France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- vendredi 15 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Les règles des échecs et la composition par sergee le 08 juin 2001  [Aller à la fin] | Problèmes |
Sergio Orce Paris juin 2001
Je crois que si on s???arrête calmement à considérer, avec un taux acceptable de passion, ce que dit réellement le ???Codex pour la composition échiquéenne de la FIDE ??? (CODEX), une partie importante des malentendus qui provoquent nos discussions devrait disparaître (peut être que je suis trop optimiste).

Je vais présenter le CODEX d???une façon que je considère ordonnée et qui met en lumière sa finalité et son champ d'application :

Définition 1 : position : ensemble de ???configuration de pièces et indicateurs caches???.

Définition 2 : coup : transformation d???une position dans une autre.

Définition 3 : lois de transformation : ensemble de normes qui déterminent quelles transformations sont applicables a une position.

Définition 4 : genre : tout ensemble de lois de transformation. Ex : genre aidé, genre madrassi, genre circé, genre volage, genre cylindrique, etc.

En plus des genres (dont je viens de citer quelques exemples) reconnus internationalmente et communément utilisés dans les compositions publiées et les présentées aux concours il y a d???autres genres qui sont inventés continuellement par les compositeurs et qui ne sont pas connues d???une façon générale.

LE CODEX NE DETERMINE PAS (ET CE NE PAS SA FONCTION)L'ACCEPTATION OU LE REFUS D'AUCUN GENRE : ILS SONT ABSOLUMENT TOUS ACCEPTES.

Les genres non reconnus internationalmente peuvent devenir internationalement reconnus ou rester dans un cercle restreint (éventuellement intégré exclusivement par l???auteur ; j???ai inventé quelques-uns qui sont dans ce dernier stade) dépendant exclusivement de l'acceptation qu???ils ont eue dans la communauté des compositeurs.

Le CODEX suggère (je dirai ???humblement???) que les compositeurs acceptent une petite convention : qu???ils fassent explicite le genre de la composition.

Le CODEX suggère que la façon de faire explicite le genre de la composition soit :

a.- s???il n???y a pas d???indication c???est le genre ??? valeur par défaut??? (ton idée FPC) ;
b.- s???il s???agit d???un genre connu le citer.
C.- s???il s???agit d???un genre non connu le définir.
Je trouve que l???acceptation de ces suggestions n???est pas très douloureuse.

Définition 5 : Genre ???valeur par défaut??? : L'ensemble des articles 1, 2, 3, 5 et 9 des Laws of Chess de la FIDE et les articles 15, 16, 17 et 18 du CODEX. Ce genre est normalement nommé ???genre orthodoxe??? (ce n???est pas une définition du CODEX, c???est l???usage international)

A la fin de cet article j???explique pourquoi le CODEX ajoute ces 4 articles aux Laws of Chess.

Voyons maintenant nos discussions, soient sur le roque, le trait, les 50 coups, le 9.6, etc.
Je me centre sur la règle des 50 coups.

J???appelle ???groupe anglais??? (par manque de meilleur référence) ce groupe qui a produit les textes que Nicolas cite. Le groupe anglais a défini un genre (que j???appellerai ???genre anglais??? ) dont les lois de transformation sont : Le genre orthodoxe avec un changement, a savoir : ???la partie est nulle automatiquement après 100 coups consécutifs dont aucun n???est ni une avance de pion ni une prise, ni un roque.

Moi je dis, inspiré par esprit de liberté du CODEX : ???bravo, c???est très bien, tout le monde a le droit de composer de problèmes de genre anglais.

Ma question à Nicolas est : Toi et /ou le groupe anglais :voudraient que personne puis composer des problèmes dans le genre orthodoxe ?ou bien voudraient remplacer le genre orthodoxe comme ???valeur par défaut??? par le genre anglais ?

En relation avec les idées en considération sur les conséquences du 9.6 nous sommes strictement dans le genre orthodoxe, ensemble de lois de transformation qui n???ont pas montré, pour le moment, de contradictions.

Les articles 15, 16, 17 et 18 du CODEX.

Le corps de règles de Laws of Chess , (Lois des Echecs : LE) ayant été crée avec la finalité de définir le jeu des échecs il n???est pas totalement adéquat pour la composition. Il y a des choses en plus et des choses en moins.

En plus :
a) dans les LE il y a des articles qui ne s???appliquent pas aux compositions (articles 4,6,7,8,10, 11, 12, 13 et 14) Ex. : l???utilisation correcte de la pendule, que faire si en joueur ayant le trait touche plusieurs pièces en même temps, et en général les articles qui définissent l???interface entre les règles du jeu proprement dit (les lois de transfomantion) et le monde réel.

En moins :
b) dans la partie réelle les indicateurs cachés de la position sont connus, c???est ne pas le cas dans la composition d???où la nécessite d???un complément de règles pour déterminer les valeurs des indicateurs caches.

Les articles 15, 16, 17, et 18 du CODEX définissent comment déterminer les valeurs des indicateurs cachés quand ils ne sont pas indiques par le compositeur.

Sergio Paris juin 2001



nicolasdupont, le 08/06/2001 - 23:34:42
Reponse a Sergio, D'abord ravi d'appartenir a un "groupe anglais", dont je connais meme pas l'existence... Plus serieusement, puisque tu aimes la precision, tachons d'etre precis... Un systeme "axiomatique" a pour but premier d'etre non-contradictoire. Mais c'est aussi un but ultime, dans le sens ou il est tres difficile de prouver la non-contradiction, en restant au sein meme du systeme... Par exemple, la non-contradiction de l'axiomatisation des "maths" n'est pas prouvee, mais on peut prouver qu'elle est impossible a prouver !! Mais revenont a nos moutons... Il vient d'etre prouve que la regle "on peut roquer si l'AR demontre pas le contraire" EST CADUQUE... Ma position est tres claire et tres simple : trouver le cadre adequat pour que, quelque soit une composition, on puisse dire, sans aucune ambiguite, si elle marche ou pas. Derniere remarque : il est impossible d'assurer en maths une telle demarche, mais c'est possible aux echecs car il s'agit d'un jeu FINI (et un theoreme affirme alors qu'une axiomatisation rigoureuse existe forcement). Reste evidemment a la coucher sur le papier... Et tel est, a mon avis, notre mission... Amities. Nicolas.



© 2000-2017 - France Echecs