen — https://www.europe-echecs.com/art/winter-alekhine-8131.html


Reyes, le
Et sept de plus avec l'article : Les championnes du monde d’échecs — Vera Menchik (1906-1944) — « La gagnante du tournoi de Londres Miss Vera Menchik est proclamée championne de la FIDE. » Vera Menchik obtint son titre de championne du monde à l’issue du tournoi, alors qu’au début il n’était nullement question d’un titre mondial. Par Georges Bertola. https://www.europe-echecs.com/art/vera-menchik-1906-1944-8133.html


Reyes, le
L’entraîneur Marc Quenehen décortique l’important thème positionnel de l’avant-poste en c4 dans la défense Sicilienne au moyen d’une partie exemplaire jouée entre Alexander Kovchan et Sergei Karjakin en 2010. https://www.europe-echecs.com/art/l-a-avant-poste-c4-dans-la-sicilienne-8134.html


Reyes, le
Aronian – Carlsen, 2016 — La créativité aux échecs, par Vassily Ivanchuk. Le « Début Réti moderne » a significativement évolué dans la période récente. Il s’est transformé en un système hybride de Réti et d’ouverture Anglaise. L’ordre de coups peut se révéler piégeur... https://www.europe-echecs.com/art/l-aronian-ae-m-carlsen-2016-8135.html


Chemtov, le
Le traitement de l'ouverture, par Carlsen, est assez incompréhensible.

'' Dans l’ouverture, il s’est retrouvé confronté à une position désagréable, et surtout inconnue. '' Ben... c'est lui qui l'a amenée. En fait, la position est archi connue. J'en ai joué un paquet avec 7...Cd7, 7...Ff5 ou 7...Fg4 ( avec les deux couleurs ). Mais 7...dxc, jamais en tournoi. Quelle drôle d'idée...

Ce qu'il obtient ressemble à une Anglaise-Grünfeld, mais sans avoir échangé les cavaliers f6 et b1.
Par exemple :
1.c4 Nf6 2.Nc3 d5 3.cxd5 Nxd5 4.g3 g6 5.Bg2 Nxc3 6.bxc3 Bg7 7.Nf3 0-0 8.0-0 c5 9.Rb1 Nc6 10.Qc2 Qc7 11.d3 Na5 12.c4
Ce n'est déjà pas terrible pour les noirs dans la forme classique ( avec ce malheureux cavalier en c6 et a5 ). Alors là...


Reyes, le
Sans doute que Vassily Ivanchuk voulait dire inconnue pour lui, puisque Carlsen n'avait jamais joué cette position avant en partie officielle, ni après d'ailleurs. Avec les Blancs, en 2017, on lui a joué 2 fois 7...Cbd7.


Chemtov, le
Oui. En fait, dxc4, c'est aussi une structure connue, mais là les noirs ont un temps de retard par rapport à la variante :
1.Nf3 d5 2.b3 Nf6 3.Bb2 g6 4.c4 dxc4 5.bxc4 c5 6.g3 Bg7 7.Bg2 0-0 8.0-0 Nc6 9.d3
Là le pion c va en c5 en un seul coup ( comme le diagramme 2 où le trait est aux blancs ).


Reyes, le
Viktor Korchnoï (1931-2016) — Sa vie ressemble à l’un des ces romans épiques, romantiques et tragiques. Présentation de Sylvain Zinser et partie commentée par Albéric O’Kelly de Galway, à cette époque chroniqueur de la revue Europe-Echecs. Baguio City 1978 - La première saga des “2K”. https://www.europe-echecs.com/art/viktor-korchno-1931-2016-8138.html


Julo62, le
Ce qu'il y a de bien avec les articles de M. Bertola, c'est qu'on n'est jamais déçu !

Une mention spéciale pour l'article au sujet de V. Menchik : Excellent !!

Cela me fait penser qu'il existe déjà un (ou deux) articles au sujet de sa rivale, sur l'échiquier, S. Graff. C'était aussi une lecture passionnante.


Reyes, le
Nakamura vs Grischuk, 2019 — Nakamura avait tablé sur la stratégie : « J’annule vite en classique et je vais au tie-break où je montre ma classe en rapides ! » Tout semblait réussir à l’Américain, sauf que cette belle mécanique a volé en éclats contre Grischuk. https://www.europe-echecs.com/art/grischuk-vs-nakamura-2019-8139.html

La 1re partie de la demi-finale Nakamura-Grischuk se solda par la nulle. L’Américain n’avait aucune objection à annuler la 2e pour jouer le tie-break. Cette stratégie lui avait réussi contre l’Azéri Radjabov au 1er tour, et au 2e contre le Russe Dubov, qu’il avait éliminés en rapides (2,5-1,5). Cependant, dans la deuxième partie, Grischuk n’était visiblement pas d’humeur conciliante et « Sacha » a réalisé une partie énorme. Il l’a considérée ensuite comme l’une des victoires les plus belles du Top 3 de sa carrière ! Par le grand maître Igor-Alexandre Nataf.


super article merci Reyes


Reyes, le
Botvinnik : Leyde 1970 - Le dernier tournoi de Mikhaïl Botvinnik : Leyde 1970. Il y a 50 ans, le 16 avril, débutait un important tournoi à Leyde, aux Pays-Bas, avec Mikhaïl Botvinnik, Boris Spassky, Bent Larsen et Hein Donner. Par Georges Bertola.

Trois parties commentées dont la dernière victoire de la carrière de Mikhaïl Botvinnik dans une partie de tournoi, commentée par lui-même. https://www.europe-echecs.com/art/botvinnikao-leyde-1970-8146.html


Krusti, le
Je place ma question ici... dans cette position trait aux noirs il semble aller de soi de jouer 9...d5.
Est-ce si net et si oui quelle serait l'explication la plus claire ?




Chemtov, le
Absolument pas clair que ce soit le coup à jouer.


