France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- jeudi 14 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Une étude excentrique... dans l'esprit d'un fil récent par Torlof le 05 novembre 2011  [Aller à la fin] | Problèmes |
Dans l’idée du récent fil sur les problèmes "excentriques" proposés par Abrobecker je vous propose une mini étude excentrique ( sans prétention, juste pour le fun )

L’idée de case à ajouter au diagramme m’a vraiment amusé et depuis une idée me trotte dans la tête avec cette condition particulière !
Je vous propose donc un petit casse-tête sur une condition dérivée de cette dernière :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------
« la case mobile » : une case mobile est disponible pour le joueur au trait à condition que celle-ci ne soit pas occupée par une pièce ! elle est libre (et donc disponible pour le joueur au trait) au diagramme.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ainsi le joueur au trait « peut » rajouter une case au diagramme si cette case est disponible (vient d’être libérée) il « doit » l’utiliser si c’est la seule manière de jouer alors qu’il est pat ou mat de manière orthodoxe.


N.B. Elle ne peut être soustraite au diagramme ici (c’est une idée à creuser, mais elle n’est pas envisagée ici. ( Trop de complexité tue le féérisme ).


Il n’y a pas de pion dans cette étude mais en cas d’utilisation il est bon de rappeler l’idée de nicolasdupont :"Un pion arrive à promotion lorsqu'il n'a plus la possibilité de jouer, selon les règles orthodoxes."

En ce qui concerne le double pas, nous postulerons que la case mobile aura été sans influence sur la position initiale et que donc le pion n’a droit au double pas que sur sa seconde rangée « au diagramme » et donc sans considération de rajout de case après le diagramme. ( Le droit au double pas est donc non modifiable en cours de partie).

Voici donc une petite étude sur une finale réputée nulle (d’où l’intérêt de cette condition féerique) et je la dédie à tous les "Excentriques" en général et à Abrobecker en particulier.


‡5 une case mobile (3+1)

Rappel : la case mobile est disponible pour le joueur au trait à condition que celle-ci ne soit pas occupée par une pièce !
Elle peut être ajoutée à l’échiquier. Elle est libre au diagramme.
Elle doit être accessible à la pièce qui va l’occuper pas son pas naturel.


Par exemple :
Si ici les blancs jouent 1. Ci8 *? ( * Signifie que les blancs au trait rajoutent la case mobile à l’échiquier : ils créent la case i8 & il n’y a plus de case mobile disponible pour les noirs) alors les noirs n’ont d’autre possibilité que de capturer ce cavalier en i8.
1... Rxi8 (les noirs occupent la case mobile).
Maintenant on constate que les blancs menacent menace 2. Cj*7# mat cependant ce coup leur est interdit car il ne dispose pas de la case mobile et ne peuvent créer i7( il n’y a qu’une case mobile et elle est coincée sous le roi noir pour le moment. S’ils veulent réutiliser cette case ils doivent forcer le roi noir à réintégrer l’échiquier orthodoxe ! 1.Ci8*? n’est donc pas la solution de cette « étude » car c'est un coup illégal... pour le moment.

Si le cœur vous en dit… la solution semble unique d’après mon analyse…
Vous pouvez comparer votre réponse à la mienne pour mettre en évidence une toujours possible démolition :

[solution de l’étude ]


Torlof, le 05/11/2011 - 17:48:25
Erratum: il faut lire :
Si ici les blancs jouent 1. Ci9*? ( * Signifie que les blancs au trait rajoutent la case mobile à l’échiquier : ils créent la case "i9" & il n’y a plus de case mobile disponible pour les noirs) alors les noirs n’ont d’autre possibilité que de capturer ce cavalier en" i9"
1... Rxi9 (les noirs occupent la case mobile).
Maintenant on constate que les blancs menacent 2. Cj7*# mat? ce coup leur est interdit car ils ne disposent pas de la case mobile et ne peuvent créer "i7"( il n’y a qu’une case mobile et elle est coincée sous le roi noir pour le moment. S’ils veulent réutiliser cette case ils doivent forcer le roi noir à réintégrer l’échiquier orthodoxe ! 1.Ci9*? n’est donc pas la solution de cette « étude » car c'est un coup illégal... pour le moment.

par ailleurs la solution n'est pas passée dans mon post initial alors je la replace ici : [solution de l’étude " case mobile" ]



Torlof, le 05/11/2011 - 18:07:55
Erratum (bis ) 1.Ci9*?n’est pas la solution de cette « étude » car ce coup ne mène pas au mat tout simplement!! mais c'est bien un coup légal!. désolé... ( chez moi l'erratum est fractal ! :o( ... ou poupée gigogne ... ou tout simplement génétique)
sinon l'étude est correcte!! c'est l'essentiel!

bon! j'ai re-relu... je crois que c'est "clean" maintenant: sinon relisez juste la définition de la condition, elle est finalement simple :o)


Torlof, le 12/11/2011 - 11:50:17
autre exemple plus court!


=3 une case mobile (2+2)

pour faire pat en trois coups les blancs doivent d'emblée "posséder" la case mobile afin d'empêcher le roi noir de la placer à son gré pour s'enfuir.

1.Ci0!
1…h2 2.Rg3 R×i0 3.R×h2=
1…R×i0 2.Rg1 h2+ 3.R×h2=

et le roi blanc immobilise le roi noir sans l'aide d'aucune pièce



© 2000-2017 - France Echecs