France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- lundi 23 octobre 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Réorganisation de l'équipe du siège fédéral par LazarrePascal le 29 juillet 2017  [Aller à la fin] | Actualités |
Par décision de bureau, le Président a procédé à la suppression du poste de Secrétaire de Direction considérant les motifs suivants :

- le principal sponsor "des coûts fixes" BNP-Paribas a cessé sa collaboration fin Décembre dernier.
- la Présidence a décidé de mettre un terme drastique à ses charges fixes (pour rappel, il y a trois ans elles s'élevaient à près de 170.000€ par an en cumulant les postes de Président salarié, de Directeur Général et de Secrétaire de Direction).
- L' embauche nécessaire d'un DG resté vaquant depuis le départ de Stéphane Reyreau (Mars 2016) ne pouvait contrevenir à la promesse de maintenir les coûts fixes inchangés. Aussi Jérôme Valenti a-t-il accepté cette fonction pour une rémunération équivalente à celle du Secrétariat de Direction.
- les revenus propres de la Fédération (licences, dotation du Ministère divisée par 3 en dix ans) ne permettent pas de couvrir à la fois les coûts fixes actuels et un surcoût quel que soit son montant.
- bien que l'année 2016 ait connu un résultat légèrement positif (dû en particulier à l'absence de rémunération des postes Président et DG), il faut désormais financer les augmentations de salaires de juin 2016 représentant environ 25.000€ supplémentaires par an. Le déficit de 170.000€ n'est, quant à lui, toujours pas résorbé.

L'unique condition pour pouvoir s'autoriser un accroissement des effectifs est de parvenir à un seuil plus important en termes de nombre de licenciés. C'est l'autofinancement.

Aussi, cet objectif ne pouvant se réaliser sans un "push" financier conséquent, une recherche active de partenaires a été lancée en même temps qu'une refonte du modèle économique fédéral.
Retravailler la marque FFE et sa visibilité, soutenir les initiatives locales, multiplier les partenariats publics et privés sont autant d'initiatives dont les coûts ne peuvent être supportés par nos licenciés.

D'où la nécessité de garantir un fond de financement exceptionnel spécifique à ces actions.
L'engagement de la campagne d'obtenir 260.000€ n'a, à aucun moment, été prévu pour assumer l'accroissement constant des charges salariales et des coûts fixes mais au contraire :

- pour permettre la garantie des compétitions "impératives" (championnats jeunes-adultes et événements de haut niveau)
- pour soutenir les ligues et initiatives locales
- pour financer les travaux des commissions

Quiconque a été confronté ces 5 dernières années au sponsoring sait que les partenaires ne font plus de "chèque à l'aveugle" pour une hypothétique "visibilité".

Tout financement aujourd'hui se justifie par un projet précis et fait l'objet d'un suivi continu. Les partenariats privés ne permettent aucun gain de nature à supporter des charges de fonctionnement qui n'aient un rapport étroit avec l'objet.

Remarques subsidiaires

Le 10 décembre dernier, à une large majorité les clubs ont fait confiance à l'équipe de Bachar Kouatly pour définir et mettre un œuvre une politique à la fois d'ambition et de responsabilité.
M. Dornbush a salué notre désir d'étudier au plus près la gestion passée afin de mieux appréhender les mesures nécessaires à une gestion saine.

M. Escafre s'est vu proposer le Secrétariat Général sitôt les premiers 6 mois de travail passés; initiative saluée par la quasi totalité des acteurs dont M. Fretel, ancien Secrétaire Général et Président par interim.

De même, M. Jordi Lopez fut nommé Directeur Technique National, énième démonstration de notre volonté de travailler avec tous.

Notre étonnement n'en est que plus grand lorsque nous constatons une communication tous azimuts de Messieurs Hernandez, Fretel et Dornbush et de Mme Lagadic via son syndicat tandis que la procédure de licenciement n'en était qu'au stade "confidentiel" de l'entretien préalable.

D'une part, nous ne pouvions répondre de façon officielle à aucune demande tant que cette procédure, étroitement encadrée, n'avait abouti. D'autre part, à supposer que cette décision de licencier Mme Lagadic ait pu être changée, était-ce efficace d'établir un tel rapport de force soudain sans prendre la peine de contacter préalablement le principal intéressé (le Président) ?

