France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 17 novembre 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


La revue Europe-Echecs N°701 — Septembre 2019 — La pression du temps par Europe Echecs le  [Aller à la fin] | Actualités |
Le premier tournoi de l’histoire des échecs modernes, Londres 1851, s’est joué sans limite de temps. Cela provoquait des situations cocasses où, parfois l’adversaire, épuisé, s’endormait devant l’échiquier !

« Si pourtant M. Staunton mérite un blâme, c’est pour l’extrême lenteur qu’il a mis dans ses parties : huit, douze, seize heures pour une seule partie ! » C’est ce que rapporta Kiereritkzy, le célèbre perdant de « L’Immortelle » alors que Howard Staunton était considéré comme le meilleur de son temps.

L’un des esprits les plus brillants, Henri Thomas Buckle, excellent joueur d’échecs mais qui préféra s’atteler à un ouvrage monumental sur l’histoire des civilisations s’ennuyait souvent devant l’échiquier. Face à un adversaire plongé dans d’interminables réflexions, il l’interpella avec cette phrase demeurée célèbre : « La lenteur chez un génie est difficile à supporter, mais celle d’un médiocre est intolérable. » En 1857, Paul Morphy opposé à Louis Paulsen, exaspéré par le temps que prenait ce dernier pour jouer ses coups, ne put retenir des larmes de rage en serrant les poings.

En 1861, ce fut l’introduction de l’usage du sablier qui pouvait mesurer la durée d’un seul coup, puis on plaça des pendules de chaque côté des joueurs à partir de 1866. En 1894 au tournoi de Leipzig, l’horloger Gustav Herzog fit adopter les pendules à double cadran qui sont encore, à quelques détails près, en usage de nos jours.

Au XXe siècle, la cadence des compétitions au plus haut niveau était fixée à 40 coups en 2h30 pour chaque joueur suivie d’un ajournement où celui qui avait le trait effectuait son coup « sous enveloppe ». Une pratique qui a permis aux analystes et secondants d’interférer sur l’issue des parties.
Ce procédé fut interrompu devant les progrès fulgurants des ordinateurs qui, à leur tour, pouvaient influer sur les résultats.
Le temps s’imposait comme un élément décisif dans le déroulement de la partie d’échecs et le champion du monde Mikhaïl Tal en fit une valeur d’échange à son avantage dans ses célèbres sacrifices.

« A un certain point je me trouvais à court de temps. Eh bien, c’est justement dans ce pire moment que Tal sacrifia une pièce. Avec trop peu de temps pour calculer, je ratai le coup gagnant. » GM Pal Benko

De nos jours, il faut terminer la partie sans quitter la salle de jeu. Le système KO, qui permettait de gagner alors que le drapeau de l’adversaire tombait dans une position à quelques coups du mat, a été détrôné par la pendule Fischer, un héritage du champion américain. Une idée géniale qui nécessite l’usage d’une pendule digitale avec un ajout de plusieurs secondes à chaque coup. Cela crée une situation de stress incroyable, bienvenue au « zeitnot perpétuel » !

Lors du « Grand Paris Chess Tour » ce fut un plaisir d’observer les grands champions subir l’épreuve du temps dans les rapides et les blitz. Des combats mouvementés, incertains dignes de ces demi-dieux de l’échiquier. L’accélération des cadences tend à les rapprocher des simples mortels en nous rappelant que « l’erreur est humaine »… Félicitations à MVL qui sort vainqueur à Paris. Toutefois il faut se souvenir aussi de la suite de cette citation : « persévérer est diabolique ».

Peut-on indéfiniment accélérer les cadences, la fréquence des tournois sans altérer la qualité du jeu, voire même la santé, le mental des meilleurs joueurs ? Maxime venait à peine de rentrer de Riga après avoir joué un excellent tournoi. Vaincu cette fois, au départage, en finale face à Mamedyarov après un dernier blitz diabolique, Armageddon, qui portait bien son nom !

Bonne lecture

Georges Bertola
La revue Europe-Echecs N°701 — Septembre 2019 — https://www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs-detail.html?id=669


Le sommaire de la revue Europe-Échecs N°701

— Actualités en Blitz  Carlsen Cap 2900
— 52e Festival de Bienne – Vidit à toutes les cadences, Reportage de Laurent Freyd, arbitre international Analyse de Santosh Gujrathi Vidit
— Championnat d’Afrique Individuel - Le règne des Pharaons, Reportage et analyse de Bilel Bellahcene
— Championnat de Paris – Jules Moussard sans rival, Jules Moussard à l’analyse
— 1er Open de Saint-Quentin - Le Mémorial Aloyzas Kveinys est un beau succès ! Reportage et analyse de Jean-Noël Riff
— Paris Grand Chess Tour - MVL Royal ! Reportage et analyse de Romain Edouard
— Spécial Carlsen : De Stavanger à Zagreb – Magnus Carlsen extraterrestre, Peter Heine Nielsen à l’analyse
— RIDEF - Paris est une fête ! Reportage de Bernard Labadie, président de la Fédération québécoise des échecs. Analyse de Gabriel Flom
— Le Joueur du Mois – Marc’Andria Maurizzi, titré MI à 12 ans ! Interviews de Marc’Andria Maurizzi, Léo Battesti et Matthieu Cornette
— FFE - Le Cahier de la Fédé : L’heure de la rentrée

Les Rubriques du Mag’

— Faites-Vous la Main : les 18 combinaisons du mois – Spécial Pentala Harikrishna, Par Bertrand Valuet
— Féminines en Or : Stefanova-Girya - Le style romantique du 19e siècle, Par Susan Polgar 8e championne du monde
— Théorie & Tendances au Grand Prix FIDE de Riga – Focus sur MVL, Par Igor-Alexandre Nataf
— Le Cahier de Marc Quenehen, Stupeur sur l’échiquier : £xc3 !!
— La Créativité aux échecs : Dominguez Perez-Nepomniachtchi – Un KO sur la Caro-Kann, Par Vassily Ivanchuk
— Finales Inoubliables : Carlsen-Nakamura à Zagreb La maîtrise de l’espace, Reportage et analyse de Darko Anic
— Dans le Rétroviseur : Kuibyshev 1942, Par Georges Bertola
— Annonces de tournois
— Abonnement/Ours

Abonnement à la revue Europe-Echecs : 6 mois = 34,95€ ; 1 an = 59,95€ ; 2 ans = 118,95€ https://www.europe-echecs.com/abonnement.html
Voir un exemplaire gratuit de la revue "en ligne" sur https://www.europe-echecs.com/mag/html5/683FR/index.html

— Jouez aux échecs en direct avec « Simple Chess » https://www.europe-echecs.com/jeu-direct.html
— SimpleChess Google Play https://play.google.com/store/apps/details?id=com.simplechess&hl=FR
— SimpleChess App Store https://itunes.apple.com/FR/app/simplechess/id394634657?mt=8




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité