France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- mardi 16 juillet 2019
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies | Politique de confidentialité |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
FAQ   FAQ
Etudes   Etudes
Finales   Finales
Théorie   Théorie

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs


Initiation au mat en deux coups (2ème partie) par pessoa le  [Aller à la fin] | Problèmes |
Quelques thèmes. Ce post fait suite au premier chapitre sur les notions de base et à un deuxième chapitre qui traitait du jeu apparent et du jeu d’essai.




Nous allons maintenant poursuivre avec quelques exemples qui nous donneront une idée de ce qu’on appelle un thème en composition.
Nous avons déjà vu trois exemples de thèmes dans les chapitres précédents. Le premier liait les différentes variantes du jeu réel, c’était la rosace du cavalier. Le deuxième comparait le jeu apparent et le jeu réel et définissait un « mutate ». Enfin, le dernier exemple du chapitre précédent était un thème moderne qui liait 2 variantes dans trois « phases » différentes (le jeu apparent, un essai et le jeu réel), avec une permutation subtile portant le nom barbare de « Zagorouïko cyclique » (je le répète, on peut vivre et apprécier les problèmes sans aller jusque-là dans la connaissance de la terminologie).


Ce n’est pas le lieu ici pour un panorama complet des thèmes existant dans le mat en deux. Pour information, le Guide des échecs, dont la partie sur la composition est due à Alain Biénabe, liste pas moins de 182 thèmes et sous-thèmes pour les seuls mats en deux coups !
Nous laisserons les mordus de la nomenclature à leurs patients travaux et nous nous contenterons, pour notre part, de découvrir une poignée de thèmes classiques, avec chaque fois une illustration que j’espère plaisante.

Avertissement : les solutions sont à la suite des diagrammes. Si vous voulez chercher, défilez lentement le texte…


Le thème Grimshaw


D’abord un problème, assez léger en matériel, peut-être pas si facile que ça à résoudre. Le faible nombre de pièces est compensé par leur grande liberté de mouvement. Petit indice : au cours de la solution, la dame va faire du chemin.


AG Corrias, Good Companion, 1917

#2 (4+7)



Solution :
1 Db1 ! (menace 2 Db7 #)
Le noirs vont tenter d’obstruer la colonne b pour prévenir le mat de la menace (on parle d’interception), mais
1… Fb2 2 Dh1 # car le fou intercepte la tour noire et empêche Tg2
1… Tb2 2 Df5 #, cette fois c’est la tour qui intercepte le fou, rendant Fe5 impossible.

On voit qu’il y a interception réciproque de deux pièces noires sur la même case (dans une variante, le fou intercepte la tour, dans l’autre la tour intercepte le fou, à chaque fois sur la case b2). Il s’agit donc d’un thème qui associe deux variantes. Le Grimshaw (du nom d’un problémiste anglais du 19e siècle) est l’un des thèmes les plus anciens et les plus célèbres.



Au passage, il reste une variante « non thématique », 1… c3 2 Dd3#.


Le thème Novotny


Le problème qui suit est plus un « schéma » qu’un problème. Il est simple à résoudre, surtout en ayant lu ce qui précède. Je dirais que cette œuvre n’a d’autre mérite que d’illustrer un autre thème extrêmement classique. Voyons cela.


EO Martin, Neue Leipziger Zeitung, 1924

#2 (3+4)



La clé 1 Tb7 ! intercepte la tour et le fou noirs et menace 2 Db1# et 2 Dh1#
Et donc 1… Fxb7 est suivi de 2 Db1 # alors que 1… Txb7 se voit répondre 2 Dh1 #
[autres variantes : 1… Rd1 2 Db1 # 1… Rf1 2 Dh1 # 1… Te8 2 Tb1 #]

Le thème Novotny (du nom d’un compositeur tchèque) est donc analogue au Grimshaw, à ceci près qu’une pièce blanche joue d’abord sur la case critique (ici b7) et intercepte donc les deux lignes.
Les noirs peuvent prendre avec l’une ou l’autre pièce, il restera une des deux interceptions et le mat correspondant.

Mais vous rappelez-vous quelque chose ? Dans le premier chapitre, je parlais des duals et disais qu’il était répréhensible d’avoir deux menaces. Or, là, on a deux menaces. Est-ce un défaut du problème ? Et bien non ! Non, parce que l’existence de deux menaces est liée au thème, cela fait donc partie de l’idée même, du « fond » du problème. On voit là une caractéristique majeure de l’esthétique du problème : l’idée prime sur les autres considérations.