Le but était-il de "sauver la salariée" ou de se mettre en valeur publiquement à travers un acte héroïque Monsieur Fretel ? C'est à nous que vous parlez de transparence tandis que les clubs ont été privés d'au moins trois choses pendant votre court mandat de Secrétaire Général :

- Pas d'information quant aux augmentations de salaire du 16 Juin 2016
- Refus d'envoyer des enveloppes pré-timbrées pour faciliter le vote par correspondance, tandis que nous étions prêts à le financer.
- Pas de bilan ni d'état des comptes 24 heures avant le vote du 10 décembre 2016 alors que vous annonciez avoir entamé un audit en Juillet.

Avant de feindre un état alarmiste des comptes de la FFE que nous cacherions, sachez qu'un licenciement est qualifié "économique" dans d'autres cadres bien définis!

La promesse des 260.000€ fait l'objet d'une garantie personnelle en cas d'échec à les trouver, devons-nous le rappeler; l'année quant à elle se termine de façon surprenante le 31 décembre.

M. Hernandez quant à vous, le but était-il de "sauver la salariée" ou de compromettre la réunion des Ligues prochaine, puisque seuls les présidents de ligues furent en copie de votre mail ? L'aigreur est-elle si tenace que vous éprouviez déjà l'envie de revanche électorale?

Le but M. Dornbush était-il de faire un audit pour agir ou un audit pour accuser les uns et les autres ?
Quel lien y-a t-il entre ce licenciement et un déménagement de siège avorté ?
Le fait de supprimer un poste devenu inutile constitue-t-il en soi une attaque de l'ensemble ou n'est-il pas au contraire le souhait de renforcer et protéger chacun dans ses prérogatives ?

Nous n'avons pas un pouvoir, mais un devoir de gestion.

Nous regrettons à l'évidence ce type de mesure et mettons tout en œuvre pour que les démarches de Mme. Lagadic soient facilitées dans la dignité. Mais apprendre que nous aurions procédé à ce licenciement uniquement parce que la salariée est déléguée syndicale, c'est duper les clubs en dissimulant la véritable chronologie des faits. De même, appuyer sa requête personnelle avec une supposée altercation entre sa collègue et un Président de Club relève de l'absurde tant tout ceci est hors sujet. Dans le pseudo-courrier CGT dont l'auteur n'est autre que la salariée elle-même, il n'est question à aucun moment de la nécessité objective de conserver cette fonction mais de menace et de politique !

Menacer la FFE de suppression de subventions, en utilisant le fichier des clubs, afin de les effrayer est grave. Mais nous doutons qu'une antenne locale puisse, diffuser nationalement de tels messages. Nous nous entretiendrons bientôt avec la CGT sur ce sujet.

En tout état de cause, la présence ou non d'une antenne syndicale n'a jamais empêché une structure de prendre les mesures sincères et responsables qui s'imposent à elle. Tant que chacun est au service des licenciés, il ne saurait y avoir de divergence sinon de forme et ce, quand bien même la campagne n'est manifestement pas terminée pour tout le monde.

En vous remerciant

Pascal LAZARRE,
Secrétaire Général Adjoint de la FFE


GBel, le 29/07/2017 - 16:46:06
Après lecture du texte de M. Lazarre, on comprend que ce licenciement est justifié pour réorganiser la FFE.

Remplacer Celine Lagadic dont le poste serait considéré comme en trop actuellement et pour le futur par celui de M. Valenti, nouveau Directeur Général de la FFE, dont à vrai dire, je ne connais pas les missions exactes.

Mme Lagadic est-elle la dernière employée de la FFE ou a-t-elle un poste spécifique pour qu'elle soit la "victime" ? (coût du poste, charges de travail faites par d'autres... ? Je dis ça car les Prudhommes verront tout ça pour voir si ce licenciement est justifiée !


Il s'agit bien d'un licenciement économique car Mme Lagadic ne peut pas prendre le poste de DG. Après l'affaire sera discutée aux Prudhommes s'i n'y a pas de conciliation d'ici là...

Après, pour les lanceurs d'alerte, je ne crois pas à une revanche électorale, les personnes cités dans la lettre de M; lazarre sont des personnes très anciennes à la FFE (Sauf M. Dornbusch) et il y en a d'autres qui sont aussi remontés et déçues par ce licenciement.

Autre chose, je ne vois toujours pas où vont aller les fameux 260 000 euros, j'ai compris que ce n'était pas pour le fonctionnement ! Mais où ? Chemtov, des idées ??!


