France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 13 juillet 2020
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Echecs & salaires, argent par Roman le  [Aller à la fin] | Actualités |
Bonjour à tous,

Ancien joueur d'échecs passionné, toujours passionné d'ailleurs.
Je me posais une question sur les joueurs d'échecs dit "professionnels".
J'ai joué à une époque (dans les années 2000) où les joueurs avec un niveau d'environ 2000-2200 arrivaient +ou- à gagner un peu d'argent de leur passion.
Mais j'ai toujours trouvé dommage que les professeurs n'étaient quasiment jamais "bien" financièrement parlant.
Ma question est donc la suivante, si cela n'est pas tabou!
Combien gagne un joueur dans le
-TOP 10 mondial ?
-TOP 10 français ?
-d'un niveau 2000, 2200, 2300, 2400, 2500 elo

Ceci est à but purement informatif car je n'ai nullement ce niveau, mais afin de savoir s'il existe tout de même une sorte de motivation pour les jeunes recrues ou si le jeu d'échecs doit rester uniquement un loisirs

Tous les autres sports à un certain niveau nombreux sont ceux qui arrivent à en vivre décemment

Merci à tous


El cave, le
Tu parles de donner des cours ou uniquement de jouer aux échecs ? Parce que dans le second cas je pense qu'il faut être titré pour ne pas perdre d'argent et un fort GMI pour envisager d'en vivre, même un 2600 vivote avec juste des gains en tournois et par équpipes s'il n'a pas d'activités extérieures (cours,bouquins, entrainement ...).
Soyons clair, il vaut mieux ne pas compter sur les échecs pour vivre, si je devais donner un avis à un adolescent qui envisage d'y consacrer son existence je lui conseillerais probablement de s'abstenir et de poursuivre ses études sauf talent exceptionnel, si ta motivation pour jouer aux échecs est financière il vaut probablement mieux faire autre chose.

D'autant que le plaisir du jeu est certainement moindre quand il conditionne ton niveau de vie.


Dans les années 2000, un joueur à 2000-2200 ne gagnait rien du tout par la simple pratique du jeu. Eventuellement une bouteille , ou quelques euros par ci par là .
Comme le dit El Cave, le seul moyen aujourd'hui ,de gagner sa vie à moins de 2400, voire 2500 , c'est de devenir Entraîneur , de faire de l'animation rétribuée en club, et de monnayer sa participation dans quelques équipes de club . A part çà...


Pareil. Il y a eu une période dorée où des joueurs à 2200/2300 pouvaient vivoter : on parle des années 80.
Aujourd'hui, la seule ressource sérieuse est de donner des cours, ou de faire partie du top 10. En clair, mieux vaut pour un jeune faire autre chose professionnellement (prof par exemple, ça donne des vacances pour jouer !).


Bellamy, le
Je n'arrive pas à remettre la main sur son bouquin, mais il me semble que MVL parle d'un « bénéfice » annuel (gains divers − frais) d'environ 100 000 €.


A titre personnel (2200), les gains en tournois ne sont qu'un bonus aléatoire et très faible pour mon activité d'entraineur / animateur. Et ça doit être la même jusqu'à 2400.


@Bellamy , en effet si MVL (qui est environ 5ème mondial) gagne 100 000 euros (hors impots ?), ce n'est pas terrible comme gain vu son niveau.
Dans le sport en général, les athlètes ne gagnent pas tant que ça. Hormis quelques sport comme le foot etc ou vraiment les meilleurs (au tennis il faut être dans les 100er mondiaux).


Hanam, le
Qu'est ce qu'on appelle "vivoter" ? et à quoi on compare ? C'est un sujet de société complexe :)

Si je me compare à des potes qui gagnent au moins 70k€ l'année, pour eux je vivote, c'est même pas imaginable.

Les invitations et "avantages" liés aux tournois sont du salaire déguisé ou pas ?


elkine, le
Tes potes sont avocats ou médecins ?


@supergogol dans les années 2000 je confirme que je gagnais régulièrement un peu de sous en tournois, étant précisément dans les 2000-2200.