Krusti, le
Ah bon ?
Tu m'étonnes@Chemtov mais je ne suis là que pour ça.
Mes (maigres) arguments:
J'ai trouvé 2 belles victoires des noires sur cette séquence:
Baghdasarian 2362 Sivuk 2432 qui se poursuit par 10.exd5 Cxd5 11.Fxd5 exd5 12.Dxd5 0-0 13.0-0 Fxc3 14.bxc3
Et aussi
Dryzek 2163 Rosen 2307 qui se poursuit par 10.exd5 Cxd5 11.Fd2 Cxc3 12.bxc3 De5+ 13.Rf1 Fxc3 14.Fxc3 Dxc3
Plus encore à mon humble niveau je me disais que cette explosion du centre donnait un léger avantage aux noirs ou au moins préservait l'équilibre et j'étais attiré par la suite possible : 10.exd5 Cxd5 11.Fxd5 exd5 12.0-0 Fxc3 13.bxc3 qui donne ce résultat avec la satisfaction de voir les blancs sans leur fou de cases blanches alors que leur roque... Mais j'ai hâte d'analyser un autre coup candidat à la base Fxc3 bxc3 m'intéressait pour rapidement créer un pion doublé).




Chemtov, le
Disons que plusieurs joueurs ( Galliamova et d'autres ) ont préféré 9...Ce5. Par ailleurs le GM Popov ( 2653 ) a aussi accepté cette position ( le premier diagramme ) avec les blancs. Et l'adversaire ( MI 2485 ) a aussi choisi Ce5. Ce qui me fait penser que d5 ne doit pas être si évident que ça. Bon...évidemment, les blancs ne vont pas donner leur fou g2. En revanche, en roquant et en donnant e4, les blancs sont bien développés. Et l'échange en c3 risque aussi, pour les noirs, une perte des cases noires ( Fc5 ou Ff4 ). D'ailleurs le fort MI américain Jack Peters, avec les noirs, avait bien joué 9...d5. Mais après 10.0-0 FxC 11.bxF, il n'a pas pris e4 et a préféré roquer ( si Cxe4 alors c4 ).


Krusti, le
Intéressant...


Chemtov, le
J'espère ! Pas d'accord ?

Smirin,I - Yuferov,S [B33]
BLR-ch Belarus, 06.1984

1.e4 c5 2.Nf3 Nc6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Qb6 5.Nb3 Nf6 6.Nc3 e6 7.Be3 Qc7 8.g3 Bb4 9.Bg2 d5 10.0-0 Bxc3 11.bxc3 Nxe4 12.c4 Ne7 13.cxd5 exd5 14.c4 Qxc4 15.Rc1 Qa4 16.Rc7 Be6 17.Qa1 Nf5 18.Nc5 Nxc5 19.Bxc5 b6 20.Bh3 Kd8 21.Qe5 Qe4 22.Be7+ Ke8 23.Qxe4 dxe4 24.Bxf5 Bxf5 25.Ba3 Bd7 26.Rd1 Rd8 27.Rd4 f5 28.Rd5 g5 29.Re5+ Kf7 30.Re7+ Kg6 31.Rexd7 Rxd7 32.Rxd7 Rc8 33.Rxa7 Rc2 34.Rb7 Rxa2 35.Rxb6+ Kh5 36.Bf8 Kg4 37.Kg2 f4 38.h3+ Kf5 39.g4+ Ke5 40.Rb2 Ra5 41.Bg7+ Ke6 42.Rb4 Kf7 43.Bh8 Ra8 44.Be5 1-0

Seitaj,I (2395) - Grivas,E (2425) [B33]
Xanthi Xanthi, 1991

1.e4 c5 2.Nf3 Nc6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Qb6 5.Nb3 Nf6 6.Nc3 e6 7.Be3 Qc7 8.g3 Bb4 9.Bg2 d5 10.0-0 Bxc3 11.bxc3 Nxe4 12.c4 dxc4 13.Bxe4 cxb3 14.axb3 0-0 15.Ra4 f5 16.Bg2 Bd7 17.Re1 Rad8 18.Bg5 Rde8 19.Qh5 Bc8 20.Bc1 e5 21.Ba3 Rf7 22.Rh4 g6 23.Qg5 Qa5 24.Qc1 e4 25.Bb2 Ne5 26.Qe3 Rfe7 27.Ra1 Qc7 28.c4 a6 29.Rd1 Rd8 30.Rxd8+ Qxd8 31.h3 Qd6 32.Kh2 Nd3 33.Ba1 b5 34.cxb5 axb5 35.Qd2 b4 36.Bf1 Ra7 37.Bxd3 Qxd3 38.Qc1 Be6 39.Qc6 Qd7 40.Qc1 Ra2 41.Bb2 Bxb3 42.Qf4 Qa7 43.Qd2 Qc7 44.Rf4 Be6 45.Qxb4 h6 46.h4 g5 47.Rxf5 Bxf5 48.Qb3+ Qf7 49.Qb8+ Kh7 50.Qh8+ Kg6 51.Bd4 Rd2 52.Be3 Rd3 53.Bxg5 Qg7 54.h5+ Kf7 0-1

Il faut souvent se méfier des poussées libératrices qui doivent égaliser ( ou mieux ). C'est vrai, mais on oublie souvent les contreparties. C'est comme dans la simple suite :

1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Nf6 5.Nc3 Bb4 6.Bd3 d5 7.exd5 Nxd5 8.Bd2 Nxc3 9.bxc3. Voilà, les profs d'échecs disent à leurs jeunes élèves qu'ils ont atteint leur objectif avec les noirs. Et ensuite, les noirs perdent.


Chemtov, le
Il faudrait demander à notre Maître Giri. D'ailleurs pour contrer cette variante noire, il a déjà utilisé l'intéressante ligne avec De2 :
1.e4 c5 2.Nf3 Nc6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Qb6 5.Nb3 Nf6 6.Nc3 e6 7.Qe2 Bb4 8.Bd2 0-0 9.a3 Be7 10.0-0-0 ( avec éventuellement g3, mais pas forcément. On peut aussi attaquer avec g4, si pas d5 mais d6 )


Reyes, le
Discutons ouvertures & Améliorez votre jeu positionnel — La défense Nimzo-Indienne, variante de Leningrad, par Marc Quenehen. Spassky - Tal, 1973 et Grischuk – Gelfand, 2010. https://www.europe-echecs.com/art/am-liorez-votre-jeu-positionnel-8150.html


atha, le
Sur la position de Krusti, le 16/04/2020 12:33, Il me semble que dans la taimanov, contre le schéma avec g3, le coup h5 est souvent une idée. Les raisons de ce coup sont nombreuses et subtiles (je ne suis pas sur que ce soit valable ici)
-une doit être d'éviter de retomber dans les schémas où les blancs jouent Fe2 f4 Ff3 g4 Fg2 avec un temps de moins. Même si ici avec le Cb3 et le Cc3 attaqué par le fou b4 je ne suis pas sur que ce soit envisageable (de jouer f4 g4 je veux dire).
-une autre est de jouer Cg4 pour déstabiliser le Fe3 et demander aux blancs s'ils veulent affaiblir leur roi par h3 voir f4 (après Cge5).
-la dernière est l'évidente (et pas forcément bonne car il n'est pas clair avec quoi on attaque) attaque sur le roi avec h4 (suivi selon les cas de h3 ou hxg).
-et je dois louper pas mal de chose...

Dans tout les cas (d5 ou h5) ne vaut-il pas mieux s'occuper du développement du Fc8 avant entreprendre quoique ce soit de concret ?

Quant à Fxc3 c'est rarement bon dans ce type de position, ça affaibli trop les cases noires. Il faut s'appeler stockfish (avec un plan d6 e5) pour tenir ça (et encore...).

@Chemtov
1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Nf6 5.Nc3 Bb4 6.Bd3 d5 7.exd5 Nxd5 8.Bd2 Nxc3 9.bxc3
Ça perd en ligne ? Pas assez de développement ? On n'a pas le temps de jouer Fe7 Cd7-f6 b6 Fb7 ?


Chemtov, le
@atha : Non, bien sûr, cela ne perd pas du tout ! C'était juste une blague pour dire que les gamins qui ont égalisé ( c'est juste égal ) sur les conseils de leur coach, oublient ensuite de jouer aux échecs et se font rétamer par des types qui n'ont jamais ouvert un livre d'échecs ( ni autre parfois ) et jouent énergiquement ( j'ai vu ça plusieurs fois dans des matchs par équipe ).

Pour h5, oui, c'est aussi un plan, mais pas là directement, à mon avis. Mais pour en revenir à d5 : Evidemment c'est un bon coup. Je voulais juste indiquer à Krusti ( il écrivait : '' il semble aller de soi de jouer 9...d5'' ) que ce n'était pas le seul coup. Et qu'il n'était pas sans risque. Bref... question de style.


Krusti, le
Merci pour ces éclairages.
En un sens tant mieux si 9 ... d5 ne va pas de soi (vu que je ne le voyais pas ou mal).
De là à considérer 9... Ce5 alors là !!!
Je vais continuer à bosser tout ça y compris la variante de la Nimzo que Reyes pointe.
A poursuivre et encore merci.


Reyes, le
Les échecs modernes : le Roi au centre après 8.h4!?, Levon Aronian vs Anish Giri 2017 commentée par le MI Ashot Nadanian et interview publiée dans la revue Europe-Echecs N°683 de Janvier 2018. https://www.europe-echecs.com/art/les-checs-modernes-avec-8-h4-8152.html


Krusti, le
Analyser une des rares défaites du très grand et très craint Anish Giri ?
Quelle drôle d'idée.


Chemtov, le
''Echecs modernes''...hum...hum... C'est vrai qu'avant les ''échecs modernes'', dans des échecs peut-être antédéluviens ( ou, en tous les cas, antéordis ), on jouait h4, mais un coup plus tôt ! Au 7ème et pas au 8ème ! Voir notamment Suba-L.Roos ( Olympiades de Buenos Aires, 1978 / Informateur 26/18 ). Petrosian, qui était très ''moderne'', l'avait aussi déja joué en 1954. Et Tal bien sûr.
Après... il y a aussi de multiples subtilités, avant de jouer h4, quand les blancs jouent g3 avant Cf3 et même d'abord Db3 ou Da4+ pour voir où se place le cavalier b8.


Reyes, le
Suba,Mihai (2430) - Roos,Louis [A16]
Olympiad-23 Buenos Aires (9), 03.11.1978
[Suba,M]

Inf.26/18 1.c4 Cf6 2.Cc3 d5 3.cxd5 Cxd5 4.g3 g6 5.Fg2 Cxc3 6.bxc3 Fg7 7.h4!? Cd7!? 8.Db3! [8.h5 gxh5 9.Txh5 Cf6÷] 8...c5 9.Fa3 Dc7 10.h5 Tb8 11.Cf3 b5 [11...b6!?] 12.hxg6 hxg6 13.Txh8+ Fxh8 14.Cg5! e6 [14...c4 15.Db4 Ce5 16.f4 a5? 17.Dc5 Dxc5 18.Fxc5 Cd7 19.Fa7+-;
14...Ce5! 15.d4 cxd4 16.cxd4 Cc4 17.Fc5÷] 15.Cxe6 De5 [15...fxe6 16.Dxe6+ Rf8 17.Fd5 Cf6™ 18.Fxc5+ Rg7 19.Fd6² (19.Dd6² ¬) ] 16.Cf4 [16.Cxc5? Cxc5 17.Db4?? Cd3+-+] 16...b4 17.d4! Dd6 [17...cxd4 18.cxb4±] 18.cxb4 Dxd4 19.Tc1!! [19.Td1 Dc3+µ] 19...cxb4 20.e3! Dg7? [20...Cc5! 21.Dxb4! Dxb4+! (21...Txb4 22.exd4+-) 22.Fxb4 Txb4 23.Txc5 Fa6²] 21.Dxb4!+- De5 [21...Txb4 22.Txc8+ Re7 23.Fxb4+ Rf6 24.Fc3+ Ce5 25.Te8] 22.Cd3! Df6 23.Fh3! [23.Fh3 Rd8 24.Dc4 Da6 25.Dxf7 Dxa3 26.Txc8+ Rxc8 27.Dxd7#] 1-0


Chemtov, le
Oui. Cette partie m'avait terrorisé vu que je jouais la même chose avec les noirs. Donc, j'ai essayé d'étudier la question mais personne ne m'a joué h4 aussi tôt. En revanche, comme Giri, j'ai eu à faire à h4 après Cf3. Mais j'ai toujours gardé mon cavalier en d7 pour pouvoir le redistribuer si nécessaire à l'aile-roi, en f6 ( et surtout pas le mettre en c6-a5! ).