Chemtov, le 29/07/2017 - 17:02:45
Je lis déjà :

''L'engagement de la campagne d'obtenir 260.000€ n'a, à aucun moment, été prévu pour assumer l'accroissement constant des charges salariales et des coûts fixes mais au contraire :

- pour permettre la garantie des compétitions "impératives" (championnats jeunes-adultes et événements de haut niveau)
- pour soutenir les ligues et initiatives locales
- pour financer les travaux des commissions ''

et aussi : '' La promesse des 260.000€ fait l'objet d'une garantie personnelle en cas d'échec à les trouver, devons-nous le rappeler; l'année quant à elle se termine de façon surprenante le 31 décembre. ''

Bon...enfin...je ne vais pas vous relire tout le texte. Tout me semble clair. Et bien sur je suppose que tout sera bien discuté à Agen.


GBel, le 29/07/2017 - 17:29:23
1) les compétitions impératives, championnats jeunes en particulier, sont plutôt bénéficiaires, vu le prix d'inscription !
2) soutenir les ligues : rien vu
3 soutenir les initiatives locales : lesquelles depuis 7 mois ?!
3) financer les travaux des commissions ? Quoi ? trop vague tout ça... Je n'aime pas polémiquer pour polémiquer mais si on m'avait dit ça avant les élections, j'aurai demander en AG plus d'explications.

Vous me tiendrez au courant pour Agen car je travaille...


Chemtov, le 29/07/2017 - 17:51:31
Je pense que l'IDF aura pas mal de représentants à ce séminaire pour aller aux infos et transmettre vos requêtes.




LazarrePascal, le 29/07/2017 - 18:23:52
ceux qui me connaissent, savent que je suis favorable à l'échange, au débat, à la confrontation !
Mais, ceci ne peut pas se faire, par le biais de pseudo...
Savoir à qui on parle, évite bien des déboires, et, c'est la moindre des politesses !
Voila pourquoi, je signe ce que j'écris de mon Nom.
Bien sincèrement et respectueusement.
Pascal Lazarre (Secrétaire Général adjoint, bénévole de la FFE)


Mynhoss, le 29/07/2017 - 21:02:10
Extrait P.V (très professionnel !) de l'A.G du 22 avril :

"Cyrille Dimey explique qu’à effectif constant, les augmentations accordées en 2016 ont un impact de 25 000 € par an, soit 100 000 € sur une olympiade. Ces augmentations comprennent des augmentations du temps de travail, des contrats de travail étant passés de 35 heures à 38 heures 30. L’augmentation est de 15 à 20% pour ces salariés. De plus, une régularisation de salaires, suite à une lecture de la Convention Collective Nationale du Sport, a été en partie acceptée, et donc payée... Diego Salazar en conclut que Stéphane Escafre a pris la décision d’augmenter la masse salariale malgré la perte du partenariat de BNP Paribas et toutes les difficultés qui en découlent."

Ne peut-on pas par solidarité entre salariés, revenir aux 35 heures ?



GBel, le 29/07/2017 - 21:27:44
Je signe de mon nom également, il suffit de taper sur mon pseudo et moi aussi je suis favorable à la discussion et aux échanges d'idées...

S'il faut réduire la masse salariale, cela peut se comprendre et aurait du être annoncé par le comité directeur

GBel


Chemtov, le 30/07/2017 - 01:24:30
''et aurait du être annoncé par le comité directeur''.
Ben... évidemment, cela allait se faire... comment imaginer le contraire ?
Mais d'autres ont voulu être plus rapides... avec toutes ces interprétations et cette intox qu'on a pu lire.


Hanam, le 30/07/2017 - 14:27:11
Il n'y pas les moyens d'avoir 3 salariés car un déficit de 170 000€ n'est pas encore résorbé...Donc on va ré-embaucher directement après avoir creusé un peu plus le déficit ? Est-ce nécessaire de recruter immédiatement ?

60 000€ de bénéfice était annoncé au budget prévisionnel. Sommes-nous dans cette voie ? Logiquement, les augmentations salariales devaient être budgétés car voté en juin 2016...Pourquoi chercher à les financer en juillet 2017 ?


Chemtov, le 30/07/2017 - 15:13:43
Apparemment, il s'agit d'une ''réorganisation''. Il faudrait, ce qui est normal, un Directeur Général ( ce qu'était Laurent Vérat, mais quasiment à deux fois le coût d'une des trois secrétaires de direction ). Là il n'y aurait aucun coût supplémentaire, le DG se contentant d'un salaire moindre ( équivalent à celui d'une secrétaire de direction ). Il n'y aurait donc pas d'augmentation d'après ce que j'ai lu. Ou bien ?