Je pense que vous répondez à côté de la question de Roman (mais à lui de nous dire). Il n'a jamais parlé d'en vivre. Il demande simplement les gains qu'on peut "attendre" en fonction de son ELO. Sans préciser en tournoi ou en tant que prof, animateur, ou une petite somme pour jouer en équipe, etc.


Hanam, le
@elkine non, des boulots bien payés dans des boites qui payent bien :)

à partir de 2100 en ligue HDF, on peut prétendre à gagner un rapide donc entre 100€ et 200€ pour 10€ d'inscription

Et c'est pas forcément tous les ans et ça dépend aussi les +2200 et +2300 voir un GMI/MI ne descend pas prendre le prix


Je me demande souvent comment font les titrés hors top 100 pour arriver à rentabiliser des déplacements à l'autre bout du monde...

Liste des titrés au tournoi de Gibraltar https://chess-results.com/tnr471965.aspx?lan=1&art=0

Ils viennent de tous les coins du monde alors que la liste des prix ne récompense que les 15 premiers !
https://www.gibchess.com/prizes


El cave, le
Il y a tout de même des invitations qui s'étendent au gîte et au couvert et des défraiements selon les tournois.


Il y a plus de 150 titrés tout de même !?

Bon, j'imagine que Thal va taper l'incruste chez ses compatriotes car il peut difficilement viser les prix avec ses 24.78...

Et, l'inscription qui n'est pas gratuite pour les titrés est à 50 livres ! Le coût de la vie est chéro sur le rocher quand il fait froid !


vampyr, le
Pourquoi pas, après le truc c'est aussi de considérer Gibraltar comme un "tremplin" vers d'autres tournois de la région et puis il y a peut être des entraides entre GMI (même chambre, descente à plusieurs en voitures etc).

A titre perso, pour les gains aux échecs je dirais que cela sert à payer les inscriptions, licences et bouquins. Donc en moyenne 300€ par an mais je ne sélectionne pas les tournois et j'ai la chance d'être en région parisienne.
Mais un bon 2150/2200 peut selon moi espérer viser les 1500-2000€ sans donner de cours.


Quand on a la capacité intellectuelle pour taper au-dessus des 2000, c'est clairement plus rentable d'investir dans d'autres domaines que les échecs, c'est clair.
Quand j'étais gamin, j'enviais ceux qui faisaient de ma passion leur métier... jusqu'à ce que j'en côtoie un ! Je peux le citer, il y a prescription : le chilien Roberto Cifuentes. On avait sympathisé à l'open de Virton en 1986, de mémoire. Roberto nous aidait à analyser nos parties, mais ne commentait pas les siennes par peur de l'espionnage. Le soir, alors qu'on blitzait jusqu'à pas d'heure, il allait se coucher à 22:30 pour être en forme le lendemain
Le premier prix de 50,000 françs belges (1250€) qu'il avait gagné me paraissait une fortune, il m'a indiqué que ça lui payait le déplacement et lui permettait de version la pension alimentaire ce mois-là :-(
Heureux je suis de n'avoir jamais eu le talent qui m'aurait permis de me demander si je voulais vivre des échecs :-)


El cave, le
L'inscription doit être gratuite pour les titrés, il me semble que c'est un prérequis pour l'homologation par la FIDE d'ailleurs. Ils n'invitent probablement pas tous les titrés mais un certain nombre je présume.


vampyr, le
@NicoLeBelge:
L'important c'est de savoir si il était heureux de vivre de sa passion.

Maintenant le vrai problème c'est les professionnels qui vieillissent et comment ils joignent les 2 bouts à l'approche de la retraite.
Quand on voit que Lautier a arrêté, Relange pareil, que Kouatly est devenu président de la FFE, a-t-on des informations sur ceux qui ont fait le choix du professionnalisme et qui ont dépassé les 50 ou 60 ans ?


Pardonnez-moi, mais tout cela ne répond toujours pas à la question de Roman


elkine, le
Effectivement tu as aussi président de la FFE comme débouché.
Ça donne accès à des parties majoritaires assez intéressantes financièrement.


