France Echecs Bandeau France Echecs |  
---- dimanche 26 mars 2017
--- ---- --- Ecrire au webmaster
Nom d’utilisateur   Code d’accès 
--- --- ---
Forums  | Devenir membre | Mot de passe oublié ? | Charte | A propos |  Utilisation des cookies |  Contacter France-Echecs
Actualités   Actualités
Tournois   Tournois
Théorie   Théorie
Ouvertures   Ouvertures
Clubs   Clubs
Informatique   Informatique
Arbitrage   Arbitrage
Problèmes   Problèmes
Etudes   Etudes
Finales   Finales
FAQ   FAQ

 Rechercher sur le site  



Abonnez-vous à la revue Europe-Echecs

Comment avez-vous réussi à intéresser aux échecs ? par Rachmani le 26 février 2017  [Aller à la fin] | Clubs |
Salut.

L'objectif de ce post est de partager le plus d'expérience personnelle.
Intéresser aux échecs, c'est une affaire de personne, de goût, et de s'adapter à chaque personne.

En vous remémorant des personnes que vous avez bien intéressé aux échecs, quelle ont été vos approches ?
A mon sens, ce sujet, fondamental, mérite d'être partagé.
En collège et surtout en lycée, j'apportai une grande importance à motiver les nanas à jouer.
C'est tout à fait possible.

Avec le recul, plusieurs choses de mon expérience personnelle :
1. quand une personne a perdu. Comment peut-elle s'y prendre pour arriver à gagner la prochaine fois. Et surtout, proposer la revanche.
C'est pour moi la chose plus simple, et pourtant celle que j'ai le plus retrouvé pour que des gens aient envie de revenir jouer : la personne veut-elle prendre sa revanche ?
Au sens ludique, il y a au fondamental, cette possibilité de s'amuser, d'essayer.
Et si on est un peu moins dans la partie, de se rattraper en jouant plus sérieusement la suivante.

Si on reste dans le "tout le temps sérieux", là il faut s'attendre à ne voir personne.
J'ai constaté que plein de membres apprenaient en s'amusant.
Même en s'amusant, ils faisaient attention.
Quand ca devient trop mathématique, que le joueur n'avance pas, ca se voit tout de suite.
A mon sens, il ne faut surtout pas laisser traîner cette état de frein. Ca fait partir les gens.


2. L'ambiance de jeu.
on jouait assez souvent en simultanée contre le plus fort.
Etonnament, on arrivait parfois à en gagner, là ou en non simultanée, on prenait cher.

3. A chaque fin de séance, on se lancait des défis pour la prochaine séance.

4. S'adapter à chacun. Proposer du sur mesure.
On peut le dire à toute les sauces. Si on laisse une personne dans son coin, il y a de forte chance qu'elle ne revienne pas.
Même si on joue contre plus faible, je me suis toujours engagé à demander si la personne souhaitait faire l'exo que je lui proposais.
Si je force la main, la personne ne revient pas.



JLuc74, le 26/02/2017 - 17:36:44
La seule approche que je connais est celle de la compétition. Rien de pire qu'un jeune qui arrive dans un club et qui ne veut pas faire de compétition. Bien évidemment il faut que le club propose des compétitions adaptées aux débutants.


Franxis, le 26/02/2017 - 20:01:19
Mon fils a voulu apprendre à jouer aux échecs parce que ses copains jouaient et il se sentait seul à ne pas savoir jouer en CE2 CM1.Ses copains jouaient parce que la directrice avait décidé que tous les enfants devaient savoir jouer aux échecs . Etre comme les autres.


Renan, le 27/02/2017 - 16:30:22
Bonjour à tous...
Intéressant ton post rachmani...
Tu écris comme si le jeune sais déjà jouer et est déjà dans un club....Et la il y a un pas à franchir...Et c'est énorme...La réponse à ton post ne correspond pas pas au titre....Qu est ce qui a fait que tu as franchi une porte de club.???..
Franxis essayes d'apprendre à ton fils ou sinon inscrit le dans un club...Ne lâche pas le morceau...Il s'intéresse à quelque chose...Et ça c'est énorme...


Rachmani, le 28/02/2017 - 00:44:03
ce qui est rigolo, c'est que je faisais ca en lycée, sans être en club.
J'avais à peine 1200 elo.
Je partais de zéro, des joueurs qui découvraient totalement. Je cherchai à intéresser. Je cherchai à faire revenir les gens.
Je proposai un maximum de chose pour qu'ils aient envie de revenir.
Je m'en sortais pas si mal en tant qu'animateur en herbe : Il y a en moyenne 20 personnes. les 10 échiquiers étaient sortis tous les midis.
Pour un lycée à 2000 personnes, c'est pas mal.

Après, par contre, pour ce qui est de ce qui se fait vraiment en club : là oui, il faut pas avoir peur de franchir la porte d'un club.
Le club affilié à la fédération va proposer des choses, grâce à son expérience et ses spécialistes. C'est clairement le message à passer.
Aller en club, ca évite de perdre du temps.

de mon retour d'expérience, je ne disais pas au gens venez au club (qu'en j'étais au lycée), je leur montrais un maximum de chose.
Ils étaient tellement content de pouvoir s'amuser avec des nouvelles choses qu'ils me demandaient quand et comment ils pouvaient venir.
Il m'arrivait souvent de tomber sur des joueurs qui s'aperçevait que grâce à de nouvelles connaissances, ils avaient une chance de gagner quelque parties. C'est là le nerf de la guerre.



Renan, le 05/03/2017 - 16:20:42
C'est qui m'intéresse c'est de savoir comment tu t'y es mis????... Parents, amis???
Moi c'est mon père qui m'a appris... Mais je n'ai jamais poussé une porte de club....


Rachmani, le 05/03/2017 - 21:54:51
Comment je m'y suis mis ? par la famille (père, frère).

un peu plus tard, l'échiquier électronique a permis de jouer quelques parties.
Aujourd'hui avec internet, il y a un sacré pas en avant concernant la dispo des infos.


Rachmani, le 06/03/2017 - 07:56:13
Au passage, si vous souhaitez développer une mémoire extraordinaire, le livre de sébastien martinez (Une mémoire infaillible) donne des pistes intéressantes.

Nouvelle Question :
A QUELS THEMES VOUS ETES VOUS PETIT A PETIT INTERESSES ?

1. au début, pour moi, ca a été de savoir comment j'avais pu gagner mes premières parties.
2. les quelques sujets présentés dans "QI Spécial échecs".
3. Bien plus tard, silman.

Il a du se passer plus de 10 ans entre ces étapes là. Plus l'info est facile à trouver et dispo, plus il est possible d'intéresser aux échecs.
Aujourd'hui, grâce à Internet, il est plus facile de trouver des infos.
C'est, je dirai le manque de coordination qui plombe l'attrait du jeu.



© 2000-2017 - France Echecs