France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mardi 12 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

''Couvrez ce gain que je ne saurais voir ...'' par TrueMadness le 31 juillet 2010  [Aller à la fin] | Finales |

L'abandon ou le partage du point dans une position gagnante,c'est cruel,mais ca arrive plus souvent que l'on ne le croit...

C'est pourquoi je vous propose avec cet article de compiler les differents cas s'étant déja produit en parties officielles,que ce soit dans la pratique des grands-maîtres ou bien au niveau amateur.
Cet article est a rapprocher de celui-ci,j'ai cependant pensé préférable d'en ouvrir un nouvel,car il ne s'agit pas tout à fait de la même chose.
Un exemple récent,au 5éme Grand Prix féminin d'Oulan-Bator,entre l'infortunée Yildiz et Zhao-Xue.

Trait aux noirs




Dans la position du diagramme,la chinoise joue 1...Dxc2 et la joueuse turque abandonne,alors qu'elle dispose d'un mat en 4 commencant par le coup 2 Dxf7!...

C'est dur les échecs...

















erony, le 31/07/2010 - 20:55:56
Oui, j'ai lu 


mais cette histoire semble bidon : même si l'on ne voit pas le mat en 4, il y a au moins nulle évidente pour les Blancs. Erreur de saisie ou magouille ?



JMC, le 31/07/2010 - 21:15:20
oui c 'est louche. Peut être le temps.


moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 22:02:21
erreur de saisie sans l'ombre d'un doute
Quant aux abandons ou partages du point prématurés, il y en a des wagons; le premier qui me vient à l'esprit est Carlsen- Topalov, Linares 2007

Dans son dernier livre, Dvoretski consacre un chapitre entier à ce thème (en se limitant aux finales). Parmi les cas qu'ils rapporte, les plus piquants datent de l'époque sacrée des ajournements: il arrivait que des joueurs prestigieux arrivent à mystifier leur adversaire avant la reprise; lorsque la partie leur échappait, ils pouvaient faire croire en leur montrant rapidement une analyse un peu tronquée que la partie se dirigeait immanquablement vers le résultat qui les arrangeait. Il arrivait qu'un adversaire naïf les croie sur parole et signe sans reprendre... Des gens comme Averbakh (contre Ian Rogers) ou Kotov ont eu recours à ce petit truc borderline.


moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 22:10:34
Calrsen-Topalov, Linares 2007 



Topalov abandonne, sans voir qu'après 65...Dd5+ et 66...e5 les Blancs n'ont rien de mieux que la nullle (les Noirs interposent la Dame en g8 après 67.Dh7+ et 68.Dh8+)


Adrct, le 31/07/2010 - 22:17:27
il m'est arrivé un truc de mes parties.
Je loupe complètement mon ouverture, je me retrouve mal mais je lutte malgré tout, j'arrive a compliquer un peu la position mais je reste un peu moins bien, et puis juste après un de mes coups, mon adversaire abandonne sur le champ.
Je ne comprends pas pourquoi, je serre la main incrédule, et je lui demande pourquoi il abandonne. Il regarde alors l'échiquier, commence à dire quelque chose puis s'arrete, et se rend compte qu'il n'avait aucune raison d'abandoner, c'était une gaffe complète, je me rapelle plus de la position mais je sais qu'il croyait perdre la pièce alors que pas du tout.
Fair play (et jeune), je lui propose d'oublier ca et de continuer la partie, et j'ai finalement perdu. (une finale qui était devenue nulle).

Je pense que si un cas pareil m'arrivait de nouveau, j'empocherais le point, car il est difficile psychologiquement de continuer une partie après un évenement pareil.