Hanam, le
MVL avait dit que pour Gilbraltar, il "sacrifiait" , en accord avec l'organisateur, une partie de ce qu'il pouvait toucher pour permettre l'invitation d'autres joueurs français.

Ce qui implique que l'organisateur ne doit pas toujours tout payer selon le standing du tournoi/joueur


vampyr, le
@Sisyphus:
Le problème est que le élo et la position au élo n'indique en rien le revenu d'un joueur.
Il faut prendre en compte:
- si il joue par équipe
- son volume de jeu
- ses activités annexes (cours, livres,...) qui sont liés aux échecs mais sont moins aléatoires.

Donc on peut avoir des disparités fortes entre personnes d'un même niveau suivants leurs activités et le niveau d'activité. Et avoir des personnes qui vont gagner plus en étant pourtant classés nettement moins bien. Ainsi je ne serais pas surpris par exemple que Fressinet gagne plus que beaucoup de GM à 2700 Elo en étant secondant de Magnus Carlsen.


Bien sûr, les réponses sont compliquées à apporter. Mais on peut peut-être donner quelques éléments de réponse, comme des exemples. Par exemple je connais un joueur à peine plus de 2000 qui vit uniquement des échecs (avec un peu plus d'un SMIC) en donnant seulement des cours par internet.


Un joueur ne vivant que des Echecs en donnant des cours m'a dit : c'est un métier de crève-misère !
A moins d'être un futur MVL, il est plus sage de conseiller aux jeunes de privilégier leurs études.
Les gains des meilleurs mondiaux sont dérisoires par rapport à ce que certains touchent dans d'autres sports.


kieran, le
"Les gains des meilleurs mondiaux sont dérisoires par rapport à ce que certains touchent dans d'autres sports."

En effet, c'est aussi une conséquence directe du modèle de mécénat aux échecs de haut niveau.


vampyr, le
@Kieran:
Certes ils sont moindres et tout dépend du sport. Pour le foot ou le basket surement, pour le tennis ou le handball je ne suis pas aussi sur.
En effet, il faut voir que les durées de carrières sont bien différentes.
Pour un joueur d'échecs, on progresse souvent jusqu'à 35-40 ans et on peut joueur à un niveau équivalent correct jusqu'à 60-65 ans et en plus (avec les catégories vétérans).

Et aussi tout dépend de la nationalité.


Marc08, le
De mon coté mais je ne suis pas dans le "secret des dieux" un joueur du Top 10 (voir du Top 20 mondial) vit correctement des Échecs et peu mettre de l'argent de coté
Concernant les meilleurs Français ils doivent se compter sur les doigts d'une main ceux qui en vivre correctement (lorsque je parle de correctement c'est avoir la capacité financière d'être propriétaire et d'épargner)
Après nous avons quelques très bon GMI (à 2600 ou plus) qui arrive à en vivre mais que leur épouse ou compagne travaille et donc arrondissent certain fin de mois .
Pour les M.I c'est carrément non on n'en vit pas aprés certain font ce choix avec des "pseudos" métiers d'auto-entrepreneur et donc donne des cours et travaillent pour un club etc ...et effectivement ceux ci arrive à avoir avec les tournois ou autres des mois à 1500€
Pour les Elo inférieurs non titré c'est mission impossible mais certains peuvent trouver des exemple de joueurs dans les 2200 - 2300 qui vivotent avec l'équivalent d'un SMIC -
Conclusion comme je le dit trés souvent aux jeunes que j’entraîne les études d'abord et aprés les échecs car on n'en vit pas du tout et rien n'empêche un trés bon jeune prometteur( plus de 2000 - voir 2200) de prendre une année sabbatique après ses études pour voir s'il réussirais à choper un Titre !!


El cave, le
Il y a quelques sports privilégiés, foot, golf, NBA, mais dans la plupart des disciplines le pognon n'est pas une motivation majeure. Même au tennis Federer et Nadal sont millionnaires mais le 150ème mondial rame.


vampyr, le
@El cave,pour info le 150e mondial au tennis rame plus que le 1500e , c'est paradoxal mais pas complétement incohérent.

