France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 28 mai 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

- Ministre de l'Education : Jean-Michel Blanquer ! par Chemtov le 17 mai 2017  [Aller à la fin] | Actualités |
Et dans l'équipe de Bachar Kouatly aux élections de la FFE : http://ffepresidence2016.fr/team/jean-michel-blanquer/




Oliverftn, le 17/05/2017 - 18:34:00
Une très bonne nouvelle en effet ! Merci M. Macron !


JLuc74, le 17/05/2017 - 19:15:18
Les échecs n'ont rien à faire sur le temps scolaire donc l'information n'a aucun intérêt pour le monde échiquéen


Franxis, le 17/05/2017 - 21:44:29
Dans le cochon tout est bon ,dans le bougon rien n'est bon.


arnackor, le 17/05/2017 - 21:56:07
Excellente nouvelle !


EricPrie, le 17/05/2017 - 22:10:37
C'est beau, ça et le reste, comme une nouvelle dynamique à la FFE !


elkine, le 17/05/2017 - 22:17:49
Je parie que « merci Macron » sur l'air de « merci patron » sera l'hymne de la rentrée.


Chemtov, le 17/05/2017 - 22:50:04
Oui,Eric. Tout à fait. En espérant que cette dynamique aille vers plus de justice et d'intelligence dans notre fédération.


JLuc74, le 17/05/2017 - 22:55:38
Quel rapport ? La FFE ne dépend en rien de l'éducation nationale.


elkine, le 17/05/2017 - 23:02:32
« vers plus (...) d'intelligence dans notre fédération »
un objectif chiffré ?


GBel, le 17/05/2017 - 23:07:59
Un expérimentateur à la tête de l'éducation nationale ! Pas un inconnu pour le Monde des Echecs puisque c'est lui, qui après la Guyane, a fait entrer le jeu d'Echecs à l'Académie de Créteil !
Je l'ai bien connu et notre Club le remercie de tout ce qu'il a déjà fait pour les enfants scolarisés en Seine Saint Denis !
Beaucoup de personnes qui l'ont croisés, Bachar Kouatly, actuel président de la FFE, mais d'autres encore pourront témoigner de sa vivacité d'esprit, de son charisme, il sera un grand ministre de l'éducation nationale !


JLuc74, le 18/05/2017 - 07:14:26
Voilà ce que j'écris sur facebook ce matin :

Nombre de joueurs d'échecs semblent satisfaits de la nomination d'un joueur d'échecs à la tête du ministère de l'éducation. Il espèrent sans doute une plus grande présence du jeu d'échecs sur le temps scolaire.

L'intérêt pédagogique du jeu d'échecs n'a jamais été prouvé, et si certaines études semblent aller dans ce sens on en trouve autant qui démontrent le contraire. On ne peut pas dire que l'exemple soviétique ait donné des résultats dans ce domaine.

On peut prendre comme une évidence que la pratique d'un jeu de réflexion soit formateur mais encore faut-il pour en tirer quelques bénéfices que l'enfant s'investissent énormément dans le jeu, qu'il soit donc passionné, ce qui n'est le cas que d'une petite minorité et qu'il ne tombe pas dans l'addiction.

Le jeu d'échecs sur le temps scolaire n'est pas seulement une mauvaise idée, c'est une dépense inutile d'argent public. Il y a bien d'autres priorités.

Enfin, si les clubs espèrent recruter ainsi de nouveaux membres ils se mettent le doigt dans l'oeil. Ca fait des dizaines d'années que des clubs s'aventurent dans cette voie et on compte bien plus d'échecs que de réussite.


speedypierre, le 18/05/2017 - 07:51:38
Oui, enfin, globalement, c'est quand même un ministre de l'EN que tous les professeurs sont déçus ou effrayés de voir nommé. C'est un peu gênant.


Charpentier, le 18/05/2017 - 08:28:29
Avec David Ros ministre des sports, on aurait eu un tandem sympa. Peut-être dans un mois...


JR_Koch, le 18/05/2017 - 08:53:45
Je me serais moins emm... pendant les années collège dans un cours d'échecs que dans un cours de latin. Mais je reconnais qu'il en faut pour tous les goûts.


speedypierre, le 18/05/2017 - 09:17:28
C'est que le latin y était mal enseigné.


JLuc74, le 18/05/2017 - 09:28:07
"Je me serais moins emm... pendant les années collège dans un cours d'échecs que dans un cours de latin."
L'enseignement scolaire n'est pas là pour distraire les élèves mais pour leur permettre d'acquérir des connaissances utiles qu'ils n'auraient pas l'occasion d'acquérir en dehors de l'école. Le latin est infiniment plus utile que les échecs (même si il ne s'agit évidemment pas de pratiquer la langue).


JR_Koch, le 18/05/2017 - 09:46:43
Si j'étais ministre de l'éducation, j'essaierais de pousser dans la direction suivante (au niveau collège) :

- Sanctuarisation des disciplines fondamentales : français, maths, sciences, langues, histoire-géo, techno (avec une part accrue d'informatique - numérique), sport, et je rajoute économie.

- Pour toutes les autres disciplines (arts plastiques, langues anciennes, musique, échecs, philatélie, archéologie, cinéma, et tout ce qu'il vous plaira d'imaginer) : quelques heures (par an) de sensibilisation, obligatoires pour tous les élèves, et des modules d'approfondissement au choix des élèves. Offre pilotée par le chef d'établissement avec des intervenants qui seront pour la plupart hors fonction publique.


Manureva12, le 18/05/2017 - 10:00:16
Je me serais bien passé de mes cours de dessin, de flute a bec, de lancer de javelot/disque/poids ( complétement débile et injuste comme note de sport) pour quelaues heures d'échecs...


JLuc74, le 18/05/2017 - 10:07:10
@JR_Koch : tu oublies le macramé, l'origami, etc...

Non ! l'EN doit se concentrer sur les disciplines fondamentales et laisser le jeu, le sport, le domaine artistiques, etc... aux structures spécifiques et compétentes dans ces domaines, écoles d'art, associations sportives, club d'échecs, etc.



Charpentier, le 18/05/2017 - 10:09:55
Le lancer d'échiquier souple est la discipline sportive la plus subtile.


Ducouloir, le 18/05/2017 - 10:44:36
@ JR_Koch, la précarité des intervenants en moins (et dont je me demande bien ce qui vous pousse à croire qu'elle apporterait quelque chose de plus, ou de mieux), c'est déjà, au collège, ce qui existe...

Et les langues anciennes permettent bien des progrès ailleurs. En français, en langues, en histoire-géo, en sciences... C'est bien leur retour qu'il faut souhaiter.


JR_Koch, le 18/05/2017 - 11:34:44
@ Ducouloir : j'ai rappelé l'importance des matières fondamentales, je pense que tout le monde s'accorde sur ce point.
Pour les autres matières, JLuc74 pense qu'elles n'ont pas leur place à l'école ; je conçois qu'on puisse être de cet avis, mais ce n'est pas le mien.

Par contre, je constate dans la situation actuelle que quelques matières (langues anciennes, arts plastiques, musique, religion aussi dans certains endroits) ont pris tout l'espace disponible. On peut discuter de leur vertus pédagogiques, qui sont certainement réelles, mais pas supérieures à celles de multiples autres disciplines. Les élèves passionnés n'y trouvent pas leur compte, les autres le vivent comme une punition (cf. Manureva12).

Quant au statut des intervenants, ce n'était pas le point central de mon propos ; j'anticipais juste que la souplesse nécessaire pour la formule que je propose était difficilement compatible avec l'hyper-rigidité de la fonction publique.

Mais rassurez-vous, je ne serai jamais Ministre de l'Education, tout ceci ne reste donc qu'un exercice d'imagination.
Tout ça pour dire, au final, que les échecs ne valent ni plus ni moins que plein d'autres disciplines/activités/centres d'intérêt, etc.


jouvin, le 18/05/2017 - 11:54:40
@ speedypierre

" C'est un ministre de l'EN que tous les professeurs sont déçus ou effrayés de voir nommé."
Pourquoi ?


JLuc74, le 18/05/2017 - 12:23:01
@JR_Koch : Les langues anciennes n'ont rien à faire dans ta liste (langues anciennes, arts plastiques, musique, religion aussi dans certains endroits), elles ont un impact réel sur le niveau scolaire des élèves, autant sur le plan de la culture générale que de la connaissance du français et des autres langues qui en sont issues. Le français, l'espagnol, l'anglais sont des langues latines (oui, même l'anglais), la connaissance du latin renforce considérablement la compréhension de ces langues.

"les échecs ne valent ni plus ni moins que plein d'autres disciplines/activités/centres d'intérêt"
Là je suis d'accord, et les joueurs d'échecs ont trop souvent la tête penchée sur leur hobby (mot qui vient de l'allemand en étant passé par le français) et ne voient plus rien d'autre au point d'y trouver une panacée.



Charpentier, le 18/05/2017 - 12:30:08
Le jeu d'échecs à l'école, c'est super! Bravo à tous ceux qui contribuent à son développement.


Deauville, le 18/05/2017 - 12:30:48
+1 JR KOCH je dirai même plus: le latin ne sert à rien hormis option de lycée très spécifique. je me suis emmerdé et j'ai dépensé temps et énergie toute ma scolarité pour du latin "car c'est important si tu veux faire médecine" manque de bol, quasi toutes les racines de termes médicaux sont du grec ancien.J'aurai mille fois plus profité d'apprendre une 3° (voire une 4°)langue vivante ou les échecs, hélas dans mon petit lycée il y avait un autre argument "incontournable" pour que la section latin soit maintenue il fallait des élèves "pseudo volontaires" Ca a changé me direz vous? j'en doute fortement...

Alors JLuc74 j'attends que tu me dises à quoi spécifiquement l'enseignement du latin est utile (si c'est la rigueur grammaticale, l'enseignement de l'allemand va bien mieux, si c'est la culture générale rien ne remplacera un bon prof d'histoire geo, etc)


arnackor, le 18/05/2017 - 12:46:04
"Disciplines fondamentales" est déjà quelque chose qui est subjectif !

L'argument "si ça existe dans des clubs en dehors de l'EN ça ne doit pas être dans l'EN" est ridicule. Si on pense que l'activité est bénéfique au niveau de l'éducation, elle a sa place dans l'EN.

En primaire il y a environ 24 heures de cours dans une semaine. Je suis bien certain, si on regarde le contenu de ces 24 heures à l'heure actuelle, que l'on peut en remplacer au moins 1 par une séance d'échecs et que ça sera au moins aussi profitable que ce que ça remplace. Pour moi ce sera nettement plus profitable mais c'est une question de connaissance des apports du jeu d'échecs. Ceux qui connaissent mal ses apports multiples et variés, en terme d'éducation et d'épanouissement, seront d'un avis contraire.

J'ai enseigné les échecs sur le temps scolaire pendant 3 ans. J'ai échangé avec les enseignants à ce sujet. Leurs retours ont été extrêmement positifs par rapport à ce que ça apporte aux enfants. Et c'est la même chose dans l'immense majorité des endroits où ça a eu lieu. On ne peut pas aller contre la réalité.

Le jeu d'échecs présente l'atout incroyable, par rapport à la plupart des autres disciplines, d'être en même temps très formateur ET ludique. En général une discipline est soit très formatrice mais chiante, soit très ludique mais pas très formatrice. C'est là le plus grand atout du jeu d'échecs.

Vous pouvez mettre toutes les disciplines que vous voulez, si c'est chiant c'est chiant et ça emmerde les enfants. JLuc tu dis qu'on s'en fout qu'ils s'emmerdent c'est ça ? C'est hélas que tu n'as absolument rien compris à la pédagogie. Celui qui s'emmerde apprend très très mal.

Il y a environ 800 heures de cours dans une année scolaire. 10 à 15 d'échecs serait un apport certain.

P.S. Je vois que JM Blanquer est licencié au club de Nomad'Echecs, club qui a une excellente approche pédagogique ! Ils ont d'ailleurs le champion de France petit-poussin 2017.


Charpentier, le 18/05/2017 - 12:53:39
Merci arnackor pour cet avis expert! Cela fait du bien.


JLuc74, le 18/05/2017 - 13:03:37
Il y a 2 mois la FFE relayait l'article suivant

https://www.chess.com/fr/news/view/est-ce-que-les-echecs-ameliorent-les-aptitudes-cognitives-ce-que-dit-la-science-2881

Intitulé Est-ce que les échecs améliorent les aptitudes cognitives? Ce que dit la science et où on peut lire

"En Juillet 2016 "l'Education Endowment Foundation" au Royaume-Uni a publié les résultats d'une étude sur deux ans incluant presque une centaine d'écoles. L'expérience a été mené durant l'année scolaire 2013-2014, elle a touché quasiment 2000 élèves (de neuf à dix ans). La moitié de ces élèves a reçu une trentaine d'heures de cours d'échecs

La conclusion de cette étude montre qu'il n'y a pas de différence significative dans les résultats en mathématiques entre les élèves ayant reçu des cours d'échecs et le groupe de contrôle."

Et ce n'est pas la seule étude qui va dans ce sens http://www.telegraph.co.uk/education/2016/07/12/playing-chess-doesnt-make-your-children-any-smarter-study-finds/


arnackor, le 18/05/2017 - 13:20:08
Il y a 10 fois plus d'études qui montrent le contraire.