On va le voir aussi avec le thème suivant.


Le thème Fleck


Jean Morice, Die Schwalbe, 1953

#2 (10+5)



La clé 1 Fg1 ! instaure pas moins de quatre menaces ! 2 Dd5 #, 2 Dh5 #, 2 Cd4 # et 2 Tc3 #
Les noirs ont quatre défenses, sur chacun d’elle, il ne restera qu’un seul des quatre mats de la menace. Cette élimination des duals est la définition même du thème Fleck :
1… exd6 2 Dd5 #
1… e6 2 Dh5 #
1... exf6 2 Cd4 #
1... e5 2 Tc3 # (ma variante préférée : notez que chacun des 3 autres mats est rendu impossible pour une raison différente)

Le thème Fleck se définit donc ainsi : la clé instaure n menaces, les noirs ont n défenses, sur lesquelles il subsiste un seul des mats-menace. Les n variantes mènent à n mats différents, donc chacun des mats est joué à son tour. Ainsi, le thème est basé sur les « anti-duals », c’est-à-dire les variantes éliminant les duals.

Il s’agit donc ici d’un beau Fleck à quatre variantes, on peut faire plus (d’après, le guide des échecs, le record est à huit).
Il ne vous aura pas échappé que les quatre défenses noires sont les quatre coups possibles du même pions : on appelle ceci le thème Pickaninny.
Ce qui nous mène au problème suivant :


Le thème Pickaninny et le thème Albino


Là, vous connaissez déjà un des deux thèmes, pourtant ce ne sera pas si facile que cela à résoudre. J’attire votre attention sur le fait qu’il faut trouver les essais (indice : il y en a quatre…). C’est un problème de premier choix :


Lev Loschinski, 1ère place, match Moscou-Rostov, 1930

#2, jeu d’essai (10+9)



Voici les quatre essais :
1 exd3 ? (menace 2 Cd7 #) mais 1… gxf6 !
1 exf3 ? (menace 2 f4 ou Dg5 #) mais 1… gxh6 !
1 e3 ? (menace 2 Df4 #) mais 1… g5 !
1 e4 ? (menace 2 Df5 #) mais 1… g6 !

Les quatre essais sont fournis par les quatre coups d’un même pion blanc (l’association de ces quatre coups porte le nom de thème Albino). A chacun des ces quatre essais correspond une seule défense des noirs parmi les quatre coups d’un même pion (le thème Pickaninny vu plus haut).
Reste la solution :
1 Cfd5 ! (menace 2 Df4 #)
1… g5 2 h8=D ou h8=F #
1… Txc3 ou Txd5 ou Td4 2 Df5 #

Arrêtons-nous un instant sur ce problème. Qu’est-ce qui en fait sa valeur ? Manifestement, le task (tour de force, en jargon problémiste) d’associer Albino et Pickaninny sur quatre essais. Toute la valeur du problème est concentrée sur ces essais, au point que la solution elle-même n’a presque aucun intérêt. Bien sûr elle se devait quand même d’exister, d’être unique et de ne pas être trop repoussante, mais sans les essais, ce ne serait qu’une position anecdotique.
Par ailleurs, le lecteur sagace aura remarqué quelques crapauds dans le diamant. Les essais exd3 et exf3 constituent des prises de pièces noires. On a vu que la clé d’un problème ne devrait pas être la prise d’une pièce, de même ce ne sont pas de beaux essais. Autre souci, la double menace après 1 exf3, qui cette fois n’est pas justifiée par le thème. Et il y a petit dual dans la solution (1 Cfd5 g5 2 h8=D ou F #).
Alors ? Alors ces petits défauts existent, mais la qualité du thème est telle qu’ils ne diminuent qu’à peine la valeur de l’ensemble. On tolère ainsi de petites entorses à l’esthétique quand le contenu est riche. Quant à la préférence entre la richesse thématique et la pureté esthétique, cela reste affaire de goût.

Terminons notre tour d’horizon thématique avec un thème moderne parmi les plus célèbres.