@Marc08: Tout dépend parce que si tu es pédagogue que tu es passionné, que tu sois 2000 ou 2400 elo la plupart des personnes s'en moque (les écoles, les clubs pour les enfants,etc) sauf si tu as affaire à des personnes qui ont déjà un excellent niveau et veulent passer un cap.

Il faut une différencier entre le métier de joueur et d'entraineur.


El cave, le
Là encore tout dépend ce que l'on souhaite, écumer les tournois du coin ou avoir la chance de jouer sur le Lenglen. Certes le premier est accessible à plus de monde mais peut-on vraiment parler de métier en ce cas ?


Oui


vampyr, le
Est-ce qu'un joueur qui va gagner une dizaine d'ATP250, 4 ATP500 aura été moins "pro" que quelqu'un qui se fait sortir dans les 3 premiers tours des GC toute sa vie et qui va nous faire une finale un jour ?

Honnêtement je conçois plus l'activité comme un métier si l'on doit écumer les tournois et sinon il s'agit plus d'une passion/sport avec une recherche de performance, de plaisir.
Si je gagne à l'euromillions et que je décide de faire tous les plus gros tournois open du monde, serais-je un professionnel?
Accessoirement, des professionnels comme Fedorchuk, Shchekachev ont pour moi une approche beaucoup plus "métier" que MVL.


Chemtov, le
El cave : Je vous trouve bien exigeant. Je ne sais pas dans quel contexte vous vivez, mais moi je suis entouré de gens au chômage, d'autres qui vivent avec le smic, d'autres avec moins, d'autres avec rien. Des jeunes et des moins jeunes. Pour beaucoup, des horizons bouchés. Vivre de leur passion pour 1500 euros par mois, beaucoup en rêverait.

Et j'en connais aussi qui gagnent plus d'argent mais qui ont des vies ternes, metro-boulot-dodo (ou blitz sur internet !), avec des journées qui se suivent, répétitives, dans des jobs sans intérêt d'où ils ne peuvent plus sortir.

Je connais aussi des animateurs d'échecs plus épanouis que les parents friqués qu'ils croisent à la sortie de leurs cours.


elkine, le
le 1500e mondial gagne des ATP 500 ?


El cave, le
Un joueur qui gagne une dizaine d'ATP 250 et quatre ATP 500 est sans problème dans les cinquante premiers mondiaux. J'évoquais du 1500ème qui vit mieux que le 150ème là, ce sont deux approches différentes.

Je ne vois pas trop où s'exprimerait une exigence de ma part, je ne porte pas de jugement de valeur sur l'un ou l'autre statut.
Je connais juste pas mal de joueurs, pas spécialement d'échecs d'ailleurs, dont certains en théorie vivent de leur passion , et en pratique me font penser à la chanson de Jacky, celui qui se saoule à l'hydromel pour mieux parler de virilité à des mémères décorées comme des arbres de Noël.

Et pour moi quelqu'un qui vit en donnant des cours d'échecs est prof, pas joueur d'échecs. Je pense qu'en étant pédagogue et sérieux il est possible de se débrouiller assez correctement de nos jours, mais je parlais de vivre en jouant, pas en enseignant.


vampyr, le
Un joueur qui gagne sur une quinzaine d'année une dizaine d'ATP 250 n'est pas forcement dans les 50 premiers mondiaux. Mais après oui effectivement pas 1500e. Mais il existe pas mal de pro qui oscillent entre la 100 et la 500e place et avec des palmares plutot sympa


Roman dans son 1er post parle de "vivre de sa passion", de "professeurs". Libre à vous de vous restreindre aux seuls gains en tournoi, mais ce n'est pas la question


Chemtov, le
@El cave : Mais je pensais aussi aux joueurs. Des MI ou GM qui continuent de jouer, avec des petits cachets en équipe, des prix ici ou là, quelques invitations. Et qui par ailleurs donnent des cours et animent des ateliers ( même dans les écoles ).