Il est 100% évident que les échecs améliorent les aptitudes cognitives.

Les études dont les conclusions sont inverses ont été mal menées. Cela peut être pour différentes raisons. L'une des principales raisons peut être que le formateur d'échecs n'était pas bon.


JLuc74, le 18/05/2017 - 13:33:32
"Il est 100% évident que les échecs améliorent les aptitudes cognitives"
Ca semble surtout être une idée reçue. Et de quoi parle-t-on ? Si on peut supposer que certains enfants s'impliquent suffisamment dans le jeu pour améliorer leurs aptitudes cognitives mais ça ne concerne quasiment aucun joueur scolaire et assez peu de joueurs de club sinon les joueurs de clubs seraient une population qui se distinguerait et ce n'est pas le cas.

"Les études dont les conclusions sont inverses ont été mal menées."
Trop facile.


arnackor, le 18/05/2017 - 13:42:49
Voici un témoignage de Michel Barbe, Maître formateur, Directeur de l'école primaire d'application Jean Jaurès (I.U.F.M. Lyon) à Caluire et Cuire, qui a enseigné les échecs dans sa classe pendant 20 ans.

L'activité Échecs est riche et multiple :
- elle permet de bien observer les élèves,
- elle permet d'adapter l'enseignement en fonction des besoins des élèves,
- elle est très bien reçue par les élèves qui se laissent prendre au jeu,
- elle est facteur d'équilibre.

Quelques constatations psychopédagogiques
- Le Jeu d'Échecs me permet de mieux observer mes élèves et donc de mieux les connaître.
- Le Jeu d'Échecs me permet d'apprendre à mes élèves des attitudes nobles : élégance dans la victoire comme dans la défaite, respect de l'adversaire.
- Le Jeu d'Échecs temporise l'atmosphère de ma classe, l'agressivité de mes élèves (notamment les garçons) étant canalisée par l'échiquier.
- Le Jeu d'Échecs développe la combativité de mes élèves qui en manquent (notamment les filles)
- Le Jeu d'Échecs valorise mes élèves auprès de leurs parents pour qui ce jeu a un certain prestige. Notamment pour les papas qui, une fois n'est pas coutume, manifestent quelque intérêt pour ce qui se passe à l'école primaire. Quant aux mamans, certaines apprennent à jouer par l'intermédiaire de leurs enfants.
- Le Jeu d'Échecs concerne l'intelligence pure. Sa pratique n'est entravée par aucune barrière linguistique et permet donc à mes élèves qui ont des difficultés en français, de développer leurs facultés de raisonnement à égalité avec les autres.
- Mes élèves apprennent par la pratique du jeu d'Échecs qu'il est vain d'entreprendre sans organisation, méthode, rigueur et persévérance.
- Le Jeu d'Échecs développe l'esprit d'invention et le sens esthétique de mes élèves, énergie créatrice parfois transférable dans d'autres disciplines.

La répétition de « mes élèves » est intentionnelle. En effet, il ne s'agit pas ici d'élucubrations pédagogiques mais de constatations faites par un instituteur en charge d'une classe.

Quelques axes de travail importants :
- Le Jeu d'Échecs, étant lui même une discipline intellectuelle, valorise plus et mieux que ne le font les activités sportives mes élèves qui sont en échec dans les disciplines intellectuelles.
- Le Jeu d'Échecs apprend à mes élèves l'importance de la réflexion avant la décision (pièce touchée, pièce jouée) et développe ainsi leur sens de la responsabilité.
- Le Jeu d'Échecs développe la capacité d'attention de mes élèves : il s’agit là d’une qualité indispensable qu’ils utilisent ensuite dans les autres disciplines.



arnackor, le 18/05/2017 - 13:47:16
"sinon les joueurs de clubs seraient une population qui se distinguerait et ce n'est pas le cas"

Haha. Faux. Certaines entreprises recrutent des joueurs de club. C'est le cas par exemple dans la finance. Le joueur de club a fortement augmenté ses capacités cognitives : concentration, capacité à prendre une décision rapidement, de manière objective, rester concentré longtemps, se fixer sur un objectif et tout faire pour l'atteindre, etc.

Article du Monde

Ce n'est pas non plus un hasard si les joueurs d'échecs s'étant mis au poker ont été pour la plupart rapidement très performants.


JLuc74, le 18/05/2017 - 13:47:34
Chacun peut témoigner de ce qu'il veut, ce ne sont que des impressions. D'ailleurs il pourrait dire à peu près la même chose de n'importe quel sport ou activité artistique. C'est à chaque enfant de trouver l'activité qui lui convient et non à l'EN de lui en imposer une au détriment des autres.


arnackor, le 18/05/2017 - 13:51:52
"Des impressions"
lol
Un formateur IUFM qui a enseigné lui-même le jeu pendant 20 ans, des "impressions".
Les "impressions" comme tu dis, c'est pour ceux qui n'ont aucune expérience du terrain.

"il pourrait dire à peu près la même chose de n'importe quel sport ou activité artistique"
Je sais que c'est ton crédo, mais c'est faux.

"C'est à chaque enfant de trouver l'activité qui lui convient et non à l'EN de lui en imposer une au détriment des autres."
Oui c'est ça, les enfants savent mieux que les adultes. Ce n'est au détriment de rien du tout puisque comme tu le dis si bien, ils peuvent toujours aller s'inscrire à une activité en dehors de l'école.


JR_Koch, le 18/05/2017 - 13:56:57
@ J-Luc. C'est bien le sens de ma proposition : en-dehors de ce qui est indispensable, faire découvrir, sans imposer.


Charpentier, le 18/05/2017 - 14:11:49
@JRKoch
Puisque tu considères le sport comme matière fondamentale: quel sport veux-tu imposer aux élèves? Pourquoi pas les échecs?


elkine, le 18/05/2017 - 14:17:20
« avec des intervenants qui seront pour la plupart hors fonction publique »
J'attends impatiemment les cours de cuisine de la Sodexo.

« C'est le cas par exemple dans la finance. Le joueur de club a fortement augmenté ses capacités cognitives : concentration, capacité à prendre une décision rapidement, (...) »
Tu as oublié faire une addition à trois chiffres sans oublier la retenue.


JR_Koch, le 18/05/2017 - 14:43:35
@ Charpentier : je considère qu'une activité physique régulière entretient la santé. C'est à ce titre que j'ai placé le sport dans les disciplines fondamentales. Les échecs, bien qu'étant un sport, ne remplissent pas cette fonction.
Point de vue subjectif, j'en conviens volontiers.

