France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- jeudi 14 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Quelqu’un a-t-il progressé à la pendule en jouant par correspondance ? par kaktus le 30 août 2013  [Aller à la fin] | Théorie |

Personnellement, je me suis essayé au jeu par correspondance en 3 phases d’environ 1 an ou 2.
Je pensais que cela pouvait apporter le même type d’enrichissement que des analyses de parties.
J’ai joué avec machine (sur un site où c’était autorisé bien sûr) et des parties no engine.

Lors de ma première expérience, j’ai commis l’erreur du débutant à ce jeu en m’inscrivant à trop de tournoi me retrouvant avec des dizaines de parties à gérer.
Donc très rapidement, j’ai réalisé que pour ce qui est de l’ordi, il était juste impossible de l’utiliser « intelligemment » en allant consulter les parties dans les bases de données relatives à l’ouverture choisie, ni d’explorer des plans, et qu’à quelques exceptions près, je finissais par jouer les coups de la machine parfois sans même avoir le temps de regarder la position.
Pour ce qui est des parties no engine, c’était le même problème, en fait je regardais la position 2 min, et hop je jouais un coup de blitz.


Lors de ma deuxième expérience, j’ai donc réduit le nombre de parties (une douzaine avec machine, 6 no engine).
Et en fait, j’ai réalisé que ce n’était pas seulement une question de nombre de parties, mais que j’avais complètement sous estimé la question du zeinot par correspondance.
Ca dure très longtemps, Il suffit d’être indisponible une ou plusieurs semaines, que l’adversaire ait des disponibilités complémentaires et on se retrouve en difficulté ce qui nous ramène à la situation décrite précédemment, voire à se savoir perdu au temps parce qu’on a 6 jours pour 10 coups mais qu’on ne peut se connecter qu’une fois par jour.

Lors de ma troisième expérience, en cours, j’ai éliminé les parties no engine car clairement elles m’apportaient moins que des parties à la pendule, c’est plus efficace de passer plusieurs heures de suite à réfléchir, et si on a le temps analyser dans la semaine, que de réfléchir un petit peu de temps en temps (à moins de vraiment pouvoir faire ça tous les jours pendant des mois).
J’ai choisi un tournoi cadence lente ( 40j tous les 10 coups) et un cadence rapide (30j +1j/coup) en me disant que vu que j’avais 2 mois de vacances, je pourrais me consacrer à ce deuxième tournoi.
En fait, après 2 mois, j’en suis à peine aux 20èmes coups, et donc avec la reprise du travail je pense que je vais les perdre au temps, pour les lentes je n’ai pas eu trop le temps de m’y attacher en raison du rapide, cependant je suis assez content d’avoir réfuté un Blackmard avec les noirs, et de m’en sortir dans un autre avec les blancs, en jouant mes idées :)


Quand ces tournois seront terminés, je compte en faire une 4ème, en proscrivant les cadences rapides, et en me concentrant juste sur un tournoi de 6 parties cadence lente.
Mais je commence vraiment à me demander si le jeu par correspondance peut-être utile au joueur à la pendule, car même en limitant le nombre de parties et avec beaucoup de temps, j’ai l’impression ça demande un investissement difficilement compatible avec une vie professionnelle et personnelle..

Est-ce que quelqu’un (un joueur à la pendule svp)a une expérience positive du jeu par correspondance ?



arnackor, le 30/08/2013 - 18:50:08
D'après ma modeste (et petite) expérience, 6 parties en même temps c'est déjà beaucoup trop, même en cadence "lente". Je crois d'ailleurs que c'est une conclusion que tu es sur le point d'atteindre.

Selon moi l'investissement demandé est tel, pour que ça soit bien fait, qu'il est délicat d'en jouer plus que 2 en même temps. Peut-être que des personnes plus habituées et avec plus de temps libre peuvent parvenir à gérer 4 ou 6, mais je trouve que c'est vraiment chronophage.