Hanam, le 30/07/2017 - 20:28:26
J'ai bien compris que l'on remplace un poste de secrétaire par un DG à salaire identique.

Il y a quand même le coût des indemnités de licenciement à prendre en compte.

L'augmentation dont je parle est celle mentionné par Pascal Lazarre et Mynhoss qui a ressorti le paragraphe correspondant de l'AG d'avril 2017.


GBel, le 30/07/2017 - 21:03:26
Quoi qu'il se passera, un licenciement a un coût financier (en plus d'être humain) !

Les lanceurs d'alerte l'ont fait à la demande de la dite salariée qui se défend et c'est normal !

Maintenant, s'il faut dégraisser le mammouth, il faudrait connaître les tâches de chacun et on en sait toujours rien : Quid de l'audit organisationnel demandé et promis ??!


Chemtov, le 30/07/2017 - 23:40:14
@GBel : ''un licenciement a un coût financier''. Oui. Certainement. Mais si un poste n'est pas nécessaire, ce serait encore plus anormal de continuer de le conserver. On ne ferait que reporter le problème plus loin encore dans le temps ( avec encore plus d'indemnités à la fin ).

'' la dite salariée qui se défend et c'est normal ! ''. Tout à fait. Et si je suis intervenu sur ce fil, dès le début, c'était pour dire que les arguments exposés ou suggérés par de mauvais défenseurs étaient peut-être de mauvais conseils ( hélas, le courrier de la CGT repose sur des arguments encore plus mauvais ).

'' il faudrait connaître les tâches de chacun ''. Absolument. A mon avis, c'est la seule question. Quels sont les besoins précis d'une association à but non lucratif. Beaucoup de bénévoles, bien sûr, et si emplois il y a, sont ils rationnellement remplis.


yvechecs, le 31/07/2017 - 17:29:56
En réponse à Monsieur Lazarre qui assurait le 29 juillet que le courrier de la CGT avait été écrit par Céline Lagadic elle-même, voici la réponse de Jean-Jacques FLOHIC, secrétaire général de l'Union Locale CGT des Clayes sous Bois (courrier envoyé ce jour à tous les clubs) :

Mesdames, Messieurs,

Il a été prétendu par M. LAZARRE que le rédacteur et signataire du mail adressé le 25 juillet 2017 aux clubs de la Fédération Française des Echecs par l'Union Locale C.G.T. des Clayes sous Bous serait une autre personne que son Secrétaire Général.
Ceci est faux !
Nous attestons que la rédaction et la décision d'adresser le mail émanent bien de l'Union Locale C.G.T. et non du syndicat C.G.T. de l'Association.
La confusion est volontairement entretenue dans vos esprits à des fins partisanes.
Nous intervenons pour faire cesser cet état de fait préjudiciable à la recherche d'une solution honorable et respectueuse des intérêts de l'Association et de son personnel.

Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l'expression de mes salutations distinguées.
Jean-JAcques Flohic
Secrétaire Général
Union Locale CGT des Clayes sous Bois


voilà, je pense qu'il était primordial de rétablir la vérité...


GBel, le 31/07/2017 - 18:13:13
Chemtov, tout à fait d'accord.

Malgré les affects de chacun, même si un licenciement n'est pas une chose facile pour les deux parties et en particulier pour le salarié, ce licenciement peut tout à fait se justifier si l'audit organisationnel (promis en AG) le confirme.

J'attends donc de connaître si l'audit organisationnel a bien été fait et si ce licenciement découle de cet audit; de la m^me manière, un audit financier a-t-il été fait ??

Ce sera ma dernière contribution à cette triste affaire, même si tout, on le verra plus tard, reste justifié.




Renan, le 31/07/2017 - 19:48:35
Bonsoir à tous,
Je ne sais pas si vous savez comment se passe un prud'homme pour une personne licenciée...
Peu importe ce qui a été écrit avant (la CGT défend et défendra sa syndiquée)...sachez qu'il y a une procédure pour licencier un salarié (il ne faut pas juste une bonne raison)...
Dans tout les cas ce sont les juges des prud'hommes qui décident...et si tout n'est pas respecté cela peux faire mal au portefeuille de l'entreprise ou de l'association....


ledzepp, le 31/07/2017 - 21:28:37
ça serait sympa que la CGT arrête de m'envoyer des mails.
Le mail que j'ai fourni à la FFE ne sert pas recevoir ce genre de message.