@ tous : j'ai exposé mon point de vue de ce que pourrait être la place des échecs (car nous sommes sur un forum d'échecs) au sein de l'Education Nationale. Je pense que tous ceux qui ont suffisamment d'honnêteté intellectuelle ont compris l'idée. Chacun a le droit de partager mon point de vue ou d'en avoir un autre.
Comme ce n'est pas un projet, que je ne suis candidat à rien, je ne vais pas le défendre sur tous les points de détail. Donc, ce sera là ma dernière intervention sur ce sujet.




Charpentier, le 18/05/2017 - 16:43:05
Merci JRKoch, c'est très clair.

Les professionnels ont tranché, et les échecs ont une place grandissante à l'école, ce qui est selon moi une bonne chose.

Ils s'expliquent ici:
http://eduscol.education.fr/cid59084/introduction-du-jeu-d-echecs-a-l-ecole.html


Mynhoss, le 18/05/2017 - 17:20:30
"Enfin, si les clubs espèrent recruter ainsi de nouveaux membres ils se mettent le doigt dans l'oeil. Ca fait des dizaines d'années que des clubs s'aventurent dans cette voie et on compte bien plus d'échecs que de réussite."

Puisqu'il y a réussite quand on s'appelle Léo Battesti, Damir Levacic, Diego Salazar ou Yves Lamorelle, multiplions les conférences pour inverser la tendance ;-)




atms, le 18/05/2017 - 18:30:25
@ jouvin
" C'est un ministre de l'EN que tous les professeurs sont déçus ou effrayés de voir nommé."
Pourquoi ?"

Il est catalogué "de droite" et beaucoup d'enseignants sont de gauche.
C'est aussi bête que ça.
Ils auraient sûrement préféré un homme de paille à l'aise dans les médias.

Je suis prof et je ne suis pas assez bête pour être effrayé par un gars qui connaît l'Education Nationale,
après les grotesques épisodes précédents (gauche et droite confondues).

Mais je ne prétends pas représenter tous les profs.


GBel, le 18/05/2017 - 18:43:10
Hello, vous n'arriverez jamais à convaincre JLuc74

Il est de très mauvaise foi, à chaque fois, on lui apporte des expériences et des études, il raconte que c'est faux... Ne vous embêtez pas à disserter avec lui, vous perdrez votre temps et votre énergie !

Vive les échecs en Club, vive les échecs à l'école !!


ANaigeon, le 18/05/2017 - 18:46:38
De toute façon, quelqu'un peut-il citer un cas de réforme ou de nomination qui ait satisfait les syndicats enseignants ?



speedypierre, le 18/05/2017 - 19:04:16
@atms Tu parles de sujets que tu ne connais pas. Les syndicats marqués à droite (type SNALC) sont tout autant inquiets de l'arrivée au ministère de l'ancien DEGESCO de Sarko, qui était aux manettes pendant la réforme Chatel.


atms, le 18/05/2017 - 19:48:13
@ speedypierre : merci de ta sollicitude.

Je maintiens ce que je dis, grosso modo, même si ma formulation est forcément exagérée.
L'expression "tous les profs" m'a un peu agacé, mais rien de grave, on ne va pas en faire un fromage.

Amicalement.



raspoutilf, le 19/05/2017 - 00:17:25
Il y a eu une méta-analyse récente des études sur pratique des échecs et amélioration des résultats scolaires:

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1747938X16300112


Il y a de petites améliorations, mais rien de délirant non plus, d'autant qu'il y a un doute sur ce qui provoque l'amélioration: la pratique des échecs en soi ou la pratique d'une activité (quelle qu'elle soit) avec un prof passionné. Il faudrait des expériences avec un groupe de contrôle où les gamins font autre chose, genre du macramé :-)


El cave, le 19/05/2017 - 08:39:19
Ah, si j'avais pu remplacer tous mes cours de techno par du lancer de javelot ... (ou par n'importe quoi d'ailleurs, je me demande même si je n'aurais pas préféré des heures de perm !)


Chemtov, le 19/05/2017 - 09:44:02
Certains élèves remplaçaient ces cours par des heures d'échecs.... au café. Très formateur !


Sisyphus, le 19/05/2017 - 10:58:09
Il y a de petites améliorations, mais rien de délirant non plus, d'autant qu'il y a un doute sur ce qui provoque l'amélioration: la pratique des échecs en soi ou la pratique d'une activité (quelle qu'elle soit) avec un prof passionné

C'est précisément mon point de vue. Nous sommes sur un forum d'échecs, et je suis le premier à reconnaître les bienfaits que m'ont apporté la pratique du jeu d'échecs depuis mes 10 ans. Personne ne remet en cause les retours d'expérience d'arnackor, M. Barbe, etc. Mais je vous trouve bien virulent, et je vous invite à vous poser en toute bonne foi deux questions :

1) la première en gras ci-dessus : peut-être arnackor arrives-tu à obtenir de super résultats avec les élèves parce que tu es bon et motivant. Mais est-ce la pratique du jeu d'échecs en soi qui provoque de tels résultats ? Peux-tu assurer qu'un prof d'origami aussi bon et motivant que toi n'obtiendrais pas de tels résultats ? (représentation dans l'espace, motricité fine, ...)

2) A contrario, la pratique de jeu d'échecs avec un prof moyen, moins motivé, apportera-t-elle autant ? Je pense qu'on est tous d'accord pour dire que non. Seulement si on généralise la pratique du jeu d'échecs dans les écoles, êtes-vous certain de trouver beaucoup de bons profs ?

Enfin une dernière remarque suite à mon expérience en sciences cognitives : les compétences acquises dans un domaine cognitif sont rarement transposables dans un autre, pourtant en apparence similaire.


DocteurPipo, le 19/05/2017 - 11:20:11
Tout à fait d'accord avec Sisyphus : la qualité de l'intervenant est l'élément primordial.


arnackor, le 19/05/2017 - 11:35:54
Intéressante étude postée par raspoutilf. Leur 0,3 ça veut dire qu'il y a eu 30% d'augmentation des aptitudes ou rien à voir ?

Oui il faut bémoliser un peu. Mais il est selon moi un fait qu'on va avoir vraiment du mal à bémoliser, c'est la variété et la richesse des aptitudes et capacités auxquelles fait appel le jeu d'échecs. A côté les autres activités ont vraiment du mal à rivaliser sur ce point.

D'ailleurs je vois un autre point où le jeu d'échecs tend à devancer la plupart des autres activités, c'est la fascination générale qu'il crée chez les enfants. Il est vrai que les enfants sont en général enthousiastes pour débuter n'importe quelle nouvelle activité, mais mon impression, peut-être erronée, est qu'ils le sont davantage encore pour les échecs, et sur une durée plus longue.