Vivre des Echecs uniquement en jouant, je pense que c'est quasiment impossible aujourd'hui en dessous de 2600 ( et encore...). Ou alors, ces joueurs ''vivent'' dans les tournois où ils sont nourris/logés, mais souvent sans rien gagner.

Et puis, même les pros de tournoi, à 2600 et plus, donnent parfois des cours, écrivent des bouquins, des articles, font des stages, donnent des simultanées, etc... Même des beaucoup plus forts le font, mais alors ils appellent ça des ''master class''. ( C'est plus classe ! )


"Pour les Elo inférieurs non titré c'est mission impossible mais certains peuvent trouver des exemple de joueurs dans les 2200 - 2300 qui vivotent avec l'équivalent d'un SMIC -"

Pas forcément.
Entre les cours dans les écoles, les collèges, les cours particuliers en présentiel et virtuel, les cours collectifs de clubs, de ligues, on peut espérer mieux que le SMIC.
Sans parler des stages, des exhibitions, des accompagnements en tournois, des colonies, des campings ...


Marc08, le
@ Flibustier lorsque je dit cela : Pour les Elo inférieurs non titré c'est mission impossible mais certains peuvent trouver des exemple de joueurs dans les 2200 - 2300 qui vivotent avec l'équivalent d'un SMIC
je parle d'un travail correct aux échecs et là tu me cite : cours ecole, cours particuliers, virtuel, etc ..stages, exhibitions? cela se paye à 2200? (bon perso à 2200 je ne paye pas pour avoir des cours avec !) colonies etc
c'est comme si on disait oui une femme de ménage gagne bien sa vie, en travaillant en plus comme madame pipi dans les différents forum ou foire expo ou alors en faisant en plus du repassage ou en gardant aussi des enfants ...bref arrêtez de dire que l'on peu vivre des échecs car je connaissait des 2600 ou presque que comme j'ai dit plus haut heureusement que leur épouse avec un boulot correct faisait "bouillir" la marmite certains mois


Sdb64, le
@Marc08 : Il y a des business plan qui fonctionnent autour du jeu d'échecs. Des animateurs/entraîneurs savent se bouger et réussissent.
La demande est forte. Il suffit de savoir y répondre avec un travail de qualité, être un bon communiquant et en avoir sous le pied quand le bouche à oreille commence à fonctionner !


C'est incroyable de tout voir à travers le prisme du elo, quel mépris de votre part !
Quid de la pédagogie, du sérieux, du moins sérieux aussi, de l'organisation, du contact humain ... ?
Mais ravi d'apprendre que je ne fais pas un travail correct tiens.


elkine, le
détendons-nous en musique


Chemtov, le
@Marc08: Désolé, Marc, mais là je pense aussi que tu as tout faux. Après, cela dépend bien sûr de la taille de la ville, de la concurrence, etc... Mais il y a des 1900/2000/2100/2200 qui font un bon boulot ( ou du moins les gens le croient, c'est l'essentiel ! ) ( thème du ''bon communicant'' ) et il y a inversement des 2600 qui sont juste des cornichons incapables de sourire, de serrer la main, de s'abaisser à faire des cours à des gosses, etc... Evidemment, ceux-là, ils ont du mal pour survivre.


SLM, le
Ah bah voilà : je trouvais que cela partait trop gentiment ce fil. Et depuis le départ de JLuc74 Phiphi peine à retrouver l'inspiration : il parvient à peine à intéresser Rafiki du 67.
Pour répondre à Roman : aucune motivation financière pour un jeune, il vaut mieux que cela reste un loisir.


En pratique la question ne doit jamais se poser dans l'ordre qui semble envisagé ici, à savoir est-ce qu'un jeune pourrait s'investir dans les échecs avec l'idée d'en faire son métier.