Chemtov, le 31/07/2017 - 22:28:44
Oui, Renan. On connaît... vu qu'en plus nous sommes bombardés de mails ( comme l'indique ledzepp ). On reçoit tout... les procédures, les notifications, des analyses, que sais-je encore...

Là, il vaut peut-être mieux laisser ces choses aux deux partis et à leurs juristes. Comme GBel, j'éviterai désormais de commenter... jusqu'à Agen.


Wisemas, le 02/08/2017 - 18:24:13
Merci pour ces informations. S'exprimer avant toute communication de la Fédération ne semblait pas très opportun.
Pour ma part, je m'interroge sur un point important de cette réorganisation que je n'ai pas vu évoqué dans ce message.
Qui s'occupera dans le futur du travail qu'effectuait Mme Lagadic ?


yvechecs, le 02/08/2017 - 20:26:04
Voici, in extenso, le courrier qui a été remis à Céline Lagadic ce matin par le président fédéral en personne :

Plaisir, le 2 août 2017

Par lettre remise en main propre contre décharge

Objet : dispense d'activité

Madame,

Par lettre recommandée du 24 juillet 2017, nous vous avons notifié, à titre conservatoire, votre licenciement individuel pour motif économique.

Nous vous rappelons qu'au cours de notre entretien préalable, nous vous avons remis une proposition de contrat de sécurisation professionnelle (CSP), et vous disposez jusqu'à la date du 2 août 2017, our l'accepter ou la refuser.

Si vous l'acceptez dans le délai imparti, la rupture de votre contrat de travail aura lieu à la date d'expiration de ce délai du fait de notre commun accord.

En revanche, si vous refusez d'adhérer au contrat de sécurisation professionnelle ou si vous omettez de nous faire part de votre accord dans le délai mentionné ci-dessus, la première présentation à votre domicile de votre lettre de licenciement marquera le point de départ de votre préavis d'une durée de deux mois.

Quelque soit votre choix, nous vous informons que nous entendons :
- vous dispenser d'activité à compter de ce soir jusqu'au 2 août prochain (en cas d'acceptation du CSP) ;
- vous dispenser de l'exécution de votre préavis de 2 mois (en cas de refus du CSP).

Bien évidemment, cette période vous sera intégralement rémunérée.

Nous vous prions de croire, Madame, en l'expression de nos sincères salutation.

Monsieur Bachar KOUATLY
Président

Pour répondre à Wisemas, on ne sait pas qui, à l'avenir, va s'occuper du travail de Céline. Et aujourd'hui, on sait : personne !
Donc toutes les ligue qu'elle gérait (que ce soit pour les licences, les questions, etc)sont désormais sans interlocuteur...

Serait-ce ça, une fédération pour tous ???



yvechecs, le 02/08/2017 - 20:27:51
Un blog a été créé afin de communiquer aux présidents de clubs et à tous les licenciés les documents importants de ce dossier.
Il est à l'adresse suivante :

http://protectionpostecelinelagadic.over-blog.com/


PatriceVincens, le 05/08/2017 - 09:54:16
De ma lointaine province, je ne peux prétendre tout savoir de ce qui se passe au sein du siège fédéral.
Mais j'essaye de me mettre à la place du personnel salarié qui est sans cesse confronté à d'incessants changements de direction et de directives, quand il n'est pas témoin de querelles de chapelles et autres coups d'état.
Ce manque chronique de stabilité doit nuire aux relations de travail et à la bonne marche fédérale.
Je ne suis dans le milieu des Echecs que depuis 12 ans et j'en suis déjà à mon 6° président !
Même les FF de Ski et des Sports de Glace, autrefois sans cesse en ébullition, pour ne pas dire plus, n'ont pas fait mieux.
Enfin, je trouve curieux que régulièrement des dirigeants de clubs, ou des présidents de comités départementaux, se fassent embaucher par la fédé, laissant croire que celle-ci constitue pour eux une inespérée bouée de sauvetage.


VincentMoret, le 05/08/2017 - 10:02:41
@ PatriceVincens : si tu étais arrivé une année plus tôt dans le milieu des échecs, tu aurais connu ... 9 présidents.



© 2000-2017 - France Echecs