J'avais entendu une remarque similaire concernant les apports d'une activité sociale pour prévenir la maladie d'Alzheimer. Je comprends que le simple fait de pratiquer une activité sociale est bénéfique et sans doute clé. Mais est-il irraisonnable de supposer que la pratique du jeu d'échecs entretient davantage d'aptitudes intellectuelles qu'une activité sociale prise au hasard ?



clarxel, le 19/05/2017 - 11:42:12
Pour aller dans le sens d'Arnackor sur l'utilité des Echecs dans l'univers professionnel
cet article de "Time"





Charpentier, le 19/05/2017 - 11:43:54
La vraie question: l'apprentissage des maths, du français, et de l'histoire-géo permet-il d'améliorer ses performances échiquéennes?


raspoutilf, le 19/05/2017 - 12:38:16
@arnackor

Non, rien à voir (une amélioration de 30% serait exceptionnel). Dans ce type d'études, on exprime généralement l'impact en utilisant l'écart-type, qui mesure la dispersion de ta distribution. Ca n'a rien d'intuitif, mais ça a des vertus mathématiques et de comparabilité entre études différentes. Ici il faut un peu les croire sur parole quand ils te disent qu'une amélioration commence à être considérée comme notable à 0,4 e.t.


JLuc74, le 19/05/2017 - 13:51:50
"C'est précisément mon point de vue."
C'est le mien également, chaque enfant trouve l'activité qui lui convient, celle où il s'épanouit.


arnackor, le 19/05/2017 - 14:14:35
La 1ère leçon qu'enseigne le jeu d'échecs c'est de ne jamais croire personne sur parole ;-)


raspoutilf, le 19/05/2017 - 14:35:53
Certes :-)
L'autre option c'est de faire trois ans de stats, un master d'économétrie, et te plonger dans la littérature d'économie et / ou de psychologie de l'éducation pour savoir quels sont les effets moyens observés dans les études de ce type.

C'est toi qui vois :-D


El cave, le 20/05/2017 - 09:41:29
Vade retro, je crois que de toutes les matières à la con que j'ai subies, l'économétrie est la seule que je déteste plus que la techno.
Dire que j'ai même su ce qu'était un kurtosis à une époque (ce n'est pas sale).

Bref en général un modèle prédictif s'accompagne d'un intervalle de confiance basé sur un pourcentage, genre le résultat X a 95% de chances de se trouver entre X-i et X+i , typiquement.
Bien sûr plus les échantillons sont grands, plus la valeur de i est réduite, elle tend vers 0 puisque tout est connu quand l'étude est exhaustive.


Renan, le 20/05/2017 - 23:48:21
Jluc74...
Le latin est plus utile que les échecs... à voir...
Expliques moi en quelle occasion ???



Franxis, le 21/05/2017 - 00:34:12
Un autre bienfait des échecs à l'école : j'ai vu certains enfants aux résultats scolaires médiocres , habitués des dernières places , bien reussir aux échecs , égaler ou vaincre les bons élèves . Le regard de l'institutrice change , celui des autres enfants aussi ; l'estime de soi s'améliore . L'entourage se dit que s'il est bon aux échecs , il ne doit pas etre idiot.


clarxel, le 21/05/2017 - 00:43:51
Tu as fait du latin, Renan ?


GBel, le 21/05/2017 - 00:49:25
moi j'ai fait du grec, on m'avait que c'était important pour faire médecine, la seule chose dont je me souvienne, c'est la sortie à la foire du trône avec mes potes et la prof !


JLuc74, le 21/05/2017 - 03:16:40
@Franxis "Un autre bienfait des échecs à l'école : j'ai vu certains enfants aux résultats scolaires médiocres , habitués des dernières places , bien reussir aux échecs"
Ils peuvent tout aussi bien réussir dans le macramé. Ca apporte quoi de bien réussir aux échecs ? Il y a bien quelques-uns qui deviennent GMI et zonard des échecs mais il faut bien admettre que les débouchés sont plus que restreints.

@Franxis : "Le latin est plus utile que les échecs... à voir... Expliques moi en quelle occasion ???"
Expliques nous d'abord en quelles occasions les échecs peuvent être tout simplement utiles, avant de te demander si ça peut être plus utile qu'autre chose. Les échecs c'est juste un passe-temps, on s'en passerait très bien. Le latin est utile parce qu'à l'origine des langues que nous parlons et nous l'utilisons tout les jours sans même nous en rendre compte. C'est aussi notre histoire et on peut même aller plus loin, l'étude des langues et de leurs évolutions a donné beaucoup d'informations sur nos origines, un peu comme notre ADN. Les échecs en comparaison c'est 0.


SLM, le 21/05/2017 - 07:13:36
A partir d'un certain niveau les échecs consistent surtout à prendre de bonnes décisions. Et, sauf à ce que je me trompe, apprendre à prendre de bonnes décisions (je parle ici du processus : analyse de la position, différentes options, comparaison, bilan, différentes méthodes pour choisir, etc.) est une compétence relativement utile dans la vie de tous les jours mais elle n'est pas mesurée par le système scolaire. Jouer aux échecs (encore une fois à partir d'un certain niveau) n'améliorera pas votre niveau scolaire que ce soit en mathématiques ou autres mais cela améliorera grandement votre réflexion générale (et peut-être cela aura quelques impacts dans votre scolarité) ce qui me parait plus utile que de connaître le gérondif.


JLuc74, le 21/05/2017 - 07:46:38
"A partir d'un certain niveau..." et c'est bien le problème, pour que ça commence à avoir une conséquence il faut une pratique importante et donc un intérêt important. Les joueurs d'échecs s'imaginent que tout le monde peut se passionner pour le jeu mais c'est faux, seule une part infime de la population aura un intérêt suffisant.

Les clubs qui misent sur le scolaire ne parviennent quasiment jamais à faire ensuite les enfants dans les clubs. Je prends comme exemple une ville voisine qui compte chaque année des dizaines d'enfants licenciés B parce qu'ils participent à des ateliers scolaires mais qui arrivent à peine à aligner une équipe de 4 joueurs pour la N3J. Ceci pour une agglomération de quelques 100.000 habitants.

"cela améliorera grandement votre réflexion générale" "Curieusement" la population des joueurs d'échecs ne le montre pas beaucoup.

"et peut-être cela aura quelques impacts dans votre scolarité" impact qui peut être négatif.


Charpentier, le 21/05/2017 - 11:55:34
@JLuc74
Ton idée de faire des enfants dans les clubs échecs est séduisante. Mais certains clubs ne sont pas encore prêts à accueillir cette activité.


JLuc74, le 21/05/2017 - 19:54:42
@Charpentier : Ca n'a pas de sens, comment un club pourrait-il intervenir dans les écoles et ne pas être prêt pour les accueillir en club ? Pourquoi un club délèguerait-il un joueur (un DAFFE par exemple) dans une école sans espérer de voir les gamins s'inscrire au club ??


