France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 28 mai 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Sociologie : les joueurs ( joueuses) et leur famille par poker le 15 mai 2017  [Aller à la fin] | Actualités |
Pour réussir aux échecs doit on être célibataire ? A ma connaissance le top 5 actuel est dans cette configuration…
Les champion(ne)s du monde depuis Steinitz ont ils eu une vie de famille ? Permet elle de réussir au top niveau ?
A votre avis


DocteurPipo, le 15/05/2017 - 21:41:22
Drôle, comme question !
OK, il faudrait faire la part de l'âge (on se marie tard aujourd'hui)et de la moyenne des joueurs d'échecs : par définition, être un joueur d'échecs actif exclut une vie de famille standard.


SLM, le 15/05/2017 - 22:18:18
Je pense que tu devrais revoir tes connaissances mais pour le reste, je passe. ;-)


arnackor, le 15/05/2017 - 23:34:14
Pas spécialiste mais à vue de nez dans le top 10 actuel, plus d'un sur deux est marié ou en couple. Et ça doit être plus proche de 8 que de 5 sur 10.


Rachmani, le 15/05/2017 - 23:39:45
- quand on marié,
- quand on a un boulot,
- quand on a déjà d'autres activités,
on n'a pas autant de temps libre que pendant l'enfance.
Avoir trop de choses à faire, manquer de temps libre peut donner l'impression qu'on peut pas trouver de temps.
Pourtant, quand on est motivé, on trouve tous les moyens de travailler.
Tu peux être rentier, avoir tout ton temps libre, si tu n'as pas envie d'aller sur un domaine, parce que tu n'es pas intéressé, tu n'y passera pas de temps. Les échecs ne changent rien par rapport aux autres domaines.
Dans un premier temps, c'est le temps que le cerveau pose ses repères, et voit des perspectives d'évolution.
A partir de là, il va prendre goût et doper sa capacité à aller vers le domaine.
Quand tu découvres un domaine, c'est du ressort du lobbe préfrontal.
Quand tu maîtrises, c'est du ressort du cervelet.

Faut pas oublier qu'un enfant, si tu n'es pas derrière, si ne le suit pas, il ne va pas forcément y aller tout seul.
L'avantage d'être adulte, c'est d'être plus autonome.
Des profs dans leurs domaines peuvent te décrire tel ou tel adulte qui vient avec une grande assiduité, parce qu'il est motivé.

Par contre, là ou il y a débat, a-t-on absolument besoin de reconnaissance, donc par les tournois ?
Faut voir dans les autres disciplines la place des tournois.

Les joueurs qui font beaucoup de tournois, plus les entraînements, tout en gardant une vie de couple, n'ont pas le temps pour d'autres activités.
En général, cela fait des années qu'ils pratiquent.


Faut donc dissocier l'étude, tout à fait possible chez soi + quelques parties histoire de garder pied avec la réalité, et les tournois.


elkine, le 15/05/2017 - 23:46:26
tu pratiques l'écriture automatique ?


DDTM, le 16/05/2017 - 11:24:10
5 sur 10 contre 8 sur 10 ... ou est la verite ?


Meikueilu, le 16/05/2017 - 11:30:14
J'ai souvenir d'un article de feu Gambisco où un arbitre, JC Templeur je crois, parlait de cette problématique de concilier vie de famille équilibrée et pratique active. Cela dit quelque chose à quelqu'un ?


Brunico, le 16/05/2017 - 12:13:29
Question intéressante mais déjà faudrait dissocier joueur professionnel et amateur dans la question et la réponse.

J'ai tendance à penser que c'est plus facile pour un joueur professionnel de concilier vie de famille et vie échiquéenne puisqu'il n'a pas encore en plus la vie professionnelle qu'a un joueur d'échecs amateur...!

En ce qui concerne, ça n'a jamais été simple. Certaines femmes l'acceptent d'autres non.

Par contre, au delà de l'aspect 'temps disponible' qui est le point sur lequel on insiste, il y a de mon point de vue deux choses additionnelles qui peuvent être pris en compte.

a) le manque d'opportunités pour rencontrer sa moitié si on a peu d'activités hors échecs (les échecs sont peu féminisés...)

b) le fait que le modèle du joueur d'échecs professionnel et ses aléas peut être mal accepté par beaucoup de femmes qui cherchent une "stabilité" avant tout.


DDTM, le 16/05/2017 - 14:07:01
et sur la population des 1010N, a-t-on les memes ratios ?


Chemtov, le 16/05/2017 - 14:48:30
Bah... c'est un sujet qu'on retrouve dans n'importe quelle profession ou activité prenante.


gabisubis, le 16/05/2017 - 15:47:33
Problème qu'on peut résoudre en jouant au bridge avec sa compagne ou son compagnon...ce qui est connu comme étant une très mauvaise idée ;-)


VincentNogent, le 18/05/2017 - 19:56:32
Alors je vais prendre mon exemple pour répondre dans un premier temps :

J'ai commencé les échecs il y a 4 ans. A 24 ans donc. Oui il y a le boulot, la copine, la famille, le sport aussi à côté.

Tout est dans le compromis. J'ai des périodes où je suis plusieurs week end de suite sur des opens.

D'autres où je les consacre au privé.

Chacun doit trouver son équilibre ! Du moins au niveau amateur. Au niveau professionnel c'est une toute autre histoire.

Cela dit pour trouver sa moitié en étant très actif dans le milieu des échecs, si on sait se vendre ma foi un simple restau peut amener des rencontres inattendues. Il faut juste savoir saisir sa chance !