J'ai été notamment confronté à ça ( deux parties de 1990, contre des 2000 ):
1.c4 Nf6 2.g3 g6 3.Bg2 d5 4.cxd5 Nxd5 5.Nc3 Nxc3 6.bxc3 Bg7 7.Rb1 Nd7 8.Nf3 0-0 9.h4

et aussi ça, sans Cf3 ( notamment contre le champion d'Allemagne junior )
Siegel,G - Roos,D [A16] SK Zähringen - CE-StrasbourgS, 15.11.1981
1.c4 Nf6 2.Nc3 d5 3.cxd5 Nxd5 4.g3 Nxc3 5.bxc3 g6 6.Bg2 Bg7 7.Rb1 Nd7 8.h4
Et bien d'autres...


Reyes, le
Stratégie gagnante et pointe tactique — Lors de l'open de Reykjavik 2016, le GMI Hannes Stefansson affronte la star indienne Tania Sachdev. Partie commentée par Susan Polgar (GMI) - qui fête aujourd'hui son anniversaire — dans sa rubrique « Féminines en or » de la revue Europe-Echecs. https://www.europe-echecs.com/art/strat-gie-gagnante-et-pointe-tactique-8153.html


J'apprécie beaucoup ce fil :
- des discussions concrètes
- des parties commentées par FE ou des intervenants
- des intervenants de qualité.

Bref, on parle réellement d'échecs

Nous sommes loin des discussions vagues agrémentées d'un humour douteux, tellement douteux que se trouvent ajoutés "rires" ou "Lol" pour signaler que c'est là qu'il faut rire


El cave, le
On a retrouvé Hervé Bourges. Alleluia.


Reyes, le
« Les passages périlleux » — Kramnik vs Duda à Dortmund 2018, par le grand maître Darko Anic dans sa rubrique « Finales inoubliables » de la revue Europe-Echecs de septembre 2018.

On est parfois étonné de constater avec quelle « facilité » un super GMI peut perdre une finale, en tous cas en apparence. Duda a-t-il opposé une réelle résistance ? Comment est-il possible qu’un joueur de ce niveau ait évalué aussi mal la position ? Le Polonais s’est trompé d’objectif. Il est passé à côté des véritables enjeux de cette finale.

En fait, je crois qu’il n’est pas si simple d’intégrer les principes classiques de Steinitz. Un jeune joueur peut très vite se sentir submergé par la masse de travail qu’il faut nécessairement investir pour bien les comprendre. Surtout que les ordinateurs délivrent en permanence des solutions nouvelles. Certaines peuvent paraître extravagantes, mais elles sont souvent très efficaces. La masse d’informations à absorber est considérable. En pratique, même les plus forts joueurs peuvent manquer de subtilité. Confrontés à l’inconnu d’une finale atypique, ils se fient souvent à leur capacité de calcul. À un moment donné, la fatigue et la pression se font sentir. Il arrive que « la machine » déraille. Le cerveau disjoncte, même si ce n’est que l’espace de quelques secondes. Face à des techniciens efficaces et concrets tels que Kramnik, un seul coup imprécis, et c’est la catastrophe. C’est pourquoi le travail sur la dimension créative du jeu ne doit jamais s’arrêter.

C’est en approfondissant des idées anciennes que l’on peut trouver l’inspiration. C’est en étudiant les idées nouvelles que l’on améliore sa compréhension du jeu, y compris en finale. En ce sens, rien n’a changé depuis Steinitz. — Darko Anic — À lire sur https://www.europe-echecs.com/art/les-passages-p-rilleux-8157.html


Krusti, le
Pouvez-vous m'aider à commenter le coup Ta8-b8 ? Avec mes mots et mon esprit besogneux cela donnerait:
Je prends la colonne b (mais un peu par réflexe)
Je vois (on me l'a soufflé) la possibilité d'un éventuel Fc3 agressif et embarrassant pour les blancs....
d'autres-choses ?




Sdb64, le
Stratégiquement, les pièces noires sont à l'aile dame, ce serait logique de s'engager de ce côté là. Par élimination Tb8 s'impose, car pas d'autre coup pour améliorer le développement.
Cela met la pression sur le pion b2 et dérange la sortie du Fc1.
Tb8 en b6 est une idée pour aider le mauvais Fc8 à se rendre en a6 un jour, ou doubler sur 'b' , ou se rendre sur la colonne c..

La menace tactique Fc3 est sympa. Les blancs ne peuvent jouer c2-c3 et ça met un coup de projecteur sur le pion e5 esseulé.


Krusti, le
C'est tout de même top, un coup que l'on est amené à jouer par élimination et qui en plus permet d'améliorer sa position. Merci Sdb64 cette restitution est précieuse....


Chemtov, le
Veuillez m'excuser, mais je ne comprends pas cette histoire de Fc3, de pression sur b2, etc.... Si Tb8, c'est alors aux blancs de jouer ? ( leur fou en f4 ). Donc plus de Fc3 noir. En revanche, il y aura c3 blanc, par la suite. Et puis peut-être un plan Te1, h4, Rg1, Th3.

Tb8, c'est peut-être un temps de perdu... Mais que faire ? Sur 0-0, ça va vite à l'aile-roi avec Fg5. Bon, Tb8 ça évite d'avoir le fou b4 en prise après un éventuel Dg4.

Elle est vraiment compliquée, cette position... Krusti, les deux camps sont mal ! Voilà !
Bon...c'est la variante que jouait Kouatly, quand j'étais son secondant au Championnat de France en 2007. Mais personne ne prenait en d5!