Seingalt, le 21/05/2017 - 20:29:09
@Charpentier
Grace à la GPA bientôt les clubs d'Echecs pourront faire des enfants ;-)


PhilippeJoussim, le 22/05/2017 - 07:25:28
Je voudrais recommander chez Chess Evolution l'excellent ouvrage de Naiditsch et Balogh "Best Attacking Games of 2012-2015".

Sinon j'espère bien que "mes amis socialistes" feront la promotion de ce club où l'on peut faire des enfants.



Meikueilu, le 22/05/2017 - 08:06:52
@SLM: Je pense que Jean-Luc marque un point. Je n'ai pas non plus l'impression que les joueurs d'échecs soient globalement meilleurs dans la prise de décision dans la vie courante que la population des nageurs ou des biathloniens. La thèse est séduisante mais mériterait d'être attestée par des faits.


supergogol, le 22/05/2017 - 08:36:08
@ Renan: Quand tu lis Astérix, par exemple , le latin c'est important...


PhilippeJoussim, le 22/05/2017 - 13:30:49
Faire des enfants dans les clubs d'échecs me semble quand une solution pédagogique un peu extrême, maintenant de la part de mes "amis socialistes" plus rien ne m'étonne. Ne pourrait-on pas tout simplement faire des clubs d'échecs dans les écoles ?


JLuc74, le 22/05/2017 - 14:00:27
"Ne pourrait-on pas tout simplement faire des clubs d'échecs dans les écoles ?"
Il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes...


SLM, le 22/05/2017 - 14:18:09
Il est tout à fait possible que j'ai tort. Comme tout le monde, je me base sur ma propre expérience : connaissances, relations, vécu, etc. Je reste, pour l'instant et jusqu'à ce qu'on me prouve le contraire, convaincu que cet aspect réflexion et prise de décision est une plus-value due aux échecs. Un exemple concret : travailler un exercice de mat en un coup.

Animateur A :

Je distribue des fiches de mats en un coup, chaque élève doit faire sa fiche.

Animateur B :

Je pose un exercice sur un échiquier (en fait plusieurs pour diviser la classe en petits groupes) et je propose différentes réponses en demandant à mes élèves de choisir celle qu'ils trouvent bonne(s). Dans les réponses proposées il y aura évidemment des coups faux mais aussi des raisonnements faux. Les raisonnement sont clairement explicités du type : "je joue Dxg7 et comme je suis protégé par ma Tour g1 le Roi adverse ne peut pas me reprendre. Le Roi adverse est en échec et ne peut pas fuir, aucune pièce ne peut s'interposer donc c'est mat !" Evidemment il y a un Fou en a1 noir pouvant prendre la Dg7 ou autre chose.


Il m'arrive de proposer la bonne réponse sans le raisonnement et la bonne réponse avec une mauvaise justification : les possibilités sont nombreuses et avec un simple mat en un (qui requiert quand même un certain niveau d'où ma mauvaise formulation lors de ma première intervention) on peut travailler sur le raisonnement. En simplifié : analyse d'une situation, détermination des options, calcul de ces options, jugement à la fin, vérification et enfin action.

Cette façon de procéder peut s'appliquer à d'autres situations qu'aux échecs et les retours de mes ateliers scolaires vont tous en ce sens même si je conçois tout à fait que je puisse bénéficier d'un environnement plus favorable que d'autres. Enfin j'ai plusieurs contre-exemple pour JLuc en Bretagne de clubs qui ont misé sur le scolaire et ont parfaitement réussi à transformer l'essai. Liffré et Sainte Anne d'Auray pour ne citer qu'eux.


JLuc74, le 22/05/2017 - 15:59:25
"j'ai plusieurs contre-exemple pour JLuc"
Je n'ai jamais exclu que certains pouvaient y arriver mais il faut être réaliste, globalement ça ne fonctionne pas. Non seulement les jeunes ne viennent pas dans les clubs par l'intermédiaire de l'école mais en plus dans leur très très grande majorité ils n'en tirent aucun bénéfice dans leur niveau scolaire. Beaucoup d'investissement pour très peu de résultats.


SLM, le 22/05/2017 - 16:27:37
@JLuc : le principe fonctionne dans les deux sens ! Ce n'est pas parce que tu connais deux ou trois clubs qui ont échoué que tu peux en déduire que cette passerelle ne fonctionne pas. Personnellement je ne connais que 4 clubs qui ont essayé de se développer en se tournant vers le scolaire et sur ces quatre, deux ont réussi sans souci, un a vu sa fréquentation s’accroître sensiblement et le dernier a effectivement échoué. Dans les deux derniers cas le souci ne venait pas des scolaires qui venait en nombre au club mais des clubs qui proposaient un accueil non adapté.

Des intervenants en milieu scolaire j'en connais plein mais la plupart interviennent pour leur compte. Des clubs s'investissant en scolaire j'en connais beaucoup moins.


JLuc74, le 22/05/2017 - 17:06:31
@SLM : "Ce n'est pas parce que tu connais deux ou trois clubs qui ont échoué que tu peux en déduire que cette passerelle ne fonctionne pas."
Je connais bien plus de 3 clubs qui ont échoué, et en réalité je n'en connais pas directement qui interviennent sur le temps scolaire et alimentent ainsi régulièrement leurs effectifs.


PhilippeJoussim, le 22/05/2017 - 18:07:35
Mon idée est simple.

Le périscolaire est intéressant dans le sens ou l'activité est ludique et les enfants n'ont pas les contraintes des compétitions. Je pense qu'il est important pour un bon apprentissage du jeu d'échecs d'éviter la pression de la compétition dans un premier temps. Excepté pour les enfants qui souhaitent vraiment en faire. Le problème du périscolaire est fondamentalement de mettre en place un apprentissage ludique. Du 100% ludique ne sert à rien.

J'avais surtout une expérience dans les ateliers bleus de la ville de Paris qui sont payants pour les familles. Mais pourquoi un club n'interviendrait-il pas dans l'école, l'atelier bleu étant remplacé par 1h de cours donné par le club.

Plusieurs avantages. Si on veut organiser un tournoi, les élèves sont déjà licenciés, aussi les animateurs peuvent plus facilement rencontrer les parents.

Pour les enfants qui veulent faire de la compétition, un cours supplémentaire serait prévu le mercredi et le samedi.




JLuc74, le 22/05/2017 - 18:18:21
@PhilippeJoussim :

On ne parle pas ici de périscolaire mais bien du jeu d'échecs sur le temps scolaire. Le périscolaire c'est très bien pour faire découvrir le jeu.

"Je pense qu'il est important pour un bon apprentissage du jeu d'échecs d'éviter la pression de la compétition dans un premier temps."

