France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 18 décembre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Vieux débat par Perestroïka le 13 mars 2001  [Aller à la fin] | Théorie |
Voici un article de Jean-Pierre Mercier paru dans Libération du 13 mars 2001, puisqu'on en parle je vous le soumets !
L'article sur le site de Libération

" Kasparov s'était enthousiasmé le premier à l'idée de disputer une partie d'échecs de tournoi avec un ordinateur à ses cotés, avant de se brouiller avec les organisateurs de la première édition. Cette pratique est notoire dans le jeu par correspondance, quoi qu'en disent certains grands maîtres à penser de cette discipline. Pour le jeu par ??mail, c'est quasiment la norme: un logiciel haut de gamme sur PC s'occupe même, après une petite séance de calcul et de recherche de références sur quelques millions de parties, d'empaqueter celle en cours et de l'envoyer à un internaute à l'autre bout du monde d'un clic de souris. Le moins que l'on puisse dire est que le jeu çà la pendule ne suit pas cette tendance , même sur l'Internet. L'ordinateur est banni de toutes les compétitions placées sous l'égide de la FIDE. Le tournoi de Leon demeure donc un curieux événement, un spectacle, en raison surtout de ses têtes d'affiche: Anand, Chirov, Leko et Topalov, du top 10 mondial. Si l'usage d'un micro augmente considérablement la qualité de jeu, il n'est pas encore démontré que la complicité d'une machine atténue le stress lié la compétition ou diminue l'audace d'un joueur, qui peut craindre une réfutation. A ce titre, les parties d'Alexei Chirov, l'attaquant fou, mériteront d'être examinées à la loupe."

Jean-Pierre Mercier




© 2000-2017 - France Echecs