Maze,S (2530) - Kouatly,B (2475) [B45]
FRA-chB Aix les Bains (6), 18.08.2007

1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Nf6 5.Nc3 Nc6 6.Nxc6 bxc6 7.e5 Nd5 8.Ne4 Qc7 9.f4 c5 10.c4 Nb4 11.Be2 Bb7 12.Bf3 Rd8 13.a3 Bxe4 14.Bxe4 Nc6 15.Be3 Be7 16.0-0 a5 17.Kh1 0-0 18.Qf3 Nd4 19.Qh3 g6 20.Rad1 Rb8 21.Rf2 Rb3 22.Rd3 Rfb8 23.Bxd4 Rxd3 24.Bxd3 cxd4 25.Qf3 Rb3 26.Qe2 d6 27.exd6 Bxd6 28.g3 Kg7 29.Kg1 h5 30.Qc2 a4 31.Kf1 h4 32.Qe2 Qc6 33.Ke1 hxg3 34.hxg3 Qh1+ 35.Rf1 Qh3 36.Rf3 Qh1+ 37.Rf1 Qh3 38.Rf3 Qh1+ 39.Rf1 Qh3 ½-½

Cornette,M (2487) - Kouatly,B (2475) [B45]
FRA-chB Aix les Bains (3), 15.08.2007

1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Nf6 5.Nc3 Nc6 6.Nxc6 bxc6 7.e5 Nd5 8.Ne4 Qc7 9.f4 c5 10.c4 Nb4 11.Be2 Bb7 12.Bf3 Rd8 13.a3 Nc6 14.Be3 Nxe5 15.fxe5 Qxe5 16.Qd3 f5 17.Ng5 Ba6 18.0-0 Bxc4 19.Qd2 Bxf1 20.Nxe6 dxe6 21.Bc6+ Kf7 22.Qxd8 Qxe3+ 23.Kxf1 Qf4+ 24.Ke2 g6 25.Be8+ Kg7 26.Rd1 Qe5+ 27.Kf1 Qf4+ 28.Ke2 Qe5+ ½-½

Donc après 7...Cd5, il y aurait 8.CxC cxC 9.Fd3 Fb4+ 10.Rf1 Dc7 et 11.De2 ? C'est ça ? Bizarre, bizarre, comme diait l'autre... Cela ne me rappelle rien.


Chemtov, le
Ben.... ça existe...

Shabanov,Y (2405) - Filippov,V (2565) [B45]
RUS-ch Elista (4), 1996
[Horvath,Ta]

1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Nf6 5.Nc3 Nc6 6.Nxc6 bxc6 7.e5 Nd5 8.Nxd5 Eine anspruchslose Fortsetzung. [ Populärer und besser ist 8.Ne4 Horvath,Ta] 8...cxd5 9.Bd3 Qc7 10.Qe2 Bb4+ 11.Kf1 Rb8 12.Bf4

[12.h4? Bc3! Rigo-Horvath,T/Hungary/1980] 12...Bc5 [12...Be7 13.b3 Bb7 14.h4 Bc6÷ Capello-Pinter/Roma/1979]

13.b3 [13.c3 a5 14.h4 0-0 15.Rh3÷]

13...0-0 14.h4 f6! 15.Qh5?! f5 16.Qe2 Rb4! 17.c4 dxc4 18.Bxc4 Ba6 19.Rc1 Qb6 20.g3 Bxc4 21.Rxc4 Rxc4 22.bxc4 Qc6 23.Kg1 Rb8µ 24.Kh2 Qe4 25.Qd2 [25.Qxe4 fxe4 26.Re1 Rb2 ] 25...Qxc4 26.Qxd7 Qxa2 27.Kh3 Qd5 28.Qxd5 exd5 29.Rd1 d4 30.g4 Rb3+ 31.Kg2 fxg4 32.Rc1 Rc3 33.Rb1 Bb6 34.e6 Kf8 35.Bd6+ Ke8 36.Rb5 Rf3 37.Rd5 g6 38.Bc5 Rf5 0-1


atha, le
Il y a aussi ...d6 pour essayer de prendre le centre et sécuriser le roi (la structure type française est dangereuse en cas de roque).
Je ne sais pas si c'est bon ou mauvais, mais pour moi c'est la première chose à vérifier dans la position.
En plus je vais gagner 20 minutes à la pendule, mon adversaire devant choisir entre exd6, Ff4, f4, Fb5+ et c3.

Ensuite seulement je regarde Tb8, pas trop longtemps, j'aurais sûrement manqué Fc3. En plus de ce qui a était dit, je vois aussi la possibilité, dans de rare cas, pour la tour de naviguer sur la 4ème rangée.

Une variante illustrative (non forcée) ...Tb8 Ff4Fa5 c3d4 cxd4Tb4 Fe3Fb7


Chemtov, le
Plus simplement, j'ai juste des doutes sur les idées Dc7 puis Fb4+. La petite arnaque en c3 ( au début, si 9.Fd3 Dc7 10.De2 Fb4+ 11.c3 Fxc3 ou bien après 11.Rf1 Tb8 et Fc3 qui ne peut pas marcher sur 12.Ff4 ) donc cette petite arnaque Dc7 Fb4+, afin de déroquer le roi blanc, me semble naïve alors que, finalement, CxCd5 c'est apparemment de toute façon une variante d'attaque pour les blancs à l'aile-roi et les blancs sont peut-être aussi satisfaits avec Rf1 suivi de h4. C'est probablement plus sain de jouer 9...d6.


Reyes, le
« La case d5 » — « Des points faibles ou des trous dans la position adverse doivent être occupés par des pièces et non par des pions ». Magnus Carlsen ajoute une subtilité à cette citation de Siegbert Tarrasch. Par Marc Quenehen. https://www.europe-echecs.com/art/la-case-d5-8163.html


Reyes, le
Mir Sultan Khan — L’esclave qui aurait pu être champion du monde d'échecs. Mir Malik Sultan Khan (1905 à Mithka Thavana, Pendjab, actuel Pakistan - 25 avril 1966 à Sargodha, Pakistan). https://www.europe-echecs.com/art/mir-sultan-khan-8165.html


Merci une nouvelle fois à Reyes et Europe Echècs.
Je viens de voir qu'il a été ajouté à ce très bel article 3 parties de la fantastique Miss Fatima, un Sultan Khan féminin, dont, malgré mon esprit plutôt curieux, j'ignorais complètement l'existence


Coïncidence?
Un livre vient de sortir sur Sultan Khan.


Reyes, le
« La Minute Stratégie de Marc Quenehen »
Alexander Beliavsky - Drago Velimirovic (1982)
Thème : Pion passé — Niveau Elo requis : 1400
https://www.europe-echecs.com/la-minute-strategie.html

Découvrez un moment critique d’une partie où il vous faudra prendre une décision en adéquation avec les déséquilibres et les exigences stratégiques de la position.