Je pense exactement le contraire, un jeune qui arrive en club en septembre doit faire le championnat départemental en novembre et, si possible, d'autres compétitions avant. C'est en compétition qu'on apprend le plus et si on n'en fait pas très vite on ne fait que prendre du retard par rapport aux autres. Mais à vrai dire je ne vois pas le rapport avec le sujet de cette discussion.


Oroy, le 24/05/2017 - 01:39:41
Quand j'étais jeune, il y a longtemps, l'Education Nationale se portait bien mieux que le jeu d'échecs, au fin fond du trou.
Aujourd'hui, c'est exactement l'inverse, en raison peut-être de l'enseignement du jeu d'échecs dans certaines écoles, à Lyon par exemple du temps de Michel Noir !
C'est pourquoi je suggère, qu'aujourd'hui, la FFE prenne en charge l'enseignement de notre belle langue.


Orouet, le 24/05/2017 - 10:29:04
"Essec et maths"

le canard enchaîné aujourd'hui


JLuc74, le 24/05/2017 - 10:43:34
D'accord avec Oroy, l'EN se disperse en cherchant des méthodes alternatives douteuses comme les échecs en oubliant qu'on a simplement égaré ce qui fonctionnait autrefois et qui permettait à tous les enfants de savoir lire, écrire et compter à la sortie de l'école primaire ce qui n'est plus le cas.


Charpentier, le 24/05/2017 - 22:22:09
@JLuc74
Répéter la même chose 15 fois dans le même article n'en augmente pas la force. Au contraire, ce caractère intempestif discrédite le propos.


JLuc74, le 25/05/2017 - 08:23:06
@Charpentier
Je ne peux que te remercier pour cette contribution intéressante.

Tu devrais plutôt essayer de comprendre pourquoi un club d'une commune de 23000 habitants qui s'investit dans les écoles et compte 2 DAFFE et un bon nombre de jeunes (33 licences A, 45 licences B) n'a aucun joueurs classés en cadence lente dans les catégories petit-poussin, poussin et pupille (certains ont un classement rapide)... Ah si... il y a un pupille avec une licence B qui a un classement (Ouais !). Pas de participation en interclubs jeunes.

Pour moi c'est le signe que le pont entre le monde scolaire et le club ne fonctionne pas.


Charpentier, le 25/05/2017 - 09:08:12
Et ça continue...


jpchess, le 26/05/2017 - 00:21:23
Comment croire que l'investiture d'un "ami des échecs" au Ministère de l'Education Nationale ne puisse favoriser le développement des échecs à l'école et tant dans d'autres sphères de la société ? Une fois que l'on a expliqué son point de vue, pourquoi revenir l'affirmer sans cesse et ne pas laisser débattre les autres intervenants ? Le silence, en l'occurrence, pourrait être entendu comme une forme de sagesse... J'écoute, j'entends, je prends mon temps de lire et ensuite, si je ne suis pas d'accord, je réagis, mais pas systématiquement ! Ainsi chacun pourrait participer au débat de manière intelligible pour tous les autres...



Mynhoss, le 26/05/2017 - 03:29:25
"Pas de participation en interclubs jeunes. Pour moi c'est le signe que le pont entre le monde scolaire et le club ne fonctionne pas."

Je ne sais pas de quel club il est question, mais pour moi c'est le signe d'un club qui n'a pas comme projet de participer aux interclubs jeunes.

Echecs 16 Paris ou Orsay dans le 91 sont deux exemples récents qui démontrent le potentiel des écoles.

A voir la conférence de Daniel ROS, maire d'Orsay.

Mais peut-être que JLuc va répondre que ça ne compte pas car les intervenants dans les écoles sont rémunérés, dans ce cas, c'est claire que le bénévolat ne sera jamais un pont efficace à l'échelle nationale !


JLuc74, le 26/05/2017 - 06:06:42
"mais pour moi c'est le signe d'un club qui n'a pas comme projet de participer aux interclubs jeunes"
Ca va plus loin que ça, comme je l'ai fait remarqué, mis à part l'exception d'un pupille licencié B aucun petit-poussin, poussin ou pupille de ce club n'a de classement en cadence lente. Ca veut dire quoi ? Qu'il y a une énorme lacune dans ce club qui ne propose apparemment pas grand chose d'autre aux jeunes que quelques rapides scolaires.
Ce n'est sûrement pas à moi d'expliquer à ce club ce qu'il doit faire mais le membre de ce club qui est intervenu ici devrait faire profil bas plutôt que venir me demander de me taire sans rien apporter à la discussion.
La situation de ce club me semble la même que celle que j'évoquais plus haut : investissement important dans les écoles mais rien derrière.

"Je ne sais pas de quel club il est question"
Facile à trouver.

"Mais peut-être que JLuc va répondre que ça ne compte pas car les intervenants dans les écoles sont rémunérés, c'est claire que le bénévolat ne sera jamais un pont efficace à l'échelle nationale !"
Je ne sais pas du tout de quoi tu parles. C'est quoi l'idée ?


Mynhoss, le 26/05/2017 - 08:23:04
Punaise, tu parles du club de Sèvres qui jouait encore l'année dernière les interclubs jeunes (j'ai perdu contre eux !) mais sans réelle motivation de percer dans ce domaine. C'est bien ce que je disais, le "problème" vient du projet du club qui semble depuis cette année se satisfaire de tournois internes pour ses jeunes, ce qui est déjà très bien comparé à d'autres clubs... Il manque peut-être à ce club un professionnel de terrain passionné pour un plan gagnant-gagnant à l'initiative de ce dernier puisque ce club semble encore se chercher.

Si on ne joue pas les interclubs jeunes, il ne reste "rien" pour justifier une licence A chez les tous jeunes, donc tout me semble "normal" dans ce club.

Charpentier n'est pas le seul à te demander de te taire ;-)

Oui, j'ai divagué pour l'histoire du bénévolat mais ta lourdeur y est pour quelque chose ;-)




Charpentier, le 26/05/2017 - 10:34:51
Je n'avais pas noté que JL74 parlait du club de Sèvres...Je crois que je lis de plus en plus vite ce qu'il écrit, car c'est par trop répétitif.

JL74, dans son aveuglement critique, a manqué d'attention: Les 6 meilleurs jeunes du club de Sèvres constituent désormais une équipe d'Interclubs adultes et une autre de critérium.

Les autres jouent des compétitions internes homologuées en rythme rapide, et pour eux une licence B est suffisante, comme le note justement Mynhoss.

Tous bénéficient de cours hebdomadaires par niveau dans le cadre du club, auxquels s'ajoutent les interventions dans les écoles.

JL74 critique beaucoup, et prodigue de nombreux conseils pédagogiques, mais les jeunes de son club semblent rencontrer de grandes difficultés dans leur progression, et leur compteur est bloqué sous le classement de 1160 elo (hormis un joueur à 1290 elo). Cela dénote clairement une énorme lacune en matière de formation, dont il ferait mieux d'analyser les causes, plutôt que de montrer les dents à ceux qui obtiennent de meilleurs résultats.