Ca me fait penser un peu au débat contador-schleck. Je suis de l'avis de ceux qui estiment que contador n'a pas mal agi suite au problème mécanique de schleck. S'il l'avait attendu, psychologiquement il n'aurait pas pu se détacher de cet évenement et schleck se serait retrouvé en position de force.
Il faut savoir reconnaitre que les erreurs, meme stupides, font partie du sport.


moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 22:25:21
Rogers - Averbakh, Manille 1979 









Le coup de Rogers sous enveloppe était 42.b5. Il analysait la position quand Averbakh vint le voir dans sa chambre pour proposer nulle, la variante suivante à l'appui: 42...Rg5 43.g4 Rf6 44.Re4 Rg5 45.Rf3. Rogers accepta.

Le lendemain, la supercherie découverte, Averbakh feignit l'innocence, mais comme l'écrivit Rogers quelques années plus tard, il publia cette position dans un de ses livres sur les finales, sans mentionner les noms des joueurs, comme si c'était une étude. (1983, tome 1, diagramme 644).
Le gain est trivial: 45.c5!dc 46.a5 ba 47.b6 cb 48.d6 Rf6 49.g5+.

(anecdote rapportée par Leonard barden,"Batsford chess puzzles", diagramme 255)



Bellamy, le 31/07/2010 - 22:28:52
Tim Krabbé recense plusieurs exemples très instructifs (page déjà donnée plusieurs fois).


moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 22:43:40
merci bellamy la position 23 est la fameuse mystification de Kotov, assez réjouissante. Il se savait perdu, son adversaire propose nulle, mais il refuse car il veut plus, ce qu'il obtient sans jouer un seul coup sur l'échiquier. Quelle technique!

La sélection de Tim Krabbé s'arrête à 1999 et passe sous silence plusieurs exemples plus récents, dont l'abandon de Bacrot dans une position nulle en demi-finale de Coupe du Monde contre Aronian (Khanty-Mansiïsk 2005), certainement largement discuté ailleurs sur le forum.


TrueMadness, le 31/07/2010 - 22:51:32
La partie Aronian-Bacrot de 2005, c'est par ici:http://www.france-echecs.com/index.php?mode=showComment&art=20051213142735502
Merci à vous pour vos interventions,ce fil démarre sur les chapeaux de roues.
Les exemples de Tim Krabbé se font rares aprés 1987,gageons que l'on puisse en trouver d'autres!



moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 23:36:05
un autre exemple avec cette partie jouée quelques jours plus tôt, au même tournoi:





Trait aux Blancs (Korneev - Miroshnichenko, Khanty-Mansiïsk 2005)

Les Noirs abandonnèrent, auriez-vous fait de même?


moiselle Jeanne, le 31/07/2010 - 23:36:32
trait aux Noirs, évidemment 


Bellamy, le 01/08/2010 - 02:51:15
Tim Krabbé donne des exemples d'abandon dans des positions gagnantes ! Il est normal (outre le fait que l'article date de 1999) que sa sélection passe sous silence l'abandon de Bacrot ou le dernier exemple.


Nyarlathotep, le 01/08/2010 - 12:42:10
Heu... Si quelqu'un arrive à me prouver noir sur blanc que dans la partie Kofman-Sacchetti, les blancs gagnent, je suis preneur..

Pas si évident que ça!


stephane, le 01/08/2010 - 12:45:03
Sans l'ombre d'un doute ... il ne s'agit pas d'une erreur de saisie dans la partie Yildiz, Betul Cemre-Zhao Xue.


Selon le site officiel : " Only the big mistake 51…Qc2?? could lead them to defeat – but at the moment White resigned. " (Seulement l'erreur grossière 51...Dxc2?? pouvait les [noirs] conduire à la défaite, mais à ce moment les blancs abandonnèrent)


Ce que confirme la joueuse chinoise dans son interview : "In the last position I made very big mistake – I took a Rook. It could lead to defeat. I feel I lucky today" (Dans la position finale, j'ai fait une erreur grossière - j'ai pris une tour. Ca pouvait me conduire à la défaite. Je me sens chanceuse aujourd'hui)



Même si l'anglais est approximatif, les faits sont clairs...