Reyes, le
Hou Yifan vs Mariya Muzychuk, 2016 : La stratégie de match de Mariya Muzychuk et sa préparation pouvaient poser question. Lors de la ronde 2, elle a été dominée avec les Noirs sur une Espagnole ouverte. Hou Yifan a varié en premier et Mariya a très vite subi le cours du jeu. https://www.europe-echecs.com/art/hou-yifan-vs-mariya-muzychuk-8169.html


Reyes, le
Carl Schlechter (1874-1918) — Le réveil de la grande faucheuse. Depuis le 11 novembre 1918 la paix était revenue en Europe avec la signature de l’armistice, mais un autre fléau frappait indistinctement les vivants; la grippe dénommée « espagnole ». https://www.europe-echecs.com/art/carl-schlechter-1874-1918-8170.html


Julo62, le
C'est une chance de pouvoir profiter de l'érudition, de la passion et du travail de M. Bertola.
Merci.


DDTM, le
La minute 2
https://www.europe-echecs.com/la-minute-strategie-video.html?id=932


DDTM, le
La minute 3
Profitez-en, apres faudra payer
https://www.europe-echecs.com/la-minute-strategie.html#


Reyes, le
« Les vidéos des 2 premières semaines sont accessibles à tous. » Donc 6 gratuites.

Ensuite, ce nouveau service sera intégré au Pack Jeu (1 vidéo par semaine) et au Pack Progresser et Intégral (3 vidéos par semaine), sans augmentation de prix.


Superbe vidéo d'Emmanuel Bricard, entraîneur profond et original, bien que se servant d'exemples le plus souvent centenaires ou pas loin !
https://www.youtube.com/watch?v=mRJvA07pinY
Avec Bricard, les Echecs redeviennent un jeu de réflexion et de logique- voir aussi son excellent livre "Exercices de Stratégie" chez Olibris.


Reyes, le
« Les grandes parties du passé » Il y a 50 ans Bent Larsen se profilait comme un éventuel candidat au titre mondial capable de détrôner les Soviétiques et leur homme fort Boris Spassky. Par Georges Bertola. https://www.europe-echecs.com/art/larsen-kavalek-1970-8175.html

« C’est la meilleure partie que vous avez jamais jouée ! commenta mon adversaire. Peut-être que ce l’était, mais c’était sans aucun doute ma meilleure partie du tournoi. Ce que j’aimais le plus, c’était la manière dont mes pièces dansaient sur l’échiquier. » Larsen

Cette partie fut considérée comme la meilleure, après sa défaite contre Spassky dans le match du siècle, dans l’Informateur n° 9.

« Jouer une partie d’échecs d’après un livre, (une base de données ou un ordinateur) et suivre cette même partie dans une salle de tournoi, sont deux choses entièrement différentes. Les maîtres sont absents, ainsi que les spectateurs et toute l’atmosphère qui les entoure. Vous devez aussi vous passer de ce merveilleux sentiment de la présence, lorsqu’il se passe quelque chose ; mais peut-être pouvez-vous vous consoler en pensant que la plupart des spectateurs n’ont probablement pas très bien compris ce qui s’est passé. » Larsen en 1970


Reyes, le
Juan Manuel Bellón López — Le quintuple champion d’Espagne Juan Manuel Bellón López fête ses 70 ans le 8 mai 2020. Il est marié avec Pia Cramling avec qui il a une fille, Anna, également joueuse d’échecs. https://www.europe-echecs.com/art/juan-manuel-bell-un-l-upez-8160.html

Keres – Dely, Kapfenberg 1970 — Georges Bertola vous propose « Les grandes parties du passé », avec cette fois : Keres – Dely. En mai 1970, lors du 4e championnat d’Europe à Kapfenberg en Autriche, Keres réalise un score parfait au 8e échiquier avec 5 points sur 5 ! https://www.europe-echecs.com/art/keres-ae-dely-kapfenberg-1970-8186.html

Christian Bauer - Baadur Jobava — Le grand-maître français Christian Bauer analyse la 1re partie de son match contre le Géorgien Baadur Jobava, joué sur la zone de jeu Europe-Echecs lors du championnat de France de blitz 2020. https://www.europe-echecs.com/art/christian-bauer-baadur-jobava-8194.html


Reyes, le
Vasiukov - Matanovic, 1970 — Georges Bertola vous propose « Les grandes parties du passé » avec Vasiukov - Matanovic, 1970. Un feu d’artifice qui n’a pas été reconnu à sa juste valeur parce que sans doute les deux grands-maîtres n’étaient considérés que comme des seconds couteaux. https://www.europe-echecs.com/art/vasiukov-matanovic-1970-8196.html


Bintje, le
Belle partie ! C'est toujours un régal de lire les articles de Georges Bertola.


Reyes, le
« La structure de pions » François-André Danican Philidor fut le premier à sensibiliser les joueurs d’échecs sur l’importance de la structure de pions, sa célèbre maxime est passée à la postérité : « Les pions sont l’âme des échecs ». Par Marc Quenehen https://www.europe-echecs.com/art/la-structure-de-pions-8193.html


GMI2800, le
Un excellent livre sur les structure de pion est sorti il y a quelques années le voici: https://amzn.to/2Twm487

Il s'adresse à un niveau +1700 et est excellent pour la compréhension du jeu.


Reyes, le
Progressons ! — Voici l’occasion de progresser dans la compréhension de la lutte des pièces légères avec trois échanges asymétriques, dans une partie entre Leinier Dominguez et Vassily Ivanchuk en 2016. Par Marc Quenehen. https://www.europe-echecs.com/art/progressons-8199.html


Reyes, le
Alekhine vs Yates, 1922 — « Compliquer une position est une mesure extrême qu’un joueur devrait adopter seulement s’il est incapable de trouver un plan clair et logique. » Alexander Alekhine. https://www.europe-echecs.com/art/alekhine-vs-yates-1922-8209.html

« On oppose volontiers tactique et stratégie. Mais songer même à les séparer pour la commodité de l'enseignement est tout à fait arbitraire ! Les troupes montent au front dans le cadre d'opérations stratégiques avant d'être en mesure d'ouvrir le feu tactique. Cette différence entre le jeu stratégique et le jeu tactique est encore plus artificiellement dégagée par le fait que les combinaisons sont étudiées séparées de leur contexte échiquéen général. C'est ainsi que pour que la combinaison prenne toute sa portée, elle devrait être étudiée à la lumière de la partie complète qui lui a donné le jour. La partie suivante en son entier nous donne une vision claire d'une magistrale opération stratégique culminant dans une petite combinaison de mat élémentaire. » Sylvain Zinser