J'ai remarqué pendant mes périodes de faible activité professionnelle et / ou de célibat que j'étudiais plus mais pas forcément mieux. Au contraire.

Etre adulte quand on commence les échecs réduit la possibilité de carrière comparé à un enfant. Par contre la maturité est là, donc on sélectionne et on fait dans le qualitatif !


Rachmani, le 19/05/2017 - 07:36:39
il y a aussi un équilibre dans le temps que l'on se donne pour aller a l'échiquier avec un bouquin ou un ecran quand on est chez soi.

même si j'apprécie de pouvoir utiliser partout l'écran pour jouer aux échecs ou travailler c'est quand même pas pareil quand il y a un plateau à côté. c'est plus confortable pour moi et je retiens mieux ensuite




Oroy, le 24/05/2017 - 00:26:09
@Rachmani
Et si on a de l'urticaire, et si on a des crampes au pouce droit, et si on a des furoncles aux fesses, et si on bave sur l'échiquier, et si on a une jambe plus longue que l'autre, et si l'autre est plus courte, et si..., et si.... et si.....
Et si, quand on n'a rien à dire d'intelligent, on choisissait de se taire. J'aurais dû commencer par ça...


Rachmani, le 24/05/2017 - 08:13:16
Et si au contraire je l'ouvrais, pour partager mon amour pour ce jeu.
Même si je suis hors club, même si je n'ai parfois que 20 minutes ou moins.
Même si je mène de front mon boulot, et d'autres passions.
Après la dizaine de client que j'ai pu voir dans ma carrière pro, cela fait à peu près 10 000 d'employés réparties sur ces clients.
Malheureusement, je compte à peine 50 joueurs d'échecs en CE, dont une quinzaine qui étaient passés par le club, et 5 qui l'étaient encore.

En allant à des rencontres comme sur onvasortir, je vois de moins en moins de sorties échecs.
Le désintérêt pour ce jeu est là.

A toi jouer, oroy pour essayer de changer ca


kieran, le 24/05/2017 - 09:00:37
@Rachmani

Je ne pense pas que l'on t'interdise de parler de ta passion. A priori on est tous là pour cela.
Cependant, tu peux ouvrir des posts dans plein de rubriques et parler d'échecs, c'est-à-dire analyser des positions.

Parler de méthodes d'entraînement efficaces afin de progresser et d'amener plus de gens à pratiquer est assez limité.
Tout comme les débats sans fin sur les échecs à l'école.


Rachmani, le 24/05/2017 - 16:49:23
pas faux.
j'ai qd même l'impression que ce qui se passe hors club passe a la trappe.

partager de bonnes pratiques de base, assez meconnues, sf ds les clubs ou c'est bien partagé, c'est avancer a pas de fourmi.

je rencontre plus de joueurs qui ne connaissent pas ces bonnes pratiques que de joueurs qui les connaissent. ceux qui les connaissent sont d'ailleurs sur une trajectoire ascendante.
quand un joueur vient me voir et me dit que ces pratiques l'ont motivé à plus passer de tps aux échecs, c'est que ca va dans le bon sens apparemment.




Oroy, le 24/05/2017 - 18:25:41
@Rachmani
Tu te regardes trop dans la glace, tu vas te faire une entorse de l'œil... si ce n'est déjà fait !
Tu me demandes, à 81 ans, de changer ta vision déformée du jeu d'échecs, déformée principalement par le regard que tu lui portes ?
Tu n'es pas le seul à être marié et à devoir travailler pour vivre.
Si tu aimes tellement le jeu d'échecs, c'est à toi de t'incliner devant lui et pas l'inverse : cesse de geindre, joue, assume et tais-toi !


Rachmani, le 25/05/2017 - 06:45:39
Non.

Je te permets pas de me parler comme cela et je te demandes s'il te plaît de me respecter.

*************************
Merci aux administrateurs du site de rappeler à l'ordre Oroy sur les règles de bon fonctionnements du site et/ou d'engager la procédure de fermeture du compte Oroy si aucun changement dans l'attitude d'Oroy n'est possible.
**************************



Rachmani, le 25/05/2017 - 07:12:49
@Kieran "Tout comme les débats sans fin sur les échecs à l'école." => vrai.
"Parler de méthodes d'entraînement efficaces afin de progresser et d'amener plus de gens à pratiquer est assez limité. "
=> un forum sert aussi à partager des infos.
=> c'est mon pari : Parier sur internet et ce forum pour que les experts partagent leurs savoirs.

Avant Internet en tout cas, j'ai vu beaucoup trop d'assoces se monter (collège, lycée, enseignement sup) avec une méconnaissance des pratiques en club et un manque d'intérêt pour regarder ce qui se faisait en club.
J'ose espérer qu'avec Internet, et l'avènement des échecs à l'école, cela change.
Y aurait-il des personnes qui pourraient éclairer sur l'état actuel des assoces dans ces structures ?

En CE d'entreprise, c'est mieux structuré par contre il n'y a pas beaucoup de joueurs de club.
L'image des parties longues a la vie dure.



El cave, le 25/05/2017 - 08:49:04
Et des joueurs de salon, il y en a au moins ?


Oroy, le 25/05/2017 - 23:01:09
@Rachmani
Tu ne manques pas d'air.
Mais je te confirme ce que j'ai déjà dit : tes difficultés étalées à longueur de page, tous les joueurs en rencontrent plus ou moins et n'en font pas un pataquès comme toi...
La question initiale est : Pour réussir aux échecs doit on être célibataire ?
La réponse : chacun à la sienne.
La mienne : on est combatif ou pas, à chacun de voir.
Mais à quoi bon pleurnicher...





© 2000-2017 - France Echecs