France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- jeudi 14 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Etude de von Holzhausen, 1898 par Doms le 21 juin 2013  [Aller à la fin] | Etudes |
Comme dans l'étude récemment montrée ici (bas du fil) du même auteur, les noirs arborent dans cette étude pléthore de pions :

von Holzhausen, Berliner Lokalanzeiger 1898



Les blancs jouent et font nulle

(Pour référence, cette étude constitue l'exercice supplémentaire n°728 dans Les Finales d'Alain Villeneuve, édition de 1998. Elle est également traitée sur le site lesechecsenvideo.fr)

(solution ci-dessous)




Les blancs ont des essais évidents comme 1. Cc7+ Ra7 2. Ta6+ Rb7 3. Txa2, mais après 3... h3! (3... Rxc7? 4. Tg2=) les noirs gagnent. Idem pour 1. Cb4 Ra7! (1... a1=D? 2. Cc6! Da7+ 3. Cxa7 Rxa7 - sinon de nouveau Cc6 est décisif - 4. Tg6 +-).

La solution s'appuie sur deux coups tranquilles enclenchant un remarquable mouvement pendulaire d'échec perpétuel avec tour et cavalier : 1. Cb8!! Ra7 ( 1... a1=D 2. Cc6 +- comme déjà vu) 2. Tb4!! a1=D 3. Cc6+ Ra6 4. Cb8+ Ra5 5. Cc6+, =. Malheureusement les pions noirs de l'aile-roi ne servent à rien dans la solution et sont uniquement utilisés dans la réfutation du jeu d'essai.

Comme il est tentant de voir ce qu'il faudrait changer pour transformer le jeu d'essai en solution et faire jouer ces pions, déplaçons dans la position initiale le cavalier blanc en b5 et le roi blanc en h6, on obtient la position suivante :



Les blancs jouent et font nulle.

Les blancs ont le choix entre deux échecs dont un seul est bon :

1. Ta6+? Rb7! (après 1... Rb8 2. Tb6+ il faut rebrousser chemin, car 2... Rc8?? 3. Tc6+ et 4. Tc1+- est catastrophique, le cavalier ayant le temps d'arrêter les pions liés) 2. Ta7+!? (car 2. Txa2 h3 3. Cd6+ Rc7! 4. Ce8+ Rd8 perd.) Rb8! ( car 2... Rb6 3. Txa2! h3 4. Cc3! annule, on verra plus tard pourquoi) et 3. Rh5 g2 comme 3. Txa2 h3 perdent.

Donc : 1. Cc7+! Ra7 2. Ta6+ Rb7 3. Txa2 h3 4. Cd5! (la seule case pour atteindre f4; 4. Ce6? g2! perd) g2!? (car 4... h2 5. Cf4 h1=D+ 6. Rg5 Df3 7. Tg2= est une nulle positionnelle, bien que les blancs aient laissé damer sur échec et ne soient parvenus à capturer aucun des deux pions noirs de l'aile; cette ligne survient également après 1. Ta6+ Rb7 2. Ta7+ Rb6 3. Txa2 h3 4. Cc3 h2 5. Cd5+ Rb7 6. Cf4)

5. Tb2+! car après 5. Cf4? g1=D 6. Cxh3 Dh1, ni 7. Ta3 Dc1+ ni 7. Tb2+ Ra6 8. Tb3 Dc6+ ne conviennent. Il faut garder le cavalier centralisé un coup de plus.

Les noirs ont maintenant deux choix de défense : essayer de ramener le roi vers la tour blanche via la colonne a, ou aller au centre. Mais après 5... Ra6, le chemin le plus simple vers la nulle est 6. Ta2+ Rb5 7. Txg2! hxg2 8. Cc3+ et 9. Ce2 = - ce qui n'aurait pas été possible avec le cavalier en e6.

5... Rc6 6. Cf4 g1=D 7. Tc2+! (il est indispensable d'interdire la case c6 à la dame noire, tout en évitant la fourchette en c1) Rd7 8. Cxh3 Dh1 (les pièces blanches sont temporairement dispersées, mais les noirs n'ont pas l'occasion d'en profiter : 8... Db6+ 9. Rh5! Db5+ 10. Cg5! comme 7... Rb7 8. Cxh3 Db6+ 9. Rh5! Db3 10. Th2! ne donnent rien) 9. Tc3 Df1 10. Tg3!, = (seul coup empêchant Df6+ et Dxh3+ sans s'exposer à d'autres désagréments).

Tout ceci est instructif pour un joueur de compétition, mais manque d'élégance et surtout d'une idée centrale forte pour une étude. Dans les Finales, on a deux belles études où le couple C+T parvient à arrêter un pion passé très avancé grâce à des manœuvres très précises (exercices 729 et 730, cf ce fil, première étude ), mais rien d'autre avec ce matériel. Est-il possible améliorer ces idées ou leur présentation, ou existe-t-il d'autres études avec C+T contre deux pions passés liés ?



erony, le 21/06/2013 - 21:23:06
Votre jumelle est instructive, même s'il lui manque un coup tel que 2 Tb4! pour l'amener à la dignité d'une étude, comme vous le dites vous-même.

On mesure à quel point la proximité du Roi blanc permet de créer des forteresses qui étaient illusoires avec le RBh7.

A rapprocher de l'autre essai dans Von H, détaillé ici. :

1.Cb4? Ra7! 2.Ta6+ Rb7 3.Txa2 [3.Ta5 g2–+ 4.Tb5+ Rc8 5.Tc5+ Rd7]
3...h3! 4.Cd3 [4.Ta3 h2! 5.Txg3 h1D+ 6.Rg8 De4! 7.Tg7+ Rb6!; 4.Ta5 g2! 5.Tb5+ Rc8 6.Tc5+ Rd7 7.Td5+ Re6]
4...g2! 5.Tb2+ Rc7!! 6.Cf4 g1D 7.Cxh3 Dg4! [7...De3!; 7...Dd4!] - +.

Ce serait nul avec RBh6.

8/2k4K/8/8/6q1/7N/1R6/8





erony, le 21/06/2013 - 21:35:52
Pour répondre à votre question, il y a (heureusement) bon nombre d'études plus récentes avec le matériel T + C / pion(s).

Un exemple de jumeaux qui avait plu à mon cercle, malgré le défaut que le 2e coup y est répété.

Les Blancs gagnent ; b) RBf3 en f2 (D. Gourguénidzé, 2004).

3N4/8/8/8/8/2pk1K2/1R6/8





erony, le 21/06/2013 - 21:49:27
Avec deux pions liés, on trouve la fin d'une étude de Vlasenko (2011).

Gain blanc.

5K2/8/8/8/3N4/8/4Rpp1/5k2





erony, le 21/06/2013 - 21:53:02
Il y a aussi ce cousin de Dzjaja !

Les Blancs annulent (fin d'une étude d'Al. P. Kouznetsov, 1968).

5R2/K7/8/1N6/8/6p1/P6p/7k





erony, le 21/06/2013 - 22:01:22
Erratum : nulle bien sûr chez Vlasenko.



© 2000-2017 - France Echecs