« Une partie à montrer dans toutes les écoles d’échecs tant elle recèle d’instructives données positionnelles : cases faibles, bons échanges, mauvais Fou, contrôle de colonne ouverte avec conversion sur la 7e rangée, activation du Roi dans la finale... Le tout saupoudré de quelques idées tactiques aisément abordables en raison de leurs courtes variantes. » Marc Quenehen


Reyes, le
Petrosian – Gligoric, 1970 — Défense Est-Indienne — Georges Bertola vous propose « Les grandes parties du passé »

« Gligoric respecte les lois de la stratégie, il a la capacité de punir les adversaires qui enfreignent ces mêmes lois, une technique supérieure en finale… Plus caractéristique et concret, il croit à un fort centre de pions, a une petite préférence pour les Fous, une aversion pour les positions passives. Certaines faiblesses sont un facteur constant dans son jeu. Notamment il ne se sent pas très à l’aise lorsque des complications lui sont imposées par son adversaire. (Bien que l’on puisse difficilement appeler sa vision tactique de talon d’Achille.) Ses préférences pour les ouvertures n’ont pas beaucoup varié. Il suit les tendances actuelles de telle ou telle ouverture, mais, par exemple, la défense Est-indienne a été son arme favorite pendant une bonne vingtaine d’années. Il a son type de positions préférées et quand il parvient à les obtenir, il crée des parties modèles sur la manière de les traiter. Peu importe le niveau d’opposition auquel il est confronté lorsqu’il a de telles positions. » L'ex-champion du Monde Tal — https://www.europe-echecs.com/art/petrosian-ae-gligoric-1970-8216.html


Reyes, le
Polgar - Chiburdanidze, 2004 — « J’ai affronté Maia à de nombreuses reprises, aux Olympiades, aux Candidates, etc. Je n’avais plus participé à aucun événement sérieux jusqu’à l’Olympiade de Calvia, en 2004. À nouveau, j’ai rencontré Maia. Cette partie est peut-être la préférée de ma carrière. » Susan Polgar commente... https://www.europe-echecs.com/art/polgar-chiburdanidze-2004-8219.html


Reyes, le
Le Gambit Écossais — Une partie riche en déséquilibres, avec de multiples modifications matérielles et structurelles expliquées par Marc Quenehen pour améliorer votre compréhension positionnelle. https://www.europe-echecs.com/art/le-gambit-cossais-8224.html


Reyes, le
In memoriam Mikhaïl Tal — Le 28 juin 1992 disparaissait le 8e champion du monde, l’un des plus extraordinaires talents combinatoires de l’histoire. Par Georges Bertola. « Je joue toujours pour le gain. Une action timorée et indécise ne fait que favoriser la menace de défaite. » https://www.europe-echecs.com/art/in-memoriam-mikha-l-tal-8215.html


Reyes, le
Fischer – Unzicker, 1970 — Georges Bertola vous propose « Les grandes parties du passé ». Une partie Espagnole variante d'échange impressionnante car il est difficile de trouver une erreur évidente dans le jeu défensif noir. https://www.europe-echecs.com/art/fischer-ae-unzicker-1970-8232.html


Reyes, le
Un mat sous la pression du temps... « J’ai pu me rendre compte des progrès de la n°1 mondiale à l’occasion d’un duel en quatre parties classiques que nous avons disputé à Shenzhen, en Chine, du 5 au 8 avril 2017. » Vassily Ivanchuk. https://www.europe-echecs.com/art/un-mat-sous-la-pression-du-temps-8238.html


Reyes, le
Smyslov-Fischer, 1970 par Georges Bertola — « La beauté n’est pas seulement dans le jeu de combinaisons mais aussi dans des positions apparemment simples dont la richesse de leur contenu peut émerger à tout moment. » Vassily Vassilievitch Smyslov https://www.europe-echecs.com/art/smyslov-fischer-1970-8261.html


Reyes, le
Sacrifice de Tour positionnel — L’idée générée par Vladimir Kramnik dans cette partie face à Pentala Harikrishna démontre toute l’étendue du talent positionnel du joueur russe. Par Marc Quenehen https://www.europe-echecs.com/art/sacrifice-de-tour-positionnel-8242.html


Reyes, le
La partie viennoise — La partie viennoise est une ouverture assez rare à haut niveau. Cependant, la partie suivante, jouée entre deux top joueurs, est très instructive positionnellement. Par l'entraîneur Marc Quenehen. https://www.europe-echecs.com/art/la-partie-viennoise-8257.html


Reyes, le
Sacrifice positionnel de Dame — L'entraîneur Marc Quenehen, dans sa rubrique de la revue Europe-Echecs, vous propose de découvrir un surprenant sacrifice de Dame qui permet d’obtenir une totale domination positionnelle malgré un net déficit matériel. https://www.europe-echecs.com/art/sacrifice-positionnel-de-dame-8260.html


Renan, le
la partie sur le sacrifice positionnel de la dame est une petite pépite...l'histoire de cette partie est jolie....magnifique partie de Fischer aussi!


Reyes, le
L’art d’annihiler le Fou g7 — « Je m’étais préparé à jouer une partie positionnelle, avec l’ordre de coups 2.Cf3 c5 3.c3 » [...] « Son Fou de cases noires n’a joué aucun rôle dans cette partie. Je pense qu’elle a été assez propre, du début à la fin. » Anatoly Karpov — https://www.europe-echecs.com/art/l-a-art-d-a-annihiler-le-fou-g7-8259.html


Reyes, le
Korchnoi vs Karpov, 1974 — La miniature de Moscou. Face à la défense Ouest-Indienne d'Anatoly Karpov, Viktor Korchnoi prend une décision spectaculaire au 11e coup et Karpov abandonne au 19e ! « La créativité aux échecs » par Vassily Ivanchuk. https://www.europe-echecs.com/art/korchnoi-vs-karpov-1974-8277.html

Après 11.Dd2! Une décision mémorable ! Korchnoi l’a commentée ainsi dans l’un de ses livres : « De nombreux commentateurs très vénérables ont apprécié ce coup, incluant l’ancien champion du monde Botvinnik. Ce dernier a même suggéré que je l’avais préparé « à la maison ». Mais comment aurais-je pu envisager que Karpov joue des coups douteux !? »


Reyes, le
« L'école hypermoderne » En 2016, Pavel Eljanov remportait la 3e édition du Masters de l’île de Man au départage, devant Fabiano Caruana. L’Ukrainien commente sa victoire contre Alexeï Shirov dans « la pensée hypermoderne ». https://www.europe-echecs.com/art/l-cole-hypermoderne-8282.html


Chemtov, le
Très intéressant !