Julo62, le 26/05/2017 - 13:41:01
C'est quel pays et à quelle période que tous les enfants sortaient de l'école primaire en sachant lire écrire et compter?
Ne me dîtes pas la France d'avant ou de juste après guerre, sinon c'est que vous n'avez aucune idée des conditions de vie que subissait le monde ouvrier, à ces époques, dans les houillères du Nord, par exemple.

Ces discours n'ont que peu de fondements historiques et sociologiques mais sont parfaitement en accord avec le passéisme et le déclinisme ambiant...
Très amusant, d'ailleurs, d'entendre les vieux dire que c'était mieux avant que leurs générations ne détiennent les manettes dans la société!! (sans qu'ils n'en tirent jamais le moindre commencement d'auto critique)


elkine, le 26/05/2017 - 16:18:34
« voir la conférence de Daniel ROS, maire d'Orsay »
Il ne serait pas plutôt maire de Strasbourg ?


JLuc74, le 26/05/2017 - 18:00:58
"C'est quel pays et à quelle période que tous les enfants sortaient de l'école primaire en sachant lire écrire et compter?"
En France, je suis sorti de l'école primaire fin des années 1970 et tout le monde savait lire, écrire et compter. Bon, on pouvait trouver quelques exceptions mais ceux qui passaient autrefois pour des exceptions représentent quel pourcentage des effectifs maintenant ? 30% ?


JLuc74, le 26/05/2017 - 18:28:38
@Charpentier : Cher ami je vous attendais sur ce terrain.

"les jeunes de son club semblent rencontrer de grandes difficultés dans leur progression"
La progression des jeunes de votre club n'est même pas mesurable puisqu'ils n'ont pas de classement alors ça me fait bien rire.

Notre club qui n'a que 4 ans d'existence, compte 36 jeunes réellement actifs (cours et compétitions régulières), une quinzaine ont maintenant un classement en cadence lente ce qui est très honorable puisque pour la plupart ils ont tout juste 2 ans de pratique.
Nous avons 1 titre de champion départemental jeunes, 2 titres de vice-champions, et un 3ème place au championnat de ZID jeunes.
Au championnat de ZID nous comptions 2 qualifiés la 2ème année, 4 la 3ème année et 8 cette année. Difficile de nier la progression.
Nous remportons notre groupe de N3J et devrions accéder à la N2J la saison prochaine.
Notre progression n'a peut être rien d'exceptionnelle, C'est toujours mieux que de régresser.

Si je regarde vos effectifs, mis à part quelques jeunes qui sortent du lot (et qui forment sans doute l'équipe d'interclubs adultes), la plupart des jeunes me semblent laissés pour compte.


Charpentier, le 26/05/2017 - 18:43:36
@JL74
Je ne poursuivrai pas cette discussion stérile et sans intérêt, devant tant de mauvaise foi. Elle n'intéresse que JL74 qui la poursuivra donc seul, comme d'habitude.


JLuc74, le 26/05/2017 - 20:45:01
Voila une bonne chose. On va pouvoir revenir sur le fond du problème et cesser ces attaques personnelles d'un type qui est juste venu dire que la discussion ne l'intéresse pas.

Savoir si on doit utiliser de l'argent public pour des projets scolaires dont l'intérêt pédagogiques est loin d'être établi c'est de la politique, chacun pense ce qu'il veut donc je passe sur le sujet.

Pour ce qui est de l'intérêt pour les clubs d'intervenir en milieu scolaire pour trouver de nouvelles recrues on ne peut que constater que beaucoup se sont cassés les dents. Je ne doute pas que certains aient réussi mais avec quel investissement humain ? Quels clubs peuvent se le permettre ? Ont ils les moyens humains ? (sachant que ces moyens humains sont et resteront nécessairement très limités)

Quel pourcentage d'enfants peut se montrer suffisamment intéressé pour potentiellement rejoindre un club ? Je lâche le chiffre de 10% en étant large. Ca veut dire que 10% des enfants qui découvrent le jeu pourraient adhérer au club. Le DAFFE qui va intervenir avec par exemple 8 groupes de 15 enfants va trouver une douzaine d'enfants potentiellement intéressés. Seulement voilà, sur ces 12 enfants combien vont réellement rejoindre le club ? Combien devront choisir entre le basket et les échecs ? Combien de parents accepteront de les inscrire ? On passe de 12 à combien ? 4 ? 5 ? 6 ? sans doute pas plus, surtout si ils jouent déjà à l'école.

On passe donc de 120 enfants à une poignée, voire même souvent à rien du tout si le club ne prend pas la mesure de cette difficulté et n'agit pas en conséquence en mettant sur place les moyens d'accueillir les enfants au club. Il ne s'agit pas d'envoyer un DAFFE dans une école et d'attendre les inscriptions.

Peut-on simplement proposer des initiations de quelques séances de façon à multiplier le nombre d'enfants ? Pour le club ça peut être très bon, un DAFFE peut ainsi apprendre à jouer à des centaines d'enfants chaque année. Et, chose encore plus importante, comme il se contente d'une initiation de quelques semaines les enfants qui veulent continuer doivent nécessairement rejoindre le club.
Mais peut-on vendre à un chef d'établissement scolaire les supposées vertus pédagogiques du jeu d'échecs en proposant une initiation de quelques semaines ? Il serait bien naïf de croire que les enfants vont y gagner quelque chose dans le domaine qui l'intéresse.


Julo62, le 27/05/2017 - 02:06:45
Et si tu regardais ailleurs que dans ton trou, pour les échecs comme pour le reste, au lieu de balancer tes mêmes litanies, ça nous reposerait un peu...


JLuc74, le 27/05/2017 - 03:05:53
"Et si tu regardais ailleurs que dans ton trou,"
Par exemple du côte du votre où je ne vois qu'une copie du club qu'on vient d'évoquer. On ne peut pas parler non plus d'une grande réussite auprès des jeunes, là aussi on peut remarquer que les jeunes n'ont pour la plupart que des licences B, qu'ils ne participent pas aux interclubs jeunes, etc...

Nous n'avons pas d'adultes pour ainsi dire, j'ai au moins la décence de ne pas venir donner mon avis sur l'accueil des adultes dans les clubs.


benvoyons, le 27/05/2017 - 12:58:27
C'est un peu court JLuc, tu as fait l'impasse sur le reste du commentaire de Julo. Je te le remets, avec des guillemets comme tu l'aimes tant:

"au lieu de balancer tes mêmes litanies".

"ça nous reposerait un peu... ".

Le message est le suivant: Tu nous casses les bonbons à pleurnicher à longueur de fil.



© 2000-2017 - France Echecs