Le thème Lacny


Voici le problème éponyme (Lacny est un compositeur tchèque) :


Ludovit Lacny, 1er prix, mémorial Przepiorka, 1950

#2, jeu apparent (8+12)

Il y a trois variantes à noter dans le jeu apparent :
1… c3 2 De4 #
1… c1=D 2 Cg2 #
1... Ch2 2 Dd4 #

Après la clé 1 Cd2 ! qui menace Cf1 #, on retrouve les trois défenses du jeu apparent :
1… c3 2 Dd4 #
1… c1=D 2 De4 #
1... Ch2 2 Cg2 #
et les trois mats du jeu apparent sont toujours là, mais dans un autre ordre ! Ce « cycle » de mats entre le jeu apparent (ou un essai) et le jeu réel, sur les mêmes coups noirs, est constitutif du thème Lacny. Pour plus de clarté, on peut noter les coups noirs c3, c1=D et Ch2 respectivement x, y et z, et les coups blancs De4, Cg2 et Dd4 A, B et C. Avec cette notation condensée, on a :
Jeu apparent :
1… x 2 A
1… y 2 B
1… z 2 C
Jeu réel :
1… x 2 C
1… y 2 A
1… z 2 B

Cette notation littérale est fréquemment utilisée pour les thèmes modernes basées sur les changements ou échanges de coups. A noter que le thème Lacny a déjà été réalisé avec 4 variantes thématiques, ce qui est un sacré tour de force.
Observez bien l’écheveau complexe d’ouvertures et de fermetures de lignes qui justifie la solution : c’est de la dentelle.


Voilà qui achève notre tour d’horizon des thèmes et notre troisième chapitre. J’espère que les idées présentées et les problèmes correspondants vous ont plu, j’ai essayé de faire en sorte qu’il y en ait pour tous les goûts.
Le prochain chapitre (plus complexe à écrire pour moi, donc peut-être pas si proche que ça) traitera de l’art de résoudre les mats en deux.








pessoa, le
3ème partie ! C'est bien la troisième partie et non la deuxième...

Sinon, la mention "quelques thèmes" devriat faire partie du titre. Ca avait l'air correct à la prévisualisation...


Mais en tout cas, chapeau au modérateur nocturne qui a validé mon message en une seconde, environ ! (cher super-modo, si vous pouviez faire quelque chose pour mon titre...)


toujours excellent ! 


Merci Axel.  Même si tout cela n’est pas nouveau pour moi, j’ai toujours grand plaisir à voir ou à revoir les grands classiques de la belle époque ou les problèmes d’échecs été roi, aujourd’hui malheureusement détrôné par les hétérodoxes. Maintenant que tout le monde connaît le prestigieux thème LACNY ,j’aimerai vous montrer, sans vouloir offusquer notre ami cette merveille à quatre mats permutés.

P.GVOZDJAK, 1er prix 1999-2000

Mat en deux coups



#2 v (8+9)

Essai thèmatique :1.Cd7 ? (2.Td4,Dh7 # )

1…Dxd7(a) 2.Dc2(A) #, 1…Cxd7(b) 2.Dh7(B) #

1...Dc4(c) 2.Te5(C) #, 1...Cc4(d) 2.Td4(D) #, mais 1...f2!

Jeu reel:1.Cec4 ! (2.Td4,Dc2 # )

1…Dd7(a) 2.Te5(C) #, 1…Cd7(b) 2.Td4(D) #


1...Dxc4(c) 2.Dh7(B) #, 1...Cxc4(d) 2.Dc2(A) #




pessoa, le
Superbe Je ne suis pas offusqué du tout, mais bien plutôt admiratif ! J'avais déjà vu un Lacny à quatre chaînons, mais un peu trop symétrique, donc sentant un peu la "martingale". Ici, c'est superbe.

Je me demande d'ailleurs si on a déjà réalisé un Lacny sur trois phases, avec donc un cycle complet ABC, BCA, CAB. Probablement pas...


Par ailleurs, j'ai bien peur que le problème d'échecs ait été détrôné tout court dans la presse. En me penchant sur les chefs-d'oeuvre du temps passé, je suis frappé de voir que tous journaux échiquéens, mais aussi des journaux d'information générale (comme le Neue Leipziger Zeitung cité plus haut) publiaient des inédits. Aujourd'hui, le problème est confiné à des publication spécialisées et c'est bien dommage...


lacny complet deja réalisé avec des pieces de promotion, ou en féerique


pessoa, le
En féérique Ca ne m'étonne pas (je crois en avoir déjà vu), en orthodoxe avec des pièces de promotion, je serais curieux d'en voir un exemple...


félicitations, pessoa!! belle initiative que ta série d'initiation



une précision Ludovit Lacny est slovaque

et ses compatriotes sont très sensibles à ce genre de confusion qui leur rappelle une période de l'Histoire mal vécue pour beaucoup d'entre eux, avec une "cohabitation forcée" avec leurs voisins et néanmoins amis tchèques.