Reyes, le
Polugaevsky vs Tal, 1969 — Georges Bertola vous propose « Les grandes parties du passé » — « J’étais parvenu à cette position dans mes analyses avant la partie. Et maintenant 25 coups ont déjà été joués ! » Polugaevsky — « J’avais préparé cette idée pour Petrosian, mais elle ricocha pour frapper Misha ! » Spassky. https://www.europe-echecs.com/art/polugaevsky-vs-tal-1969-8312.html


DDTM, le
Toujours interessant a lire, Georges


Reyes, le
Hort – Petrosian, 1970 — « Les grandes parties du passé » par Georges Bertola.

« Un idéal inaccessible est de jouer aux échecs sans commettre de faute et c’est l’objectif qui m’attire le plus. Il est possible que, au sommet de leurs capacités, quelquefois les Grands-Maîtres jouent sans faute, mais à d’autres moments les erreurs sont inévitables. Chaque joueur, opposé à un adversaire, se bat en même temps contre lui-même. Chaque partie ou match est simultanément un combat intérieur. J’ai perdu un nombre important de parties, principalement parce que j’ai été incapable de me vaincre moi-même. Chaque Grand-Maître est un individu plutôt complexe, dont les représentations ne correspondent pas toujours à la réalité. Tal n’est pas que « sacrifices », Fischer n’est pas qu’un « ordinateur » et Petrosian n’est pas que « prudence ». Certains considèrent que lorsque je joue je suis excessivement prudent mais il me semble que la question peut être posée autrement. J’essaye d’éviter le hasard. Ceux qui comptent sur le hasard doivent jouer aux cartes ou à la roulette. Les échecs sont quelque chose de très différent. » Tigran Vartanovitch Petrosian — La partie Hort,Vlastimil - Petrosian,Tigran V. Kapfenberg, 1970. Défense Française variante Winawer [C18] commentée sur https://www.europe-echecs.com/art/hort-ae-petrosian-1970-8329.html


El cave, le
Jouer à la Hort, c'est prendre vraiment les choses à coeur ?


Quand on gagne une longue partie, la veine cave est remplie d’endorphine et de dopamine ; et quand on perd, la cave à vins se vide !


Partie extraordinaire de Petrosian !
Encore un remarquable sacrifice de qualité de la part du champion Arménien .


Chemtov, le
Oui. Et le travail de Georges est vraiment super. Je ne connaissais pas toutes ces références (celles d'après 1990). J'ai retrouvé des papiers gribouillés, au sujet de cette partie, où la question qui se posait était surtout 22.Fc3 (mais pas 21.Fc3) à la place de 22.Cf6+. Et si Rh8, alors seulement Cf6 avec un temps de plus pour les blancs et d4 ne tombe pas (si TxCf6). Inversement le fait de céder d4, comme dans la partie, pour avoir la diagonale grande ouverte est aussi compréhensible de la part de Hort.


Reyes, le
Les pions quadruplés ! — Les pions doublés sont généralement considérés comme un inconvénient. À quelques rares exceptions près, les pions triplés n’apportent, eux, que des soucis. Alors que dire des pions quadruplés ! Par l'entraîneur Marc Quenehen. — Deux parties commentées sur https://www.europe-echecs.com/art/les-pions-quadrupl-s-8338.html


Reyes, le
Gufeld – Utasi, 1985 — « Pas à pas avec un champion » par le Grand-Maître Eduard Gufeld. « Je soumets cette partie au jugement des lecteurs, convaincu que mon adversaire, un jeune et talentueux maître hongrois, a joué toute la partie selon les règles de l'art échiquéen et n'a commis aucune faute. » https://www.europe-echecs.com/art/gufeld-ae-utasi-1985-8340.html

« En fin de compte, la vraie valeur d'un joueur d'échecs ne réside pas seulement dans sa supériorité en tant que sportif, mais dans sa contribution d'idées nouvelles qui améliorent le développement des échecs et la création de beaux jeux qui procurent un plaisir esthétique. » Eduard Gufeld


Reyes, le
Fischer–Andersson, Siegen 1970 par Georges Bertola. Lors de cette partie sponsorisée par le quotidien suédois « Expressen », seulement 5 personnes étaient présentes : Kristian Sköld, un autre Suédois, Miguel Quinteros, et les deux joueurs ! https://www.europe-echecs.com/art/fischer-ae-andersson-siegen-1970-8344.html

« La manœuvre de Fischer est devenue une procédure de routine dans cette ouverture. Mais créer, inventer, c’est autre chose. Le 13.♔h1 de Fischer change la manière de comprendre les échecs. » Ulf Andersson

« Un paradoxe étonnant : avec toutes les pièces sur l’échiquier, sans entrer en contact avec l’armée ennemie et sans s’égarer au-delà de l’autre moitié de l’échiquier, les Blancs ont imperceptiblement obtenu une position gagnante. » Garry Kasparov


Reyes, le
The King's Gambit — La série « The Queen's Gambit », qui suit Beth Harmon, est un énorme succès un peu partout dans le monde. Voici pour varier les plaisirs un « Gambit du Roi » commenté par Vasyl Ivanchuk. https://www.europe-echecs.com/art/the-king-s-gambit-8353.html


Reyes, le
« Ma 1re norme de GMI sur l'île de Fischer » Par Deimante Daulyte-Cornette. Lors du fort open de Reykjavik 2018, remporté par Baskaran Adhiban devant Maxime Lagarde, Deimanté Cornette réalisait sa 1re norme de GMI. https://www.europe-echecs.com/art/1re-norme-de-gmi-8355.html




© 2000-2020 - France Echecs - Politique de confidentialité