Sinon je pense que c'est très intéressant, y compris pour progresser à la pendule, car cela nécessite une approche bien différente et c'est ce qui est enrichissant.


kaktus, le 30/08/2013 - 20:17:47
J'ai bien peur que tu aies raison, on ne se rend pas compte mais 40 jours 10 coups, ça fait un coup tous les 4 jours, même s'il y a quelques séquences, ça n'a l'air de rien ça ne laisse guère plus d'une semaine de répits.

Surtout qu'en ce qui me concerne, je joue beaucoup d'ouvertures qui ne me sont pas familières, et que je me retrouve vite en nécessité de consommer du temps.


alobert, le 30/08/2013 - 21:02:58
J'ai joué qq années par correspondance, vers 1985-1990. Donc avec des cartes ICCF et plein de timbres. Des bouquins mais pas de logiciels tentateurs.

Je me souviens de ma farde d'échiquiers en carton pour suivre plus facilement les parties.

J'en jouais trop simultanément ! Faut dire que c'était tentant, avec des délais postaux parfois très importants (me souviens d'une partie trrrrrès lente contre un Ouzbek). Et en effet, le Zeitnot est possible par correspondance : j'avais parfois l'air malin avec 8 cartes qui tombaient le même jour dans ma boîte.

Je ne suis pas sûr que cela m'ait appris grand chose d'utilisable à la pendule. Même pas dans les ouvertures, puisque dans 90% des parties, c'étaient des lignes obscures (intéressantes mais inexistantes à la pendule, ou presque). On choisissait des lignes obscures pour être sûr de ne pas tomber sur un gars qui aurait tous les derniers bulletins de parties et serait très informé sur les grandes ouvertures.

Par contre, les finales, oui, certainement. A grands renforts de bouquins. J'ai tjs été paresseux pour étudier les finales, sauf par correspondance quand j'étais confronté à un problème bien concret.

Mais le principal bénéfice, c'était à côté des échecs : presque toujours avec des adversaires lointains, la carte officielle était accompagnée d'une carte postale de la ville, du pays, de brochures, et les cartes sans message amical étaient bien rares. C'était une belle expérience.

Que je ne suis toutefois pas tenté de réitérer. Le côté postal me plaisait bcp Et puis, les machines maintenant, jouent toutes seules. Où est l'intérêt ?


erony, le 30/08/2013 - 21:09:31
"J'avais parfois l'air malin avec 8 cartes qui tombaient le même jour", dit Alobert. Idem : j'ai fait un seul tournoi par correspondance dans ma vie, qui s'est terminé par... du blitz à l'aveugle !


Sff75, le 30/08/2013 - 23:42:09
On peut progresser si en effet on met systématiquement les positions sur un échiquier en y réfléchissant par soi-même (donc sans ordinateur) plusieurs heures sur chaque nouvelle position : la répétition de l'exercice doit permettre de progresser. Donc pas forcément besoin de jouer par correspondance pour cela, cela permet surtout de varier les positions et un peu d'incertitude


nicolasdupont, le 31/08/2013 - 00:13:29
Pas si sur... Car réfléchir c'est bien, mais réfléchir à quoi ? Si par exemple tu as une paire de pions pendants, tu peux bien réfléchir mille ans sans avancer d'un iota si tu ne sais pas, à l'avance, quels sont les avantages et les inconvéniants d'une telle structure.

C'est comme en maths, ça ne sert à rien de réfléchir sur un exercice si tu n'as pas d'idée à l'avance sur les théorèmes à utiliser pour le résoudre.




Paco, le 31/08/2013 - 13:05:58
J'y ai joué du temps des timbres et du courrier.

Pour augmenter mon temps de réflexion je m'étais faits des petits échiquiers sur papier avec les positions atteintes que je gardais in the pocket; ce qui augmentait mon temps de réflexion, par exemple les transports en commun et chaque fois que je me retrouvais seul avec du temps devant moi.
Facile aussi de jeter un œil sur une position précise à tout moment.




© 2000-2017 - France Echecs