Lacny complet il n'existe pas à ma connaissance de Lacny complet en 2-coups non féerique.

récemment, les compositeurs slovaques ont réussi avec pièces promues des présentations du thème mais en incluant la menace dans les 3 mats thématiques : techniquement, on ne parle plus de Lacny mais de Dombro-Lacny ou de Shedej.

le premier exemple (1994) est de Lacny lui-même en collaboration avec Gvozdjak. 2 clés sur 3 sont violentes (captures de figures noires).

un an plus tard, Peter Gvozdjak récidive avec cette fois des clés tranquilles dont une (celle de la solution) ampliative!

Voici donc ce sommet de la composition moderne (voire hyper moderne) :


Peter Gvozdjak

Prix Spécial, Mémorial Stosic 1995-1996



Mat en 2 coups (14+10) C+


Essai 1 :

1.Té1? [2.D×é3‡ A]

1…Rç5 a 2.C×é6‡ B

1…R×é5 b 2.D×ç3‡ C

mais 1…T6×é5!


Essai 2 :

1.Dd8? [2.C×é6‡ B]

1…Rç5 a 2.D×ç3‡ C

1…R×é5 b 2.D×é3‡ A

mais 1…Tf6!


Solution :

1.Fb3! [2.D×ç3‡ C]

1…Rç5 a 2.D×é3‡ A

1…R×é5 b 2.C×é6‡ B



pessoa, le
Impressionnant ! Effectivement, on est loin des critères de beauté académiques, mais le task est là.

Ces effets de ligne dans tous les sens me font penser à une mécanique bien huilée... Une brillante réalisation slovaque (mes excuses pour l'incident diplomatique ; pour ma défense, ma documentation date un peu, Lacny était alors tchécoslovaque...)


sigloxx, le
Question on peut accepter comme "Jeu d'essai", un coup ayant deux réfutations, si c'est thématique, je suppose?



Par exemple quelque chose comme :


JA : 1...a 2.A
1...b 2.B
"Essai" : 1.x?
1...a 2.C
1...b 2.D
mais 1....c! ou 1...d!
Clé : 1.y!
1...a 2.A
1...b 2.B
1...c 2.C
1...d 2.D





pessoa, le
Oui On peut avoir des essais à plusieurs réfutations si c'est thématique.

Un tour chez Problemesis, dans la partie "thèmes" nous donne ainsi le thème Zuk :

L'essai menace de deux mats (A et B), il est paré par deux coups noirs a! et b! et sur le jeu réel on a :

1... a 2 A# et 1... b 2 B#


Un Zuk Givi MOSIASHVILI
Shakhmatnaya Kompozitsiya 2000


#2

1.Td6? [2.C1d2 A,Cg3 B,Fç2#]
mais 1…Cxé3! a, Dxé3! b

1.Fd6! [2.C3d2#]
1…Dxé3 b 2.Cg3# B
1…Cxé3 a 2.C1d2# A
1…Txd6 2.Dxf5#
1…Fxd6 2.Dç2#
1…Cç4 2.Dxa8#



Joli. Mais ce genre de composition à double tranchants on pour moi toujours portées confusion pour la solution car selon l’ordre des coups noirs dans la réfutation on obtient soit un thème Dombrovski comme celle donné par Oronat, soit un thème de mats échangés comme celle-ci.

1.Td6 ? (2.C1d2(A), Cg3(B), Fc2 # ), mais 1...Dxe3(a)!, Cxe3(b)!

1.Fd6! (2.C3d2 # ), 1...Dxe3(a) 2.Cg3(B) #, 1...Cxe3(b) 2.C1d2(A) #.




Il n'y a pas de mats échangés Pour un mat échangé il faut que les mats interviennent sur les même défenses noires. Or ici 1...Dxé3 n'est suivi d'aucun mat dans l'essai.


Quel distrait je suis ? Il s’agit bien d’un Dombrovski et non de mats échangés, sans doute la fatigue de fin de semaine.



pessoa, le
Dombrovski Oui, un Zuk, finalement, c'est un Dombrovski où les deux essais thématiques sont réunis en un seul...

Mais vous allez effaroucher les débutant à qui ce post s'adresse :-)

Profitons-en pour remarquer que l'essai du problème de Mosiashvili présente le thème Novotny, mais pas la solution (car sur 1... Txd6, 2 Dxf5# n'exploite pas l'obstruction du fou par la tour).




© 2000-2019 - France Echecs - Politique de confidentialité