Je pense que chez les joueurs de haut niveau c'est avant tout une passion, et que les plus forts, autour de 20 ans, arrivent à un point où ils commencent à avoir des rentrées d'argent (mécénat ou gains en tournoi), et où dans le même temps ils se rendent compte qu'il ne pourront pas continuer à progresser s'ils doivent se consacrer à l'apprentissage d'un autre domaine par des études. Mais au final ceux qui peuvent prendre le risque de se lancer dans une carrière de joueur professionnel en espérant en tirer des revenus corrects sont une infime minorité. Et encore faut-il aussi adhérer à la vie qui va avec (voyages, pression…).

Il y a dans les échecs de compétition une distribution des gains qui semble extrêmement pyramidale, comme dans toutes les professions "glamour" (selon la définition qu'en donne S. Levitt dans Freakonomics), et par conséquent très rares sont ceux qui peuvent en tirer des revenus substantiels. Et avant de générer des recettes, atteindre le plus haut niveau demande en amont beaucoup de ressources (entraîneurs, puis secondants). Voir par exemple le cas de Richard Rapport qui, sans sponsor, ne peut pas se payer les services d'un secondant alors qu'il est dans le top 20.

En revanche il semble que les très forts joueurs d'échecs ont de bonnes aptitudes pour réussir dans d'autres domaines bien plus lucratifs, comme par exemple l'économie, la finance, ou les technologies (Cf Kenneth Rogoff, Joël Lautier, Matthew Sadler, Luke McShane, Robert Fontaine, Eloi Relange).

Et bien sûr être un joueur de très haut niveau reste sans doute un point fort pour enseigner ou être employé au service d'un joueur de l'élite (voir Fressinet et Nataf), mais c'est un autre sujet.


D'accord avec vous sauf sur l'âge de la décision : c'est plutôt vers 12/13 ans, après il est un peu tard ! Les prodiges de demain Indiens, Américains notamment, se lancent dans les échecs vers 8 ans.


Quel est le pouvoir d'achat d'un gmi 2600 ?!
Parlons stock options, golden parachute, rtt, triple double, voiture de fonction, etc...


@ Pipo, je ne parlais pas de l'âge pour se lancer dans les échecs de haut niveau, mais de l'âge où l'on doit faire un choix entre ne faire que cela, ou se diversifier en faisant aussi des études (cf. Wei Ji aujourd'hui ou MVL il y a quelques années).


Roman, le
Merci @Sisyphus je pense que tu m'as compris dans ma demande!

Si j'ai bien compris
MVL : +ou-100k annuel 8k/mois
ceci pour un top niveau FR voir WORLD

Joueur de 2200-2300 : Dans les 2k/mois pour un acharné

Professeur d'échecs : +ou- le SMIC

@supergogol je t'assure que j'étais jeune à cette époque mais dans les années 2000 j'ai bien vu des joueurs de 2300 elo atteindre le smic sans difficultés aucunes!

Ce n'est donc clairement pas un jeu d'argent comme le serait le poker, il faut donc conseiller à la jeune génération de se consacrer dans leurs études de voir le jeu d'échecs comme une passion et un apprentissage (car dans ce jeu nous apprenons beaucoup de chose sur la vie également!)

Merci encore si d'autres peuvent donner leurs avis conseils allez-y !!


El cave, le
2k pour un 2200 je ne sais pas si c'est par an ou comme professeur mais je doute fort que ce soit un gain mensuel moyen en jouant.


Marc08, le
Mes amis je crois que vous n'avez pas compris mon post : je n'ai JAMAIS dit qu'un 2200 ne fait pas du bon travail mais qu'a ce niveau on ne vit des échecs aprés si certains considère en vivre avec 1400 € bon courage à eux et qu'ils se posent la question - que je me suis posé à une certaine époque- est ce que à 50 ans ou plus j'aurais encore la patience et la pédagogie de faire ce métier là ?
Aprés et je l'ai dit dans d'autre post certains M.I ou voir GMI n'ont AUCUNE pédagogie et mise a part leur titre ne sont pas bon comme entraîneur ou animateur


clarxel, le
Pour Mvl, c'était il y a 2 ans, et c'était ce qui lui restait après frais, du net+++
Avec son activité et ses gains 2019, je pense que ça doit être sensiblement plus.
Il aurait certainement préféré gagner moins et se qualifier pour les candidats…

À ce sujet, je n'ai pas vu s'il y avait une réponse à la lettre ouverte de Laurent Verat, je n'ai pas l'impression, je me trompe ?