... sans l'ombre d'un doute



Maelbreizh, le 01/08/2010 - 12:50:32
Sérieusement? N'importe quel joueur un peu expérimenté joue Dxf7 en se disant qu'il y a peut-etre un perpèt (s'il n'arrive pas à le calculer).C'est tout bonnement hallucinant...peut-etre que la joueuse turque, ayant 200 points de moins que tout le monde, fait confiance à ses adversaires!


TrueMadness, le 01/08/2010 - 14:02:12
@stephane Merci pour ces précisions,il s'agit donc bel et bien d'un cas de double hallucination!
http://www.france-echecs.com/index.php?mode=showComment&art=20090308081653738



stephane, le 01/08/2010 - 14:29:37
A mon humble avis la fatigue et la confiance en son adversaire expliquent en partie cette situation.


Je pense (sans aucune certitude) qu'Yildiz a envisagé la variante suivante : 52 Dxf7+ Rh6 53. Df6+ (loupant le sacrifice d'attraction Fg5+ qui mène au mat, mais aussi le plus simple Df8+) Dg6 54. Df8+ (loupant Dh8 et mat à suivre) Dg7 et les blancs sont perdus.

Bien sûr, ce ne sont que des conjectures.




erony, le 01/08/2010 - 15:34:53
Cela fait 

trop de choses "loupées". Il ne semble donc rester que la magouille. Voici une explication plausible : la joueuse chinoise avait prévu de filer la partie, pour une raison inconnue (par exemple encourager la joueuse turque, à charge de revanche), mais le coup a foiré parce que celle-ci n'avait pas été prévenue, ou au contraire parce qu'elle refusait l'arrangement.


Pour ceux qui pensent que c'est du roman, voici une anecdote survenue il y a plus de 30 ans, mais je ne donnerai le nom des protagonistes et la date exacte qu'en présence de mon avocat. Un joueur A affronte dans la dernière ronde d'un open un joueur B de niveau nettement supérieur. Mais A peut gagner beaucoup avec une victoire, tandis que B est dans les choux. Alors B propose à A de perdre délibérément, contre la moitié du prix. Après moultes hésitations, A finit par accepter le "deal", comme disent les branchés.


La partie se déroule, mais B s'applique, joue comme un maître (qu'il est) et obtient une position écrasante. A ne comprend plus, regarde B, lequel reste concentré devant l'échiquier. Puis, dans une position gagnante, B joue subitement un coup de Dame inattendu. A est écrasé par ce coup, il s'apprête à abandonner. L'arrangement a été unilatéralement rompu, il ne comprend pas, mais que faire ? Il va pour tendre la main à son adversaire, puis réalise à la dernière seconde que la Dame est en prise !! C'était donc ça ? Quel génie ! Il la prend et aussitôt, B se prend la tête dans les mains, à la manière de Kasparov dans le blitz contre Anand, grimace, se tortille, et finalement abandonne. Les spectateurs croient tous à une horrible gaffe du "maître".



Le tour était joué, je ne dirai pas, la morale sauve...



Maelbreizh, le 01/08/2010 - 16:38:26
Tout à fait d'accord avec erony.Plus je regarde plus je me dis qu'on ne PEUT PAS ne pas jouer Dxf7 dans cette position, au moins pour voir ou ça mène.


Arrangez-vous, y'il disaient..


El cave, le 01/08/2010 - 16:56:29
ça existe c'est vrai, même à niveau modeste un adversaire que je connaissais pour l'avoir déjà rencontré deux fois en partie longue et qui avait environ 200 pts de moins m'a proposé plusieurs fois d'annuler avant une partie de dernière ronde qui pouvait lui permettre de gagner le premier prix de sa catégorie, moyennant une partie de celui-ci.

Je ne fais pas de nulles de salon avec mes copains, ce n'est pas pour en faire avec quelqu'un que j'apprécie peu. Je refuse donc avec assez peu d'aménité, la partie commence, une Bird.

Je joue un schéma un peu foireux, assez malsain, en partie sous le coup de l'agacement, bref je me retrouve plutôt mal au bout de 20-25 coups, limite perdant. Quelques coups pas très précis dans une position bordélique me permettent de ramener la situation plus près du 0,5 que du 0 avant le contrôle de temps mais je reste un peu moins bien sans aucune perspective autre que tenir la nulle.