Reyes, le
« La Fédération se prépare à la participation de trois joueurs d'échecs russes au tournoi des candidats », a déclaré Filatov. « Le tournoi se déroule en Russie, donc l'organisateur a décidé de donner une wild card à un grand maître russe. Nous pensons qu'Alekseenko, qui a remporté le championnat d'Europe par équipe avec l'équipe nationale russe, en sera digne. La question de la participation au tournoi d'un joueur d'échecs de France, ou de tout autre pays, n'est pas discutable ni même discutée. »
https://www.europe-echecs.com/art/grand-prix-fide-de-j-rusalem-ac-finale-ac-8036.html


clarxel, le
Merci Reyes
Sans appuis, la démarche était vouée à l'échec...
Donc il reste maintenant
La possibilité d'un désistement pour raisons de santé (ce que je ne souhaite pas), ou pour convenance personnelle (Radjabov ?)


Marc08 : quelle tristesse de raisonner ainsi ... se priver de professionnaliser sa passion parce qu'éventuellement, dans 25 ans, j'aurais perdu la flamme ?


Chemtov, le
Marc voit la vie d'une certaine façon. D'autres autrement... Je connais des jeunes qui ont bac+4 et pas de boulot. Au même âge, d'autres ont déjà travaillé depuis plusieurs années, notamment dans les Echecs, ont gagné leur vie et ont acquis beaucoup d'expérience professionnelle et humaine. Des parcours différents et ''l'arrivée'' est encore très éloignée. Qui peut dire ce qui se passera dans le futur ?


Marc08, le
@ Flibustier , tu sais mon ami échiquéen comme je vous l'ai dit j'ai eu ce cas de conscience à un moment donné de ma vie professionnel et donc je n'ai pas sauté le pas - bon c'était dans l'animation - CLSH - base de loisirs etc ..pas dans les échecs
Par contre j'anime toujours - ou pour mes jeunes j’entraîne toujours aux niveau échecs et ceci depuis 1992 et depuis quelques années franchement la motivation n'y est plus du tout, peu être aussi que que les jeunes de maintenant sont moins motivé que ceux que j'avais à une certaine époque ou alors que je vieillis d'où mon analyse sur ce type de métiers où la motivation du "coach" est trés important enfin pour moi et plus on vieillis , moi je tolère certaine chose mais comme on bosse avec des mômes c'est beaucoup moins évident de s'en "foutent" qu'en usine tu ne crois pas ?


SLM, le
OK boomer.


DDTM, le
Chemtov, qui est proche de l'arrivee, a de sages paroles.


Revenus additionnels à ne pas négliger : le stream via utube ou twitch !
Je regarde souvent Blitzstream ou Hikaru et quand je vois le nombre de subs je suis sidéré !


Roman, le
A titre d'exemple le youtubeur @Blitzstream j'espère qu'il arrive à sortir 2.5/3.5k€ net/mensuel!
J'ai bien conscience que c'est un amoureux un passionné de ce jeux
Mais quasi tous les jours il post une vidéo, donne des cours via son site, doit certainement donner des cours en club j'espère pour lui c'est un bon gars cela se voie!


Chemtov, le
@DDTM : Proche de l'arrivée ? Non. Personnellement, je n'envisage pas d'arrivée ! A la question de marc08 : '' est ce que à 50 ans ou plus j'aurais encore la patience et la pédagogie de faire ce métier là ? ''. Réponse : Bien sûr ! Il suffit de ne plus voir ça comme un métier. Et en ne se fixant plus d'objectifs stressants, finalement on a de meilleurs résultats et tout le monde y prend plus de plaisir.


DDTM, le
Chemtov le "Michel Drucker" du C.E.S. :D


Chemtov, le
Pas que du CES, j'espère ! Bon... MD a presque vingt ans de plus... il y a de la marge encore.




© 2000-2020 - France Echecs - Politique de confidentialité