Je ne me rappelle pas exactement de la situation à l'aile-roi, je sais juste qu'il y a un pion de plus mais difficile à valoriser, quant à moi j'ai une majorité à l'aile-dame mais c'est a7-b6-c5 contre c4-b5, sachant qu'il a un fou qui contrôle la grande diagonale et que je n'ai aucune pièce susceptible de reprendre en a6. Mon roi est en c7 et là mon adversaire joue Fc6 ??, à peu près le seul coup perdant dans la position. Bref je réponds a5 a tempo et comme le pion a n'a pas de vis-a-vis et que ses pièces restantes sont extrêmement mal placées pour l'arrêter il abandonne trois-quatre coups après.

C'est cruel mais compte-tenu du contexte ça m'avait fait beaucoup rire.


supergogol, le 01/08/2010 - 17:17:42
à Moiselle Jeanne moi aussi , j'aurais abandonné !
Je ne vois pas comment les noirs s'en sortent ...


Zorglub, le 01/08/2010 - 18:10:59
@supergogol Le pat trick doit frapper je pense !


El cave, le 01/08/2010 - 18:25:17
il y a de jolies variantes à base de b3+ et Dc4 effectivement, c'est compliqué de calculer si les blancs ont mieux mais en tout cas la prise immédiate de la tour ne gagne pas donc ça s'essaye.


erony, le 02/08/2010 - 09:18:55
"Sans l'ombre d'un doute" 
Le 27 Dxc6 dans la partie des deux Chinoises (3e ronde) n'est pas une erreur de saisie ?


stephane, le 02/08/2010 - 12:09:24
Bis repetita Selon le site officiel, ce n'est pas le cas, (bien que la partie de Marie Sebag, par exemple, contiennent des erreurs évidentes) :


"Q: Why did not you take opponent’s queen in the middlegame after 27.Qc6?


Zhao: I really did not see I had 28…Re8 defence.


Zhu: Also as me. "



- Pourquoi n'avez-vous pas pris la dame de votre adversaire dans le milieu de partie, après Dxc6 ?


Zhao : Je n'ai vraiment pas vu que j'avais la défense Te8


Zhu : Il en est de même pour moi



Source : http://ulaanbaatar2010.fide.com/round-3-report.html


TrueMadness, le 02/08/2010 - 12:28:38
Dans la même partie, Zhu Chen rate une nulle élémentaire en finale:

Trait au blancs



ici,elle a joué 1 Rb8? qui perd,alors que 1 Ra8! assurait la nulle grace au motif de pat...
Entre la premiére partie ou Yildiz abandonne alors qu'elle dispose d'un mat en 4,et celle-ci ou son adversaire loupe une nulle évidente,Zhao Xue a vraiment de la réussite!Elle marque 2/2 alors que le résultat logique aurait du être 0.5/2.



erony, le 02/08/2010 - 12:48:42
Vous noterez 

que j'ai là-dessus observé un prudent silence !



Et si Mlle Zhao réalise une norme de je ne sais quoi à l'issue du tournoi, ce sera uniquement dû à son talent. Sans l'ombre d'un doute.


mikenem, le 02/08/2010 - 14:51:00
Elle ne fera pas de norme, elle a déjà le titre de GMI.


mikenem, le 02/08/2010 - 14:56:54
Mais c'est vrai qu'elle a eu de la chance, il y presque 2 ans j'ai eu beaucoup de chance aussi 2 fois de suite ...
Contre un 2100 j'avais tour fou contre dame, avec 2 pions de moins et les autres pions étaient faibles, il m'a donné sa dame en 1 coup.
Et le lendemain un Mi me propose nulle dans une finale de fous de couleurs opposés qui était sans doute gagnante pour lui ...
Comme quoi on peut tout simplement avoir de la chance aussi !



© 2000-2017 - France Echecs